Vous êtes ici

Toutes les catégories

Les Carnets d'EFMR

Contenu de l'annonce: 

Nés en 2014, les Carnets d'EFMR sont un espace de publication bilingue pour les chercheurs œuvrant dans le domaine des études francophones et franco-italiennes. Ils visent à mutualiser et à mettre en valeur l'actualité des études francophones en Italie dans les domaines de la didactique, de la...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Nancy
Mots-clés: 
EFMR
URL du site: 
http://efmr.hypotheses.org/

EFMR fait peau neuve!

Résumé de l'annonce: 
Nous sommes heureux de vous présenter la nouvelle version d'EFMR, «études francophones et franco-italiennes mises en réseau».
Créé en 2011, EFMR (www.efmr.it) est un portail bilingue (français & italien) qui mutualise les informations pertinentes pour les chercheurs, professeurs et étudiants en études francophones, et qui offre une vitrine des événements et des ressources disponibles dans les domaines de la didactique, de la langue, de la littérature, de la culture et des sciences humaines en Italie, ainsi que des collaborations italo-françaises toutes disciplines confondues. Parmi les nouveautés sur le site: une nouvelle charte graphique une architecture simplifiée des formulaires de suggestion d'annonce plus intuitifs et faciles à utiliser les Carnets d'Efmr (http://efmr.hypotheses.org), un espace de publication où tout contributeur peut proposer un compte rendu d'événement ou de lecture, un billet d'actualité sur les études francophones et franco-italiennes mises en réseau, en écrivant à contact@efmr.it un forum des doctorants  une lettre électronique d'information ouverte à tout abonné. les pages Facebook et Twitter d'EFMR. Suivez-nous! Le portail s'organise désormais en quatre volets principaux: Un agenda des événements relié à un espace d’annonces ouvert, à des flux de syndication thématiques et à une lettre électronique d’information mensuelle Un répertoire des lieux, des acteurs et des ressources de la «francesistica» Un forum des doctorants Les Carnets d'Efmr Sur l’ensemble de ces contenus, un moteur de recherche permet à l’utilisateur d’effectuer une recherche ciblée. Nous vous invitons à découvrir le nouveau site d'EFMR et à soumettre vos propositions d'annonce et de publication. Bien cordialement Nancy Murzilli pour EFMR
Nom du contact: 
Nancy Murzilli
Courriel du contact: 
nancy.murzilli@institutfrancais.it
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@institutfrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/10/2017
Type d'événement: 
Informations diverses
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
www.efmr.it

Appel à contributions Il tolomeo n°24 (2022)

Appel à contributions pour la revue "Il Tolomeo - journal d’études postcoloniales" pour le prochain numéro: section thématique consacrée aux transmédialités postcoloniales, plus section généraliste.

