Vous êtes ici

Linguistique

Phraséologie et stylistique de la langue littéraire

13-15 mars 2019, Friedrich Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg (Allemagne)

Résumé de l'annonce: 
Appel à communications / Colloque International organisé dans le cadre du Projet de recherche franco-allemand ANR-DFG PhraseoRom / Erlangen, 13 – 15 mars 2019
Ce colloque international, dédié à la Phraséologie et à la Stylistique de la langue littéraire est organisé dans le cadre du projet de recherche franco-allemand PhraseoRom, soutenu par l’ANR et la DFG. Il se veut un lieu d’échange sur les nouvelles approches dans le domaine de la phraséologie de la langue littéraire. Une attention particulière sera accordée aux analyses linguistiques et discursives des expressions polylexicales statistiquement pertinentes dans des textes littéraires, aux approches d’identification des genres littéraires sur la base de méthodes statistiques ainsi qu’à la stylistique littéraire. Les études porteront essentiellement mais non exclusivement sur les romans allemands, anglais et français contemporains (après 1950). Des travaux sur des œuvres littéraires appartenant à d’autres périodes seront également les bienvenus. Le colloque comprendra trois volets thématiques : 1. Analyses linguistiques et discursives des unités polylexicales dans les textes littéraires (collocations, colligations, motifs) 2. Application des méthodes statistiques et de la linguistique de corpus aux textes littéraires 3. Stylistique des genres littéraires : dans une langue donnée ou dans une perspective contrastive (allemand/anglais/français) et selon une approche quantitative. Seront également bienvenues des propositions transversales et thématiquement connexes. Le colloque comprendra deux sections : Section 1 : recherches statistiques appliquées aux grands corpus littéraires Section 2 : analyses linguistiques et stylistiques des genres littéraires, stylistique empirique des corpus Les propositions de communication (1 page maximum, références comprises ; DOC et PDF) en allemand, en anglais ou en français sont à envoyer à l’adresse suivante : conference-phraseorom@fau.de. Calendrier : Date limite de l’envoi des propositions : 30 septembre 2018 Date limite de notification d’acceptation/refus : 31 octobre 2018 Date du colloque : 13-15 mars 2019 Frais d’inscription : 60 € (20 € pour les doctorants) Lieu du colloque : Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Institut für Romanistik, Bismarckstraße 1, 91054 Erlangen, Allemagne Organisation et contact : Ludwig Fesenmeier (FAU Erlangen-Nürnberg) Stefan Koch (FAU Erlangen-Nürnberg) Courriel : conference-phraseorom@fau.de https://www.romanistik.phil.fau.de/phraseorom
Suggéré par: 
Ilaria Vidotto
Courriel: 
ilaria.vidotto2@unibo.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/09/2018
Date de fin de l'événement: 
15/03/2019
Ville de l'événement: 
Erlangen - Nürnberg
Type d'événement: 
Appels à projet
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
https://www.romanistik.phil.fau.de/tagung-phraseorom-call-for-papers-fr/

Repenser l'étude des langues à l'université: le défi des humanités numériques?

CfP Etudes de Linguistique Appliquée (ELA)

