Vous êtes ici

Linguistique

Troisième journée IPFC-Italie

Résumé de l'annonce: 
Entrelacs phonologiques : hommage à Bernard Laks
Le 21 décembre prochain le groupe IPFC-Italie organise une rencontre de phonologie française (acquisition, perception, sociolinguistique, prosodie) dédié à la carrière de Bernard Laks, figure de proue de la phonologie française contemporaine, tant sur le plan théorique que descriptif. Colloque international organisé par le groupe IPFC-ITALIE (interphonologie du français contemporain): Université de Rome Sapienza, Université Catholique de Milan, Université de Trieste. Université Ca' Foscari de Venise.
Nom du contact: 
Oreste Floquet
Courriel du contact: 
oreste.floquet@uniroma1.it
Adresse postale: 
Circonvallazione tiburtina 4, 00185 - Roma
Suggéré par: 
ORESTE FLOQUET
Courriel: 
oreste.floquet@uniroma1.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
21/12/2018
Date de fin de l'événement: 
21/12/2018
Ville de l'événement: 
Roma
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Laks, IPFC, phonologie

Superare l'evanescenza del parlato.

Metodi e tecniche di trascrizione e annotazione di dati orali

Résumé de l'annonce: 
L’iniziativa ha come obiettivo una ricognizione degli sviluppi scientifici nel campo del riconoscimento del parlato per scopi diversi e la loro applicazione in attività di trascrizione e annotazione di dati di parlanti nativi e non nativi di lingue diverse.
La ricognizione viene effettuata da otto specialisti delle diverse aree pertinenti, ovvero riconoscimento del parlato, fonetica acustica, sociofonetica della variazione, linguistica forense, annotazione automatica e manuale della prosodia, annotazione di errori. Le attività di trascrizione comportano l’utilizzo di tecniche diverse tramite i software disponibili (ELAN, PRAAT) applicate a parlato di nativi e non nativi al fine di diffondere le conoscenze e le abilità operative per l’analisi del parlato a un pubblico qualificato ancorché non specialista e in particolare interessato a processi di acquisizione linguistica in contesti multilingui. L’iniziativa è rivolta sia a studiosi operanti nei campi sopra nominati, per favorire un confronto critico delle metodologie retrostanti le tecniche presentate, sia a giovani studiosi addottorandi, addottorati e assegnisti in scienze linguistiche per favorire la consapevolezza dei fattori critici relativi al trattamento di dati linguistici parlati al fine di analisi con rilevanza teorica delle regolarità e delle strutture in essi riscontrati. L’iniziativa intende sensibilizzare e preparare alle tecniche e ai metodi di trascrizione e annotazione di dati orali che costituiscono la base documentale per indagini scientifiche a diversi livelli di analisi, dalla fonologia attraverso la morfosintassi e la semantica fino alla pragmatica. La consapevolezza della necessità di disporre di dati attendibilmente trattati è uno degli aspetti importanti della formazione scientifica di addottorandi, assegnisti e ricercatori che unisce saperi tradizionali di linguistica con tecniche digitali e informatiche che costituiscono la prospettiva di innovazione nel campo della ricerca umanistica. La maggiore diffusione di tali conoscenze potrà avere ripercussioni in ambito applicativo al di fuori degli studi di linguistica, per esempio in ambito forense.
Nom du contact: 
Jacopo Saturno
Courriel du contact: 
jacopo.saturno@unibg.it
Adresse postale: 
Bergamo, Via Salvecchio 19 – Aula 5
Suggéré par: 
Università degli Studi di Bergamo, Università Italo-Francese
Courriel: 
jacopo.saturno@unibg.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
08/11/2018
Date de fin de l'événement: 
10/11/2018
Ville de l'événement: 
Bergamo
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
trascrizione, fonetica, prosodia, corpora, sociofonetica
Site web de référence: 
www.unibg.it

Dictionnaires et culture numérique dans l'espace francophone

Résumé de l'annonce: 
Ce colloque s’intéresse à l’impact du numérique sur la conception et la production des dictionnaires de langue dans l’espace francophone et invite les intervenants à réfléchir aux retombées de ces transformations sur la lexicographie en particulier, mais aussi sur la langue au sens large, autant sur les plans linguistiques que sociolinguistiques.
La 1re édition de ce colloque, qui a eu lieu à l’Université de Sherbrooke en septembre 2016, nous a notamment permis de faire l’inventaire des nouvelles ressources rendues disponibles par l’avènement du Web 2.01. Pour la 2e édition, nous voulons plutôt mettre l’accent sur le traitement de la langue dans les dictionnaires, sur le rapport de l’usager avec cet outil à la fois commun et complexe, et sur la répartition des savoirs dans les dictionnaires institutionnels et dans les dictionnaires profanes.
Nom du contact: 
Chiara Molinari
Courriel du contact: 
chiara.molinari@unimi.it
Suggéré par: 
Chiara Molinari
Courriel: 
chiara.molinari@unimi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
16/10/2018
Date de fin de l'événement: 
17/10/2018
Ville de l'événement: 
Milano
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
http://dictionnairesetsocietes.evenement.usherbrooke.ca/index.html

