Vous êtes ici

Littérature

Dictionnaire Yourcenar

Contenu de l'annonce: 

Dictionnaire Marguerite Yourcenar
Dirigé et préfacé par Bruno Blanckeman

Paris, Champion, 2017, 660 p.

 

"Ouvrage collectif à dimension internationale" , al quale hanno contribuito 5 colleghi italiani  

 

Bruno Blanckeman, maître d’...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institutfrancais.it
ISBN: 
9782745346469
Collection: 
Dictionnaires et références
Marie
Éditeur: 
Honoré Champion
Lieu de parution: 
Paris
Date de parution: 
Jeudi, Septembre 28, 2017
Date de mise en ligne: 
Mardi, Décembre 12, 2017
URL: 
https://www.honorechampion.com/fr/10698-book-08534646-9782745346469.html
Langue: 
Français
Mots-clés: 
Yourcenar

Microtextualidades. Revista Internacional de microrrelato y minificción

Contenu de l'annonce: 

Le deuxième numéro de la revue espagnole Microtextualidades vient de paraitre. Il y sont contenus les articles présentés lors de la journée internationale sur le Micro-récit ayant eu lieu à la LUMSA de Rome les 9 et 10 mai 2017.

Parmi les articles, en français:

  • ...
Image de l'annonce: 
Mots-clés: 
minifiction, texte bref, Réjis Jauffret, Christian Garcin, Camille de Toledo
Sous-catégories: 
ISSN format électronique: 
2530-8297
Titre du numéro: 
Cartografía de un género literario en expansión
Catégorie principale: 
Courriel: 
elisa.bricco@unige.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Coordinadores: Aviva Garribba – Cristiana Pugliese – Anna Isabella Squarzina
Suggéré par: 
Elisa Bricco