Résumé de l'annonce: 
Appel à contributions pour un numéro de la revue Etudes de Linguistique Appliquée à paraitre en juin 2019
Cher-e-s collègues, Nous avons le plaisir de vous communiquer, en pièce-jointe, l'appel à contribution pour un numéro des ELA, en lien avec le colloque du Pôle d’Élaboration de Ressources Linguistiques (PERL-USPC) en novembre dernier, avec le soutien de l'AFLA. Repenser l’étude des langues à l’université : le défi des humanités numériques? Coordination : Alice Burrows (PERL - Université Sorbonne Nouvelle), Rosa Cetro (Université de Pise), Natalie Kübler (PERL - Université Paris Diderot), Grégory Miras (Université de Rouen Normandie). Texte de cadrage de l’appel à contribution L’objectif de ce numéro est de proposer des contributions présentant une réflexion théorique, des études de cas ou des retours d’expériences ayant comme point commun d’interroger les rapports entre l’étude des langues à l’université et les perspectives ouvertes par les humanités numériques. Il s’agira donc de comprendre la synergie entre les études de linguistique située (Condamines & Narcy-Combes, 2015) et les possibilités ouvertes par les humanités numériques (Terras et al., 2013 ; Dacos & Mounier, 2014 ; Dumouchel, 2015) dans le contexte spécifique de l’Université au XXIe siècle. Le numéro cherchera, dans un premier temps, à questionner les humanités numériques dans une perspective pluri-inter-transdisciplinaire (Claverie, 2010) quant à la prise en compte et l’intégration du numérique (mégadonnées, plate-forme, e-learning, etc.) dans l’étude des langues à l’université. Ce questionnement présente deux aspects : d’une part, l’entrée massive du numérique en milieu universitaire est le résultat d’une volonté politique (Avis du Conseil National du Numérique, mai 2016), d’autre part, le numérique s’offre, pour les chercheurs et les enseignants des langues, comme un potentiel accélérateur de pratiques - pédagogiques, discursives.... - (Karsenti & Larose, 2001). Ces deux facettes du questionnement interrogent la notion de transformation (voir l’appel à manifestation d’intérêt, 2017[1]) liée à l’introduction du numérique en milieu universitaire. Le Conseil National du Numérique propose ainsi de graduer l’implémentation des technologies du numérique à l’université en deux phases : une phase exploratoire et une phase de transformation. L’entrée dans la phase de transformation signifierait ainsi une remise en cause radicale des pratiques universitaires en général, et des pratiques en langue (recherche et transmission) en particulier. Or, certains chercheurs pointent le risque contenu dans cette notion de transformation (Springer, 2016), lorsqu’elle n’émane pas directement des acteurs du terrain (marche vers l’industrialisation des pratiques linguistiques, accélération des coupes budgétaires, etc.). Néanmoins, la transformation est également un processus indissociable de la recherche. Dans leur ouvrage, Karsenti et Larose (2001) avançaient justement le potentiel du numérique comme accélérateur pédagogique. L’introduction de l’outil devient, dans cette perspective, une potentialité de questionnement sur les pratiques linguistiques (pratiques de recherches, comme d’enseignement/ apprentissage, mais aussi de communication). Le numéro mettra en relation, dans un second temps, ces questionnements pluridisciplinaires avec les travaux en Sciences du langage qui s’inscrivent dans les perspectives des humanités numériques (Pitman & Taylor, 2017). Il s’agira alors de voir comment les études en Sciences du langage éclairent ces phénomènes de transformation via des formes de modélisation, dans plusieurs directions : l’enseignement/apprentissage et l’acquisition des langues (dématérialisation des formations en langues (Nissen, 2014), l’utilisation des corpus pour l’enseignement des langues (Boulton & Tyne, 2014), les outils de recherche pour les processus d’acquisition en langue (Pelletieri, 2000), les pratiques linguistiques (multimodalités des interactions médiées par le numérique (Develotte, Kern & Lamy, 2011 ; Smith, 2003 ; Paveau, 2017), les grands corpus pour la traduction (Baker, 1996 ; Zanettin, 2000 ; Kübler, 2011), le discours numérique (Thurlow & Mroczek, 2011 ; Paveau, 2015) et l’ergonomie des outils numériques (Bastien & Scapin, 1993), place et tâches des spécialistes du développement informatique (Potvin, Power & Ronchi, 2014). Enfin, dans un troisième temps, le numéro s’attardera à analyser les défis des enjeux des humanités numériques dans les Sciences du langage à l’université pour en soulever les impensés (Grangeon, 2016). Il s’agira ici de mettre au centre de l’analyse les préoccupations des acteurs universitaires (Duclos, 2015) qui peuvent être soulevées par de telles transformations. Ce troisième temps du numéro étudiera les modifications du rapport des acteurs universitaires avec leur travail qu’entraîne l’introduction du numérique dans le champ universitaire (Grangeon & Magis, 2016). On centrera alors l’attention sur les conséquences des pratiques numériques sur la propriété intellectuelle (étude de l’INPI, 2015) mais également sur les formes de prise en considération des préoccupations des acteurs du contexte universitaire. Dans ce sens, un meilleur accompagnement des transformations permettra-t-il la prise en compte de ces préoccupations pour des modifications des pratiques numériques. Dates importantes : 1. Date limite d’envoi des résumés (3 pages, ou 6 000 signes, espaces non compris, mais incluant la bibliographie) : 15 septembre 2018 2. Réponse aux auteurs sur la sélection des résumés : 1er octobre 2018 3. Version complète (12 pages, bibliographie incluse) : 15 décembre 4. Version corrigée : 11 mars 2019 5. Version finale : 11 mai 2019 6. Publication : 11 juin 2019 Informations : Site web : www.afla-asso.org/ela2019/ Contact : alicehelene.burrows@gmail.com Bibliographie : Avis du conseil national du numérique, (2016). Université numérique : du temps des explorateurs à celui de la transformation. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.https://cnnumerique.fr/wp-content/uploads/2016/05/CNNum_Avis2016-1_ESR-4.pdf Baker, M., (1996). « Corpus-based Translation Studies. The Challenges that Lie Ahead ». In : Somers, Harold (Ed.). Terminology, LSP and Translation. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company. p. 175-186. Bastien, J.M.C., Scapin, D., (1993). Ergonomic Criteria for the Evaluation of Human-Computer interfaces. Institut National de recherche en informatique et en automatique. Boulton A. & Tyne H. (2014). Des documents authentiques aux corpus. Démarches pour l'apprentissage des langues. Paris : Didier. Claverie, B., (2010). « Pluri-, inter-, transdisciplinarité : ou le réel décomposé en réseaux de savoir », Projectics / Proyéctica / Projectique 2010/1 (n° 4). p. 5-21. Condamines, A., Narcy-Combes J.-P., (2015). « La linguistique appliquée comme science située ». In : F. Carton, J.-P. Narcy-Combes, M.-F. Narcy-Combes, D. Toffoli. Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve Éditions. p. 209-229 Dacos, M., Mounier, P., (2014). Rapport Humanités numériques. Institut français. Open Édition. Develotte, C., Kern, R., Lamy, M.-N., (2011). Décrire la conversation en ligne, le face à face distanciel. Paris : ENS Éditions. Duclos, A. M., (2015). « La résistance au changement : un concept désuet et inapproprié en éducation ». Psychologie & Éducation. p. 33-45. Dumouchel, S., (2015). « Les Humanités Numériques : une nouvelle discipline universitaire? ». Digital Humanities à l’IHA. http://dhiha.hypotheses.org/1539 Etude de l’INPI, (2015). La propriété intellectuelle & la transformation numérique de l’économie. https://www.inpi.fr/fr/services-et-prestations/etude-pi-et-economie-numerique Granjon, F., (2016). « Présentation du dossier ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/726 Granjon, F., Magis, C., (2016). « Critique et humanités numériques ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/748 Karsenti, T. et Larose, F. (dir.) (2001). Les TIC… au cœur des pédagogies universitaires. Québec : Presses de l’Université du Québec. Kübler, N. (2011) « Working with different corpora in translation teaching ». In Frankenberg-Garcia A., Flowerdew, L., Aston G., (Eds.). New Trends in Corpora and Language Learning. London: Continuum. p. 62-80. Nissen, E. (2014). « Les spécificités des formations hybrides en langues ». Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication (Alsic), vol. 17. http://alsic.revues.org/2773. Paveau, M.-A., (2015). « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires [En ligne], 2014-1. http://itineraires.revues.org/2313 Paveau, M.-A., (2017). « L’écriture numérique. Standardisation, délinéarisation, augmentation », Fragmentum, n°48. https://periodicos.ufsm.br/fragmentum/article/view/23296/15104 Pelletieri, J., (2000). « Negotiation in n° 4, ENS Cyberspace - the Role of Chatting in the Development of Grammatical Competence ». In Warschauer, M., Kern R. (Dir.). Network-based LT : Concepts and Practice. Cambridge : CUP. p.59-86. Pitman, T., Taylor, C., (2017). « Where’s the ML in DH? And Where’s the DH in ML? The Relationship between Modern Languages and Digital Humanities, and an Argument for a Critical DHML ». Dhq, vol 11.1 [en ligne]. http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/11/1/000287/000287.html Potvin, C., Power, T., M., Ronchi, A., (dir.) (2014). La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l’Université Laval. Smith, B., (2003). « Computer-mediated negotiated interaction : An expanded model ». Modern Language Journal, vol. 87, n° 1. p. 38-57. Springer, C., (2016). « Humanités numériques et enseignement des langues en ligne : le train du Progrès et de la science poursuit sa route, je voudrais descendre ». Séminaire du Laboratoire Parole et Langage, Nov. 2016, Aix en Provence, France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01464858/document Terras, M., Nyhan, J. and Vanhoutte, E. (Eds). (2013). Defining Digital Humanities: A Reader. Farnham : Ashgate. Thurlow, C., Mroczek, K., (2011). Digital Discourse, Language in the New Media. Oxford Studies in Sociolinguistics. Zanettin, F., (2000). « Parallel Corpora in Translation Studies: Issues in Corpus Design and Analysis ». In : Olohan, M. (Ed.). Intercultural Faultlines. Research Models in Translation Studies I Textual and Cognitive Aspects. London : Routledge. [1] http://www.sup-numerique.gouv.fr/cid112956/appel-manifestation-interet-2017-transformation-pedagogique-numerique.html (consulté le 10-04-17) Dates importantes : 1. Date limite d’envoi des résumés (3 pages, ou 6 000 signes, espaces non compris, mais incluant la bibliographie) : 15 septembre 2018 2. Réponse aux auteurs sur la sélection des résumés : 1er octobre 2018 3. Version complète (12 pages, bibliographie incluse) : 15 décembre 4. Version corrigée : 11 mars 2019 5. Version finale : 11 mai 2019 6. Publication : 11 juin 2019 Informations : Site web : www.afla-asso.org/ela2019/ Contact : alicehelene.burrows@gmail.com
Nom du contact: 
Alice Hélène Burrows
Courriel du contact: 
alicehelene.burrows@gmail.com
Suggéré par: 
Rosa Cetro
Courriel: 
rosa.cetro@unipi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
18/06/2018
Date de fin de l'événement: 
15/09/2018
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
http://www.afla-asso.org/ela2019/

