Vous êtes ici

Toutes les catégories

Les Carnets d'EFMR

Contenu de l'annonce: 

Nés en 2014, les Carnets d'EFMR sont un espace de publication bilingue pour les chercheurs œuvrant dans le domaine des études francophones et franco-italiennes. Ils visent à mutualiser et à mettre en valeur l'actualité des études francophones en Italie dans les domaines de la didactique, de la...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Nancy
Mots-clés: 
EFMR
URL du site: 
http://efmr.hypotheses.org/

EFMR fait peau neuve!

Résumé de l'annonce: 
Nous sommes heureux de vous présenter la nouvelle version d'EFMR, «études francophones et franco-italiennes mises en réseau».
Créé en 2011, EFMR (www.efmr.it) est un portail bilingue (français & italien) qui mutualise les informations pertinentes pour les chercheurs, professeurs et étudiants en études francophones, et qui offre une vitrine des événements et des ressources disponibles dans les domaines de la didactique, de la langue, de la littérature, de la culture et des sciences humaines en Italie, ainsi que des collaborations italo-françaises toutes disciplines confondues. Parmi les nouveautés sur le site: une nouvelle charte graphique une architecture simplifiée des formulaires de suggestion d'annonce plus intuitifs et faciles à utiliser les Carnets d'Efmr (http://efmr.hypotheses.org), un espace de publication où tout contributeur peut proposer un compte rendu d'événement ou de lecture, un billet d'actualité sur les études francophones et franco-italiennes mises en réseau, en écrivant à contact@efmr.it un forum des doctorants  une lettre électronique d'information ouverte à tout abonné. les pages Facebook et Twitter d'EFMR. Suivez-nous! Le portail s'organise désormais en quatre volets principaux: Un agenda des événements relié à un espace d’annonces ouvert, à des flux de syndication thématiques et à une lettre électronique d’information mensuelle Un répertoire des lieux, des acteurs et des ressources de la «francesistica» Un forum des doctorants Les Carnets d'Efmr Sur l’ensemble de ces contenus, un moteur de recherche permet à l’utilisateur d’effectuer une recherche ciblée. Nous vous invitons à découvrir le nouveau site d'EFMR et à soumettre vos propositions d'annonce et de publication. Bien cordialement Nancy Murzilli pour EFMR
Nom du contact: 
Nancy Murzilli
Courriel du contact: 
nancy.murzilli@institutfrancais.it
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@institutfrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/10/2017
Type d'événement: 
Informations diverses
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
www.efmr.it

Il nuovo volto delle città dopo l'emergenza

Résumé de l'annonce: 
Dibattito organizzato dall'IFI tra Luca Molinari, Giovanni Longobardi, Clément Périssé e Alice Grégoire
Luca Molinari, Giovanni Longobardi, architetti, Clément Périssé e Alice Grégoire, architetti, borsisti a Villa Medici - Accademia du Francia a Roma nel 2020/2021. Modera: Annalisa Metta «La recente esperienza del lockdown ha fatto vivere a quasi due terzi della popolazione mondiale un’esperienza spaziale e psicologica di una radicalità estrema le cui conseguenze emergeranno molto lentamente influenzando il nostro modo di vivere, il nostro rapporto con l’altro e i luoghi condivisi. Se non vogliamo che la paura e la segregazione diventino elementi disgreganti della nostra vita futura dobbiamo ripensare con forza l’idea illuminista di “patto sociale” e del conseguente “patto spaziale”, puntando a una condizione in cui umani, animali, vegetali e minerali siano considerati parte di una comunità di eguali con cui attivare forme di dialogo, azione e ascolto totalmente differenti. A questo punto emerge una domanda: che ruolo può avere il progetto e l’architettura in questo nuovo scenario? Da questo pressante interrogativo partirà il mio contributo critico.” (Luca Molinari, Nessun uomo è un’isola, settembre 2020) La pandemia di Covid-19 ed i provvedimenti presi per limitarne la diffusione hanno evidenziato la necessità di adeguare i diversi spazi dell’abitare verso soluzioni ambientali sostenibili, che delineino il futuro dei territori e delle città e permettano di adattare in chiave sostenibile gli stili di vita degli individui e della collettività. La città rimane il punto di riferimento della progettazione futura: oltre alla centralità dei servizi i cambiamenti riguarderanno, innanzitutto, la dimensione smart e sostenibile della casa, ma anche la valorizzazione dei quartieri e la presenza di un sistema di mobilità diverso. Luca Molinari è professore ordinario di Teoria e Progettazione Architettonica nel Dipartimento di Architettura e Disegno Industriale “Luigi Vanvitelli” dell’Università della Campania. Critico e curatore nell’ambito dell’architettura contemporanea. Tra i riconoscimenti per le sue attività di ricerca, critica e promozione della cultura architettonica: il Premio Ernesto N. Rogers (2006, X Mostra Internazionale di Architettura), il Premio Jean Tschumi (Congresso UIA, 2008) e il titolo di “Accademico di Merito” conferitogli dall’Accademia di Belle Arti di Perugia (2016). Nel 2020, pubblica Le Case che siamo (Nottetempo). Giovanni Longobardi è professore ordinario di Composizione Architettonica e Urbana nel Dipartimento di Architettura dell’Università degli studi Roma Tre, di cui è direttore dal 2019. Si è occupato di temi museografici, di teorie della modernità in architettura, di forme della città contemporanea, di progetti per la cultura e il patrimonio, di culture dell’abitare, con saggi, tra cui Architettura, folle e città - Rassegna di Architettura e Urbanistica, Quodlibet, 2020 (con M.S. Augusto). Alice Grégoire è laureata dell’ENSA di Versailles. Dal 2010 collabora con OMA/Rem Koolhaas a progetti di design e ricerca. Tra i progetti recenti si segnalano la fondazione Galeries Lafayette Art di Parigi, la ricerca e la scenografia della mostra “Elements of Architecture” per la Biennale di Architettura di Venezia 2014 e la scenografia della mostra Serial & Portable Classic per la Fondazione Prada nel 2015. Con Clément Périssé, Federico Martelli e Antonio Barone, Alice Grégoire ha fondato Cookies (https://www.cookies.lol/About-cookies) Clément Périssé ha studiato architettura all’École Nationale Supérieure d’Architecture di Versailles e a Roma. Presso Barcode Architects ha guidato la progettazione di un edificio multiuso a Bordeaux. Dal 2011 lavora presso OMA/Rem Koolhaas dove è co-leader della progettazione e costruzione della Fondation d’Entreprise Galeries Lafayette. Con Alice Grégoire, Federico Martelli e Antonio Barone, Clément Périssé ha fondato Cookies (https://www.cookies.lol/About-cookies). Annalisa Metta è professore associato di Architettura del Paesaggio all’Università degli studi Roma Tre. Italian Fellow in Landscape Architecture presso l’American Academy in Rome (2016-17), di cui dal 2017 è Advisor. Tra i riconoscimenti, nel 2017 è tra i 16 studiosi emergenti impegnati nell’avanzamento del paesaggio nella cultura contemporanea selezionati dalla School of Design - University of Pennsylvania. Tra i suoi libri: Wild and the City. Landscape Architecture for Lush Urbanism (Libria, 2020, con M.L. Olivetti). È tra i fondatori di Osa architettura e paesaggio, in Roma (2007).
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institutfrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
02/12/2020
Ville de l'événement: 
Roma/online
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
https://www.institutfrancais.it/fr/node/8751

