Vous êtes ici

Littérature

Quaderni di filologia e lingue romanze, terza serie, 34 (2019)

Contenu de l'annonce: 

Quaderni di filologia e lingue romanze - XXXIV (2019)
Ricerche svolte nell'Università di Macerata, terza serie

Roma, Aracne Editrice

ISBN : 978-88-255-3046-9
ISSN : 1971–4858–34

Revue de Philologie et langues romanes de l'Université de Macerata, Italie, fondée en...

Image de l'annonce: 
ISSN format papier: 
1971–4858–34
Catégorie principale: 
Courriel: 
luca.pierdominici@unimc.it
giulialm@libero.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Giulia Latini Mastrangelo
Éditeur: 
Aracne
Date de parution: 
Jeudi, Octobre 8, 2020
Lieu de parution: 
Roma
Suggéré par: 
Luca Pierdominici

Tutti per uno, uno per tutti. Omaggio a Alexandre Dumas

Résumé de l'annonce: 
Dibatitto tra Claude Schopp, Gian Luca Favetto e Michele Mari
Nell’ambito dei Dialoghi del Farnese 12 ottobre, ore 18.30 Roma - Palazzo Farnese Dibattito in presenza su invito e in streaming su Zoom al link http://bit.ly/DumasZoom o su youtube al link http://bit.ly/DumasYoutube Claude Schopp, storico della letteratura, in dialogo con Gian Luca Favetto, giornalista e scrittore, con la partecipazione a distanza dell’autore Michele Mari. Claude Schopp è presidente della Société des Amis d’Alexandre Dumas e uno dei massimi esperti mondiali di Alexandre Dumas. Nel 2017 con Dumas fils ou l’Anti-OEdipe (Éditions Phébus) ha vinto il premio Goncourt per la biografia. Per Donzelli ha curato alcune opere di Dumas tra cui: Il conte di Montecristo (2010); I tre moschettieri (2014); Vent’anni dopo (2015) e La donna senza volto. Indagine su un quadro scabroso (2019). Michele Mari è scrittore, poeta e filologo, e insegna Letteratura italiana all’Università degli Studi di Milano. È vincitore di diversi premi letterari, sia con i suoi romanzi, tra i quali Verderame e Rosso Floyd (Einaudi, 2015), che per la sua produzione poetica (Cento poesie d’amore a Ladyhawke, pubblicato nel 2007 presso Einaudi). Michele Mari è anche autore di traduzioni come L’Isola del Tesoro di Robert Louis Stevenson (Rizzoli, 2013), Il richiamo della foresta di Jack London (Bompiani, 2015) o La Macchina del Tempo di Herbert G. Wells (Einaudi, 2019). Gian Luca Favetto, scrittore, poeta, drammaturgo e giornalista, vive a Torino e collabora con La Repubblica e Radio Rai. Tra i suoi libri recenti, troviamo La vita non fa rumore (Mondadori, 2008), Mappamondi e corsari (Interlinea, 2009), Se dico radici dico storie (Laterza, 2011) e Il giorno perduto (66thand2nd, 2015, con Anthony Cartwright). Con Leandro Agostini ha realizzato Interferenze fra la città e gli uomini e il progetto/mostra Il teatro del mondo. Questo evento sarà l’occasione di inaugurare, per il 150° anniversario della morte dell’autore, la stagione Dumas e l’Italia a cura di Jocelyn Fiorina (Société des amis d’Alexandre Dumas) che si svolgerà a Roma, Napoli e Marsiglia da ottobre a dicembre 2020. Organizzato da: Ambasciata di Francia in Italia e Institut français Italia
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institutfrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
12/10/2020
Ville de l'événement: 
Roma/online
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Alexandre Dumas
Site web de référence: 
https://www.institutfrancais.it/fr/node/8733
https://www.institutfrancais.it/fr/italia/nul-homme-nest-une-ile

Cahiers George Sand

Contenu de l'annonce: 

L’œuvre de Sand qu’une certaine critique a stérilisée de tout élément transgressif, réduite à être un haut-parleur romanesque des idées philosophiques et politiques des autres, a longtemps paru marginale, incapable de susciter toute étincelle artistiquement fertile. Mais a-t-on vraiment pris la...