Convergences et divergences dans la pratique terminologique

De la terminologie spontanée à la terminologie aménagée

Résumé de l'annonce: 
XIVe Journée scientifique du Réseau panlatin de terminologie
La XIVe Journée scientifique REALITER sera consacrée à la terminologie spontanée et la terminologie aménagée le lundi 2 juillet 2018 et le mardi 3 juillet 2018. La terminologie naît dans les ateliers, les entreprises, les laboratoires…, partout où des femmes et des hommes pratiquent une activité, travaillent, innovent. En quoi cette terminologie spontanée, forgée sur le terrain par des professionnels, se distingue-t-elle d’une terminologie aménagée, élaborée dans un contexte de normalisation, d’aménagement de la langue ou institutionnel, a priori en dehors des lieux de travail ? Si la terminologie spontanée et la terminologie aménagée ne répondent a priori pas aux mêmes besoins et poursuivent parfois des objectifs distincts, sont-elles pour autant opposables en tous points ? Ne peut-on identifier les liens entre elles ? Ces relations, quand elles existent, divergent-elles d’un domaine de spécialité à l’autre, voire d’un pays à l’autre, selon les politiques linguistiques mises en œuvre ? Les politiques linguistiques jouent-elles un rôle dans les interactions entre ces deux modes de production terminologique ? Si la terminologie spontanée et la terminologie aménagée ont recours à des modes de production différents, il peut être également intéressant d’analyser et de comparer leurs différents modes de diffusion, les canaux que l’une et l’autre empruntent pour leur diffusion, les publics qu’elles ciblent et enfin l’usage des terminologies produites. Les conférences et les communications exploreront les sujets suivants dans les langues romanes : - terminologie et politiques linguistiques ; - traduire les termes en recourant à la terminologie spontanée ; - nouveaux profils et nouvelles compétences des professionnels en terminologie ; - nouvelles perspectives et ressources terminologiques pour le travail collaboratif et en ligne ; - terminologie et normalisation ; - néologie en terminologie ; - méthodologie ; - corpus pour la terminologie ; - diffusion et implantation de la terminologie.
Nom du contact: 
Claudio Grimaldi
Courriel du contact: 
realiter@unicatt.it
Adresse postale: 
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Suggéré par: 
Claudio Grimaldi
Courriel: 
claudio.grimaldi@unicatt.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
02/07/2018
Date de fin de l'événement: 
03/07/2018
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
terminologie, terminographie, pratiques terminologiques, politiques linguistiques, normalisation
Site web de référence: 
www.realiter.net

