Vous êtes ici

Littérature

La littérature des banlieues: un engagement littéraire contemporain

Contenu de l'annonce: 

Les représentations des banlieues françaises, entendues comme quartiers “sensibles”, suscitent depuis longtemps des discours péjoratifs. Cependant, après les émeutes de 2005, l’édition a fait une plus large place à une littérature émergente dite “de/s banlieue/s” et, en particulier, à des romans...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Serena Cello
Courriel: 
serena.cello@unige.it
ISBN: 
ISBN 978-88-255-2879-4
Collection: 
Scienze dell'antichità, filologico-letterarie e storico-artistiche -"Lettere francesi"...
Anonyme
Éditeur: 
Aracne
Lieu de parution: 
Canterano
Date de parution: 
Vendredi, Novembre 1, 2019
Date de mise en ligne: 
Lundi, Janvier 20, 2020
URL: 
http://aracneeditrice.com/index.php/pubblicazione.html?item=9788825528794
Langue: 
Francese
Mots-clés: 
littérature de/s banlieue/s, banlieue, cités, engagement, littérature contemporaine, romans, jeunesse de rue, langue des cités
Site web de référence: 
http://aracneeditrice.com/index.php/pubblicazione.html?item=9788825528794

Histoires de lecture/ Storie di lettura. Con Susi

Résumé de l'annonce: 
Convegno Internazionale di Studi in memoria di Susi Pietri
Convegno Internazionale di Studi in memoria di Susi Pietri Università di Macerata 5-6 febbraio 2020 Il punto di partenza del colloquio sarà costituito dall’opera critica di Susi Pietri, a cominciare dalla sua grande tesi di dottorato Histoires de lecture. Écrivains lecteurs de La Comédie Humaine, e dai libri che ne sono derivati come sviluppo : L’Invention de Balzac. Lectures européennes, PUV, 2004 ; La terra promessa del racconto. Stevenson legge Balzac, Mup, 2009; L’opera inaugurale. Gli scrittori-lettori della Comédie Humaine, I, Mimesis, 2009. Si tratta di lavori che non rappresentano soltanto degli studi dedicati alla ricezione critica dell’opera di Balzac, ma piuttosto sono volti a mostrare come gli scrittori-lettori di Balzac abbiano trovato nell’opera del grande romanziere un nutrimento per le loro creazioni, o abbiano chiarito la loro idea di letteratura attraverso la Comédie Humaine. Questo approccio critico originale ha inaugurato una storia letteraria costruita sulle visioni peculiari che i creatori si formano di un’opera accanto alla quale cercano, in accordo o disaccordo, di trovare il loro spazio letterario. Gli assi di ricerca saranno quindi costituiti da 1) gli scrittori-lettori della Comédie Humaine; 2) gli scrittori-lettori di Flaubert; 3) gli scrittori-lettori di autori francesi, senza limiti cronologici. In questo modo la nostra ricerca seguirà quella inaugurata dalla nostra amica e collega, e saremo ancora, nonostante tutto, con Susi.
Suggéré par: 
Ilaria Vitali
Courriel: 
ilaria.vitali@unimc.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
05/02/2020
Date de fin de l'événement: 
06/02/2020
Ville de l'événement: 
Macerata
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Susi Pietri