Image de l'annonce: 
Mots-clés: 
George Sand - lecture - réception - Littérature du XIXe siècle
Sous-catégories: 
ISSN format papier: 
2275-1939
Titre du numéro: 
Les écrivains lecteurs de Sand - I
Catégorie principale: 
Courriel: 
asilvestri@unisa.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Olivier Bara
Éditeur: 
Association Les Amis de George Sand
Langue: 
Date de mise en ligne: 
Dimanche, Septembre 27, 2020
Date de parution: 
Dimanche, Septembre 27, 2020
Lieu de parution: 
La Châtre
Suggéré par: 
Agnese Silvestri

La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles)

Résumé de l'annonce: 
Deux journées, les 12 mai 2021 et 11 février 2022 consacrées à une réflexion sur la fabrique du texte médiéval, sa matérialité et l’évolution des procédés de mise en forme
Journées d’étude internationales La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe-XVIe siècles) Bordeaux – Boulogne-sur-Mer, 12 mai 2021 et 11 février 2022 Université Bordeaux Montaigne, UR 4593 CLARE Université Littoral Côte d’Opale, UR 4030 HLLI Organisatrices : Grace BAILLET, Priscilla MOURGUES Présentation du projet Cette manifestation scientifique répartie sur deux journées les 12 mai 2021 et 11 février 2022 proposera une réflexion sur la fabrique du texte médiéval, sa matérialité et l’évolution des procédés de mise en forme du XIIIe siècle au XVIe siècle en se fondant sur différents types de récit. Dans le cadre d’autres réflexions, des chercheurs se sont attelés à analyser les techniques d’écriture dans les récits médiévaux et ont appréhendé ces textes pour comprendre les modalités de transmission et de diffusion de la culture française. Pour aborder cette thématique sous un angle plus neuf, dans une double perspective, diachronique et comparatiste, nous envisagerons de sonder la structuration des récits médiévaux classiques et tardifs en laissant de côté les problèmes que peut rencontrer l’éditeur actuel lors de l’élaboration d’une édition critique pour mieux nous concentrer sur le texte dans son époque. Argumentaire Les recherches menées sur les récits médiévaux et leur élaboration ont bien souvent permis d’éclairer l’esthétique et les divers enjeux, poétiques, littéraires et historiques, subordonnés à la tradition de ces textes. Déjà dans les années 1970, Paul Zumthor adoptait dans son Essai de poétique médiévale un point de vue formaliste en décrivant et en analysant par la forme des modèles d’écriture. À la même époque, le théoricien du langage Henri Meschonnic esquissait la notion de « forme sens » en avançant l’idée que l’œuvre crée sa propre forme. Ce concept sera repris quelques décennies plus tard dans le domaine des études médiévales et développé dans les travaux de Danièle James Raoul, notamment dans « Forme-sens : du legs de la tradition à la modernité créatrice » (2002), dans la mesure où celui-ci permet d’envisager le sens des textes médiévaux, en particulier la matière arthurienne, à partir de la forme qu’ils adoptent. Ce constat prouve le besoin d’inscrire le texte dans une forme pour mieux l’éprouver. D’autres études de ce début du XXIe siècle ont tendu à présenter les textes dans une structure. En 2001, Alberto Varvaro s’interrogeait ainsi sur l’« Élaboration des textes et modalités du récit dans la littérature française médiévale » pour comprendre le mélange des genres dans les manuscrits des XIIe et XIIIe siècles et la mouvance des textes narratifs. Dans une perspective plus générale, en 2008, Pierre Chastang, dans son article sur « L’archéologie du texte médiéval », définit deux niveaux d’études complémentaires du texte pour mieux le contextualiser : le premier stade est la restitution d’une stratification textuelle grâce à l’examen du manuscrit ; le second est la nécessité de « situer le matériel dans son environnement ». Sans toutefois sonder les procédés de mise en forme du récit lui même, de telles données abordent de plus en plus la notion de structure et démontrent l’intérêt de repositionner le matériel dans son époque. Par ailleurs, la multiplication des manifestations scientifiques de la dernière décennie témoigne une fois encore du désir de saisir avec exactitude l’esthétique et les techniques d’écriture à une époque définie. Nous songeons, entre