MemWar

Memorie e oblii delle guerre e dei traumi del XX secolo

Résumé de l'annonce: 
Convegno internazionale "MemWar. Memorie e oblii delle guerre e dei traumi del XX secolo" (9-12 dicembre 2020)
Il convegno internazionale "MemWar. Memorie e oblii delle guerre e dei traumi del XX secolo" (9-12 dicembre 2020), organizzato dal gruppo di ricerca omonimo del Dipartimento di Lingue e Culture Moderne dell'Università di Genova, si terrà interamente online sulla piattaforma Teams. Il convegno, multilingue e multidisciplinare, affronterà la questione della trasmissione della memoria del XX secolo nel XXI, esplorando diversi media, supporti e tipologie testuali, incrociando analisi storiche, linguistiche, letterarie, artistiche, ecc. Informazioni dettagliate per la partecipazione sono fornite sulla pagina del convegno : https://memwarunige.hypotheses.org/category/convegno-memwar.
Nom du contact: 
ANNA GIAUFRET
Courriel du contact: 
anna.giaufret.unige@gmail.com
Suggéré par: 
Anna Giaufret
Courriel: 
anna.giaufret.unige@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
09/12/2020
Date de fin de l'événement: 
12/12/2020
Ville de l'événement: 
Genova/ piattaforma Teams
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Memoria, guerra, trauma, trasmissione
Site web de référence: 
https://memwarunige.hypotheses.org/category/convegno-memwar

L'énonciation entre collectif et singulier: poétique, éthique, politique.