Les masques de l’écriture

Résumé de l'annonce: 
Colloque International de la Società Universitaria per gli Studi di Lingua e Letteratura Francese - SUSLLF
Depuis sa création et dans tous les domaines, l’écriture se déploie en suivant une orientation ambivalente : d’une part, elle s’efforce de donner une transcription du réel de la manière la plus véridique et la plus cohérente possible ; d’autre part, elle dépasse la représentation plus ou moins idéale du réel pour masquer d’autres vérités. Évocatrice d’images par le biais de ses figures rhétoriques, elle est trace tangible de la réalité et support d’un univers autre, instrument de vérité et arme du mensonge, surface plane de papier et miroir réfléchissant. Tout en admettant la pluralité de ses fonctions et de ses vocations, au fil des siècles l’écriture a donné lieu aux potentialités dissimulatrices du discours en révélant toute sa nature métamorphique et énigmatique. D’ailleurs, elle n’est pas seulement le support du formalisable, du visible, d’une évidence concrète, mais elle peut aussi se transformer – comme c’est souvent le cas – en support du fantasme, du non-dit, du non formalisable et donner suite à un « envahissement du signifiant » (Lacan). Que se cache-t-il donc sous le masque de l’écriture ? L’objectif du colloque sera ainsi celui d’analyser les différents actes de narrations ou de transcriptions, en portant l’attention sur l’efficacité symbolique et imaginaire du texte, les appâts de sa valeur énigmatique et l’image labyrinthique dans laquelle l’auteur nous emporte ou nous égare car « la vérité [du texte] ne se dit pas tout » (Lacan). Dans l’écriture, il existe un point où la langue et le désir inconscient s’articulent, ce qui implique une ouverture vers un domaine translinguistique (Barthes, Kristeva) du texte ayant pour fonction celle de transgresser les limites du Moi, de l’auteur justement, et de l’œuvre telle qu’elle nous parvient. Il y a donc un inconscient du texte dans le sens où il y a un effet de désir dans l’écriture, une réalité parallèle, dissimulée qui nous confirme que tout texte est œuvré par un discours au « second degré ». Partant de cet acquis, l’écrivain – ou l’écrivant – peut utiliser à sa guise l’écriture et faire de son discours le revers ou le miroir de ses pensées, c’est au pouvoir artistique ou rhétorique que la « trans-cription » s’offre dans tous ses accoutrements, laissant à notre inguérissable curiosité l’audace de lui faire tomber le masque. Les propositions de communication, d’une longueur approximative de 500 mots maximum, penseront les masques de l’écriture tant dans les domaines littéraires que linguistiques et elles privilégieront les axes suivants : 1. les variations des masques biographiques dans le domaine de l’autofiction, les figures du double et les démasquements de l’alter ego dans l’écriture romanesque à travers les siècles ; 2. la satire et la caricature dans la littérature, la paralittérature et la presse ; 3. les « défigurations » des figures de style à travers les genres et les discours publicitaires ; 4. les masques rhétoriques persuasifs dans les discours publics et politiques à l’orée des populismes ; 5. français standard, hypercorrection, branchitude et « déguisements linguistiques » en vue d’une intégration identitaire et générationnelle dans les espaces francophones et suburbains actuels ; 6. le double masque auctorial du traducteur et du co-auteur dans le processus de réécriture ; 7. le masque de la censure et le bouclier de la dissimulation à travers les siècles et les idéologies politiques. Les propositions devront être envoyées, ainsi qu’une notice biobibliographique (200 mots), à l'adresse suivante : lesmasques2020@unipa.it au plus tard le 04 février 2020. La notification d’acceptation vous sera envoyée fin mars 2020.
Courriel du contact: 
lesmasques2020@unipa.it
Suggéré par: 
Marie-Denise Sclafani
Courriel: 
mariedenise.sclafani@unipa.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
04/02/2020
Date de fin de l'événement: 
04/02/2020
Ville de l'événement: 
Palermo
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
masques biographiques, masques rhétoriques, les non-dits, masque auctorial, censure