Les relations culturelles franco-italiennes : regards conflictuels

Résumé de l'annonce: 
La revue Synergies Italie lance un appel à contributions pour la publication du n°15 sur le thème suivant : "Les relations culturelles franco-italiennes : regards conflictuels" - Numéro coordonné par Antonella Amatuzzi (Université de Turin).
La revue Synergies Italie, revue francophone indexée dans de nombreuses bases de revues scientifiques dont ERIH PLUS, Scopus et Anvur, lance un appel à contributions pour la publication du n°15 sur le thème suivant : "Les relations culturelles franco-italiennes : regards conflictuels" - Numéro coordonné par Antonella Amatuzzi (Université de Turin) Au fil des siècles la France et l’Italie ont entretenu des relations culturelles étroites et privilégiées, fondées sur des valeurs communes partagées. Néanmoins, des phases d’estime et de compréhension réciproques ont alterné avec des moments plus tendus, dominés par la rivalité, le mépris, la concurrence. Souvent, notamment en concomitance avec des contextes socio- politiques conflictuels, les occasions de rencontre et de partage se sont transformées en hostilités, divergences de vues, mésententes, rendez-vous manqués (Bertrand et alii, 2016 ; Garelli, 1999) . La complexité de la réalité politique actuelle, qui rend la teneur des rapports franco-italiens particulièrement délicate, nous invite à cristalliser notre attention sur des situations et des cas de contraste, de lutte, d’affrontement qui ont traversé l’histoire profonde des liens culturels et humains entre France et Italie. Les contributions pourront porter sur : - la production littéraire et artistique, pour examiner des cas d’auteurs et d’ouvrages qui témoignent du rapport difficile entre France et Italie à certaines époques, lorsque des tensions d’ordre politique se projettent négativement sur les expressions culturelles (Balsamo, 1992 ; Melani, 2011 ; Bianchi, R., Dogliani, P., Zanfi, C., 2018) : modèles esthétiques répandus et appréciés dans un pays mais rejetés ou contestés de l’autre côté des Alpes ; œuvres ou auteurs peu ou mal reconnus ; querelles et débats littéraires où des divergences et des antagonismes se sont manifestés - des documents appartenant à des genres textuels variés (correspondances, articles de journaux...) décrivant la rivalité et l’opposition entre France et Italie ainsi que les modalités à travers lesquelles l’idée de conflit s’exprime au plan linguistique, que ce soit au niveau du lexique, de la syntaxe ou du style (Charbonnel, Kleiber, 1999 ; Charaudeau, 2005; Fasciolo, M., Rossi, M., 2016; Amossy, Herschberg-Pierrot, 2016) : lexique employé pour faire place aux sentiments d’agressivité et de violence ; stéréotypes ; expressions métaphoriques qui se réfèrent entre autres à la guerre et au monde militaire ou à la rupture, ou bien, au contraire, stratégies pragmatiques (par exemple, de modulation) qui visent à la médiation et à la résolution des contrastes. - des cas où les deux états ont déployé les « armes » de la diplomatie culturelle pour empêcher ou endiguer les conflits, afin d’évaluer le rôle que cette « puissance douce » (soft power) a pu jouer à côté des relations diplomatiques officielles, formelles, « dures » (Roche, F., 2001 ; Tobelem, 2007 ; Billion, D., Martel. F., 2013): politiques culturelles mises en place; exemples de produits culturels instrumentalisés et utilisés, d’une part comme éléments d’endoctrinement et de propagande au service d’un gouvernement ou, d’autre part, comme formes de résistance au pouvoir politique, en tant que catalysateurs de l’identité nationale. La réflexion pourra être bidirectionnelle (France vs. Italie ou inversement), sans exclure de prendre en compte d’autres pays pour permettre, dans une optique comparative, une compréhension plus vaste et dynamique de la complexité des conflits culturels franco-italiens. Les propositions d’articles seront présentées sous forme d’un résumé de deux pages maximum (format A4, police Times taille 10), incluant 5 mots-clés et les éléments essentiels de bibliographie, et envoyées par courriel à l'adresse suivante : synergies.italie@gmail.com Elles seront transférées pour évaluation au comité scientifique de la revue. Calendrier : Date limite de l’envoi des résumés : 01 mars 2019 Retour des avis aux auteurs : 01 avril 2019 Envoi des articles : Avant le 01 juin 2019
Nom du contact: 
Redazione "Synergies Italie"
Courriel du contact: 
synergies.italie@gmail.com
Suggéré par: 
Rachele Raus
Courriel: 
rachele.raus@unito.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
01/03/2019
Ville de l'événement: 
Torino
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Didactique des langues-culture, Sciences du langage, Sciences de la communication
Site web de référence: 
https://gerflint.fr/synergies-italie

Translation as Political Act/ La traduction comme acte politique/ La traduzione come atto politico