Conflit conceptuel de la grammaire aux métaphores

Résumé de l'annonce: 
Journée d’études à l’occasion de la parution de l’ouvrage : Michele Prandi, Conceptual Conflicts in Metaphors and Figurative Language, New York – Londres : Routledge, 2017.
Sorbonne, 1 rue Victor Cousin | 75005 Paris UFR de Langue Française Salle des Actes EA STIH Cette journée d’études propose de mettre le conflit conceptuel au centre de la réflexion linguistique, en le considérant non pas une singularité intéressante ou un épiphénomène curieux, mais un objet d’étude à part entière. D’une part, la notion de conflit conceptuel est à la base de l’un des domaines les plus fascinants de la linguistique : le discours figuré. D’autre part, elle n’a jamais été abordée d’une façon directe. Certes, les auteurs qui se sont penchés sur les tropes ont souvent utilisé des expressions telles qu’anomalie sémantique, rupture avec la logique, incompatibilité, contradiction, incongruence, etc., qui dessinent un champ sémantique centré implicitement sur l’idée de conflit. Cependant, cette dernière est demeurée non analysée car l’attention a été focalisée sur ses effets plutôt que sur la notion elle-même. L’idée de travail de cette journée d’études – prenant appui sur l’ouvrage de M. Prandi, Conceptual Conflicts in Metaphors and Figurative Language, New York, Routledge, 2017 – est que le conflit conceptuel n’est pas le résultat d’un dysfonctionnement de la langue, mais l’un des buts de son fonctionnement. Cette journée, comme la notion à laquelle elle est consacrée, a deux volets. D’une part, elle se tourne vers la littérature car les tropes, et notamment les métaphores, offrent une voie d’accès privilégiée au conflit conceptuel. D’autre part, elle se tourne vers la grammaire et la linguistique générale car le conflit conceptuel met en évidence les différentes structures engagées dans le processus de signification (codage). En l’absence de conflit, toutes les structures se superposent en devenant ainsi invisibles. En présence de conflit, en revanche, les structures de la signification divergent et donc se révèlent.
Nom du contact: 
Marco Fasciolo, UFR de Langue Française
Suggéré par: 
Micaela Rossi
Courriel: 
micaela.rossi@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
11/06/2018
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 

"La néologie en français contemporain": 18 ans après

Résumé de l'annonce: 
Colloque international en l'honneur de Jean-François Sablayrolles
En 2000 on assistait à la publication d’un ouvrage qui a donné une nouvelle impulsion aux études en lexicologie : La néologie en français contemporain, par Jean-François Sablayrolles[1]. Le sous-titre du livre, ‘Examen du concept et analyse de productions néologiques récentes’, est révélateur car il témoigne de la réflexion théorique de l’auteur et du rôle désormais indispensable des corpus pour l’analyse du phénomène néologique. Une théorie solide et une pratique cohérente sont indissociables lorsqu’il s’agit d’étudier les néologismes. Dix-huit ans après la sortie de ce volume de référence, les études sur la néologie paraissent avoir atteint l’âge adulte. Preuve en sont les nombreux colloques (le grand colloque de Cerisy de 2015, la série des congrès CINEO, etc.), les publications (dont la revue Neologica, fondée en 2007), les thèses, les projets universitaires (Néoveille, Logoscope, l’Observatoire de néologie catalan, etc.). D’ailleurs, le contexte social ne fait qu’encourager une attention accrue pour les néologismes. Comme on peut le lire dans l’introduction au volume La fabrique des mots français[2], « L’accélération des progrès, la multiplication des échanges internationaux, le développement des NTIC, des réseaux sociaux, etc., ne cessent en effet d’enrichir le lexique des langues, soit par un processus de créativité interne, soit par des emprunts à des langues étrangères ou des influences de celles-ci ». En jetant un regard « rétro-prospectif » à partir des réflexions contenues dans La néologie en français contemporain, ce colloque de dresser un bilan des acquis en néologie et, en même temps, d’identifier les principaux défis à relever pour la recherche dans ce domaine. Parmi les axes privilégiés du colloque, on pourra retenir : - le rôle des bases de données informatisées pour la veille néologique  - la détection et le traitement (semi-)automatique des néologismes  - les méthodes pour l’étude de la néologie sémantique - la néologie dans les langues de spécialité, notamment la terminologisation et la déterminologisation - les emprunts internationaux  - les études contrastives de la néologie - la néologie et les dictionnaires : contraintes variables et politiques éditoriales - l’évolution de la langue en relation avec les évolutions sociétales - l’aménagement linguistique.   [1] Paris, Honoré Champion, coll. « Lexica ». [2] Ch. Jacquet-Pfau, J.-F. Sablayrolles (éds.), Limoges, Lambert-Lucas, coll. « La Lexicothèque », 2016.
Nom du contact: 
Giovanni Tallarico
Courriel du contact: 
giovanni.tallarico@univr.it
Suggéré par: 
Giovanni Tallarico
Courriel: 
giovanni.tallarico@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
17/05/2018
Date de fin de l'événement: 
18/05/2018
Ville de l'événement: 
Verona
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Neologia, lessicologia, terminologia

Fake news, rumeur, intox... Stratégies et visées discursives de la désinformation