Traduzioni esemplari e saggi storici sul tradurre dal Romanticismo a oggi

Résumé de l'annonce: 
Convegno internazionale a cura di Fabio Scotto
Convegno Internazionale Traduzioni esemplari e saggi storici sul tradurre dal Romanticismo a oggi Università degli Studi di Bergamo 22-23 gennaio 2020 Aula 3 Salvecchio Il Convegno, realizzato in collaborazione con alcuni Enti di ricerca accademica e accreditate Associazioni internazionali di studi, si articola nei seguenti filoni d’indagine: analisi e auto-analisi (ad opera di traduttori viventi di vaglia) di alcune traduzioni storiche di testi europei ed extra-europei nelle loro valenze filologiche, stilistiche, estetiche e storiche del periodo che va dal Romanticismo ad oggi, anche e soprattutto alla luce della loro ricezione critica contemporanea; analisi di alcuni saggi esemplari sul tradurre, visti nella loro valenza teorica e storica e nella loro ricezione moderna e contemporanea, con particolare riferimento alla prolifica stagione dei Translation Studies, ovvero del Secondo Novecento; contributi di carattere critico anche comparatistico che riflettano sulla ricezione di traduzioni e saggi esemplari del periodo prescelto, con riferimento alla storia della cultura, della letteratura, della società e della lingua.Ciò al fine di fare emergere da un approccio multiplo e convergente nessi importanti utili sia all’apprezzamento delle opere che del loro attuale potere d’irradiazione in àmbito artistico e scientifico. PROGRAMMA 22 GENNAIO 2020 Ore 9.30: Saluto delle Autorità Accademiche. Ore 9.50: Fabio Scotto (Università degli Studi di Bergamo, Direttore del CISAM): Presentazione del Convegno. Ore 10.00: Presiede Fabio Scotto. Marc de Launay (ENS-Ulm, Parigi), «La traduction - la conversion des valeurs». Ore 10.30: Florence Lautel-Ribstein (Université d'Artois, CoTraLiS), Phénoménologies et formes symboliques: dormition et réveil traductologique d’Ernst Cassirer. Ore 11.00: Pausa caffè. Ore 11.30: Presiede Marina Dossena (Università degli Studi di Bergamo) Irene Weber Henking (Université de Lausanne), De la Weltliteratur à la born-translated literature. Ore 12.00: Elena Agazzi (Università degli Studi di Bergamo), L’inquieta “costanza” e il patto poetico. Szondi a proposito della traduzione di Celan del sonetto 105 di Shakespeare. Ore 12.30: Raul Calzoni (Università degli Studi di Bergamo), Tradurre poesia dopo Auschwitz. Todesfuge di Paul Celan e la lirica sulla Shoah. Ore 13.00: Discussione. Ore 13.20: Pausa pranzo. Ore 15.00: Presiede Giuliana Calabrese (Università degli Studi di Bergamo) Gabriele Morelli (Università degli Studi di Bergamo), Tradurre il Cancionero y romancero de ausencias di Miguel Hernández. Ore 15.30: Pietro Taravacci (Università degli Studi di Trento), Tradurre la extrañeza da vicino. Riflessioni sulla traduzione di un poeta vivente. Ore 16.00: Pausa caffè. Ore 16.30: Presiede Raul Calzoni (Università degli Studi di Bergamo) Marina Bianchi (Università degli Studi di Bergamo), Dario Puccini, traduttore di Vicente Aleixandre. Ore 17.00: Franco Nasi (Università degli Studi di Modena e Reggio Emilia), Emilio Mattioli: traduzione e provvisorietà come conquista. Ore 17.30: Discussione.   