Résumé de l'annonce: 
Colloque Toulon 4-5 novembre 2021
Appel à communications Colloque international « L’énonciation entre collectif et singulier » : poétique, éthique, politique. Laboratoire Babel, Université de Toulon Lieu : campus de La Garde (Université de Toulon) Date : 4-5 novembre 2021 Les études linguistiques et discursives ont envisagé à ce jour le rapport entre singulier et collectif dans des perspectives énonciatives variées, prenant appui sur différents types d’approches, de problématiques et d’observables, dont on ne saurait citer ici que quelques exemples : « dialectique langagière » du même et de l’autre déterminant l’hétérogénéité constitutive de toute production de sens en discours (Authier-Revuz 1982, Détrie 2001), rapports entre textualité et normes langagières et discursives (Gaudin-Bordes et Monte dirs 2017), rapport entre idiolecte et sociolecte (voir par exemple le n° 44 des Cahiers de praxématique), construction discursive d’identités collectives, qu’il s’agisse de poser la question du « nous » dans le discours politique (Geffroy éd. 1985), d’interroger les conditions d’un « éthos collectif » (Amossy 2010), ou, dans la fiction, d’observer les marques d’un « membre quelconque d’une collectivité » ou autre « instance frontière » (Maingueneau 2000). En ce qui concerne le discours littéraire, les rapports complexes entre analyse de discours et stylistique disent quelque chose de la difficulté à articuler les deux perspectives, bien que la stylistique ait depuis longtemps intégré une perspective historique et collective (voir, entre autres exemples, Philippe et Piat 2009 et le très riche numéro 135-136 de Pratiques « Le style en questions »). Le présent colloque voudrait aborder ces rapports entre singulier et collectif dans l’énonciation en mettant au défi du genre poétique d’autres genres de discours. Par ses difficultés d’interprétation exigeant une forte implication du lecteur/co-énonciateur, par son évolution historique brutale depuis la « crise de vers » de la fin du XIXe siècle, par la place qu’y occupe l’énonciateur textuel, entre singularité et généralité, le poème pose aux linguistes des questions pertinentes que nous nous proposons d’approfondir dans ce colloque en prenant pour fil conducteur les travaux de Michèle Monte. Dans ses travaux, le questionnement central que constitue cette dialectique singulier/collectif est plus spécifiquement abordé à travers les problématiques d’éthos et/ou de style, quel que soit le genre de discours envisagé (2016a : 187) : « Déchiffrer un style, c’est porter un regard sur le processus de production du texte, que l’éthos envisage du point de vue de l’effet produit à réception. Le style connote en effet la volonté du scripteur, son inscription consciente dans une tradition ou sa contestation de celle-ci, et s’appréhende notamment dans l’étude de la genèse du texte (…). L’éthos désigne, lui, l’image que le lecteur peut se faire de l’auteur grâce à un faisceau d’éléments linguistiques qui incarnent le texte. La distinction s’avère donc assez artificielle dans la mesure où, in fine, les deux concepts articulent une intentionnalité, des formes et des effets. À condition de ne pas nous faire oublier la part de déterminations inconscientes qui s’imposent à l’auteur, les deux termes apparaissent finalement comme deux façons adéquates et partiellement communes d’envisager la dialectique singulier / collectif et le processus d’incorporation à l’oeuvre dans un texte. » Les propositions pourront se situer dans l’un ou l’autre des axes ci-dessous. Éthos / style On pourra envisager, dans une perspective pragmatique ou pragma-énonciative, de discuter du rapprochement et/ou des distinctions entre éthos et style, tout en suivant les pistes ci-après, quel que soit le genre discursif pris pour objet, et qu’on s’intéresse au pôle de la production et/ou à celui de la réception : - comment rendre compte de la spécificité de la dimension esthésique (qui renvoie aux « propriétés sensibles ou matérielles du langage, indépendamment de la valeur référentielle ») ou corporéité du texte/discours, envisageable du point de vue de la production comme de la réception, dans son rapport au collectif, au social (voir, par exemple, Monte 2016b, Monte 2020) ? - peut-on préciser le rapport entre style/éthos et « auctorialité » dans le cadre de cette dialectique ? - comment rendre compte de la tension entre singularité énonciative (voire engagement énonciatif) et effacement énonciatif, en fonction du genre de discours ? - comment s’articulent l’implication subjective d’un lecteur singulier dans l’incorporation du monde éthique du poème (voir Monte 2010) et la construction d’un espace de sens doté de procédures interprétatives objectivables ? Genres de discours et poéticité Il s’agira de discuter autour du modèle du texte poétique travaillé par Michèle Monte, qui définit, dans sa dernière version, trois dimensions du poème : sémantique, esthésique, énonciative (Monte 2018a). On pourra s’interroger sur l’un ou l’autre de ces points : - ce modèle est-il applicable à la poésie à travers les âges, ou rend-il davantage compte des productions de la poésie contemporaine (dans leur diversité) ? - s’applique-t-il à d’autres configurations génériques ? en particulier, y a-t-il une spécificité (une singularité ?) de la dimension énonciative du poème (voir à ce sujet Monte 2019)? Dans ses études empiriques (voir, entre autres, les références données dans Monte 2018b), Michèle Monte, reprenant les propos des poètes eux-mêmes, définit à plusieurs reprises la dimension éthique du poème par la quête d’une justesse d’expression qui met la langue en travail. On pourra s’interroger sur la valeur heuristique de la comparaison entre poésie et autres genres de discours en envisageant les aspects suivants : - la poésie partage-t-elle avec d’autres genres une situation d’énonciation spécifique, qui ne soit ni une construction fictionnelle, ni un discours contextualisé, et comment cette situation d’énonciation se traduit-elle à réception ? - y a-t-il une spécificité poétique des dimensions éthiques et politiques mises au jour grâce aux outils de l’analyse énonciative et de l’analyse de discours qui, selon Monte (2016a) permettent de « comprendre