"A tant m'en vois" - Figures du départ au Moyen Âge

Résumé de l'annonce: 
Appel à contributions "A tant m'en vois" - Figures du départ au Moyen Âge Partir, c’est toujours se séparer de quelqu’un ou de quelque chose. C’est créer un avant et un après par une action que l’on sait irréversible (car elle entérine la coupure) – même s’il est toujours possible de revenir (vers un arrière, mais par un pas en avant). Que l’on parte volontairement ou poussé par le sort / Fortune / la destinée / les astres contraires, le départ est toujours ce moment inchoatif qui suspend la durée en même temps qu’il la provoque, comme un défi à un enchaînement qui aurait dû être.
A tant est l’adverbe de temps qui accompagne, le plus souvent, cette coupure : coupure spatiale, coupure temporelle, coupure émotionnelle et signifiante. Guillaume de Machaut, Christine de Pizan, Alain Chartier, les Cent Nouvelles Nouvelles, George Chastelain, Olivier de la Marche, etc., en font un adverbe prisé en moyen français pour signifier tous les possibles ouverts par cette section dans la narration. L’adverbe exprime également les différentes nuances de la causalité (on pourrait le traduire par « et sur ce… ») – des nuances peut-être moins relevées dans les dictionnaires, mais qui disent une prise de conscience justifiant le départ, déterminant les modalités qui le caractérisent. Que l’on ait honoré un devoir, accompli une tâche, satisfait aux attentes d’autrui, changé d’avis, enduré une déception, souffert d’une forme d’ingratitude, sans nécessairement fuir des situations, on peut se résoudre à « partir ». Ce départ, choisi et en même temps obligé, signifiant une « mutacion », voire une rupture, n’est pas déterminé par un projet à réaliser et, même s’il conduit toujours à regarder vers d’autres horizons et à aller de l’avant, il traduit d’abord une prise de position à l’égard de ce qui a été. Il est le produit du passé et appelle un à-venir. Le moment où l’on « met un terme » à quelque chose, restant d’abord inaperçu ou étant, à l’inverse, grandement remarqué, peut donner lieu à des interprétations, des conjectures, amenant à formuler des hypothèses quant aux raisons sur lesquelles repose le fait de s’en aller. Occasion dynamique d’un renversement, où la personnalité s’affirme, où la présence se définit et impose encore plus in absentia, elle laisse derrière soi la surprise, le regret, la joie ou l’hypocrisie des félicitations, le silence des larmes, le bruit des portes claquées. A tant m’en vois : le je est au centre d’une dynamique grandement ‘textogénétique’ ; vécue à la première personne, elle peut être narrée dans ses causes et ses effets, par le « sujet partant » ou par ceux qui assistent aux salutations (lorsqu’il y en a). Cette dynamique, profondément  émotionnelle, parfois pulsionnelle, est génératrice de narration, de débat, et suscite le questionnement. Aucune limite aux changements qu’elle produit, aux confins qu’elle conduit à franchir, que ce soit de manière réfléchie ou de façon abrupte : le huis d’un couvent, les frontières d’un pays, les règles de la bienséance, le terme naturel de sa propre vie, recherché dans les cas les plus extrêmes de… « départ ». Partir signifie peut-être quitter, lâcher, encore plus que changer. Partir signifie séparer, mais aussi partager, se départir, départager… Il ne s’agit pas ici d’étudier, en contexte, l’expression même qui donnera le titre au volume, mais de proposer des départs dont on constituera un riche et savoureux florilège ; il ne s’agit pas non plus d’envisager une réflexion sur le voyage, le pèlerinage, le passage, l’itinéraire, le cheminement (effet duratif) mais d’envisager avec « A tant m’en vois » le moment de bascule, de rupture, qui sous-tend chaque départ (effet sécant). Dynamique, dynamisante (« m’en voys »), productrice de mouvement et de narration, la formule actantielle qui nous a inspiré(e)s appelle le changement – tout au moins narratif : on part pour questionner autrement ce(ux) qui reste(nt). Qu’il s’agisse d’interroger les effets de régie et de suture (comme chez Chrétien de Troyes et, à sa suite, chez les continuateurs), qui créent dans la narration des seuils auteur / lecteur et qui, par le changement formel, dynamisent le récit et se font performatifs. Qu’il s’agisse de questionner sur ce que l’on quitte (ou refuse de quitter !) comme dans le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle où le départ, toujours différé, crée une « fin de partie » qui se rejoue à chaque scène ? Partir comme se séparer, quitter, abandonner, mais aussi renouveler ou fonder, comme les Congés de Jean Bodel. Qu’il s’agisse de thématiser les modalités de ce départ (chansons de toile, reverdies, mais aussi textes historiques, chroniques ou mémoires narrant un changement de camp, etc.) qui propose une césure entre un avant et un après : quel est cet « aller vers » ? Une croisade ? Un pèlerinage ? Un amant ? Un ami ? Dieu ? Un temps nouveau ? La mort ? Qu’il s’agisse de dramatiser le départ : bruit de portes claquées, froideur des salutations, larmes versées, rires (narrés à la première personne, mais aussi par d’autres, en position d’observateurs). Dans le cas des départs préparés ou des départs abrupts, ce qui est en jeu face à la rupture, c’est le commentaire, la relecture, la réinterprétation pour réintégrer le sécant dans le duratif, l’incompréhension dans l’explicatif. La dynamique situationnelle, si elle constitue une relance du récit, va aussi de pair avec une pause. Qu’il s’agisse de rendre compte, par les outils linguistiques, de la rupture : temps verbaux, adverbes, constructions de phrase, formules conduisant à la formation de patrons syntaxiques « moment + cause > rupture » qui rendent compte du changement, de la mutation (et, réflexivement, d’une écriture ou d’une langue en pleine mutation qui dit le changement). Dans cette dynamique du partement, il s’agit de s’interroger, comme le dit la chanson, sur ce « comment te dire adieu ». CALENDRIER Soumission du résumé (250 mots) : fin février 2018 Décision du comité scientifique : fin avril 2018. Soumission de la version finale de l’article : fin décembre 2018 Publication de « A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge, études recueillies par N. Labère et L. Pierdominici, Fano, Aras Edizioni, 2019 (P.B.S.M.R., III) : premier semestre 2019. Les propositions de sujets sont à envoyer avant fin février 2018 à Nelly Labère (Université Bordeaux III) et Luca Pierdominici (Università di Macerata), éditeurs scientifiques : labere@free.fr, luca.pierdominici@unimc.it et lpierdominici@yahoo.fr. Chaque soumission est évaluée par au moins deux relecteurs appartenant au comité scientifique international de la collection. Indexation : Fabula, Calenda, RMBLF, SUSLLF, DoRiF, etc.   ------------------------------------------------------------------------------------- Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali Collana fondata e diretta da Luca Pierdominici Aras Edizioni, Fano Italia Comitato d‘Onore : Gabriella Almanza Ciotti (Università di Macerata), Jean Dufournet † (Université Paris III), Michèle Perret (Université Paris X), Danielle Quéruel (Université de Reims). Comitato scientifico : Donatella Bisconti (Université de Clermont-Ferrand), Massimo Bonafin (Università di Macerata), Jean Devaux (Université du Littoral-Côte d'Opale), Estelle Doudet (Université Grenoble-Alpes), Elisabeth Gaucher-Rémond (Université de Nantes), Nelly Labère (Université Bordeaux III), Bruno Méniel (Université de Nantes), Amalia Rodriguez Somolinos (Universitad Complutense de Madrid), Fleur Vigneron (Université Grenoble-Alpes). ISSN de la collection: 2039-1412
Nom du contact: 
Nelly Labère, Luca Pierdominici (éds.)
Suggéré par: 
Luca Pierdominici
Courriel: 
luca.pierdominici@unimc.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
28/02/2018
Ville de l'événement: 
Bordeaux / Macerata
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
départ, partir, partement, séparation, partenza, partire, separazione, letteratura, francese, littérature française, medioevo, moyen âge, critique, interprétation