23 GENNAIO 2020 Ore 9.30: Presiede Ugo Persi (Università degli Studi di Bergamo). Evgenij Solonovich (Istituto Letterario “M.Gorkij”, Mosca), Il contemporaneo di Gogol’ - nostro contemporaneo: Giuseppe Gioachino Belli - dissidente russo. Ore 10.00: José María Micó (Universitat Pompeu Fabra, Barcellona), Complementarietà delle traduzioni: il caso della Commedia di Dante. Ore 10.30: Martina Censi (Università degli Studi di Bergamo), Tradurre al-Khubz al-Hafi (Il pane nudo, 1982) di Mohamed Choukri: neg(ozi)azioni di scritture. Ore 11.00: Pausa caffè. Ore 11.30: Presiede Marco Sirtori (Università degli Studi di Bergamo). Luca Bani (Università degli Studi di Bergamo), Volgarizzare e tradurre di Gianfranco Folena. Storia, prassi della traduzione. Ore 12.00: Francesca Guidotti (Università degli Studi di Bergamo), Ungaretti legge Blake: rivelazioni. Ore 12.30: Discussione. Ore 13.00: Pausa pranzo. Ore 14.30: Presiede Angela Locatelli (Università degli Studi di Bergamo). Massimiliano Vaghi (Università degli Studi di Bergamo), Una traduzione fondamentale per l’orientalistica europea all’inizio del XIX secolo: le Upanishad di Anquetil-Duperron. Ore 15.00: Michela Gardini (Università degli Studi di Bergamo), Remy de Gourmont e il dibattito sulla traduzione in Francia tra la fine dell’Ottocento e l’inizio del Novecento. Ore 15.30: Monia Mezzetti (Università degli Studi di Bergamo), Antoine Berman lettore di Chateaubriand traduttore di Milton. Ore 16.00: Pausa caffè. Ore 16.30: Presiede Pietro Taravacci (Università degli Studi di Trento). Fabio Scotto (Università degli Studi di Bergamo), Henri Meschonnic: poetica, etica, politica e critica del tradurre. Ore 17.00: Discussione. Ore 17.20: Fabio Scotto (Università degli Studi di Bergamo, Direttore del CISAM): Conclusioni. *** Segreteria organizzativa: Ambra Cimardi, Guglielmo Gabbiadini, Elena Ravera, Eleonora Ravizza. Patrocinio: SEPTET (Société d’Etudes des Pratiques et Théories en Traduction, Parigi), SOFT (Société Française de Traductologie, Parigi), CTL- Centre de Traduction Littéraire (Université de Lausanne), Instituto Cervantes (Milano). Responsabile scientifico: Fabio Scotto, fabio.scotto@unibg.it
Nom du contact: 
Fabio Scotto
Courriel du contact: 
fabio.scotto@unibg.it
Suggéré par: 
Fabio Scotto, responsabile scientifico
Courriel: 
fabio.scotto@unibg.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
22/01/2020
Date de fin de l'événement: 
23/01/2020
Ville de l'événement: 
Bergamo
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 