Résumé de l'annonce: 
Colloque international organisé par l’Università di Perugia, Dipartimento di Scienze Politiche en collaboration avec Genealogies of Knowledge Project (University of Manchester).
Translation as Political Act/ La traduction comme acte politique/ La traduzione come atto politico Perugia, 9-10 May/ mai/ maggio 2019 International Conference at the University of Perugia, Dipartimento di Scienze Politiche in collaboration with the Genealogies of Knowledge project (University of Manchester) Colloque international organisé par l’Università di Perugia, Dipartimento di Scienze Politiche en collaboration avec Genealogies of Knowledge Project (University of Manchester) Convegno internazionale organizzato dall’Università di Perugia, Dipartimento di Scienze Politiche in collaborazione con il Genealogies of Knowledge Project (University of Manchester) CALL FOR PAPERS Translation, both in the restricted sense of interlinguistic rewriting and the broader sense of a set of cultural and political activities, has increasingly featured in studies promoting a critical understanding of the development of political ideas and of global history. The humanities and the social sciences have experienced a translational turn, and are increasingly using translation as an analytical concept rather than merely a metaphor designating shifting disciplinary boundaries and cultural encounters in contemporary societies. Translation practices have played and continue to play a key role in a number of social and political fields. It is through translation that political concepts emerging in one cultural environment travel to other spaces and impact intellectual and social debates in new contexts. Intergovernmental diplomacy has often been conducted through translation, and social and international conflicts are often mediated, assuaged, or exacerbated through translation. Translation remains one of the main vehicles through which globalization processes are enabled; it operates at the interstices of military, economic and cultural power. Both governmental and non-governmental agencies, as well as international entities such as the UN and the EU, rely on translation for the dissemination of information as well as for purposes of intelligence and propaganda. Translation also plays an instrumental role in new(s) media, and hence in circulating or resisting alternative narratives and ideologies. The conference seeks to address four areas of particular interest. The first area concerns the role of translation in the development and dissemination of political ideas; the second area considers how translation operates in the context of institutional politics; the third looks at how social movements and interest groups use translation to advance their agendas or political demands; finally, the fourth area concerns translation practices in the media, focusing on international politics. We welcome proposals at the interface of translation and politics from diverse theoretical and methodological perspectives. Topics to be addressed include, but are not restricted to, the following: • Translation and political communication • Translation policies in multilingual institutions and states • Political terminology and translation • Corpus-based studies of translated political discourse • Translation and the circulation of information in social networks • Transnational media and translation • News translation and international relations • Translation and democracy • Translation and the reception of political concepts • Translation and censorship • Translation and activism • Translation and cultural diplomacy • The role of translators in international cooperation • Translation, interpreting and human rights • Translation and Internet politics • Translation and ideology • Translation and identity politics • Translation and migration policies • Translation and globalization SUBMITTING A PROPOSAL The official languages of the conference will be English, Italian and French. Oral presentations of 20 minutes will be followed by 10 minute discussions. Abstracts of 300 words, accompanied by 3 keywords, should be submitted in any of these languages by November 15th, 2018 via the conference website http://home.translationaspoliticalact.net. APPEL À COMMUNICATIONS La traduction, dans son sens restreint de réécriture interlinguistique et dans son sens plus large d’ensemble de pratiques culturelles et politiques, a pris une importance croissante dans les études privilégiant une compréhension critique du développement des idées politiques et de l’histoire globale. Les sciences humaines et sociales ont récemment connu un véritable ‘tournant traductionnel’ (translational turn) et elles envisagent de plus en plus la traduction comme concept analytique plutôt que comme simple métaphore désignant les frontières mouvantes des disciplines et les rencontres culturelles dans les sociétés contemporaines. Les pratiques traductives ont joué et continuent à jouer un rôle majeur dans les domaines social et politique. C’est par le biais de la traduction que les idées politiques circulent d’un milieu à l’autre, favorisant les échanges et suscitant des débats intellectuels et sociaux. De plus, les négociations diplomatiques ont souvent été menées ayant recours à la traduction et les conflits internationaux ou sociaux sont fréquemment arbitrés, résolus, ou attisés par la traduction. La traduction est également l’un des principaux moyens qui favorise le processus de mondialisation ; elle œuvre au point de jonction du pouvoir économique, culturel et militaire. Les agences gouvernementales et non gouvernementales, les organisations internationales, telles l’ONU et l’UE, font appel à la traduction pour la diffusion des informations, ainsi que pour leurs activités de propagande et de renseignement. La traduction joue également un rôle déterminant dans les médias et par conséquent dans la circulation ou dans le refus de narrations et d’idéologies alternatives. Ce colloque entend explorer des problématiques associées à quatre axes de recherche principaux. Le premier concerne le rôle de la traduction dans le développement et la diffusion des idées politiques ; le deuxième prend en considération les pratiques traductives au sein des institutions politiques ; le troisième envisage les pratiques collectives de la traduction politique au sein des mouvements sociaux et des groupes d’intérêt ; le quatrième porte sur les pratiques de la traduction journalistique, notamment dans le domaine de la politique internationale. Les propositions traitant de l’interface entre traduction et politique vue sous divers angles théoriques et méthodologiques seront les bienvenues. Sans s’y limiter, les contributions pourront aborder les thèmes suivants : • Traduction et communication politique • Politiques de la traduction dans les institutions et les pays multilingues • Terminologie politique et traduction • Études de corpus et traduction du discours politique • Traduction et circulation de l’information dans les réseaux sociaux • Traduction et médias transnationaux • Traduction journalistique et relations internationales • Traduction et démocratie • Traduction et réception des idées politiques • Traduction et censure • Traduction et activisme • Traduction et diplomatie culturelle • Le rôle des traducteurs dans la coopération internationale • Traduction, interprétation et droits humains • Traduction et politique sur Internet • Traduction et idéologie • Traduction et identité politique • Traduction et politiques de migration • Traduction et globalisation SOUMETTRE UNE PROPOSITION Les langues du colloque sont l’anglais, le français et l’italien. Les communications auront une durée de 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de discussion. Les propositions de communication, sous forme de