Résumé de l'annonce: 
La revue Il Tolomeo - journal d’études postcoloniales invite tous les chercheurs intéressés à soumettre leurs contributions pour le prochain numéro de 2022 (n° 24), pour la section généraliste (sujet libre) ou la section thématique (transmédialités postcoloniales et récits postcoloniaux dans les médias).
IL TOLOMEO – JOURNAL D’ÉTUDES POSTCOLONIALES APPEL À CONTRIBUTION 2022 Transmédialités postcoloniales Les récits postcoloniaux à travers les médias La revue Il Tolomeo - journal d’études postcoloniales invite tous les chercheurs intéressés à soumettre leurs contributions pour le prochain numéro de 2022 (n° 24). Le numéro sera structuré en une section généraliste à sujet libre et une section thématique consacrée aux transmédialités postcoloniales, à savoir aux récits postcoloniaux dans les médias. Ces dernières décennies, l’intérêt de la critique pour des structures narratives fondamentales non plus réservées à la littérature mais spécifiques à tout média capable de raconter une histoire, s’est traduit par une multiplication considérable de publications consacrées à la narratologie transmédiale. Nous pouvons citer à titre d’exemple : l’étude monographique de J.-N. Thon, Transmedial Narratology and Contemporary Culture (2016) ; l’article de R. Baroni, «Pour une narratologie transmédiale», publié dans Poétique, n° 182 (2017) ; le texte de M.-L. Ryan «Sur les fondements théoriques de la narratologie transmédiale», paru dans Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit (2018), sous la direction de S. Patron ; les deux numéros monographiques des revues Mediapolis – Revista de Comunicação, Jornalismo e Espaço Público («Personagens mediáticas: teoria, problemas, análises», n° 6, 2018) et 2i – Revista de Estudos de Identidade e Intermedialidade («Literatura e televisão: novas narrativas – Ficções transmédia», vol. 2, n° 1, 2020). Si l’idée d’une grammaire des récits propre à l’ensemble des médias avait déjà été proposée par les pionniers de la narratologie (cf. Communications, n° 8, « Recherches sémiologiques : l’analyse structurale du récit », 1966), la discipline ne s’est que très récemment émancipée de son périmètre littéraire d’origine (Baroni 2017, 155). Aujourd’hui, les spécialistes préfèrent plutôt parler de narratologie transmédiale pour mettre davantage l’accent sur le caractère pluriel de certains phénomènes narratifs, en renvoyant ainsi à une approche comparative des médias qui ne privilégie pas un support particulier au détriment des autres (Wolf 2011, 5). Si l’identification de pratiques narratives communes aux différents médias demeure un objectif majeur de la discipline, A. Goudmand et R. Baroni (2019) soulignent cependant que la narratologie transmédiale a aussi pour but de voir « comment les récits exploitent les ressources particulières du support dans lesquels ils s’inscrivent afin d’actualiser ces invariants dans une forme spécifique ». Dans le domaine postcolonial, les intellectuels et les artistes ont attiré l’attention sur le rôle que le cinéma, la radio, la télévision, internet et les réseaux sociaux ont joué et jouent encore plus aujourd’hui, à l’ère de la révolution numérique dans la médiation de pratiques culturelles qui non seulement définissent, mais également défient, réorganisent les barrières sociales et des notions binaires telle que l’opposition entre centre et périphérie, entre local et global, mettant en cause l’idée moderne d’État-Nation. Puissants moyens de communication capables d’atteindre un vaste public en peu de temps, les médias peuvent se révéler un dangereux vecteur d’idéologies aux conséquences souvent tragiques – pour ne citer que le fait historique le plus récent, nous rappelons le rôle dramatique joué par la radio dans le génocide rwandais. Cependant, les médias peuvent également contribuer à la création et à la consolidation d’une culture populaire et décoloniale qui dépasse toute division de classe, qui résiste à l’assimilation culturelle imposée par les anciens colonisateurs et prouve tout son potentiel émancipateur en mettant en place un processus continu d’autocritique (Cabral 1970). Parmi les études postcoloniales sur la transmédialité, de nombreuses recherches ont été consacrées à des aires géographiques et/ou à des médias spécifiques, comme dans le cas des réflexions de F. Fanon sur le cinéma : dans Peau Noire, Masques Blancs (1952), l’auteur analyse les différents degrés d’identification vécus par les publics antillais et européen en regardant le film Tarzan. Nous pouvons également citer l’étude de F. Stadler sur l’influence formelle du cinéma indien dans les romans de Salman Rushdie (Fiction, Film and Indian Popular Cinema: Salman Rushdie's Novels and the Cinematic