autres, aux nombreuses contributions de Maria Colombo Timelli sur les mises en prose et aux manifestations qui furent consacrées à ce phénomène (Mettre en prose aux XIVe et XVIe siècles) en combinant des approches diversifiées sur le sujet (linguistiques, philologiques, littéraires, etc.). Nous pensons également aux études qui, dans un but similaire d’approfondissement, se concentrent plus spécifiquement sur l’art de la mise en prose dans un atelier localisé, tel celui du Maître de Wavrin, qui a fait l’objet d’un ouvrage collectif, L’Art du récit à la cour de Bourgogne, coordonné par Jean Devaux et Matthieu Marchal (2018). Dans la lignée de ces manifestations, des journées d’étude et colloques ont prolongé la réflexion en interrogeant la transmission et la diffusion de ce fonds littéraire médiéval au tournant de la fin du Moyen Âge et de la première Renaissance, en lien avec le changement de média que constituent les premiers imprimés (Les premiers imprimés français et la littérature de Bourgogne (1470-1550), colloque organisé en 2015 par Jean Devaux, Matthieu Marchal et Alexandra Velissariou à l’Université du Littoral). Ce regard renforcé sur ces œuvres, manuscrites et imprimées, a contribué également à enrichir le domaine de l’édition critique actuelle en exposant les potentialités que ces deux types de témoins peuvent offrir pour soulever les difficultés qu’implique l’élaboration d’une édition (L’édition des textes médiévaux de langue française et les imprimés anciens, journée d’étude, 2016). Nous remarquons dès lors que l’étude du texte médiéval est souvent subordonnée au travail de l’éditeur actuel sans que soit considérée pour autant la matérialité du texte replacé dans son époque. D’une part, à notre connaissance, excepté quelques articles qui analysent et qui approfondissent à certains égards la question des procédés de structuration des récits médiévaux, il n’existe pas d’ouvrage de synthèse ou de collectif se consacrant uniquement à cette thématique. D’autre part, il peut être intéressant d’examiner cette problématique sur la longue durée, sans se borner au traditionnel tournant des XVe et XVIe siècles et sans non plus exclure cette période, pour pouvoir établir des passerelles entre les différentes époques. Ainsi ce projet, « La Fabrique des récits médiévaux (XIIIe XVIe siècles) », peut venir à l’appui des recherches amorcées depuis les années 2000 en les complétant et en les éclairant sous des angles moins étudiés. Afin de pouvoir combiner plusieurs types d’approches (littéraire, historiographique, paléographique, etc.) et d’avoir un panel représentatif de récits médiévaux, en vers ou en prose, au fil des siècles, pour examen, nous optons pour le corpus suivant : les chroniques, les romans, les récits de voyage, les récits hagiographiques, les mises en prose, les récits brefs et les nouvelles. Axes de recherches Pour analyser les processus de structuration des récits médiévaux et leur évolution du XIIIe siècle au XVIe siècle, les pistes d’exploitation proposées ci-dessous s’articuleront autour de l’étude de la macrostructure et de la microstructure des textes : la composition d’un recueil, la dispositio du texte, les épisodes, la mise en page, les rubriques, les colonnes, les paragraphes, les miniatures, les bois, les sauts, les blancs, les différents marqueurs du texte, la ponctuation, etc. Axe 1 – Identification et analyse de procédés de structuration Le repérage de procédés de structuration à petite et grande échelles dans les manuscrits et dans les imprimés permettra de déceler ce qui appartient spécifiquement ou non à une époque ou encore de définir ce qui relève d’une catégorie de texte (par exemple, l’écriture sous forme d’épisode dans les récits brefs). Ainsi on pourra analyser les principes qui s’installent. Par ailleurs, on pourra s’intéresser aux normes des œuvres fabriquées dans un même atelier et milieu culturel pour définir des pratiques spécifiques ou originales de mise en forme et pour en comprendre les particularités. Axe 2 – La question de la frontière générique par la forme Pour compléter le premier axe, il s’agira de croiser les techniques appliquées à différentes catégories de textes. Si l’on songe, par exemple, à la