résumé (environ 300 mots), sont à envoyer avant le 15 novembre 2018 via le site du colloque (http://home.translationaspoliticalact.net). PROPOSTE DI CONTRIBUTI La traduzione, sia nel senso più ristretto di riscrittura interlinguistica, sia intesa come insieme di attività culturali e politiche, ha assunto un rilievo sempre maggiore nell’ambito degli studi che promuovono la comprensione critica dello sviluppo delle idee politiche e della storia globale. Nelle scienze umane e sociali si è verificata una ‘svolta traduttiva’ (translational turn), per cui la traduzione si presenta non solo come metafora che rimanda alla mutabilità dei confini disciplinari e agli scambi culturali che hanno luogo nel mondo contemporaneo, ma anche come strumento analitico. La traduzione ha svolto e svolge tuttora un ruolo chiave in diverse aree sociali e politiche, ed è attraverso la traduzione che i concetti politici emersi in un particolare contesto culturale si diffondono in altri ambiti, favorendo così lo scambio delle idee e stimolando il dibattito intellettuale e sociale. Inoltre, le relazioni diplomatiche tra gli stati sono spesso condotte attraverso la traduzione, mentre i conflitti sociali e internazionali sono frequentemente mediati, sopiti o esacerbati proprio attraverso quest’ultima. La traduzione continua ad essere uno dei mezzi principali che rende possibili i processi di globalizzazione, operando nei punti di intersezione tra i poteri militare, economico e culturale. Le agenzie governative e non-governative, nonché organizzazioni internazionali quali le Nazioni Unite e l’Unione Europea, dipendono dalla traduzione sia per la diffusione delle informazioni, sia per scopi propagandistici e di intelligence. Infine, le pratiche di traduzione sono parte integrante del ruolo giocato dai media nel diffondere o contrastare discorsi e ideologie discordanti. Il convegno si articola attorno a quattro aree tematiche: la prima riguarda il ruolo della traduzione nello sviluppo e nella diffusione delle idee politiche; la seconda prende in considerazione le pratiche traduttive nel contesto della politica istituzionale; la terza esamina le pratiche collettive della traduzione politica nell’ambito dei movimenti sociali e dei gruppi di interesse; la quarta area, infine, riguarda le pratiche traduttive all’interno dei media, con particolare riguardo alla politica internazionale. Le proposte possono affrontare i molteplici rapporti fra traduzione e politica secondo diverse ottiche (inter)disciplinari e prospettive metodologiche. A titolo indicativo, si propongono i seguenti nuclei tematici: • Traduzione e comunicazione politica • Politiche e pratiche traduttive nelle istituzioni e nei paesi multilingui • Terminologia politica e traduzione • Corpora e analisi del discorso politico in traduzione • Traduzione e circolazione delle informazioni nei social network • Traduzione e media transnazionali • Traduzione giornalistica e relazioni internazionali • Traduzione e democrazia • Traduzione e ricezione delle idee politiche • Traduzione e censura • Traduzione e attivismo • Traduzione e diplomazia culturale • Il ruolo dei traduttori nella cooperazione internazionale • Traduzione, interpretazione e diritti umani • Traduzione e politica in Internet • Traduzione e ideologia • Traduzione e identità politica • Traduzione e politiche migratorie • Traduzione e globalizzazione Le lingue ufficiali del convegno sono: inglese, italiano e francese. Le comunicazioni avranno la durata di 20 minuti, a cui seguiranno 10 minuti di discussione. Gli abstract delle proposte (circa 300 parole) devono essere inviati entro il 15 novembre. Organizing Committe/ Comitato organizzativo/ Comité d’organisation • Diana Bianchi (University of Perugia, Italy) • Jan Buts (University of Manchester, UK) • Henry Jones (University of Manchester, UK) • Francesca Piselli (University of Perugia, Italy) • Federico Zanettin (University of Perugia, Italy) Invited Speakers/ Conférenciers invités/ Relatori invitati • Mona Baker (University of Manchester, UK & Jiao Tong University, China) • Nicole Doerr (University of Copenhagen, Denmark) • Fruela Fernandez (Newcastle University, UK & Universidad Complutense, Spain) • Lynne Franjié (Université Lille 3, France) • Guy Rooryck (Universiteit Gent, Belgium) and Lieve Jooken (Universiteit Gent, Belgium) Scientific Committee/ Comitato scientifico/ Comité scientifique • Anna Baldinetti (University of Perugia, Italy) • Diana Bianchi (University of Perugia, Italy) • Esperança Bielsa (Universidad Autonoma de Barcelona, Spain) • Nadine Celotti (University of Trieste, Italy) • Michael Cronin (Trinity College Dublin, Ireland) • Chiara Elefante (University of Bologna, Italy) • Nicolas Froeliger (Université Paris Diderot, France) • Chantal Gagnon (Université de Montréal, Canada) • Luis Pérez-González (University of Manchester, UK) • Mathieu Guidère (Université de Paris 8, France) • Moira Inghilleri (University of Massachusetts, US) • Antonio Lavieri (University of Palermo, Italy) • Denise Merkle (Moncton Université, Canada) • Maeve Olohan (University of Manchester, UK) • Francesca Piselli (University of Perugia, Italy) • Fausto Proietti (University of Perugia, Italy) • Vicente Rafael (University of Washington, US) • Chris Rundle (University of Bologna, Italy) • Christina Schaeffner (Professor Emerita, Aston University, UK) • Federico Zanettin (University of Perugia, Italy) • Maria Teresa Zanola (Catholic University of Milan, Italy) REGISTRATION/ INSCRIPTION/ ISCRIZIONE • January 15th, 2019 / 15 janvier 2019 / 15 gennaio 2019: Registration opens / Ouverture des inscriptions au colloque / Apertura iscrizioni al convegno. Early bird fee / Tarif réduit / Tariffa ridotta: 30 Euro. • February 28th, 2019 / 28 février 2019 / 28 febbraio 2019: Early bird registration closes / Date limite pour les frais d'inscription à tarif réduit / Termine iscrizione a tariffa ridotta. Regular fee / Tarif standard / Tariffa standard: 50 Euro. • University of Perugia staff and students / Étudiants et staff de l’Université de Pérouse : free (registration is required) / gratuit (inscription requise) / Personale e studenti dell'Università di Perugia: gratis ( è richiesta l'iscrizione). • Registration closes / Clôture des inscriptions / Chiusura delle iscrizioni: April 30th, 2019 / 30 avril 2019 / 30 aprile 2019. • The registration fee includes / Les frais d’inscription comprennent / La tariffa d’iscrizione comprende: 3 coffee breaks, 1 light lunch and conference materials/ 3 pauses-café, 1 déjeuner-buffet et les matériaux du colloque / La tassa di iscrizione comprende: 3 pause caffè, 1 pranzo leggero e i materiali del convegno. • All participants will be given a certificate of attendance / Tous les participants recevront une attestation de participation au colloque / Tutti i partecipanti riceveranno un attestato di partecipazione. • For further information on registration, accommodation, travel etc., see the conference website: http://home.translationaspoliticalact.net. /Pour tout renseignement concernant la registration, le voyage et le logement, veuillez consulter le site du colloque : http://home.translationaspoliticalact.net. /Per ulteriori informazioni sull’iscrizione, l’alloggio, il viaggio, ecc., si consiglia di consultare il sito del con convegno: http://home.translationaspoliticalact.net.
Nom du contact: 
Francesca Piselli
Courriel du contact: 
francesca.piselli@unipg.it
Adresse postale: 
Dipartimento di Scienze Politiche - Perugia
Suggéré par: 
Francesca Piselli
Courriel: 
francesca.piselli@unipg.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/11/2018
Date de fin de l'événement: 
15/11/2018
Ville de l'événement: 
Perugia
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
traduzione, politica
Site web de référence: 
http://home.translationaspoliticalact.net