ce qui se joue dans le poème, aussi bien du côté de la construction de l’identité du sujet parlant et percevant que de son interaction avec le monde et avec autrui » ? Bibliographie indicative (références citées) Amossy Ruth, 2010, La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, PUF. Authier-Revuz Jacqueline, 1982, « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l 'autre dans le discours », Documentation et recherche en linguistique allemande contemporain, 26, p. 91-151. Détrie Catherine, 2001, « Dialectique langagière », « Production de sens », dans Détrie C., Siblot P. & Verine B. (éds), Termes et concepts pour l'analyse du discours, Paris, H. Champion. Détrie Catherine et Neveu Franck (dirs), 2005, L'idiolecte. Du singulier dans le langage, Cahiers de praxématique, 44. Gaudin-Bordes Lucile et Monte Michèle (dirs), 2017, Normes textuelles et discursives : émergence, variations et conflits, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté. Geffroy Annie (éd.), 1985, Le nous en politique, Mots, 10. Maingueneau Dominique, 2000, « Instances frontières et angélisme narratif », Langue française, 128, p. 74-95. Monte Michèle, 2010, « Le corps et le chemin. Allégorie et évidences sensibles dans la poésie contemporaine », in Au corps du texte. Hommage à Georges Molinié, Denis D. et al. (dirs.), Paris, Champion, p. 483-495. Monte Michèle, 2016a, « De l’éthos, du style et du point de vue en poésie », dans L’énonciation aujourd’hui, un concept clé des sciences du langage, M. Colas-Blaise, L. Perrin et G. M. Tore (dir.), 2016, Limoges, éditions Lambert-Lucas, p. 179-200. Monte Michèle, 2016b, « L’éthos en poésie contemporaine : le cas de James Sacré et d’Antoine Émaz », Babel. Littératures plurielles, 34, p.257-281. Monte Michèle, 2018a, « Interpréter le poème : une interaction variable entre trois dimensions textuelles (sémantique, esthésique et énonciative) », dans Achard-Bayle, G. et al. (éds), Les sciences du langage et la question de l’interprétation (aujourd’hui), Limoges, Lambert-Lucas, p. 127-154. Monte Michèle, 2018b, « La dimension argumentative dans les textes poétiques : marques formelles et enjeux de lecture », Argumentation et analyse du discours [en ligne], 20, https://journals.openedition.org/aad/2511 Monte Michèle, 2019, « Les relations entre énonciateur textuel, locuteurs et personnages dans quelques scénographies poétiques : José-Flore Tappy, Eugène Guillevic, Jacques-Henri Michot », dans Amir Biglari et Nathalie Watteyne (dir.), Scènes d’énonciation de la poésie lyrique moderne, Classiques Garnier, p. 297-321. Monte Michèle, 2020, « La répétition comme figure énonciative dialogique dans les proses d’Henri Michaux et Philippe Jaccottet », dans V. Magri-Mourgues et Ph. Wahl (dirs), Répétition et signifiance. L’invention poétique, Limoges, Lambert-Lucas, p. 151-167. Paissa Paola et Koren Roselyne (dirs), 2020, Du singulier au collectif : construction(s) discursive(s) de l’identité collective dans les débats publics, Crem, « Études linguistiques et textuelles ». Petitjean André et Rabatel Alain (dirs), 2007, Le style en questions, Pratiques, 135-136. Philippe Gilles et Piat Julien (dirs), 2009, La langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Flaubert à Claude Simon, Fayard. Les propositions (à envoyer à singulier-collectif@univ-tln.fr) compteront de 600 à 1000 mots, hors précisions bibliographiques éventuelles. On attendra qu’elles indiquent précisément dans lequel des deux axes ci-dessus elles se situent et qu’elles comportent un ou deux exemples illustrant la façon dont l’auteur-e de la proposition compte mettre les concepts à l’épreuve d’un corpus. Les communications, d’une durée de 20 minutes et suivies d’un échange, devront mettre en valeur les observables, modèles, notions, qui permettent de décrire de manière pertinente la dialectique du collectif et du singulier à l’oeuvre dans un corpus. À l’issue du colloque, une sélection de communications, enrichies des débats qui auront eu lieu sur les questions ci-dessus, fera l’objet d’une publication. Calendrier : Envoi des propositions : 30 janvier 2021 Notification d’acceptation : 15 avril 2021 Colloque : 4-5 novembre 2021 Organisatrices : Émilie Devriendt (Université de Toulon, Babel) Lucile Gaudin-Bordes (Université de Toulon, Babel) Hélène Ledouble (Université de Toulon, Babel) Marion Sandré (Université de Toulon, Babel) Comité scientifique : Jean-Michel Adam, Université de Lausanne Wedencley Alves Santana, Universidade Federal de Juiz de Fora Paul Aron, Université Libre de Bruxelles Marion Bendinelli, Université de Franche-Comté Laura Calabrese, Université Libre de Bruxelles Hugues Constantin de Chanay, Université Lumière Lyon 2 Maria das Graças Soares Rodrigues, Universidade Federal do Rio Grande do Norte, Brasil Maria Joana de Almeida Vieira dos Santos, Universidade de Coimbra Delphine Denis, Sorbonne Université Émilie Devriendt, Université de Toulon Marc Dominicy, Université Libre de Bruxelles Jacques Dürrenmatt, Sorbonne Université Béatrice Fracchiolla, Université de Lorraine Lucile Gaudin-Bordes, Université de Toulon Alice Krieg-Planque, Université Paris-Est Créteil Lia Kurts-Wöste, Université de Bordeaux Montaigne Hélène Ledouble, Université de Toulon Vincent Nyckees, Université de Paris Diderot Claire Oger, Université Paris Est-Créteil Paola Paissa, Université de Turin Gilles Philippe, Université de Lausanne Alain Rabatel, Université Lumière Lyon 2 Anne Régent-Susini, Université de la Sorbonne Nouvelle Laurence Rosier, Université Libre de Bruxelles Geneviève Salvan, Université Côte d’Azur Marion Sandré, Université de Toulon Frédérique Sitri, Université Paris Est-Créteil Marta Teixeira Anacleto, Universidade de Coimbra Bertrand Verine, Université de Montpellier 3 Judith Wulf, Université de Nantes Ilias Yocaris, Université Côte d’Azur
Nom du contact: 
Emilie Devriendt
Courriel du contact: 
singulier-collectif@univ-tln.fr
Suggéré par: 
Paola Paissa
Courriel: 
paola.paissa@unito.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/01/2021
Ville de l'événement: 
Toulon
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
énonciation, texte poétique, singulier et collectif
Site web de référence: 
https://www.univ-tln.fr/Laboratoire-BABEL.html