question de la mise en recueil, certains manuscrits ou imprimés regroupent parfois des textes assez différents. La présentation matérielle de récits de même catégorie possédant des caractéristiques communes ou au contraire très variées peut également être examinée. Les réflexions sur un corpus constitué de récits du même genre, envisagés sur une longue période peuvent aussi apporter des compléments à cette question. Axe 3 – L’adoption d’usages et de réflexes de structuration et les écarts Pour pouvoir mesurer l’écart de normes entre les récits médiévaux, on pourra s’interroger sur les réflexes adoptés au cours des processus d’écriture, de mises en forme et de structuration : ces gestes sont-ils comparables ou existe-t-il un fossé entre deux époques bien distinctes ? Doit-on les évaluer sur le même plan ? Les usages sont-ils toujours respectés ? Dans quelles conditions ? De même, ces questions peuvent se poser pour des productions créées à des périodes moins éloignées dans le temps, voire composées au même siècle. Si l’on pense également à la question des formats manuscrit et imprimé, il peut être intéressant de comparer les pratiques structurelles pour la composition d’une même histoire, que ce soit pour une tradition uniquement manuscrite, pour une tradition transmise par les seuls imprimés ou pour une transmission mixte du récit, pour évaluer le degré d’aménagement et pour en saisir les raisons. Axe 4 – Les effets de l’évolution des pratiques Enfin, pour parfaire les trois axes précédents, il convient d’observer les impacts et effets que peut produire l’évolution des pratiques de mise en forme lors de la fabrique du texte. Ces observations peuvent se situer au niveau de la diffusion. Pour quelles raisons un texte est-il fondu dans une forme déterminée ? Les constats peuvent aussi s’effectuer à partir de la réception des structures des récits médiévaux par les contemporains de ces textes. Quelles sont les conséquences de l’accès de plus en plus large au livre et à l’écrit ? Quelles perceptions sont décelables à la lecture d’un récit sous une forme nouvelle ? Cela entraîne-t-il de nouvelles pratiques de lecture ? Dans une époque donnée, quels ont été les effets des transformations des pratiques de lecture sur l’écriture et la structuration des récits ? En outre, l’attention peut aussi se porter sur le rapport à la matérialité du texte du point de vue de l’auteur et du lecteur. Si l’on songe au système de balisage des textes, au rôle structurant des images qui insinue un dialogue texte-image dans la page ou encore aux indices textuels laissés par l’auteur pour son lecteur, un commerce lie de manière certaine le lecteur à son livre et à celui qui participe à sa constitution. Quels rapports peut entretenir le lecteur avec l’espace du livre ? Comment est-il sollicité ? Comment le livre permet-il d’établir une relation de communication entre le lecteur et les divers acteurs gravitant autour de la fabrique des récits (auteur, éditeur, imprimeur, libraire) ? Le lecteur a-t-il finalement une influence sur la fabrication du produit qu’il lira et quels en sont les impacts sur la production ? D’autres réflexions peuvent bien sûr venir étayer les quatre axes de recherche précédemment exposés. Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 novembre 2020. Grace BAILLET, ulcogracebaillet@gmail.com Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com Comité scientifique Maria COLOMBO TIMELLI, Professeur à l’Università degli Studi di Milano, Langue et littérature françaises du Moyen Âge Jean DEVAUX, Professeur à l’Université du Littoral Côte d’Opale, Littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance Nadine HENRARD, Professeur à l’Université de Liège, Littérature française du Moyen Âge Danièle JAMES-RAOUL, Professeur à l’Université Bordeaux Montaigne, Langue et littérature du Moyen Âge
Nom du contact: 
Grace Baillet
Courriel du contact: 
ulcogracebaillet@gmail.com
Suggéré par: 
Grace Baillet
Courriel: 
ulcogracebaillet@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
20/11/2020
Ville de l'événement: 
Boulogne-sur-Mer et Bordeaux
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
récits médiévaux,
Site web de référence: 
https://hlli.univ-littoral.fr