Le commerce des lettres. Configurations et enjeux de l’épistolarité dans À la recherche du temps perdu

Résumé de l'annonce: 
Revue d'études proustiennes, 14, 2021-2
APPEL À CONTRIBUTION : Revue d'études proustiennes, 14, 2021-2. Le commerce des lettres. Configurations et enjeux de l’épistolarité dans À la recherche du temps perdu « Quand je pense à toutes les lettres qu’il va falloir écrire, moi qui n’ai pas de temps pour mon livre ! », aurait déclaré Proust à Céleste Albaret, laquelle connaissait pourtant trop son maître pour le prendre à la lettre, et pour voir dans ces doléances à l’égard d’une correspondance chronophage autre chose qu’une « façon de parler ». Au lieu de se concurrencer, comme le suggère aussi le narrateur du Temps retrouvé, les devoirs de l’épistolier et les devoirs du créateur coexistent, de manière somme toute a-conflictuelle, dans la vie de Marcel Proust (on en veut pour preuve le flux ininterrompu de la Correspondance et, d’autre part, les milliers de pages du roman), voire s’articulent dans un échange fécond. Proust sait bien que les heures passées à écrire des lettres ne relèvent nullement du « temps perdu » : non seulement la correspondance constitue pour l’écrivain une sorte de laboratoire où l’on voit surgir, de façon plus ou moins délibérée, des points d’esthétique ou des embryons romanesques ; plus encore, ces lettres omniprésentes dans le quotidien du romancier cloîtré, représentant pour lui tant un moyen de communication qu’une garantie de présence (fantomatique) au monde et dans le monde, donnent à voir l’une de ces zones d’intersection où la vie et la littérature se con-fondent. Les missives, télégrammes, pneus ou cartes postales transitent en effet par la chambre du malade aussi fébrilement qu’elles circulent entre les pages de son œuvre. Le tissu diégétique de la Recherche se double et se nourrit d’une trame épistolaire extraordinairement dense. Aussi bien le héros que les autres personnages nous sont souvent montrés en train d’écrire, d’envoyer, de lire ou d’imaginer un nombre remarquable de lettres, de mots, de billets (doux ou amers) qui s’entrelacent au fil de la narration et dont il serait tentant d’envisager une typologie d’ordre thématique ou formel. Suivant la première approche, on pourrait distinguer la lettre d’amour – fort atypique – que pratiquent les différents couples du roman (le héros et Gilberte/Albertine, Saint-Loup et Rachel, Swann et Odette, mais également la lettre sans espoir que la princesse de Guermantes écrit à son beau-frère Charlus), et qui trouve son pendant dans la lettre de (vraie ou fausse) rupture ; viendraient ensuite la lettre mondaine, les lettres diplomatiques de l’infatigable Norpois, la lettre de séduction (on pense aux missives colériques et passionnelles de Charlus), la lettre de condoléance, ou encore la lettre « ludique », telle l’épître agrémentée de citations littéraires et truffée de fautes de grammaire du valet Joseph Périgot. D’un point de vue formel, il est aisé de remarquer que les lettres de la Recherche ne bénéficient pas toutes du même degré de visibilité : si maintes d’entre elles sont simplement évoquées dans leur statut d’objet, sans référence au contenu, d’autres se trouvent en revanche enchâssées dans la fiction, selon des configurations que l’on pourrait rapprocher des modalités de représentation du discours autre : leur texte est donné à lire tantôt sous une forme narrativisée, tantôt rapporté au mode indirect, tantôt enfin cité littéralement. Bien que la critique n’ait pas manqué de relever l’importance et la richesse de l’épistolarité fictive dans le roman proustien, il s’est agi jusqu’à présent d’incursions ponctuelles au sein d’une galaxie qui, dans son ensemble, reste encore à explorer. Pour sa seconde livraison de 2021, la Revue d’études proustiennes souhaite ainsi proposer à ses contributeurs une réflexion de plus ample envergure autour du dispositif épistolaire à l’œuvre dans la Recherche, dans le but d’en répertorier les configurations, les enjeux et les multiples facettes. Les contributions pourraient s’inscrire dans l’un des quatre axes suivants : - axe poétique : l’enchâssement des lettres dans le roman se prête à être abordé sous plusieurs angles. La lettre met au jour une dialectique de l’écriture et de la lecture qui a son pivot dans le personnage du héros-narrateur, tour à tour expéditeur, destinataire, récepteur direct ou indirect de missives inévitablement soumises à son déchiffrement. On pourrait ainsi s’interroger sur la façon dont la fiction met en scène