Résumé de l'annonce: 
Ce colloque se propose d'étudier le phénomène de l'intox au prisme des sciences du langage.
Le phénomène des intox prend de l'ampleur dans le débat public. On assiste actuellement à une prolifération de dénominations pour le désigner, dont la plus à la mode est sans doute "fake news", portée à l'honneur par le Président américain Donald Trump. Si le phénomène de la rumeur ne date pas d'hier, il est difficile de nier que, grâce à Internet, il connait de nouvelles modalités de création et de diffusion. Dans l'ère de la post-vérité, caractérisée par le développement exponentiel de la blogosphère et des réseaux sociaux, les sources d'informations se multiplient à une vitesse considérable, permettant à n'importe qui de publier et de diffuser les informations les plus disparates. Ce colloque se propose d'étudier le phénomène de l'intox au prisme des sciences du langage. Les approches transdisciplinaires seront les bienvenues. Les langues du colloque sont le français, l'anglais et l'italien.   Fake news, rumeurs, intox, mensonges, faits alternatifs, contre-vérités … Autant de dénominations pour des phénomènes similaires qui semblent être à l’ordre du jour dans l’ère « post-vérité », marquée par un foisonnement exponentiel des sources d’information. S’il est vrai que « la rumeur est vieille comme le monde », il est tout aussi vrai que le l’usage massif d’Internet a contribué à la recrudescence de la diffusion de fausses nouvelles, notamment à travers les médias, la blogosphère et les réseaux sociaux  (Heiderich, 2004 ; Aron et Cognard, 2014 ; Harbulot, 2016). Internet serait ainsi « le médium rêvé de la rumeur » (Froissart, 2002) puisqu’il permet à n’importe qui de publier et de diffuser les nouvelles les plus disparates, jouant sur les peurs des internautes. Dans un climat de scepticisme généralisé, où la confiance dans les institutions et l’élite politique est de plus en plus fragilisée, les « intox » ou informations trompeuses s’instaurent dans le débat public, nourrissent les théories du complot au succès grandissant, s’exprimant parfois à travers des propos haineux. Les polémiques suscitées par la rumeur, alimentées par des questions politiques et/ou sociales (résultats d’élections truqués, attentats, migrants…) semblent être les plus nombreuses, mais celle-ci touche également d’autres domaines, comme les sciences ou la technologie (Doumergue, 2017). Son impact se répercute dans le débat public qui semble dès lors biaisé, et déstabilise le consensus des citoyens. Il suffit de penser aux controverses récentes autour des vaccins ou des scandales alimentaires qui ont suscité de violentes disputes sur les réseaux sociaux et ailleurs. Par ailleurs, la pratique de la désinformation semble être répandue au sein des milieux politiques : songeons, par exemple, à la mystification de l’information opérée par les médias dans le but de fabriquer le consentement populaire (Geng, 1973), ou aux cabinets noirs qui sont en fait des services spécialisés dans la propagation de fausses nouvelles pour décrédibiliser les adversaires politiques. Pour ce qui est du domaine économique, la désinformation est un moyen de se défaire des concurrents, et s’avère être ainsi un élément crucial dans la guerre économique (Harbulot, 2016). Nous essaierons de réfléchir autour des questionnements suivants : - Peut-on définir ce qu’est une « fake-news » (ou information trompeuse), un « fait alternatif », une fausse nouvelle, une intox, etc… ? - Comment les auteurs de ce type d’information mettent-ils en place un contre-discours polémique par rapport à un discours officiel, institutionnel et dominant ? Quelles sont les modalités linguistiques et argumentatives de ce contre-discours ? - Comment réagissent les acteurs sociaux face à cette désinformation présupposée ? Peut-on démystifier les fausses nouvelles et quelles sont les modalités linguistiques par lesquelles se construit cette démystification, qui est à son tour un contre-discours? (rubriques de « désintox » dans les médias, « fact checking », blog du Décodex du journal Le Monde etc.)? Quelles sont les stratégies argumentatives à même d’établir ou de rétablir ce qui est présenté comme « vérité factuelle » ? - En quoi la pratique de la désinformation se rapproche-t-elle d’un discours manipulatoire ? Dans ce cas, comment mettre en évidence les stratégies de rhétorique discursive, les actes de discours implicites qui ont pour but de fourvoyer l’auditoire (métaphores abusives, amalgames, arguments fallacieux… cf. Perelman, Tyteca [1958], 1983 ; Koren 2011, 2012 )? L’objectif de ce colloque est d’analyser l’intox au prisme des sciences du langage. Sans s’y limiter, les contributions pourront aborder les thèmes suivants :   - L’ « intox » (ou information trompeuse) en tant que genre textuel/discursif ; - Constructions narratives, modalités linguistiques, stratégies et visées discursives dans les intox, fake news, fausses nouvelles, désinformations… ; - La phraséologie dans l’intox : motifs, schémas et thèmes récurrents ; - Rapport entre intox, fachosphère et discours de haine ; - Rapport entre désinformation et discours (de vulgarisation) scientifique ; - Stratégies et modalités discursives dans les textes de « désintox » ; - Caractéristiques rhétoriques de la manipulation discursive dans les textes colportant des fausses informations ; - Les stratégies d’évitement et de censure ; - Le rôle de la traduction dans la transmission de fausses nouvelles ou des informations trompeuses. Les approches transdisciplinaires seront les bienvenues. Langues du colloque : français, anglais, italien. Les propositions de communication, sous forme de résumé (environ 500 mots), sont à envoyer à : Rosa Cetro (rosa.cetro@unipi.it) et Lorella Sini (lorella.sini@unipi.it) avant le 30 avril 2018. Chaque résumé, sous format .doc et .pdf, sera précédé du nom de l’auteur.e et de l’institution d’appartenance ; il sera accompagné de 4 mots-clés et d’une courte bibliographie. L’inscription au colloque est gratuite. Calendrier : - février 2018 : lancement de l’appel à communications ; - 30 avril 2018 : date limite pour l’envoi des propositions ; - 30 juin 2018 : notification aux auteur.e.s ; - 4-5 octobre 2018: colloque à l’ université de Pise (Italie).
Nom du contact: 
Rosa Cetro
Courriel du contact: 
rosa.cetro@unipi.it
Suggéré par: 
Rosa Cetro
Courriel: 
rosa.cetro@unipi.it
lorella.sini@unipi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/04/2018
Ville de l'événement: 
Università di Pisa
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
analyse du discours, théories du complot, désinformation, réseaux sociaux, fachosphère
Site web de référence: 
https://intox-pise-2018.sciencesconf.org/