Phraséologie et stylistique de la langue littéraire

13-15 mars 2019, Friedrich Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg (Allemagne)

Résumé de l'annonce: 
Appel à communications / Colloque International organisé dans le cadre du Projet de recherche franco-allemand ANR-DFG PhraseoRom / Erlangen, 13 – 15 mars 2019
Ce colloque international, dédié à la Phraséologie et à la Stylistique de la langue littéraire est organisé dans le cadre du projet de recherche franco-allemand PhraseoRom, soutenu par l’ANR et la DFG. Il se veut un lieu d’échange sur les nouvelles approches dans le domaine de la phraséologie de la langue littéraire. Une attention particulière sera accordée aux analyses linguistiques et discursives des expressions polylexicales statistiquement pertinentes dans des textes littéraires, aux approches d’identification des genres littéraires sur la base de méthodes statistiques ainsi qu’à la stylistique littéraire. Les études porteront essentiellement mais non exclusivement sur les romans allemands, anglais et français contemporains (après 1950). Des travaux sur des œuvres littéraires appartenant à d’autres périodes seront également les bienvenus. Le colloque comprendra trois volets thématiques : 1. Analyses linguistiques et discursives des unités polylexicales dans les textes littéraires (collocations, colligations, motifs) 2. Application des méthodes statistiques et de la linguistique de corpus aux textes littéraires 3. Stylistique des genres littéraires : dans une langue donnée ou dans une perspective contrastive (allemand/anglais/français) et selon une approche quantitative. Seront également bienvenues des propositions transversales et thématiquement connexes. Le colloque comprendra deux sections : Section 1 : recherches statistiques appliquées aux grands corpus littéraires Section 2 : analyses linguistiques et stylistiques des genres littéraires, stylistique empirique des corpus Les propositions de communication (1 page maximum, références comprises ; DOC et PDF) en allemand, en anglais ou en français sont à envoyer à l’adresse suivante : conference-phraseorom@fau.de. Calendrier : Date limite de l’envoi des propositions : 30 septembre 2018 Date limite de notification d’acceptation/refus : 31 octobre 2018 Date du colloque : 13-15 mars 2019 Frais d’inscription : 60 € (20 € pour les doctorants) Lieu du colloque : Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Institut für Romanistik, Bismarckstraße 1, 91054 Erlangen, Allemagne Organisation et contact : Ludwig Fesenmeier (FAU Erlangen-Nürnberg) Stefan Koch (FAU Erlangen-Nürnberg) Courriel : conference-phraseorom@fau.de https://www.romanistik.phil.fau.de/phraseorom
Suggéré par: 
Ilaria Vidotto
Courriel: 
ilaria.vidotto2@unibo.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/09/2018
Date de fin de l'événement: 
15/03/2019
Ville de l'événement: 
Erlangen - Nürnberg
Type d'événement: 
Appels à projet
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
https://www.romanistik.phil.fau.de/tagung-phraseorom-call-for-papers-fr/

Repenser l'étude des langues à l'université: le défi des humanités numériques?

CfP Etudes de Linguistique Appliquée (ELA)