Imagination, 2013) ainsi que le manuel de A.M. Leite, E.W. Sapega, H. Owen et C.L. Tindó Secco sur le rôle joué par le récit littéraire et cinématographique dans la construction d’un imaginaire national au sein des anciennes colonies portugaises en Afrique (Nação e narrativa pós-colonial. III-IV, Literatura & cinema: Cabo Verde, Guiné Bissau e São Tomé e Príncipe, 2018). Cependant, des textes fondateurs qui examinent des phénomènes transnationaux ne manquent pas, comme en témoigne le manuel de R. Ceballos et al. sur les récits transmédiaux et transculturels, Passagen: Hybridity, Transmédialité, Transculturalidad di R. Ceballos et al. (2009). Ce dossier de la revue Il Tolomeo a pour but de faire avancer une réflexion sur des histoires, des mémoires et des récits postcoloniaux à travers les médias dans leur ensemble. Il vise à mettre en lumière les tendances critiques, formelles et éditoriales (communes ou divergentes) dans les différents contextes nationaux des littératures postcoloniales – anglophone, francophone, lusophone –, portant sur un ou plusieurs médias. Les champs possibles d’investigation sont les suivants : • Analyse d’œuvres postcoloniales plurimédiales utilisant simultanément plusieurs médias et plusieurs systèmes sémiotiques ; • Transpositions intermédiales – adaptations d’un média à l’autre – d’œuvres postcoloniales ; • Réexamen des concepts clés des études postcoloniales à travers une perspective transmédiale, avec ou sans un accent particulier sur un média spécifique ; • Identification de références intermédiales dans le domaine postcolonial, comme dans le cas d’œuvres qui ont pour sujet d’autres médias (par exemple, un roman consacré à la vie d’un peintre ou d’un musicien postcolonial), ou qui citent de façon explicite un autre support (insertion d’un texte dans un tableau), le décrivent (un tableau décrit dans un conte) ou encore l’imitent d’un point de vue formel (un roman structuré comme une fugue) ; • Analyse de récits postcoloniaux devenus transmédiaux, c’est-à-dire des histoires tellement inscrites dans l’imaginaire collectif populaire qu’elles ont spontanément engendré des phénomènes culturels qui se sont répandus sur plusieurs supports (par exemple, le préquel, la suite, la Fan-fiction, les réécritures, etc.). Les études visant une approche historique et comparative, qui placent les œuvres dans leur contexte littéraire et culturel de référence, ou qui réfléchissent de manière critique sur la catégorie de la transmédialité dans le contexte postcolonial, seront particulièrement appréciées. Il Tolomeo accepte les soumissions dans les catégories suivantes : • Articles (35.000-40.000 caractères, espaces compris) • Critiques (9.000-12.000 caractères, espaces compris) • Entretiens (9.000-15.000 caractères, espaces compris) • Œuvres inédites. Pour les articles : Toute personne souhaitant soumettre une contribution est priée d'envoyer un résumé (1000 caractères maximum, espaces compris) à tolomeo.redazione@unive.it avant le 15 FEVRIER 2022. La prochaine date limite, pour la soumission des articles complets, est le 31 MAI 2022. Veuillez joindre, en plus du résumé, une note biobibliographique (en anglais, 1000 caractères maximum, espaces compris) et 5 mots clés (en anglais). Veuillez également indiquer si l'article est destiné à la section généraliste ou au numéro thématique. Pour toutes les autres soumissions : La date limite de dépôt des contributions est le 31 MAI 2022. Veuillez également joindre une note biobibliographique. Les travaux doivent être rédigés conformément aux normes éditoriales et bibliographiques de la revue, qui se trouvent sur la page web du Tolomeo. Nous acceptons les contributions en anglais, en français, en portugais, en italien respectivement pour les domaines anglophone, francophone, lusophone et italophone (la Rédaction se réserve le droit d’accorder des dérogations sous réserve de conditions spécifiques et justifiées). Pour plus d'informations, écrivez à : tolomeo.redazione@unive.it ou consultez le site web de la revue : https://edizionicafoscari.unive.it/it/edizioni4/riviste/il-tolomeo/
Nom du contact: 
Silvia Boraso
Courriel du contact: 
tolomeo.redazione@unive.it
Adresse postale: 
Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali Comparati, Università Ca' Foscari Venezia, Dorsoduro 1405, 30123, Venezia
Suggéré par: 
Fulvia Ardenghi
Courriel: 
fulvia.ardenghi@unive.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/02/2022
Ville de l'événement: 
Venezia
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
postcolonial, médias, récit, transmédialité, réseaux sociaux, narratologie, transmedial
Site web de référence: 
https://edizionicafoscari.unive.it/it/edizioni4/riviste/il-tolomeo/