Repères-Dorif

Contenu de l'annonce: 

Phonéticien, écrivain, poète, didacticen, Pierre Léon a été très actif aussi bien sur le plan de la recherche théorique – notamment en prosodie – que du côté de l’enseignement de la prononciation et de la phonétique. À travers les études de Pierre Léon, la voix révèle ses aspects intrigants et...

Image de l'annonce: 
Mots-clés: 
phonétique, phonostylistique, voix, poésie
ISSN format électronique: 
22813020
Titre du numéro: 
Au prisme de la voix. Hommage à Pierre Léon
Catégorie principale: 
Courriel: 
laura.santone@uniroma3.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Enrica Galazzi & Laura Santone
Langue: 
Date de mise en ligne: 
Samedi, Février 10, 2018
Date de parution: 
Jeudi, Mars 1, 2018
Suggéré par: 
Laura Santone

Ecrire, écouter, signifier. Sur l'art verbal de la créatrice surréaliste Giovanna

Contenu de l'annonce: 

Écouter, écrire, signifier : c’est à l’intersection de ces trois pôles que se déploie la  pratique verbale de la créatrice surréaliste Giovanna, membre du dernier groupe d’André Breton. Lire ses œuvres poétiques c’est participer à une prodigieuse orchestration, d’où ressort une jouissance tous...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Sous-catégories: 
Suggéré par: 
Laura Santone
Courriel: 
laura.santone@uniroma3.it
ISBN: 
9788875753016
Collection: 
Proteo
Anonyme
Éditeur: 
Artemide
Lieu de parution: 
Roma
Date de parution: 
Jeudi, Février 15, 2018
Mots-clés: 
linguistique, poétique, rythme, écriture

Métaphore et conflit

Résumé de l'annonce: 
Convegno Métaphore et conflit - Torino, 12-13 aprile 2018
Il Convegno Métaphore et conflit si svolgerà il 12-13 aprile 2018, a Torino,Scuola di Management ed Economia - corso Unione Sovietica 218. Il convegno, le cui lingue ufficiali sono il francese e l'inglese, ha come conferenze plenarie i contributi di Marc Bonhomme e di Christian Plantin (area francese) e di Jonathan Charteris-Black e Andreas Musolff (area inglese)
Nom du contact: 
Ruggero Druetta
Courriel du contact: 
ruggero.druetta@unito.it
Adresse postale: 
Scuola di Management ed Economia, corso Unione sovietica 218/bis - 10134 TORINO
Suggéré par: 
Ruggero Druetta
Courriel: 
ruggero.druetta@unito.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
12/04/2018
Date de fin de l'événement: 
13/04/2018
Ville de l'événement: 
Torino
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Metafora, argomentazione, retorica, analisi del discorso