Interprétation de dialogue

Perspectives analytiques sur des contextes et phénomènes communicatifs particuliers

Résumé de l'annonce: 
Appel à contributions pour le numéro 26 de The Interpreter's Newsletter (bilingue anglais/français, à paraître en 2021).
Appel à contributions pour le numéro 26 de The Interpreter's Newsletter, qui sera consacré à l'interprétation de dialogue (bilingue anglais/français, à paraître en 2021). L'objectif principal est d’alimenter la discussion sur les méthodologies innovantes à même d’éclairer des contextes et des phénomènes communicatifs particuliers qui n’ont jusqu’à présent reçu que peu d’attention dans la littérature, et/ou qui n’ont pas encore trouvé d’écho dans les salles de cours. Directrices invitées: Natacha Niemants (Università di Bologna) et Anne Delizée (Université de Mons). Depuis la publication de Dialogue Interpreting de Ian Mason (1999), la recherche en interprétation de dialogue (ID) s’est penchée sur différents types d’interactions interprétées, tant dans la sphère publique que privée, et s’est notamment intéressée à ceux qui ne sont généralement pas catégorisés dans l’interprétation de services publics (ISP), tels que les émissions-débats ou les négociations d’affaires. Depuis près de 20 ans, une attention toute particulière a été portée au développement de méthodes de recherche rigoureuses en ID/ISP, de plus en plus fréquemment basées sur des données empiriques, que ce soit des interactions interprétées, des interviews ou des questionnaires. Une réflexion méthodologique approfondie est menée tant sur les caractéristiques générales de l’ID/ISP (Monzó-Nebot/Wallace 2020) que sur celles qui émergent dans des secteurs d’intervention particuliers (Biel et al. 2019), tels que le juridique, la santé somatique, la santé mentale, l’immigration et les demandes d’asile. Les chercheurs explorent des aspects extrêmement diversifiés, qui vont des contextes spécifiques aux processus cognitifs à l’œuvre, en passant par des phénomènes particuliers tels que les manifestations de convergence et d’affiliation entre le soignant et l’interprète ( Ticca/Traverso 2017) ou encore l’influence de l’interprète sur la relation interpersonnelle (Goguikian Ratcliff/Pereira 2019). Ils étudient les interactions interprétées en face à face ou à distance, en langues vocales ou non vocales. Leur intérêt se porte également sur la récolte systématique des données, leur diffusion internationale, ainsi que sur les méthodes de transcription permettant leur analyse détaillée (Meyer 2019). Les chercheurs en ID/ISP peuvent à présent s’appuyer sur des corpus de données authentiques dans différents secteurs d’intervention et dans différentes combinaisons linguistiques. Certains d’entre eux ont recours à une analyse multimodale (Davitti/Pasquandrea 2017) ou triangulent les théories, les données et les outils analytiques (Aguilar Solano 2020) pour élargir et densifier la vision du phénomène étudié, ainsi qu’accroître la fiabilité des résultats de l’étude. Bref, la réflexion sur la méthodologie de recherche en ID/ISP est foisonnante, dynamique et innovante (Valero-Garcés 2020), et ses résultats viennent de plus en plus souvent enrichir la formation des interprètes et des utilisateurs de leurs services (Cirillo/Niemants 2017). C’est dans ce cadre que le numéro 26 de The Interpreters’ Newsletter, consacré à l’interprétation de dialogue, se fixe pour objectif d’explorer des contextes et des phénomènes communicatifs particuliers grâce à des lentilles analytiques spécifiques. Ce numéro est ouvert aux contributions innovantes en matière de types de données ou de secteurs d’intervention/situations communicatives étudiés, en matière de méthodes d’analyse (ou de combinaison de méthodes), ou encore d’apports à la formation des acteurs de terrain et à l’enseignement et l’apprentissage universitaires. Les contributeurs sont donc invités à alimenter la discussion sur différentes approches méthodologiques innovantes qui, dans une perspective inter/transdisciplinaire et sur la base de données authentiques, sont à même d’éclairer des pratiques et des phénomènes qui n’ont jusqu’à présent reçu que peu d’attention dans la littérature consacrée à l’ID/ISP, et/ou qui n’ont pas encore trouvé d’écho dans les salles de cours. Sujets d’intérêt Les sujets d’intérêt peuvent dès lors être les suivants, sans que cette liste soit exhaustive : - méthodes de recherche qualitatives, quantitatives ou mixtes ; - analyse multimodale ; - transcription et outils de recherche ; - accès aux données authentiques, interopérabilité et partage ; - contextes et phénomènes communicatifs spécifiques ; - apports pour la formation ; - communication interculturelle. Informations pratiques et calendrier Les articles peuvent être soumis en anglais ou en français. Ils doivent décrire une recherche originale qui n’a jamais été publiée. Ils ne peuvent pas être en cours de soumission auprès d’autres comités de lecture (revues ou conférences). Les manuscrits proposés feront l’objet d’une évaluation par les pairs en double aveugle. Le guide de style est consultable à l’adresse suivante http://www.openstarts.units.it/eut/Instructions2AuthorsInterpreters.pdf Les manuscrits comporteront entre 6 000 et 7 500 mots, références, résumé (150-200 mots) et mots clés (5-10) inclus. Ils devront être envoyés par courriel à interpretersnewsletter@units.it ; Objet du courriel : NL 26 PAPER ; Intitulé du document : nom de l’auteur_IN2021. Soumission du manuscrit : 31 janvier 2021 Envoi des résultats de l’évaluation par les pairs : 30 avril 2021 Publication : décembre 2021   Références Aguilar-Solano M. (2020) “Triangulation and Trustworthiness -Advancing Research on Public Service Interpreting through Qualitative Case Study Methodologies”, FITISPos International Journal 7/1, 31-52. Biel Ł. / Engberg J. / Ruano R. / Sosoni V. (eds) (2019) Research Methods in Legal Translation and Interpreting. Crossing Methodological Boundaries, Oxon/New York, Routledge. Cirillo L. / Niemants N. (eds) (2017) Teaching dialogue interpreting. Research-based proposals for higher education, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins. Davitti E. / Pasquandrea S. (2017) “Embodied participation: What multimodal analysis can tell us about interpreter-mediated encounters in pedagogical settings”, Journal of Pragmatics 107, 105 28. Goguikian Ratcliff B. / Pereira C. (2019) “L’alliance thérapeutique triadique dans une psychothérapie avec un interprète : un concept en quête de validation”, Pratiques Psychologiques 25/1, 63 77. Mason I. (ed.) (1999) Dialogue Interpreting, Special Issue of The Translator 5. Meyer B. (2019) “Corpus-based studies on interpreting and pragmatics”, in R. Tipton / L. Desilla (eds) The Routledge handbook of translation and pragmatics, London, Taylor & Francis Group, 75-92. Monzó-Nebot E. / Wallace M. (eds) (2020) Research Methods in Public Service Interpreting and Translation, Special Issue of FITISPos International Journal 7/1. Ticca A. / Traverso V. (2017) “Parole, voix et corps : convergence entre l’interprète et le soignant dans les consultations avec des migrants”, L’Autre. Cliniques, cultures et sociétés 18/3, 304 314. Valero-Garcés C. (2020) “Introduction. Broadening and Further Developing of Research Methods in PSIT”, FITISPos International Journal 7/1, 1 7.
Nom du contact: 
Natacha Niemants
Courriel du contact: 
natacha.niemants@unibo.it
Suggéré par: 
Natacha Niemants
Courriel: 
natacha.niemants@unibo.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/01/2021
Ville de l'événement: 
Trieste
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
interprétation de dialogue, interprétation de services publics, méthodologies de recherche, interdisciplinarité
Site web de référence: 
https://www.openstarts.units.it/cris/journals/journals00005/journalsInfoAuthor.html