L’utopie sociale dans la littérature française du XIXe siècle

Résumé de l'annonce: 
Colloque international organisé par Agnese Silvestri et Brigitte Diaz
Dans ce colloque international, plusieurs spécialistes examinent les emplois littéraires de l'utopie de l'époque napoléonienne à la fin du siècle avec une attention particulière pour sa dimension sociale et politique.
Suggéré par: 
Vincenzo De Santis
Courriel: 
zadig_85@hotmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
05/12/2017
Date de fin de l'événement: 
06/12/2017
Ville de l'événement: 
Salerne
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
utopie, société, politique, XIXe siècle

Seminario “Editoria ed eresia”

Presentazione di "Comino Ventura tra lettere e libri di lettere (1579-1617)", a cura di G. Savoldelli e R. Frigeni (Olschki 2017) e G. Alonge, "Condottiero, cardinale, eretico. Federico Fregoso nella crisi politica e religiosa del Cinquecento" (Edizioni di Storia e letteratura 2017)) )

Résumé de l'annonce: 
Il 23 novembre 2017 avrà luogo a Verona, presso il dipartimento di Lingue e Letterature Straniere Moderne (aula 1.4, ore 17.00), la presentazione di due volumi editi in questo anno. Si tratta di Comino Ventura tra lettere e libri di lettere (1579-1617), a cura di Gianmaria Savoldelli e Roberta Frigeni, studio pubblicato per i tipi di Olschki all'interno della collana «Biblioteca di bibliografia», e di Condottiero, cardinale, eretico. Federico Fregoso nella crisi politica e religiosa del Cinquecento, monografia di Guillaume Alonge, uscita presso le Edizioni di Storia e Letteratura, nella collana «Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento». La presentazione, che si inserisce all'interno delle attività del dottorato in Letterature Straniere, Lingue e Linguistica, nell'ambito del seminario «Editoria ed eresia», è organizzata dalla prof. Rosanna Gorris Camos. Saranno presenti gli autori: Roberta Frigeni, direttore della Fondazione Bergamo nella storia, e Guillaume Alonge, dell'Università di Torino. Interverrà Simonetta Adorni Braccesi, dell'Università di Pisa.
Il 23 novembre 2017 avrà luogo a Verona, presso il dipartimento di Lingue e Letterature Straniere Moderne (aula 1.4, ore 17.00), la presentazione di due volumi editi in questo anno. Si tratta di Comino Ventura tra lettere e libri di lettere (1579-1617), a cura di Gianmaria Savoldelli e Roberta Frigeni, studio pubblicato per i tipi di Olschki all'interno della collana «Biblioteca di bibliografia», e di Condottiero, cardinale, eretico. Federico  Fregoso nella crisi politica e religiosa del Cinquecento, monografia di Guillaume Alonge, uscita presso le Edizioni di Storia e Letteratura, nella collana «Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento».  La presentazione, che si inserisce all'interno delle attività del dottorato in Letterature Straniere, Lingue e Linguistica, nell'ambito del seminario «Editoria ed eresia», è organizzata dalla prof. Rosanna Gorris Camos. Saranno presenti gli autori: Roberta Frigeni, direttore della Fondazione Bergamo nella storia, e Guillaume Alonge, dell'Università di Torino. Interverrà Simonetta Adorni Braccesi, dell'Università di Pisa.
Nom du contact: 
Riccardo Benedettini
Courriel du contact: 
riccardo.benedettini@univr.it
Adresse postale: 
Dpt. Lingue e Letterature straniere moderne, via San Francesco 22 - cap. 37129 Verona
Suggéré par: 
Riccardo Benedettini
Courriel: 
riccardo.benedettini@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
23/11/2017
Date de fin de l'événement: 
23/11/2017
Ville de l'événement: 
Università di Verona, Dpt. Lingue e Letterature straniere moderne
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Comino Ventura; Federico Fregoso; libri di lettere;
Site web de référence: 
http://www.cinquecentofrancese.it