Rencontre avec Frédérique Aït-Touati, La terre : scène, cartes et narrations

Organisée dans le cadre du séminaire "Penser l'anthropocène"

Résumé de l'annonce: 
Elisa Bricco et Chiara Rolla de l'Université de Gênes renconteront Frédérique Aït-Touati, historienne des lettres et des sciences, chercheuse au CNRS, metteuse en scène et complice de Bruno Latour dans une série d’aventures théâtrales.
La rencontre inaugure un cycle de séminaires interdisciplinaires organisés au sein du Dipartimento di Lingue e Culture Moderne. Dans le cadre des séminaires interdisciplinaires organisés au sein du DLCM, il est proposé pour les prochaines années de réfléchir et de créer des opportunités d'échange sur les questions liées au concept de l'"anthropocène". Réfléchir à la notion d'"anthropocène" dans une perspective humaniste présente l'intérêt de mettre l'accent sur l'"action" (et la responsabilité) des êtres humains sur l'évolution des relations avec la terre, ce qui amène chacun à évaluer les choix faits en matière d'aménagement du territoire, de fonctionnement économique et d'organisation industrielle ou sociale également en termes de durabilité. L'"anthropocène" permet également de ne pas dissocier "évolution de la terre" et développement socio-économique, en réduisant les frontières entre "sciences de la vie et de la terre" et "sciences humaines et sociales". La rencontre avec Frédérique Aït-Touati, historienne des lettres et des sciences, chercheuse au CNRS, metteuse en scène, sera ciblée sur la pratique théâtrale au service de la science. Les recherches actuelles de la chercheuse française portent sur la pensée du théâtre, conçu comme un dispositif heuristique et épistémique, au tournant des XVIe et XVIIe siècles. Partenaire de Bruno Latour dans une série d'aventures théâtrales (Moving Earth, conférence performance présentée au Centre Pompidou et au Théâtre des Amandiers à Nanterre), elle a publié en 2019 Terra Forma - Manuel de cartographies potentielles en collaboration avec Alexandra Arènes et Axelle Grégoire (éditions B42) et tout récemment avec Emanuele Coccia, Le cri de Gaïa. Penser la Terre avec Bruno Latour (La Découverte, 2020). La rencontre aura lieu sur zoom (lien dans la page web indiquée).
Nom du contact: 
Elisa Bricco
Courriel du contact: 
elisa.bricco@unige.it
Suggéré par: 
Elisa Bricco
Courriel: 
elisa.bricco@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
20/01/2022
Ville de l'événement: 
en ligne sur zoom (code 356230) à 15h
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
anthropocène
Site web de référence: 
https://antropocenelingueunige.wordpress.com/2022/01/05/ait-touati/