Expressions et dynamiques de l’interculturel dans des correspondances des XIXe et XXe siècles

Contenu de l'annonce: 

Ce volume présente les résultats d'un projet de recherche dont l'objectif a été de vérifier l'efficacité de l'étude des correspondances dans l’exploration des mécanismes régissant le dialogue interculturel. Dans le cadre d'un projet annuel financé par le Département des Sciences de l'Éducation...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Marina Geat
Courriel: 
marina.geat@uniroma3.it
ISBN: 
979-12-80060-39-6
Collection: 
Le Ragioni di Erasmus - Les Cahiers du RUIPI / I quaderni di RUIPI
Anonyme
Éditeur: 
Roma TrE-Press
Lieu de parution: 
Roma
Date de parution: 
Jeudi, Septembre 17, 2020
Date de mise en ligne: 
Jeudi, Septembre 17, 2020
URL: 
http://romatrepress.uniroma3.it/libro/linterculturel-quels-defis-et-problematiques-aux-niveaux-europeen-et-international/
Langue: 
Français ey italien
Mots-clés: 
Correspondances ; interculturel ; XIX siècle ; XX siècle ; complexité.
Site web de référence: 
http://romatrepress.uniroma3.it/

La chronique de disque. Spécificités lexicales, syntaxiques et rhétoriques.