Christian Garcin, écrivain protéiforme et polymorphe

Colloque international

Résumé de l'annonce: 
Ce colloque entend faire le point sur le parcours d’un quart de siècle d’écriture de Christian Garcin.
Colloque international Università di Genova 8-9 novembre 2018 Christian Garcin, écrivain protéiforme et polymorphe Avec la présence de l’auteur Ce colloque entend faire le point sur le parcours d’un quart de siècle d’écriture de Christian Garcin. Christian Garcin (1959) est un écrivain français polymorphe : dans son œuvre (plus de quarante titres publiés), qui augmente régulièrement chaque année, les genres différents coexistent ainsi que les thématiques et les styles. Depuis son entrée dans l’écriture en 1993, Christian Garcin n’a pas cessé de publier des récits et nouvelles, des romans et poèmes, des carnets de voyage, des textes brefs, des essais et des traductions : une œuvre désormais vaste où la fiction et l’essai, l’autofiction et l’autobiographie se côtoient naturellement. En regardant la liste complète des textes garciniens, on pourrait être étonné par l’apparente hétérogénéité de cette œuvre composite et développée. Pourtant, en lisant les différents textes, le lecteur se rend compte que ce corpus est parcouru par des fils qui se tressent et se lient d’un titre à l’autre et d’un genre à l’autre. Garcin a avoué que cette trame tissée dans ses textes n’était pas pensée au départ, mais que, après coup, il lui est apparu comme une évidence que des échos se relayaient d’un roman à l’autre, d’un récit à une nouvelle etc. (Cf. Entretien dans La Femelle du requin, 2014). Cela contribue à donner à sa production littéraire cohérence et unité malgré la fragmentation générique. Dans ce colloque, on pourra aborder la production littéraire de Christian Garcin selon plusieurs approches. On pourra ainsi envisager la réflexion sur l’art qui a une large place dans ses textes : en tant que thème, et en tant qu’objet déclencheur de la création et de la recherche de l’écrivain. Dans Vidas (Gallimard, 1993) apparaissent des portraits d’artistes, Jan Van Eyck, Le Caravage, Donatello, à côté de ceux d’écrivains et de personnages célèbres de l’histoire. Ensuite, en 1997, il publie L’Encre et la couleur (Gallimard, « L’un et l’autre ») complétement consacré aux peintres italiens de la Renaissance, Masaccio, Pisanello et Piero della Francesca et aux peintres chinois (du VIIIe au XIIIe siècle), Ma Yuan, Wu Daozi, Shi Tao. Dans ces écrits, le récit de certains épisodes de la vie des artistes est prétexte à questionner le sens de la création et à réfléchir sur l’élan vers l’inconnu qu’ils engagent dans leurs œuvres. Garcin poursuit encore ce type de recherche dans L’Autre monde par exemple, et aussi dans les essais et les fictions consacrés aux écrivains : Borges de loin, Une théorie d’écrivains, pour n’en citer que quelques-uns. On pourra aussi suivre la trace de l’écrivain voyageur, passionné par les terres les plus éloignées et les plus sauvages : de la steppe mongole à la Mer Blanche, de la Terre de Feu au Japon. Les carnets de voyage, mais aussi les narrations romanesques et les livres pour la jeunesse arpentent des territoires peu connus, étrangers et étranges, où évoluent des personnages insolites, des enquêteurs improbables, des femmes férues de voyance ou de parapsychologie, des ermites vivant dans les grottes, etc. Garcin est fasciné par les cultures chamanes et il explore des continents géographiques et mentaux avec lesquels nous ne sommes pas familiarisés. Le voyage lui permet dans le même temps d’orchestrer les thèmes de la disparition, de la fuite, de la quête. D’autre part Garcin accorde à la composition romanesque une attention particulière, notamment dans les fictions les plus récentes (La Piste mongole, Les Nuits de Vladivostok, Selon Vincent, Vies multiples de Jeremiah Reynolds). Celle-ci se traduit notamment par l’alternance des voix narratives, la pratique des récits emboîtés ou des effets spéculaires, ainsi que par le recours plus ou moins parodique au récit policier ou encore par l’imitation de techniques cinématographiques. Il serait possible d’analyser la manière dont cette recherche, loin de déployer une virtuosité gratuite, recoupe certains des motifs traités, tels que la pluralité des modes de la vie psychique, l’importance du rêve et de la communication inconsciente. Nous sommes convaincus que la richesse de cette œuvre mérite d’être étudiée. Plusieurs critiques se sont penchés sur les romans (Dangy, 2012 et 2013 ; Rabaté, 2016), sur les récits des vies (Ferrato-Combe, 2006), sur les relations avec l’art qui se développent dans ses textes (Bricco, 2015 et 2017), mais il manque un ouvrage qui aborde de manière globale ses écrits et qui puisse rendre compte des fils multiples qui s’y entremêlent. Nous nous proposons de remplir ce vide à la suite du colloque international qui permettra de mettre en valeur l’œuvre et donnera la juste place aux réflexions et discussions des critiques et des chercheurs que nous publierons par la suite. MODALITÉS DE SOUMISSION Les propositions de 250 mots maximum accompagnées d’un profil bio-bibliographique sont à envoyer à Elisa Bricco et Marie Gaboriaud (elisa.bricco@unige.it et marie.gaboriaud@institutfrancais.it ) avant le 15 décembre 2017. Communication : 30 minutes + 15 minutes de discussion Comité organisateur Elisa Bricco, Marie Gaboriaud, Chiara Rolla Comité scientifique Elisa Bricco, Margareth Amatulli, Isabelle Dangy, Laurent Demanze, Alexandre Gefen, Nancy Murzilli, Chiara Rolla, Valeria Sperti, Dominique Viart.
Nom du contact: 
Elisa Bricco
Courriel du contact: 
elisa.bricco@unige.it
Adresse postale: 
Università degli Studi di Genova, Dipartimento di lingue e culture moderne, Piazza santa Sabina 2, 16124 GENOVA
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institutfrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/12/2017
Ville de l'événement: 
Gênes
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Christian Garcin, Littérature contemporaine