un ou plusieurs « script(s) » de la lettre, aussi bien au niveau de son élaboration que de sa réception, et comment ceux-ci interagissent avec le modèle de la communication épistolaire, mêlant présence et absence, réalité et virtualité, proximité et éloignement. Toujours dans cette perspective, on pourrait en outre s’intéresser au rôle des lettres en tant qu’artifice de composition et moteur du romanesque : comment la lettre fait-elle surgir l’événement au sein de la narration « dogmatique » de la Recherche, dans quelle mesure contribue-t-elle à l’élargissement des possibles du roman, ou encore se voit-elle au centre d’une dynamique imaginative et créative dont elle est à la fois l’objet et le catalyseur ? - Axe stylistique / énonciatif : que ce soit en se penchant sur une lettre en particulier, ou bien en choisissant une perspective surplombante, cet angle d’attaque invite à examiner les dispositifs rhétorico-stylistiques, pragmatiques et énonciatifs que Proust mobilise dans le cadre des fragments épistolaires rapportés de façon intégrale ou partielle. On pourrait réfléchir, entre autres, à la valeur des lettres en tant qu’élément de caractérisation langagière des personnages ou en tant qu’outil de représentation du discours autre ; en ce sens-là, la lettre représente un facteur de discontinuité énonciative et le lieu d’émergence d’une polyphonie qui, si elle vient interrompre la monodie du narrateur, s’avère néanmoins soumise à son contrôle, voire à ses manipulations. - Axe génétique/correspondance : dans le sillage des études de Luc Fraisse, Françoise Leriche ou François Proulx, qui ont démêlé les liens, les brouillages et les transferts à l’œuvre entre la correspondance de Marcel Proust et le roman, on pourrait prolonger utilement la réflexion en se penchant sur les techniques d’interpolation et de greffage par lesquelles les lettres fictives trouvent leur place et leur configuration au fil de la rédaction. De même, l’analyse pourrait se concentrer sur les stratégies de camouflage et de transposition dont Proust se sert pour glisser dans la fiction des bribes de sa correspondance réelle, ainsi que l’illustre l’exemple célèbre de la transcription quasi littérale d’une lettre d’Alfred Agostinelli au sein de l’échange épistolaire entre le héros et Albertine dans Albertine disparue. Qui plus est, on pourrait se demander si la posture de Proust épistolier et sa pratique quotidienne des lettres se reflètent ou informent la mise en scène de l’épistolarité dans le roman. - Axe intertextuel : le roman épistolaire, qui connut son apogée au XVIIIe siècle, ne semble guère attirer l’attention de Proust lecteur ou critique – et ce malgré la tentative ludique, qu’il entreprit dans sa jeunesse avec ses camarades du lycée Condorcet, d’en composer un. Néanmoins, Proust a certainement lu les grands modèles du genre (il cite notamment Les liaisons dangereuses dans un passage de La Prisonnière) et on sait la place de choix qu’occupe, dans la formation littéraire du futur écrivain, ainsi que dans la relation affective avec sa mère, le recueil épistolaire de Mme de Sévigné. Sans oublier que, depuis au moins La Princesse de Clèves, le dispositif de la lettre enchâssée constitue un ressort romanesque des plus éprouvés, mis régulièrement à contribution par les romanciers, surtout au XIXe siècle. Comment les lettres fictives et leur emploi dans la Recherche se situent-ils par rapport à cette double tradition ? À ces axes, non exhaustifs, pourront s’ajouter d’autres perspectives en relation avec la thématique générale du numéro et susceptibles d’enrichir les pistes de réflexion proposées. *** Modalités de participation et calendrier : Les propositions de contribution sont à envoyer à ilaria.vidotto@unil.ch d’ici le 30 avril 2020. Les propositions seront évaluées et leur acceptation notifiée courant mai 2020. La remise des articles est fixée pour 1er novembre 2020. Les articles ne dépasseront pas les 40000 signes, notes et espaces comprises, et devront être accompagnés d’un résumé en français de 500 signes espaces comprises, a Une feuille de style des éditions Classiques Garnier sera transmise aux contributeurs au moment de l’acceptation de la proposition. Parution du numéro : automne 2021. Informations et contacts : Ilaria Vidotto (ilaria.vidotto@unil.ch)
Suggéré par: 
Ilaria Vidotto
Courriel: 
ilaria.vidotto@unil.ch
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/04/2020
Ville de l'événement: 
Lausanne
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Proust, épistolarité, fiction