Résumé de l'annonce: 
Deuxième séance du séminaire "Ecritures mélomanes" en ligne
ÉCRITURES MELOMANES Méthodologie(s), bibliographie(s) Les 29 et 30 juin 2020 devait se tenir à Gênes le colloque "Ecritures mélomanes: traduire les émotions musicales" (voir l'argumentaire complet dans l'appel à contribution: http://www.efmr.it/?q=fr/node/1490). En raison du Covid-19, le colloque a été reporté aux 26 et 27 avril 2021. Les participants au colloque ont cependant souhaité se retrouver pendant cette année "d'attente" pour échanger sur les problématiques de la musicographie et de la mélomanie, afin de préparer au mieux, collectivement, le colloque de 2021. Ce séminaire constitue donc un espace pour aborder des questions méthodologiques et bibliographiques, et présenter des travaux de recherche en cours. Informations pratiques Le séminaire se déroulera en ligne, sur la plateforme Microsoft Teams. Pour y accéder, il faut se connecter à un compte Microsoft, accéder à Teams à travers un navigateur (ou télécharger l'application gratuite), et rejoindre la page du séminaire (https://urlz.fr/dNNw). Les séances sont ouvertes au public. Il est conseillé de s'inscrire au groupe Teams avant le jour du séminaire, afin de pouvoir résoudre d'éventuels problèmes d'accès, et de contacter en cas de problème marie.gaboriaud@gmail.com. Prochaine séance: Lundi 28 septembre, 15h-16h30 Mat Pires (Université de Franche-Comté): La chronique de disque. Spécificités lexicales, syntaxiques et rhétoriques. Voir le programme complet en pièce jointe. Comité d'organisation: Elisa Bricco, Serena Cello, Marie Gaboriaud, Chiara Rolla
Nom du contact: 
Marie Gaboriaud
Courriel du contact: 
marie.gaboriaud@gmail.com
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institutfrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
28/09/2020
Ville de l'événement: 
Genova/online
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
critique, disque, musicographie, musique, écritures mélomanes
Site web de référence: 
https://argec.hypotheses.org/2563

Regards croisés sur le Québec et la France

Résumé de l'annonce: 
Colloque CISQ - Centro Interuniversitario Studi Quebecchesi 2021
Convegno CISQ – Centro Interuniversitario di Studi Quebecchesi Università degli Studi di Trento – Dipartimento di Lettere e Filosofia Trento – 20-22 maggio 2021 Regards croisés sur le Québec et la France Dans les dix dernières années, le nombre de Français qui ont décidé de s’installer au Québec a augmenté de plus de 70% et depuis peu, le Plateau Mont-Royal, le quartier populaire rendu célèbre par Michel Tremblay dans ses Chroniques, est souvent désigné par les Montréalais comme la « Petite France » ou encore comme le quartier des « Maudits Français ». Cette présence importante de Français dans ce quartier de Montréal en agace plus d’un et réactive les sentiments d’amour et de haine qu’un grand nombre de Québécois nourrit envers la France et les Français depuis la fin de l’époque de la Nouvelle-France. Pour certains Québécois, en effet, c’est lors de la signature du « Traité de Paris » en 1763, où la France cède « les quelques arpents de neige » aux Anglais, comme le soulignait Voltaire, que « l’enfant » (le Canadien français) aurait tué « la mère » (la France) coupable de l’avoir abandonné à la merci des ennemis ancestraux. Le lien politique rompu depuis 1763 n’a fait qu’augmenter la distance entre les deux pays et les relations entre la France et le Canada français (et ensuite le Québec) ont été plus ou moins tendues et ont fait couler toujours beaucoup d’encre. Que l’on pense à la « Crise de la Conscription » de 1917 (et également à celle de 1944) et au refus d’un grand nombre de Canadiens-français de partir en Europe pour aider tout d’abord l’Angleterre, mais aussi la France alors en guerre contre l’Allemagne, une France envers laquelle ils n’avaient plus aucun devoir. Comme le soulignait Henri Bourassa lors d’un discours sur le patriotisme canadien-français, l’amour des Canadiens français pour la France « peut et doit être réel, profond et durable ; mais il doit rester platonique ; et surtout il ne doit jamais nous faire oublier […] les circonstances de notre histoire ». Que l’on pense également à la querelle éclatée en 1946 entre Robert Charbonneau et un petit groupe d’écrivains français (Mauriac, Aragon, Duhamel, Billy) sur l’autonomie de la littérature canadienne-française (La France et nous, 1993). Ou à la polémique éclatée il y a quelques années d’un côté et de l’autre de l’Atlantique à propos de la remarque que l’animateur de l’émission Tout le monde en parle, Thierry Ardisson, a fait au chanteur québécois Garou en lui posant une question importune sur sa manière de s’exprimer en français : « C’est ma première question, vous qui savez tout faire, chanter, danser, jouer la comédie, pourquoi vous n’arrêtez pas cet accent ? ». Ou encore, tout récemment, au travail de réédition en France du roman Querelle de Roberval du jeune auteur québécois Kevin Lambert et au polissage linguistique fait par l’éditeur français pour rendre le texte plus compréhensible aux lecteurs de l’Hexagone. Pour les Québécois, la France est aujourd’hui un pays géographiquement lointain et l’appartenance de plus en plus revendiquée à une réalité américaine a renversé selon certains le complexe d’infériorité que le Québec avait développé par rapport à l’ancienne « mère patrie ». Certes, pour ce qui est de la langue, c’est toujours la manière de parler français, et surtout l’accent, qui représentent encore le feu de la discorde avec la France. Quel est alors le regard que l’un, le Québec, porte sur l’autre, la France, et vice-versa ? Quelles sont les représentations culturelles des Français à l’égard du Québec et des Québécois à l’égard de la France ? Les propositions pourront s’inscrire dans les thématiques suivantes, qui ne constituent néanmoins pas une liste exhaustive des possibles : – Le Québec vu par les Français (littérature, cinéma, musique, politique, télévision, sketchs humoristiques, etc.). – La France vue par les Québécois (littérature, cinéma, musique, politique, télévision, sketchs humoristiques, etc.). – La Nouvelle-France vue par les Français aux XVIIe et XVIIIe siècles : relations de voyage, lettres, ouvrages, etc. – Les querelles littéraires entre Canadiens français et Français (La France et nous de Charbonneau, par exemple, etc.). – Le Général de Gaulle et le Québec. – La participation des Québécois aux Guerres mondiales. – Les écrivains québécois qui ont « longtemps » vécu (installés) et publié en France et les écrivains français qui ont « longtemps » vécu (installés) et publié au Québec. – La présence des Parisiens (ou des Français en général) sur le Plateau Mont-Royal. – Les éditions françaises de romans québécois (par exemple Ducharme, Bienvenu, Lambert, etc.). – Présence du Québec dans les médias français et de la France dans les médias québécois (presse écrite, radio, télévision, etc.). – Présence du Québec dans les dictionnaires français et de la France dans les dictionnaires québécois (écrivains, œuvres littéraires, personnalités du monde des arts et des sciences, etc.). – Présence des régionalismes québécois dans les dictionnaires français et des régionalismes français dans les dictionnaires québécois, mais aussi argot, verlan, etc. Les communications en français ne dépasseront pas une durée de 20 minutes, 5-10 minutes seront consacrées aux questions. La date limite pour envoyer les propositions de communication individuelle ou de session est le 15 janvier 2021. Les propositions de communication doivent être envoyées, accompagnées d’une courte note biobibliographique à l’adresse : cisq2021@gmail.com Calendrier : 15 janvier 2021 : date limite pour envoyer les propositions de communication. Février 2021 : notification d’acceptation (ou de non-acceptation). Avril 2021 : programme provisoire. Publication : La publication d’un choix de textes issus des communications est prévue au cours de l’année 2022. Frais d’inscription : 80 euros (accès à la/aux session/s, pauses café ; matériel du colloque ; publication des articles évalués positivement). Les frais d’inscription ne comprennent pas les frais de voyage, d’hôtel et de restaurant. Dîner de Gala : 21 mai 2020 à 20h00 (50 euros). Comité scientifique : Gerardo Acerenza (Université de Trente) Cristina Brancaglion (Université de Milan) Franca Bruera (Université de Turin) Alessandro Costantini (Université de Venise) Émir Delic (Université Sainte-Anne, Canada) Ylenia De Luca (université de Bari) Annick Farina (Université de Florence) Anna Giaufret (Université de Gênes) Marco Modenesi (Université de Milan) Chiara Molinari (Université de Milan) Paola Puccini (Université de Bologne) Myriam Vien (Université de Bologne) Nadine Vincent (Université de Sherbrooke, Québec) Anna Zoppellari (Université de Trieste) Valeria Zotti (Université de Bologne) Comité d’organisation : Gerardo Acerenza (Université de Trente) Myriam Vien (Université de Bologne) Antonella Neri (Université de Trente) Silvia Fedrizzi (Université de Trente)
Nom du contact: 
Gerardo Acerenza
Courriel du contact: 
gerardo.acerenza@unitn.it
Adresse postale: 
Via Tommaso Gar, n. 14 - 38122 Trento
Suggéré par: 
Gerardo Acerenza
Courriel: 
gerardo.acerenza@unitn.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/01/2021
Ville de l'événement: 
Trento
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Québec - France