Résumé de l'annonce: 
Appel à contributions pour un numéro de la revue Etudes de Linguistique Appliquée à paraitre en juin 2019
Cher-e-s collègues, Nous avons le plaisir de vous communiquer, en pièce-jointe, l'appel à contribution pour un numéro des ELA, en lien avec le colloque du Pôle d’Élaboration de Ressources Linguistiques (PERL-USPC) en novembre dernier, avec le soutien de l'AFLA. Repenser l’étude des langues à l’université : le défi des humanités numériques? Coordination : Alice Burrows (PERL - Université Sorbonne Nouvelle), Rosa Cetro (Université de Pise), Natalie Kübler (PERL - Université Paris Diderot), Grégory Miras (Université de Rouen Normandie). Texte de cadrage de l’appel à contribution L’objectif de ce numéro est de proposer des contributions présentant une réflexion théorique, des études de cas ou des retours d’expériences ayant comme point commun d’interroger les rapports entre l’étude des langues à l’université et les perspectives ouvertes par les humanités numériques. Il s’agira donc de comprendre la synergie entre les études de linguistique située (Condamines & Narcy-Combes, 2015) et les possibilités ouvertes par les humanités numériques (Terras et al., 2013 ; Dacos & Mounier, 2014 ; Dumouchel, 2015) dans le contexte spécifique de l’Université au XXIe siècle. Le numéro cherchera, dans un premier temps, à questionner les humanités numériques dans une perspective pluri-inter-transdisciplinaire (Claverie, 2010) quant à la prise en compte et l’intégration du numérique (mégadonnées, plate-forme, e-learning, etc.) dans l’étude des langues à l’université. Ce questionnement présente deux aspects : d’une part, l’entrée massive du numérique en milieu universitaire est le résultat d’une volonté politique (Avis du Conseil National du Numérique, mai 2016), d’autre part, le numérique s’offre, pour les chercheurs et les enseignants des langues, comme un potentiel accélérateur de pratiques - pédagogiques, discursives.... - (Karsenti & Larose, 2001). Ces deux facettes du questionnement interrogent la notion de transformation (voir l’appel à manifestation d’intérêt, 2017[1]) liée à l’introduction du numérique en milieu universitaire. Le Conseil National du Numérique propose ainsi de graduer l’implémentation des technologies du numérique à l’université en deux phases : une phase exploratoire et une phase de transformation. L’entrée dans la phase de transformation signifierait ainsi une remise en cause radicale des pratiques universitaires en général, et des pratiques en langue (recherche et transmission) en particulier. Or, certains chercheurs pointent le risque contenu dans cette notion de transformation (Springer, 2016), lorsqu’elle n’émane pas directement des acteurs du terrain (marche vers l’industrialisation des pratiques linguistiques, accélération des coupes budgétaires, etc.). Néanmoins, la transformation est également un processus indissociable de la recherche. Dans leur ouvrage, Karsenti et Larose (2001) avançaient justement le potentiel du numérique comme accélérateur pédagogique. L’introduction de l’outil devient, dans cette perspective, une potentialité de questionnement sur les pratiques linguistiques (pratiques de recherches, comme d’enseignement/ apprentissage, mais aussi de communication). Le numéro mettra en relation, dans un second temps, ces questionnements pluridisciplinaires avec les travaux en Sciences du langage qui s’inscrivent dans les perspectives des humanités numériques (Pitman & Taylor, 2017). Il s’agira alors de voir comment les études en Sciences du langage éclairent ces phénomènes de transformation via des formes de modélisation, dans plusieurs directions : l’enseignement/apprentissage et l’acquisition des langues (dématérialisation des formations en langues (Nissen, 2014), l’utilisation des corpus pour l’enseignement des langues (Boulton & Tyne, 2014), les outils de recherche pour les processus d’acquisition en langue (Pelletieri, 2000), les pratiques linguistiques (multimodalités des interactions médiées par le numérique (Develotte, Kern & Lamy, 2011 ; Smith, 2003 ; Paveau, 2017), les grands corpus pour la traduction (Baker, 1996 ; Zanettin, 2000 ; Kübler, 2011), le discours numérique (Thurlow & Mroczek, 2011 ; Paveau, 2015) et l’ergonomie des outils numériques (Bastien & Scapin, 1993), place et tâches des spécialistes du développement informatique (Potvin, Power & Ronchi, 2014). Enfin, dans un troisième temps, le numéro s’attardera à analyser les défis des enjeux des humanités numériques dans les Sciences du langage à l’université pour en soulever les impensés (Grangeon, 2016). Il s’agira ici de mettre au centre de l’analyse les préoccupations des acteurs universitaires (Duclos, 2015) qui peuvent être soulevées par de telles transformations. Ce troisième temps du numéro étudiera les modifications du rapport des acteurs universitaires avec leur travail qu’entraîne l’introduction du numérique dans le champ universitaire (Grangeon & Magis, 2016). On centrera alors l’attention sur les conséquences des pratiques numériques sur la propriété intellectuelle (étude de l’INPI, 2015) mais également sur les formes de prise en considération des préoccupations des acteurs du contexte universitaire. Dans ce sens, un meilleur accompagnement des transformations permettra-t-il la prise en compte de ces préoccupations pour des modifications des pratiques numériques. Dates importantes : 1. Date limite d’envoi des résumés (3 pages, ou 6 000 signes, espaces non compris, mais incluant la bibliographie) : 15 septembre 2018 2. Réponse aux auteurs sur la sélection des résumés : 1er octobre 2018 3. Version complète (12 pages, bibliographie incluse) : 15 décembre 4. Version corrigée : 11 mars 2019 5. Version finale : 11 mai 2019 6. Publication : 11 juin 2019 Informations : Site web : www.afla-asso.org/ela2019/ Contact : alicehelene.burrows@gmail.com Bibliographie : Avis du conseil national du numérique, (2016). Université numérique : du temps des explorateurs à celui de la transformation. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.https://cnnumerique.fr/wp-content/uploads/2016/05/CNNum_Avis2016-1_ESR-4.pdf Baker, M., (1996). « Corpus-based Translation Studies. The Challenges that Lie Ahead ». In : Somers, Harold (Ed.). Terminology, LSP and Translation. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company. p. 175-186. Bastien, J.M.C., Scapin, D., (1993). Ergonomic Criteria for the Evaluation of Human-Computer interfaces. Institut National de recherche en informatique et en automatique. Boulton A. & Tyne H. (2014). Des documents authentiques aux corpus. Démarches pour l'apprentissage des langues. Paris : Didier. Claverie, B., (2010). « Pluri-, inter-, transdisciplinarité : ou le réel décomposé en réseaux de savoir », Projectics / Proyéctica / Projectique 2010/1 (n° 4). p. 5-21. Condamines, A., Narcy-Combes J.-P., (2015). « La linguistique appliquée comme science située ». In : F. Carton, J.-P. Narcy-Combes, M.-F. Narcy-Combes, D. Toffoli. Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve Éditions. p. 209-229 Dacos, M., Mounier, P., (2014). Rapport Humanités numériques. Institut français. Open Édition. Develotte, C., Kern, R., Lamy, M.-N., (2011). Décrire la conversation en ligne, le face à face distanciel. Paris : ENS Éditions. Duclos, A. M., (2015). « La résistance au changement : un concept désuet et inapproprié en éducation ». Psychologie & Éducation. p. 33-45. Dumouchel, S., (2015). « Les Humanités Numériques : une nouvelle discipline universitaire? ». Digital Humanities à l’IHA. http://dhiha.hypotheses.org/1539 Etude de l’INPI, (2015). La propriété intellectuelle & la transformation numérique de l’économie. https://www.inpi.fr/fr/services-et-prestations/etude-pi-et-economie-numerique Granjon, F., (2016). « Présentation du dossier ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/726 Granjon, F., Magis, C., (2016). « Critique et humanités numériques ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/748 Karsenti, T. et Larose, F. (dir.) (2001). Les TIC… au cœur des pédagogies universitaires. Québec : Presses de l’Université du Québec. Kübler, N. (2011) « Working with different corpora in translation teaching ». In Frankenberg-Garcia A., Flowerdew, L., Aston G., (Eds.). New Trends in Corpora and Language Learning. London: Continuum. p. 62-80. Nissen, E. (2014). « Les spécificités des formations hybrides en langues ». Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication (Alsic), vol. 17. http://alsic.revues.org/2773. Paveau, M.-A., (2015). « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires [En ligne], 2014-1. http://itineraires.revues.org/2313 Paveau, M.-A., (2017). « L’écriture numérique. Standardisation, délinéarisation, augmentation », Fragmentum, n°48. https://periodicos.ufsm.br/fragmentum/article/view/23296/15104 Pelletieri, J., (2000). « Negotiation in n° 4, ENS Cyberspace - the Role of Chatting in the Development of Grammatical Competence ». In Warschauer, M., Kern R. (Dir.). Network-based LT : Concepts and Practice. Cambridge : CUP. p.59-86. Pitman, T., Taylor, C., (2017). « Where’s the ML in DH? And Where’s the DH in ML? The Relationship between Modern Languages and Digital Humanities, and an Argument for a Critical DHML ». Dhq, vol 11.1 [en ligne]. http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/11/1/000287/000287.html Potvin, C., Power, T., M., Ronchi, A., (dir.) (2014). La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l’Université Laval. Smith, B., (2003). « Computer-mediated negotiated interaction : An expanded model ». Modern Language Journal, vol. 87, n° 1. p. 38-57. Springer, C., (2016). « Humanités numériques et enseignement des langues en ligne : le train du Progrès et de la science poursuit sa route, je voudrais descendre ». Séminaire du Laboratoire Parole et Langage, Nov. 2016, Aix en Provence, France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01464858/document Terras, M., Nyhan, J. and Vanhoutte, E. (Eds). (2013). Defining Digital Humanities: A Reader. Farnham : Ashgate. Thurlow, C., Mroczek, K., (2011). Digital Discourse, Language in the New Media. Oxford Studies in Sociolinguistics. Zanettin, F., (2000). « Parallel Corpora in Translation Studies: Issues in Corpus Design and Analysis ». In : Olohan, M. (Ed.). Intercultural Faultlines. Research Models in Translation Studies I Textual and Cognitive Aspects. London : Routledge. [1] http://www.sup-numerique.gouv.fr/cid112956/appel-manifestation-interet-2017-transformation-pedagogique-numerique.html (consulté le 10-04-17) Dates importantes : 1. Date limite d’envoi des résumés (3 pages, ou 6 000 signes, espaces non compris, mais incluant la bibliographie) : 15 septembre 2018 2. Réponse aux auteurs sur la sélection des résumés : 1er octobre 2018 3. Version complète (12 pages, bibliographie incluse) : 15 décembre 4. Version corrigée : 11 mars 2019 5. Version finale : 11 mai 2019 6. Publication : 11 juin 2019 Informations : Site web : www.afla-asso.org/ela2019/ Contact : alicehelene.burrows@gmail.com
Nom du contact: 
Alice Hélène Burrows
Courriel du contact: 
alicehelene.burrows@gmail.com
Suggéré par: 
Rosa Cetro
Courriel: 
rosa.cetro@unipi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
18/06/2018
Date de fin de l'événement: 
15/09/2018
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
http://www.afla-asso.org/ela2019/