La Poétique d’Aristote : des traductions aux poétiques

Les traductions de la Poétique d’Aristote du XVIe siècle à nos jours et le développement des poétiques européennes

Résumé de l'annonce: 
Colloque international, Université de Trente 4-5 mars 2021
LETRA Seminario di traduzione letteraria (LaborLETT, CeASUm) https://r1.unitn.it/laborlet/letra/ Colloque international La Poétique d’Aristote : des traductions aux poétiques. Les traductions de la Poétique d’Aristote du XVIe siècle à nos jours et le développement des poétiques européennes. Université de Trente, Italie, 4-5 mars 2021 L’histoire consignerait peu d’événements aussi beaux et aussi pathétiques que ce médecin arabe se consacrant à la pensée d’un homme dont quatorze siècles le séparaient ; aux difficultés intrinsèques s’ajoutait le fait qu’Averroës, ignorant du syriaque et du grec, travaillait sur la traduction d’une traduction. La veille, deux mots douteux l’avaient arrêté au seuil de la Poétique. Ces mots étaient tragoedia et comoedia. Il les avait déjà rencontrés, des années auparavant, au livre troisième de la Rhétorique ; personne dans l’Islam n’entrevoyait ce qu’ils voulaient dire. En vain, il avait fatigué les traités d’Alexandre d’Aphrodisie. En vain, compulsé les versions du nestorien Hunain ibn-Ishaq et de Abu Bashar Meta. Les deux mots arcanes pullulaient dans le texte de la Poétique : impossible de les éluder. J. L. Borges, La Quête d’Averroës La Poétique d’Aristote est l’un des textes les plus importants pour la formation et le développement des poétiques occidentales. Ce texte, qui avait déjà suscité un très grand intérêt au Moyen-Âge, était connu grâce à ses traductions et ses commentaires en arabe. Cependant, vers la fin du XVIe siècle, lorsque le texte grec original est retrouvé et publié par Aldo Manuzio en 1508, un travail intense de traduction commence, en latin – de William de Moerbecke (1491) et Giorgio Valla (1498) à Bernardo Segni (1549) – et en langues vernaculaires (première traduction en toscan de Bernardo Segni en 1549). C’est à partir des traductions du texte aristotélicien qui se répandent progressivement en Europe que l’on commence à élaborer des commentaires, des observations, des traités, qui influencent sensiblement la réflexion esthétique, la formation du goût, la production artistique. À titre d’exemple, l’on peut penser à l’importance que prend la règle de l’unité d’action à l’époque de la Renaissance et du Baroque, par le biais des lectures de la Poétique effectuées par Agnolo Segni et Ludovico Castelvetro plutôt que du texte aristotélicien lui-même. Or, si la littérature critique sur la réception de la Poétique est très vaste, beaucoup moins étendue est la réflexion sur l’influence des traductions en langues modernes sur cette même réception et, par conséquent, sur la pensée esthétique, sur le goût des différentes époques et traditions tout comme sur la conception des genres littéraires. Ce problème ne concerne pas que l’époque moderne : dans certains cas les traducteurs arabes avaient déjà modifié, voire déformé, la lettre du texte aristotélicien avec d’importantes conséquences sur la réflexion esthétique. C’est le cas du commentaire d’Averroès qui, sur la base d’une traduction inexacte, reliait tragédie et portée morale : cette connexion est absente dans le texte aristotélicien, mais elle sera fondamentale pour le développement des poétiques occidentales (et d’autres). Des critiques littéraires, tels qu’Antoine Compagnon et William Marx, ont montré, par d’intéressantes recherches sur certains mots-clés (tels que, par exemple, mimesis et catharsis), la nécessité d’études ponctuelles sur le rapport entre choix traductifs et déploiement des poétiques. Le but de ce colloque est d’approfondir cette question en analysant les traductions des différentes périodes et aires linguistiques dans leur rapport avec la formation et la transformation des théories esthétiques, sans négliger leur relation avec l’élaboration des genres et des formes afin d’apprécier l’influence de « l’horizon traductif » (pour utiliser la terminologie bergmanienne) des traducteurs. Il s’agit donc d’observer, à travers l’analyse et la comparaison des textes sur un plan synchronique ou diachronique, comment certains choix traductifs de la Poétique (notamment en ce qui concerne des mots-clés ou des champs sémantiques) ont déterminé l’élaboration des poétiques littéraires du XVIe siècle à nos jours. Ce colloque a l’intention de se situer dans une perspective pluridisciplinaire et se propose donc de réunir différentes typologies de chercheurs : spécialistes de littératures nationales, comparatistes, théoriciens de la littérature, traductologues, philologues, philosophes, qui s’intéressent aux traductions de la Poétique en langues modernes à partir du XVIe siècle (allemand, anglais, espagnol, français, italien). Parmi les axes de recherche, il est possible de proposer des contributions sur : - l’étude d’une seule traduction ; - la comparaison de deux ou plusieurs traductions éloignées dans le temps mais appartenant à la même aire linguistique ou de traductions de la même époque mais appartenant à des aires linguistiques différentes ; - l’analyse comparée des traductions de mots-clés ou de champs sémantiques ; - panoramas de traductions à l’intérieur d’une aire linguistique (ou d’une même époque à travers différentes aires linguistiques) ; - le rapport entre les traductions et les traités de poétique et d’esthétique. Les propositions de participation au colloque pour une intervention de 20 minutes (en français ou allemand, anglais, italien, espagnol) sont à envoyer avant le 31 octobre à l’adresse mail suivante letra.lett@unitn.it (un résumé de 300 mots maximum et une courte note bio-bibliographique). Une réponse sera donnée avant le 15 novembre 2020.
Nom du contact: 
Paolo Tamassia
Courriel du contact: 
paolo.tamassia@unitn.it
Suggéré par: 
Paolo Tamassia
Courriel: 
paolo.tamassia@unitn.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/10/2020
Ville de l'événement: 
Trento
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Aristotele Poetica traduzione
Site web de référence: 
https://r1.unitn.it/laborlet/letra/