Une passion absolue

Mélanges en l’honneur de Mariella Di Maio

Résumé de l'annonce: 
Ce volume veut rendre hommage à Mariella Di Maio par les contributions des amis et collègues italiens et français qui tout au long de quarante ans de carrière en ont connu et apprécié les travaux. Elle est rappelée non seulement pour l’auteur qui l’a rendue célèbre, le Stendhal des Romanzi e racconti, de la Chartreuse de Parme, de la correspondance, mais aussi pour ses études sur Balzac, Jules Verne, Joris-Karl Huysmans, Pierre Louÿs, Barthes. Chaque contribution souligne l’originalité de ses écrits, en en évoquant la personnalité, les passions, les intérêts ; chacune d’elles apporte une nouvelle réflexion sur la littérature française ou anglaise, sur le théâtre et sur l’histoire, en reproduisant la vivacité de l’intellectuelle, la capacité innovante de la chercheuse.
Une passion absolue Mélanges en l’honneur de Mariella Di Maio, sous la direction de Valentina Fortunato, Soveria Mannelli, Rubbettino Editore Intervenants Luca Pietromarchi, Recteur de l’Université de Rome Trois Daniele Fiorentino, Directeur du Département de Sciences politiques, Université de Rome Trois Luigi Goglia, Professeur d’Histoire de l’Afrique, Université de Rome Trois Roberto Antonelli, Vice-Président de l’Accademia dei Lincei Marilia Marchetti, Professeur de Littérature française, Université de Catania Marina Geat, Professeur Associato de Littérature française, Université de Rome Trois Renato Moro, Professeur d’Histoire contemporaine, Université de Rome Trois 18 décembre 2019 Via G. Chiabrera, 199 Sala del Consiglio (IVème étage, 16:00 heures)
Nom du contact: 
Valentina Fortunato
Courriel du contact: 
valentina.fortunato@uniroma3.it
Adresse postale: 
Via Gabriello Chiabrera, 199, 00145, Rome
Suggéré par: 
Valentina Fortunato
Courriel: 
valentina.fortunato@uniroma3.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
18/12/2019
Date de fin de l'événement: 
18/12/2019
Ville de l'événement: 
Département de Sciences politiques, Université de Rome Trois
Type d'événement: 
Parutions d'ouvrages
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Littérature, culture, roman, poésie, théâtre, histoire

Les silences de la montagne

Littérature et discours alpins (XVIIIe-XXIe siècles)

Résumé de l'annonce: 
Colloque International organizzato dall'Università della Valle d'Aosta, l'Università Cattolica di Milano, patrocinato dalla SUSSLF, dalla Chaire Senghor di Aosta, da Viaticalpes (Université de Lausanne)
Giovedì 12 dicembre, presso l’aula Magna dell’Università della Valle d’Aosta, dalle ore 9.30 alle ore 17, si svolgerà il Convegno Internazionale “Les Silences de la montagne”. Professori ed esperti, provenienti da diverse parti del mondo, avranno l’occasione di dialogare e confrontarsi tra loro sul significato, la portata e l’impatto delle Letteratura dedicata alle Alpi. Ripercorrendo le tracce del passato, da Rousseau a Senancour, da Carbonnières a Chappaz, l’intento è quello di riportare l’attenzione sul valore di questi luoghi e sollecitare al rispetto di essi. Perché parlare di montagna e confrontarsi con la sua bellezza significa prima di tutto mettersi all’ascolto della sua voce: il silenzio.
Nom du contact: 
françoise rigat
Courriel du contact: 
f.rigat@univda.it
Adresse postale: 
Strada Cappuccini, 2A 11 100 Aoste
Suggéré par: 
Françoise rigat
Courriel: 
f.rigat@univda.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
12/12/2019
Date de fin de l'événement: 
12/12/2019
Ville de l'événement: 
Aoste
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Littérature, discours alpins, montagne