Convergences et divergences dans la pratique terminologique

De la terminologie spontanée à la terminologie aménagée

Résumé de l'annonce: 
XIVe Journée scientifique du Réseau panlatin de terminologie
La XIVe Journée scientifique REALITER sera consacrée à la terminologie spontanée et la terminologie aménagée le lundi 2 juillet 2018 et le mardi 3 juillet 2018. La terminologie naît dans les ateliers, les entreprises, les laboratoires…, partout où des femmes et des hommes pratiquent une activité, travaillent, innovent. En quoi cette terminologie spontanée, forgée sur le terrain par des professionnels, se distingue-t-elle d’une terminologie aménagée, élaborée dans un contexte de normalisation, d’aménagement de la langue ou institutionnel, a priori en dehors des lieux de travail ? Si la terminologie spontanée et la terminologie aménagée ne répondent a priori pas aux mêmes besoins et poursuivent parfois des objectifs distincts, sont-elles pour autant opposables en tous points ? Ne peut-on identifier les liens entre elles ? Ces relations, quand elles existent, divergent-elles d’un domaine de spécialité à l’autre, voire d’un pays à l’autre, selon les politiques linguistiques mises en œuvre ? Les politiques linguistiques jouent-elles un rôle dans les interactions entre ces deux modes de production terminologique ? Si la terminologie spontanée et la terminologie aménagée ont recours à des modes de production différents, il peut être également intéressant d’analyser et de comparer leurs différents modes de diffusion, les canaux que l’une et l’autre empruntent pour leur diffusion, les publics qu’elles ciblent et enfin l’usage des terminologies produites. Les conférences et les communications exploreront les sujets suivants dans les langues romanes : - terminologie et politiques linguistiques ; - traduire les termes en recourant à la terminologie spontanée ; - nouveaux profils et nouvelles compétences des professionnels en terminologie ; - nouvelles perspectives et ressources terminologiques pour le travail collaboratif et en ligne ; - terminologie et normalisation ; - néologie en terminologie ; - méthodologie ; - corpus pour la terminologie ; - diffusion et implantation de la terminologie.
Nom du contact: 
Claudio Grimaldi
Courriel du contact: 
realiter@unicatt.it
Adresse postale: 
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Suggéré par: 
Claudio Grimaldi
Courriel: 
claudio.grimaldi@unicatt.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
02/07/2018
Date de fin de l'événement: 
03/07/2018
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
terminologie, terminographie, pratiques terminologiques, politiques linguistiques, normalisation
Site web de référence: 
www.realiter.net