Séduction et vengeance : "La Cousine Bette" de Balzac. Cinq leçons

Contenu de l'annonce: 

Séduction et vengeance : "La Cousine Bette" de Balzac. Cinq leçons, sous la direction de Luca Pietromarchi et Agnese Silvestri, Roma Tre-Press, 2020
Dans le monde bourgeois né des débris de l’épopée napoléonienne, rongé par la démocratisation et la demande d’égalité, l’ordre social est-il...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Agnese Silvestri
Courriel: 
asilvestri@unisa.it
ISBN: 
979-12-80060-37-2
Collection: 
Xenia. Studi Linguistici, Letterari e Interculturali
Anonyme
Éditeur: 
RomaTre-Press
Lieu de parution: 
Roma
Date de parution: 
Lundi, Septembre 7, 2020
Date de mise en ligne: 
Lundi, Septembre 7, 2020
URL: 
http://romatrepress.uniroma3.it/libro/seduction-et-vengeance-la-cousine-bette-de-balzac/
Mots-clés: 
Balzac - Cousine Bette - Littérature du XIXe - personnage - réalisme - Baudelaire - Proust -
Site web de référence: 
http://romatrepress.uniroma3.it/libro/seduction-et-vengeance-la-cousine-bette-de-balzac/

La morale / Revue Balzac

Résumé de l'annonce: 
Revue Balzac n°5/2022 - Sous la dir. de Paolo Tortonese
The Balzac Review/Revue Balzac, n° 5/2022 Morality/La morale Sous la direction de Paolo Tortonese Varia Appel à contributions Dans sa réponse à Hippolyte Castille (La Semaine, 11 octobre 1846), Balzac se défend des reproches qu’on lui a adressées au sujet de la moralité de son œuvre. Castille avait souligné l’effet désespérant de la représentation d’une humanité essentiellement mauvaise, mais également l’effet passionnant de la représentation de types humains exécrables et pourtant intéressants et attachants. Le lecteur de La Comédie humaine était selon lui entraîné dans une détestable sympathie pour le mal, que ce soit le crime de Vautrin, la faiblesse finale de Mme de Mortsauf, la filouterie, la débauche, l’égoïsme extrême de tant d’autres. Balzac répond en défendant ses personnages et son procédé. Il utilise deux arguments pour contrer le reproche d’immoralité. Le premier est un argument de véridicité : hélas, l’humanité se comporte mal, et le romancier de mœurs ne peut mentir en la faisant plus vertueuse qu’elle ne l’est. Les « tendances dépravées de l’homme » sont bien réelles, et la scène finale du Lys dans la vallée ne fait que montrer comment la chair se bat contre l’esprit (peu importe qu’elle l’emporte ou non). De même, Vautrin n’est pas un personnage « gigantesque » et donc susceptible d’admiration, il est tellement vrai qu’un homme lui ressemblant existe (Vidocq). Le second argument, en revanche, porte sur l’efficacité romanesque : si au lieu de montrer la lutte du corps et de l’esprit dans un drame individuel passionnant (ce qui implique une participation) ou dans un individu aux dons extraordinaires, le romancier s’était limité à la représentation de la vie la plus ordinaire et fade, combien de lecteurs aurait-il pu avoir ? Il fallait bien faire de Vautrin un géant, pour qu’il représente les forces souterraines qui agitent la société ; il fallait faire de lui une exception pour qu’il incarne un principe. De même, il faut peindre un séducteur formidable, si l’on veut montrer les « cinq cents dandys » que contient une génération. Réussir la mise en scène d’« un honnête homme », d’un « personnage faisant le bien » est une entreprise excessivement difficile ; le romanesque a ses contraintes morales. Ces deux arguments, de véridicité et d’efficacité, établissent un lien fondamental entre données morales et narration. On peut aborder la question de la morale chez Balzac à partir de ce trio : morale, réalité, roman. Cela ouvre des chemins différents, certains déjà souvent parcourus, d’autres peut-être un peu moins explorés : La morale et l’étude des mœurs La morale et la pensée moraliste (le Balzac moraliste d’Alphonse Pagès) La morale et la moralité (avec les pratiques de la conclusion) L’imaginaire moral à caractère mélodramatique La caractérisation morale du personnage et du type L’opposition entre le type et le cas (le catégoriel et l’exceptionnel) La question des circonstances dans son rapport à la tradition casuistique La doctrine des circonstances (Vautrin) : cynisme ou phronésis ? La moralité du réel, ou la nécessité historique La répression (le « système répressif complet ») La bienfaisance, la charité, l’altruisme Science et morale Morale et énergie Le culte de la force et la sympathie pour la victime