Colloque Judith Gautier

Résumé de l'annonce: 
Convegno celebrativo del Centenario di Judith Gautier
A Parigi (Sorbonne e Hotel de Lauzun), il 17 e 18 novembre prossimi, avrà luogo un Convegno internazionale sulla figura di Judith Gautier, nelle sue molteplici sfaccettature.
Nom du contact: 
Laura Colombo
Courriel du contact: 
laura.colombo@univr.it
Suggéré par: 
Laura Colombo
Courriel: 
laura.colombo@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
16/11/2017
Date de fin de l'événement: 
17/11/2017
Ville de l'événement: 
Parigi
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Judith Gautier, autobiografia, romanzi, teatro, arte, danza

Alessandro Metlica (Università di Padova), Marino poeta di corte. Feste, nozze e spettacoli a Parigi

Seminari di Storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento"

Résumé de l'annonce: 
Il 21 novembre alle ore 16,30, presso il Dipartimento di Studi linguistici e letterari dell'Università di Padova, in Sala Scattola, si terrà il terzo seminario del ciclo "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento". Interverrà il prof. Alessandro Metlica dell'Università di Padova con una lezione dal titolo "Marino poeta di corte. Feste, nozze e spettacoli a Parigi"
Il ciclo di seminari in oggetto (Seminari di storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento") si propone di raccogliere l’eredità dei seminari organizzati, tra il 2010 e il 2013, dal Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese, e ospitati dapprima dall’ex Dipartimento di Romanistica, e in seguito dal Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari (DiSLL) dell’Ateneo dell’Università di Padova (Seminari di storia della lettura e della ricezione, tra Italia e Francia, nel Cinquecento). Con lo scopo di trarre profitto dalle diverse competenze ospitate in seno al DiSLL, si è deciso di ampliare gli estremi cronologici dell’iniziativa, che ora contemplano il Sei oltre al Cinquecento, e di insistere sull’analisi comparativa. Perciò i relatori, francesisti e italianisti ben noti alla comunità accademica internazionale, saranno chiamati a intervenire sulla circolazione di uomini, libri e idee attraverso le Alpi, nel periodo che va dal Rinascimento agli albori dei Lumi. 
Adresse postale: 
Piazzetta G. Folena 1, Padova
Suggéré par: 
Enrico Zucchi (Università di Padova)
Courriel: 
zucchi.en@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
21/11/2017
Ville de l'événement: 
Università di Padova - Sala Scattola
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Marino, barocco, Parigi, Maria de' Medici
Site web de référence: 
http://www.disll.unipd.it/seminari-di-storia-della-cultura