L'ultima conferenza di André Gide

Seminario dottorale - Università di Verona

Résumé de l'annonce: 
Dans le cadre du Séminaire de l’Ecole doctorale de “Letterature Straniere, Lingua e Linguistica”, conférence de Carmen Saggiomo, MCF en Langue et traduction françaises (Università della Campania Luigi Vanvitelli).
Dans le cadre du Séminaire doctoral organisé par l’Ecole doctorale de “Letterature Straniere, Lingua e Linguistica” de l’Université de Vérone et le “Gruppo di studio sul Cinquecento francese”, le Séminaire du Jeudi 12 décembre 2019, à 11 heures (Aula Olimpia), portera sur “L’ultima conferenza di André Gide”. Ce sujet sera abordé par Carmen Saggiomo, maître de conférences en Langue et traduction françaises (Università della Campania Luigi Vanvitelli).
Nom du contact: 
Riccardo Benedettini
Courriel du contact: 
riccardo.benedettini@univr.it
Suggéré par: 
Riccardo Benedettini
Courriel: 
riccardo.benedettini@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
12/12/2019
Ville de l'événement: 
Verona
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
André Gide
Site web de référence: 
www.cinquecentofrancese.it

A la recherche d'André Salmon: nouvelles sources, nouveaux regards

Résumé de l'annonce: 
In occasione dei cinquant’anni dalla scomparsa dello scrittore francese André Salmon (1881-1969), il Dipartimento di Studi Umanistici dell’Università di Torino organizza una giornata di riflessioni su questo autore all’interno di un convegno internazionale.
In occasione dei cinquant’anni dalla scomparsa dello scrittore francese André Salmon (1881-1969), il Dipartimento di Studi Umanistici dell’Università di Torino organizza per il 9 dicembre 2019, una giornata di riflessioni su questo autore all’interno di un convegno internazionale che si terrà presso l’aula Principi d’Acaja del Rettorato di Torino, via Po n.15. La giornata vedrà la partecipazione di studiosi provenienti dall’Italia, dalla Francia, dall’Inghilterra e dagli Stati Uniti (v. programma). La prof.ssa Franca Bruera, propone, dopo il convegno Apollinaire 2018, un altro importante protagonista del XX secolo: André Salmon. Poeta, romanziere, giornalista, critico d’arte e memorialista, grande amico e coetaneo oltre ad Apollinaire e Picasso, di Max Jacob, di Derain, Modigliani è unanimamente considerato un punto di riferimento della vita artistica e letteraria della Parigi di inizio secolo. Torino ospita gran parte dell’archivio privato dello scrittore francese e l’Università di Torino è da anni al centro di studi e pubblicazioni in merito. Attualmente un gruppo di ricerca del Dipartimento di Studi Umanistici sta organizzando la digitalizzazione di questo ricco archivio inedito che verrà presentato nel corso del convegno. Al Convegno saranno presenti i seguenti relatori: Jacqueline Gojard (Parigi), Peter Read (Università del Kent), Marilena Pronesti (Torino), Maria Dario (Padova), Emilien Sermier (Losanna), Jean-Luc Pouliquen (Tolone), Beth S. Gersh- Nešic (New York), Francesca Milaneschi (Macerata), Franca Bruera (Torino).
Nom du contact: 
Franca Bruera
Courriel du contact: 
franca.bruera@unito.it
Adresse postale: 
via Po, 17 - Rettorato Università di Torino
Suggéré par: 
Franca Bruera
Courriel: 
franca.bruera@unito.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
09/12/2019
Date de fin de l'événement: 
09/12/2019
Ville de l'événement: 
Torino
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Salmon, Avanguardie storiche
Site web de référence: 
https://www.studium.unito.it/do/home.plwww.studium.it

InterArtes. Diegesi migranti

Contenu de l'annonce: 

Pubblicazione del volume "InterArtes. Diegesi migranti", a cura di Laura Brignoli, Mimesis Milano, 2019

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Sous-catégories: 
Suggéré par: 
Laura Brignoli
Courriel: 
laura.brignoli@iulm.it
ISBN: 
978-88-5755-475-4
Collection: 
Eterotropie
Anonyme
Éditeur: 
Mimesis
Lieu de parution: 
Milano
Date de parution: 
Mercredi, Juillet 31, 2019
Date de mise en ligne: 
Lundi, Novembre 25, 2019
Mots-clés: 
ipertestualità mimetica, riscrittura, transfictionnalité

Pages

S'abonner à RSS - Littérature