Annales du patrimoine numéro 20 / 2020

Call for paper for issue 20, 2020 of Journal Annals of Heritage

Résumé de l'annonce: 
La revue "Annales du patrimoine" de l'Université de Mostaganem (Algérie) lance un appel à publications pour le numéro 20 / 2020.
Les chercheurs peuvent soumettre leurs articles dans les disciplines suivantes : - littérature comparée (orientale, occidentale et africaine), - littérature postcoloniale, orientalisme, - littérature mystique, littérature de voyage, littérature maghrébine, - langues, traduction et interculturalité, - patrimoine matériel et immatériel, histoire et civilisation... La revue accepte également des articles de varia en rapport avec le patrimoine. Les chercheurs sont invités à envoyer leurs contributions (le résumé de 15 lignes, l'article de 15 pages maximum et 5 mots-clés, en format Word), au plus tard le 31 juillet 2020, à l'adresse email de la revue : annales@mail.com Le titre, le résumé et les cinq mots-clés doivent être en français et en anglais. Veuillez préciser votre affiliation institutionnelle et votre grade académique si possible. Les propositions d'articles devront respecter les normes de publication de la revue : https://annales.univ-mosta.dz Responsable : Pr Mohammed Abbassa
Nom du contact: 
Mohammed Abbassa
Courriel du contact: 
annales@mail.com
Adresse postale: 
Faculté des lettres et des arts - Université de Mostaganem (27000), Algérie
Suggéré par: 
Mohammed Abbassa
Courriel: 
annales@mail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/07/2020
Ville de l'événement: 
Mostaganem
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
littérature comparée, langue et traduction, mysticisme, histoire, intrculturalité
Site web de référence: 
https://annales.univ-mosta.dz

Pages

S'abonner à RSS - Toutes les catégories