Agnès Guiderdoni (Université catholique de Louvain), Penser par figures entre Renaissance et baroque en Europe

Seminari di Storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento"

Résumé de l'annonce: 
Martedì 7 novembre alle 16,30 in Sala Scattola, presso il Dipartimento di Studi lingustici e letterari dell'Università di Padova, si terrà il secondo dei seminari del ciclo "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento". Interverrà Agnès Guiderdoni, professore di letteratura francese presso l'Université Catholique du Louvain, con una lezione dal titolo "Penser par figures entre Renaissance et Baroque en Europe"
Il ciclo di seminari in oggetto (Seminari di storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento") si propone di raccogliere l’eredità dei seminari organizzati, tra il 2010 e il 2013, dal Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese, e ospitati dapprima dall’ex Dipartimento di Romanistica, e in seguito dal Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari (DiSLL) dell’Ateneo dell’Università di Padova (Seminari di storia della lettura e della ricezione, tra Italia e Francia, nel Cinquecento). Con lo scopo di trarre profitto dalle diverse competenze ospitate in seno al DiSLL, si è deciso di ampliare gli estremi cronologici dell’iniziativa, che ora contemplano il Sei oltre al Cinquecento, e di insistere sull’analisi comparativa. Perciò i relatori, francesisti e italianisti ben noti alla comunità accademica internazionale, saranno chiamati a intervenire sulla circolazione di uomini, libri e idee attraverso le Alpi, nel periodo che va dal Rinascimento agli albori dei Lumi.   
Adresse postale: 
Piazzetta G. Folena 1, Padova
Suggéré par: 
Enrico Zucchi (Università di Padova)
Courriel: 
zucchi.en@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
07/11/2017
Ville de l'événement: 
Università di Padova - Sala Scattola
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Figures, baroque, art, littérature
Site web de référence: 
http://www.disll.unipd.it/seminari-di-storia-della-cultura

Ecrivains et artistes italiens dans les revues de langue française (1880-1940)