Conflit conceptuel de la grammaire aux métaphores

Résumé de l'annonce: 
Journée d’études à l’occasion de la parution de l’ouvrage : Michele Prandi, Conceptual Conflicts in Metaphors and Figurative Language, New York – Londres : Routledge, 2017.
Sorbonne, 1 rue Victor Cousin | 75005 Paris UFR de Langue Française Salle des Actes EA STIH Cette journée d’études propose de mettre le conflit conceptuel au centre de la réflexion linguistique, en le considérant non pas une singularité intéressante ou un épiphénomène curieux, mais un objet d’étude à part entière. D’une part, la notion de conflit conceptuel est à la base de l’un des domaines les plus fascinants de la linguistique : le discours figuré. D’autre part, elle n’a jamais été abordée d’une façon directe. Certes, les auteurs qui se sont penchés sur les tropes ont souvent utilisé des expressions telles qu’anomalie sémantique, rupture avec la logique, incompatibilité, contradiction, incongruence, etc., qui dessinent un champ sémantique centré implicitement sur l’idée de conflit. Cependant, cette dernière est demeurée non analysée car l’attention a été focalisée sur ses effets plutôt que sur la notion elle-même. L’idée de travail de cette journée d’études – prenant appui sur l’ouvrage de M. Prandi, Conceptual Conflicts in Metaphors and Figurative Language, New York, Routledge, 2017 – est que le conflit conceptuel n’est pas le résultat d’un dysfonctionnement de la langue, mais l’un des buts de son fonctionnement. Cette journée, comme la notion à laquelle elle est consacrée, a deux volets. D’une part, elle se tourne vers la littérature car les tropes, et notamment les métaphores, offrent une voie d’accès privilégiée au conflit conceptuel. D’autre part, elle se tourne vers la grammaire et la linguistique générale car le conflit conceptuel met en évidence les différentes structures engagées dans le processus de signification (codage). En l’absence de conflit, toutes les structures se superposent en devenant ainsi invisibles. En présence de conflit, en revanche, les structures de la signification divergent et donc se révèlent.
Nom du contact: 
Marco Fasciolo, UFR de Langue Française
Suggéré par: 
Micaela Rossi
Courriel: 
micaela.rossi@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
11/06/2018
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 

"La néologie en français contemporain": 18 ans après

Résumé de l'annonce: 
Colloque international en l'honneur de Jean-François Sablayrolles
En 2000 on assistait à la publication d’un ouvrage qui a donné une nouvelle impulsion aux études en lexicologie : La néologie en français contemporain, par Jean-François Sablayrolles[1]. Le sous-titre du livre, ‘Examen du concept et analyse de productions néologiques récentes’, est révélateur car il témoigne de la réflexion théorique de l’auteur et du rôle désormais indispensable des corpus pour l’analyse du phénomène néologique. Une théorie solide et une pratique cohérente sont indissociables lorsqu’il s’agit d’étudier les néologismes. Dix-huit ans après la sortie de ce volume de référence, les études sur la néologie paraissent avoir atteint l’âge adulte. Preuve en sont les nombreux colloques (le grand colloque de Cerisy de 2015, la série des congrès CINEO, etc.), les publications (dont la revue Neologica, fondée en 2007), les thèses, les projets universitaires (Néoveille, Logoscope, l’Observatoire de néologie catalan, etc.). D’ailleurs, le contexte social ne fait qu’encourager une attention accrue pour les néologismes. Comme on peut le lire dans l’introduction au volume La fabrique des mots français[2], « L’accélération des progrès, la multiplication des échanges internationaux, le développement des NTIC, des réseaux sociaux, etc., ne cessent en effet d’enrichir le lexique des langues, soit par un processus de créativité interne, soit par des emprunts à des langues étrangères ou des influences de celles-ci ». En jetant un regard « rétro-prospectif » à partir des réflexions contenues dans La néologie en français contemporain, ce colloque de dresser un bilan des acquis en néologie et, en même temps, d’identifier les principaux défis à relever pour la recherche dans ce domaine. Parmi les axes privilégiés du colloque, on pourra retenir : - le rôle des bases de données informatisées pour la veille néologique  - la détection et le traitement (semi-)automatique des néologismes  - les méthodes pour l’étude de la néologie sémantique - la néologie dans les langues de spécialité, notamment la terminologisation et la déterminologisation - les emprunts internationaux  - les études contrastives de la néologie - la néologie et les dictionnaires : contraintes variables et politiques éditoriales - l’évolution de la langue en relation avec les évolutions sociétales - l’aménagement linguistique.   [1] Paris, Honoré Champion, coll. « Lexica ». [2] Ch. Jacquet-Pfau, J.-F. Sablayrolles (éds.), Limoges, Lambert-Lucas, coll. « La Lexicothèque », 2016.
Nom du contact: 
Giovanni Tallarico
Courriel du contact: 
giovanni.tallarico@univr.it
Suggéré par: 
Giovanni Tallarico
Courriel: 
giovanni.tallarico@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
17/05/2018
Date de fin de l'événement: 
18/05/2018
Ville de l'événement: 
Verona
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Neologia, lessicologia, terminologia

Pages

S'abonner à RSS - Linguistique