Convergences et divergences dans la pratique terminologique

De la terminologie spontanée à la terminologie aménagée

Résumé de l'annonce: 
La XIVe Journée scientifique Realiter sera consacrée à la terminologie spontanée et la terminologie aménagée le lundi 2 juillet 2018 (14h30-18h) et le mardi 3 juillet 2018 (9h-13h).
La terminologie naît dans les ateliers, les entreprises, les laboratoires…, partout où des femmes et des hommes pratiquent une activité, travaillent, innovent. En quoi cette terminologie spontanée, forgée sur le terrain par des professionnels, se distingue-t-elle d’une terminologie aménagée, élaborée dans un contexte de normalisation, d’aménagement de la langue ou institutionnel, a priori en dehors des lieux de travail ?  Si la terminologie spontanée et la terminologie aménagée ne répondent a priori pas aux mêmes besoins et poursuivent parfois des objectifs distincts, sont-elles pour autant opposables en tous points ? Ne peut-on identifier les liens entre elles ? Des études de cas peuvent-elles illustrer ce qu’elles ont en commun et ce qui les distinguent ? Ces relations, quand elles existent, divergent-elles d’un domaine de spécialité à l’autre, voire d’un pays à l’autre, selon les politiques linguistiques mises en œuvre ? Les politiques linguistiques jouent-elles un rôle dans les interactions entre ces deux modes de production terminologique ? Si la terminologie spontanée et la terminologie aménagée ont recours à des modes de production différents, il peut être également intéressant d’analyser et de comparer leurs différents modes de diffusion, les canaux que l’une et l’autre empruntent pour leur diffusion, les publics qu’elles ciblent et enfin l’usage des terminologies produites. Les conférences et les communications exploreront les sujets suivants dans les langues romanes : terminologie et politiques linguistiques ; traduire les termes en recourant à la terminologie spontanée ; nouveaux profils et nouvelles compétences des professionnels en terminologie ; nouvelles perspectives et ressources terminologiques pour le travail collaboratif et en ligne ; terminologie et normalisation ; néologie en terminologie ; méthodologie ; corpus pour la terminologie ; diffusion et implantation de la terminologie. Les propositions de communication (environ 400 mots), rédigées dans une des langues officielles du Réseau, devront être envoyées au Secrétariat de Realiter (realiter@unicatt.it) en format .PDF ou en format .doc au plus tard le 19 mars 2018 et devront être accompagnées des coordonnées de l’auteur ou, le cas échéant, des auteurs. Dans le document en .PDF ou .doc ne doivent figurer que le titre et la proposition de communication ; aucun élément qui puisse identifier le ou les auteurs ne doit y apparaître. Dans le message électronique destiné au Secrétariat (avec en pièce jointe le document en .PDF ou en .doc et une photo de l’auteur), le nom de l’auteur ainsi que l’institution d’appartenance doivent être spécifiés clairement. Toutes les propositions reçues seront soumises à l’évaluation du Comité scientifique. Le 2 juillet 2018, à 10h30, se tiendra la réunion du Comité Scientifique REALITER (à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, 6 rue des Pyramides, 75001 Paris ; salle 408) Le 3 juillet 2018, à 15h30, se tiendra l’Assemblée générale REALITER (au ministère de la Culture, 182 rue Saint-Honoré, 75001 Paris ; salle Claudie-Georges François)   Calendrier 19 mars 2018 : Date limite de réception des communications. 6 avril 2018 : Notification d’acceptation des propositions des communications. 30 septembre 2018 : Réception de la version définitive de la contribution.     Comité scientifique Marta de Blas, Universitat Politècnica de Catalunya Manuel Célio Conceição, Universidade do Algarve et Conseil Européen pour les Langues Pierrette Crouzet-Daurat, Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) Loïc Depecker, Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) Joaquín García Palacios, Universidad de Salamanca Estela Lalanne de Servente, Colegio de Traductores Públicos de la Ciudad de Buenos Aires Corina Lascu Cilianu, Academia de Studii Economice din Bucureşti Manuel Núñez Singala, Universidade de Santiago de Compostela Maria Pozzi, El Colegio de México Etienne Quillot, Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) Danielle Turcotte, Office québécois de la langue française Maria Teresa Zanola, Università Cattolica del Sacro Cuore   Secrétariat Patrizia Guasco et Claudio Grimaldi, Secrétariat Realiter
Nom du contact: 
Claudio Grimaldi
Courriel du contact: 
realiter@unicatt.it
Adresse postale: 
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Suggéré par: 
Claudio Grimaldi
Courriel: 
claudio.grimaldi@unicatt.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
19/03/2018
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
terminologie, normalisation, politiques linguistiques
Site web de référence: 
www.realiter.net

Pages

S'abonner à RSS - Linguistique