Journée d'étude

Résumé de l'annonce: 
Au tournant des XIXe et XXe siècles, les « petites revues » de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une échelle internationale. Les revues françaises ont souvent tissé des liens avec les écrivains et artistes de langue italienne ; l’étude de ces périodiques permet de dévoiler l’ampleur des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque. L’accès à des bases de numérisations de périodiques a transformé en profondeur la manière dont nous comprenons l’histoire culturelle : il permet de revoir les relations entre les champs littéraires français et italiens.
  Institut Universitaire de France Ministère de l’Enseignement supérieur 1 rue Descartes, 75005 Paris salle modulaire M.A-1 Inscription obligatoire avant le 5 novembre 2017 à l’adresse schuh.julien [at] gmail.com Programme 10h : Accueil des participants (Présentation à l’accueil, dépôt d’une pièce d’identité contre un badge visiteur) Julien Schuh : Introduction 10h30 : Poétique de la traduction Présidente de séance : Evanghélia Stead Pierre-Carl Langlais : Une poétique médiatique franco-italienne ? Essai de lecture distante d’interactions textuelles translinguistiques dans des revues littéraires de la Belle Époque De nouveaux outils de « détection de viralité » ont récemment permis d’identifier de vastes réseaux de reprises et de réemprunts de textes dans les périodiques du XIXe siècle. Ces méthodes restent cependant cantonnées à des corpus d’une seule langue, alors même que les emprunts translinguistiques constituent une dimension fondamentale du système médiatique. Ces interactions caractérisent tout particulièrement les revues littéraires italiennes de la belle époque, notamment sous l’impulsion d’une forte influence française. Nous utiliserons plusieurs approches expérimentales (word embeddings, parsing syntaxique…) pour faire émerger des convergences génériques et stylistiques entre des périodiques de langue et de culture nationale distinctes.   Alexia Kalantzis : La littérature italienne dans les revues françaises fin-de-siècle : les enjeux de la traduction Les périodiques artistiques et littéraires de la fin du 19e siècle apparaissent comme un moyen de diffusion privilégié de la littérature étrangère. Des revues comme le Mercure de France ou la Revue blanche accordent ainsi une place privilégiée à la littérature étrangère par l’intermédiaire de chroniques, parfois tenues par des écrivains étrangers, de publications d’extraits traduits et de collections de littérature étrangère. Nous nous intéresserons plus particulièrement à la traduction de la littérature italienne : qui sont les traducteurs ? Quelles sont les œuvres traduites et diffusées en France ? Nous tenterons ainsi de dégager les enjeux culturels de ces traductions et la constitution d’un réseau d’écrivains et de traducteurs au sein de ces périodiques.   13h45 : Sociologie de la traduction Présidente de séance : Alessandra Marangoni Elisa Grilli : « Le génie italien » et « l’ignorance des Français » : le programme à double-sens de L’Anthologie-Revue de France et d’Italie (1897-1900) Nous nous intéresserons à la place occupée par les auteurs italiens dans cette revue milanaise essentiellement publiée en langue française, afin de comprendre le déséquilibre en jeu dans les échanges littéraires et les transferts culturels entre les deux pays. Clément Dessy : Un naturalisme belge au prisme du vérisme italien ? Georges Eekhoud et Giovanni Verga Au pôle de production restreint du champ littéraire, les travaux de traduction trouvent davantage leur place dans des publications périodiques que dans l’édition de volumes. Ainsi en va-t-il des traductions de nouvelles de Giovanni Verga par Georges Eekhoud dans les revues belges. Ces dernières révèlent la dimension cosmopolite de l’écrivain et l’actualité littéraire qu’elles sont à même de relayer permet aux traductions d’Eekhoud de directement entrer en écho avec la réception de son œuvre de création littéraire.   15h : Réception et appropriation Président de séance : Julien Schuh Vincent Gogibu : La Phalange et l’Italie ou l’équilibre instable entre littérature et politique. La Phalange, puissante revue de Jean Royère, si elle ne concède que des fragments et quelques chroniques dramatiques à Ricciotto Canudo durant vingt-quatre mois entre 1908 et 1910, consacre quelques années plus tard, dès 1936, une série de numéros intitulés Hommage à l’Italie ou Rome où la politique prend le dessus sur la littérature.   Alessandra Marangoni : Marinetti et Mallarmé. Coup de dés et Mots en liberté Comment Marinetti – trait d’union entre deux cultures – raconte Mallarmé aux Italiens et aux Français, à l’aube du XXe siècle.   Damiano De Pieri : « Tu t’appelles Marinetti ou d’Annunzio ? ». Poètes et artistes italiens dans la revue Littérature (1919-1924) et ses alentours « Tu t’appelles Marinetti ou d’Annunzio ? », « où est-ce, l’Italie ? », demandent de manière provocatrice les membres de la rédaction de la revue Littérature dans une sorte de chronique en forme de poème qui relate la soirée vivement contestée sur le Tactilisme tenue par Marinetti en janvier 1921 à Paris. Questions paradoxales et ambiguës mais qui expriment bien les problématiques soulevées par la distribution des poètes italiens et la réception de la littérature italienne dans les revues artistiques et littéraires de l’après-guerre comme Les Écrits nouveaux (qui devient la Revue Européenne sous la direction de Philippe Soupault), La Nouvelle Revue Française ou encore L’Esprit nouveau. La présence de poètes italiens et de chroniques sur la littérature italienne se superpose-t-elle à l’apparente polarisation du champ littéraire français représenté par les revues entre une littérature d’avant-garde et une littérature tournée vers la tradition ? Ou semble-t-elle plutôt témoigner de la complexité d’une phase de transition et de réorganisation des avant-gardes exprimées par des formules telles que « classicisme moderne » et « retour à l’ordre » dans un contexte socio-politique qui, au contraire de la France, en Italie est déterminé par le « retour » à l’ordre du Fascisme ? 16h30 Clôture    
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institufrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
10/11/2017
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Revues

Pages

S'abonner à RSS - Littérature