Ibrido : call for papers per il n.2 di InterArtes

Résumé de l'annonce: 
Ibrido : call for papers per il n.2 di InterArtes
Call for papers InterArtes, n° 2, 2022 Diretta da: Laura Brignoli, Silvia Zangrandi Dipartimento di «Studi Umanistici» Università IULM – Milano Ibrido Se il primo numero della rivista si è occupato di permeabilità dei confini – segno stesso dell’attualità – come condizione che avvalora un’estetica dell’ibrido, il secondo numero di InterArtes intende domandarsi in quale modo questo processo di ibridazione di generi, contenuti, temi, stili e linguaggi diversi tra loro modifichi la natura e la struttura del testo, quale sia il prodotto finale nato da questa interazione e se veramente da esso possano scaturire livelli di lettura molteplici generati dalla presenza di mezzi espressivi diversi tra loro; ma si apre anche all’indagine attorno ai limiti stessi dell’ibridazione e ai nuovi orizzonti che questo concetto porta con sé. Gli incroci tra le diverse arti (letteratura, fotografia, cinema, fumetto, pittura, danza, musica…) sono possibili in molte direzioni che non necessariamente devono privilegiare la letteratura come prospettiva di confronto. Anche in questo secondo numero InterArtes apre alla possibilità di assumere un punto di vista ontologico o una prospettiva pragmatica o analitica, con lo scopo finale di esplorare un campo d’indagine che continua a offrire prospettive di ampliamento. Conferenze ibride, spazi museali ibridi, usi ibridi di materiali… la nozione di ibrido sembra ergersi a motore propulsivo della contemporaneità. Se nel passato ibrido portava con sé connotazioni negative dovute alla presenza di elementi eterogenei considerati male assortiti e privi di armonia, oggi ibrido ha assunto una valenza neutra e indica l’esistenza di due o più modelli che si incrociano contaminandosi e si appropria di discorsi e livelli di scrittura diversi, rielaborandoli. Ogni elemento, sia esso un testo compiuto o un frammento di linguaggio, va considerato nella sua capacità di intrattenere rapporti con altri elementi: ci ricorda Bachtin che il linguaggio letterario è un ibrido linguistico (cfr. Estetica e romanzo, 1975). La questione dell’eterogeneità viene letta così nei termini di una creazione su livelli plurimi che necessita di una visione multidisciplinare e che incrocia generi diversi tra loro: la letteratura si ibrida con il cinema e viceversa, la pittura contamina la musica... Ibrido annulla le barriere esistenti tra i generi, tempo e spazio diventano elementi porosi che si incrociano e da questo processo di ibridazione nascono prodotti nuovi capaci di inglobare tecniche, contenuti, stili diversi, ibridi appunto. Nel settore televisivo si notano con più vigore queste ibridazioni, si pensi alla docufiction, all’infotainment, ma anche al reportage narrativo, con le sue ibridazioni tra letteratura e resoconto giornalistico (da Goethe a Truman Capote a Tiziano Terzani). Ci sono poi ibridazioni meno scontate, come quella proposta negli anni Trenta del Novecento da Massimo Bontempelli, il cui 522. Romanzo di una giornata (1932) costituisce un esempio di ibridazione tra letteratura e pubblicità. La spinta tecnologica sembra aver accelerato le possibilità di ibridazione e lo stesso concetto di ibridazione diviene una chiave di lettura per tornare a esaminare oggetti e pratiche e riflettere sui principi di categorizzazione (cfr. Jean-Jacques Wünenberger, «Pratiques artistiques post-modernes et hybridité» in L. Gwiazdzinski, L’hybridation des mondes. Territoires et organisations à l’épreuve de l’hybridation, Seyssinet-Pariset, Elya Éditions, 2016). Un approccio metodologico e teorico è offerto da diversi studi (cfr. tra i tanti, Georges Barski, Yves Demarly, Simone Gilgenkrantz, «Hybridation», Encyclopædia Universalis, https://www.universalis.fr/encyclopedie/hybridation/; Dominique Budor, Walter Geerts, Le Texte hybride, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004; Guido Gallerani, «The Hybrid Essay in Europe in the Late Nineteenth and Early Twentieth Century», Comparaison: An International Journal of Comparative Literature, «Narration and Reflection», Christy Wampole and Stefano Ercolino (eds.), 33, 2015); tuttavia, la nozione di ibrido apre ancora a vaste possibilità di analisi e di interpretazione grazie alla moltitudine di pratiche e di soggetti. Se il primo numero della rivista si è occupato di permeabilità dei confini – segno stesso dell’attualità – come condizione che avvalora un’estetica dell’ibrido, il secondo numero di InterArtes intende domandarsi in quale modo questo processo di ibridazione di generi, contenuti, temi, stili e linguaggi diversi tra loro modifichi la natura e la struttura del testo, quale sia il prodotto finale nato da questa interazione e se veramente da esso possano scaturire livelli di lettura molteplici generati dalla presenza di mezzi espressivi diversi tra loro; ma si apre anche all’indagine attorno ai limiti stessi dell’ibridazione e ai nuovi orizzonti che questo concetto porta con sé. Gli incroci tra le diverse arti (letteratura, fotografia, cinema, fumetto, pittura, danza, musica…) sono possibili in molte direzioni che non necessariamente devono privilegiare la letteratura come prospettiva di confronto. Anche in questo secondo numero InterArtes apre alla possibilità di assumere un punto di vista ontologico o una prospettiva pragmatica o analitica, con lo scopo finale di esplorare un campo d’indagine che continua a offrire prospettive di ampliamento Modalità I testi proposti, che avranno un impianto teorico o analitico con premesse teoriche, devono essere inediti e redatti in word, nel rispetto delle norme editoriali della rivista pubblicate sul sito, e saranno sottoposti a valutazione in doppio cieco. Lingue accettate: italiano, inglese, francese. Gli articoli vanno inviati, accompagnati da una breve notizia bio-bibliografica, entro il 15 giugno 2022 all’indirizzo: interartes@iulm.it
Nom du contact: 
Laura Brignoli
Courriel du contact: 
laura.brignoli@iulm.it
Adresse postale: 
via Carlo Bo 1 Milano
Suggéré par: 
Laura Brignoli
Courriel: 
laura.brignoli@iulm.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/06/2022
Ville de l'événement: 
Milano
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Ibrido, contaminazioni studi interartistici
Site web de référence: 
https://www.iulm.it/speciali/interartes