La probité bourgeoise La morale des artistes L’ironie dans le discours moral L’ambigüité axiologique Les propositions (dossier thématique ou Varia) devront être envoyées aux adresses suivantes : paolo.tortonese@sorbonne-nouvelle.fr thebalzacreview@gmail.com avant le 31 octobre 2020. Les articles (35.000 signes maximum, espaces compris) seront à envoyer avant le 1er septembre 2021. Ils devront être accompagnés d’un résumé en français (500 signes maximum, espaces compris) et de 5 mots-clés. ------- The Balzac Review/Revue Balzac, n° 5/2022 Morality/La morale Paolo Tortonese, editor Varia Call for Papers In his reply to Hippolyte Castille (La Semaine, October 11, 1846), Balzac defends himself against criticisms regarding the morality of his work. Castille had pointed out the feeling of despair resulting from the representation of humanity as essentially bad, but also the fascination inherent to the representation of vile, yet interesting and endearing human types. In his view, the reader of the Comédie humaine was made to feel a detestable sympathy for evildoing, whether it was Vautrin’s crimes, Mme de Mortsauf’s ultimate weakness, fraud, debauchery, or the extreme selfishness of so many others. Balzac answers by defending his characters and his method. He uses two arguments to refute the charge of immorality. The first is the claim of veracity: human beings misbehave, unfortunately, and the novelist of manners would be lying if he portrayed them as more virtuous than they are. The “depraved tendencies of man” are real, and the final scene of Le Lys dans la vallée demonstrates how the flesh fights against the mind (regardless of whether the flesh wins or not). In the same vein, Vautrin is not a “larger than life” character and therefore likely to be admired. He is so true to life that a man like him actually exists (Vidocq). The second argument, on the other hand, is about novelistic effectiveness: if the novelist had limited himself to the representation of life at its most ordinary and dull, rather than showing the struggle of the body and the mind through an engaging individual drama (which would imply a participation) or in the person of a character with extraordinary gifts, how many readers would he attract? It was necessary to make Vautrin a giant, so that he could represent the underground forces that trouble society; it was necessary to make him the exception that proves the rule. In the same way, it is necessary to depict a formidable seducer if the writer wants to capture the “five hundred dandies” contained in a generation. Successfully portraying an “honest man”, a “do-gooder” is an exceedingly difficult task. Fiction has its moral constraints. These two arguments, of truthfulness and effectiveness, create a fundamental link between moral elements and narration. One can address the question of morality in Balzac through this trio: morality, reality, novel. This opens different avenues of inquiry, some already well explored, others perhaps less so: Morals and the study of manners Morals and moralistic thought (Alphonse Pagès’ Balzac moraliste) Morals and the moral of the story (with the custom of the conclusion) The moralistic imaginary of the melodrama The moral characterization of individual characters and types The opposition between the type and the individual case (categorical or exceptional) The question of circumstances in relation to the casuistic tradition The doctrine of circumstances (Vautrin): cynicism or phronesis? The morality of the real, or historical necessity Suppression (the “full suppressive system”) Charity and altruism Science and morality Energy and morals The cult of force and sympathy for the victim Bourgeois probity The morals of artists Irony in moral discourse Axiological ambiguity Proposals (for the thematic dossier or Varia) should be sent to the following addresses: paolo.tortonese@sorbonne-nouvelle.fr thebalzacreview@gmail.com before October 31, 2020. Articles (35.000 characters maximum, spaces included) are to be sent before September 1, 2021. They should be accompanied by a summary in French (500 characters maximum, spaces included) and 5 keywords.
Courriel du contact: 
thebalzacreview@gmail.com
Suggéré par: 
Francesco Spandri
Courriel: 
francesco.spandri@uniroma3.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/10/2020
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
morale, Balzac

The Balzac Review/Revue Balzac

Contenu de l'annonce: 

Segnaliamo la pubblicazione del n° 3 di "The Balzac Review/Revue Balzac" (Paris, Classiques Garnier, 2020), rivista diretta da Francesco Spandri (Università degli studi Roma Tre).
Il n° 3-2020, "Le corps/The Body", curato da Aude Déruelle (Université d'Orléans), è disponibile per l'...

Image de l'annonce: 
Mots-clés: 
Poison, boue, animaux, corps, fluide, langage, maladie, matérialisme, portrait, temps.
Sous-catégories: 
ISSN format papier: 
2646-2044
Titre du numéro: 
Le corps/The Body
Catégorie principale: 
Courriel: 
francesco.spandri@uniroma3.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Numéro sous la direction d'Aude Déruelle. Direction de la revue: Francesco Spandri...
Éditeur: 
Classiques Garnier
Date de mise en ligne: 
Lundi, Juillet 6, 2020
Date de parution: 
Mercredi, Juillet 29, 2020
Lieu de parution: 
Paris
Suggéré par: 
Francesco Spandri

À l’extrême de l’écriture de soi. Les derniers textes autobiographiques de J.-J. Rousseau

Contenu de l'annonce: 

Rousseau, avec les Confessions, n’a pas fini d’explorer les profondeurs de son moi, d’autant que ce moi, vivant, ne cesse de
se heurter à de nouveaux événements, de rencontrer de nouvelles souffrances ou de nouveaux bonheurs. Les Dialogues,
les Rêveries sont le fruit d’une démarche...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Sous-catégories: 
Suggéré par: 
Studi Francesi
Courriel: 
studi.francesi@rosenbergesellier.it
ISBN: 
9788878858091
Collection: 
Biblioteca di Studi francesi
Anonyme
Éditeur: 
Rosenberg & Sellier
Lieu de parution: 
Torino
Date de parution: 
Samedi, Août 1, 2020
Date de mise en ligne: 
Samedi, Août 1, 2020
URL: 
http://www.rosenbergesellier.it/scheda-libro?aaref=1379
Langue: 
francese
Site web de référence: 
http://www.rosenbergesellier.it/scheda-libro?aaref=1379

Christophe Bathélémy Fagan, de la Foire et théâtre italien complets

Contenu de l'annonce: 

Ce volume constitue l’édition critique du Théâtre de la Foire et Théâtre italien complets de Fagan. Il couvre la période 1730-1738 et réunit Le Sylphe supposé, L’Esclavage de Psyché, Momus à Paris, La Fausse ridicule, Isabelle Arlequin, Les Petits comédiens et Isabelle grosse par vertu.Nombre de...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Sous-catégories: 
Suggéré par: 
Patrizia Oppici, Anna Bettoni
Courriel: 
flora.rogermele@icloud.com
ISBN: 
978-2-406-09645-0
Collection: 
Bibliothèque du théâtre français
Anonyme
Éditeur: 
Classiques Garnier
Lieu de parution: 
Paris
Date de parution: 
Mercredi, Août 12, 2020
Date de mise en ligne: 
Lundi, Août 24, 2020
Mots-clés: 
Littérature du XVIIIe siècle,études franco-italiennes,Opéra Comique, Théâtre italien,Théâtre de la Foire,Théâtres de société,Théâtre Français, Vaudeville, Théâtre et musique, Littérature comparée.
Site web de référence: 
https://classiques-garnier.com/theatre-de-la-foire-et-theatre-italien-complets-tome-i-theatre-de-la-foire-1730-1738.html

Pages

S'abonner à RSS - Littérature