Appel à projets Vinci 2022 (Université Franco Italienne)

Financements de mobilités et contrats doctoraux pour la coopération universitaire franco-italienne

Résumé de l'annonce: 
Appel à projets Vinci 2022 (Université Franco Italienne) : financements pour mobilités et contrats doctoraux.
L’Université Franco Italienne (UFI) vous informe que l'Appel à projets Vinci 2022 est lancé, publié sur le site web www.universite-franco-italienne.org. Il est destiné à soutenir la coopération universitaire franco-italienne par le biais de financements de mobilité pour les publics étudiants de Master, doctorants, post-doctorants et enseignants entre la France et l’Italie. Les candidatures peuvent être enregistrées en ligne jusqu’au 18 février 2022 à 12h00 (midi) sur le site de l’UFI. L’Appel à projets Vinci 2022 est composé de 4 chapitres : Le Chapitre 1 est dédié au soutien de cursus universitaires de niveau Master délivrant un double diplôme ou diplôme conjoint. Financements de 30 000 € maximum adressés aux enseignant·es responsables de Masters franco-italiens. Le Chapitre 2 soutient la mobilité dans le cadre de thèses en cotutelle. Financements entre 4 000 et 6 000 € adressés aux doctorant·es inscrit·es durant l’année 2021-2022 en première ou deuxième année de thèse en cotutelle franco-italienne. Le Chapitre 3 prévoit l’attribution de 3 Contrats doctoraux pour thèses en cotutelle, adressés aux Écoles doctorales portant un projet de thèse en cotutelle franco-italienne, pour des étudiant·es qui débuteront leur première année de Doctorat à la rentrée 2022-2023. Le Chapitre 4 propose des financements de soutien au parcours professionnel postdoctoral. Financements de 25 000 € adressés à des chercheur·es en possession d’un Doctorat en cotutelle franco-italienne, ayant soutenu leur thèse entre le 10 décembre 2019 et le 30 juin 2022. L’objectif du Programme Vinci est de promouvoir la mobilité des publics étudiants, doctorants, enseignants et chercheurs, l’échange de méthodologies et d’expériences didactiques, l’approfondissement des connaissances linguistiques, ainsi que la constitution d’un réseau d’excellence scientifique et de la formation entre les deux pays. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site web de l'UFI. Contact : Université Franco Italienne E-mail : ufi@univ-grenoble-alpes.fr www.universite-franco-italienne.org
Nom du contact: 
Université Franco Italienne
Courriel du contact: 
ufi@univ-grenoble-alpes.fr
Suggéré par: 
Université Franco Italienne
Courriel: 
ufi@univ-grenoble-alpes.fr
Date de début ou date limite de l'événement: 
16/12/2021
Date de fin de l'événement: 
18/02/2022
Ville de l'événement: 
France / Italie
Type d'événement: 
Bourses, prix, emplois
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
sciences, sciences humaines, études franco-italiennes
Site web de référence: 
www.universite-franco-italienne.org

Appel à contributions Ponti / Ponts n°22 (2022)

Résumé de l'annonce: 
Appel à contribution pour la revue Ponti / Ponts : langues littératures civilisations des Pays francophones, n°22 (2022).
Publiée depuis 2001, la revue Ponti/Ponts est une publication annuelle multidisciplinaire, réalisée grâce au soutien du Département de Langues et littératures étrangères de l’Università degli Studi de Milan. Dirigée par Marco Modenesi, elle se veut un haut lieu de rendez-vous des cultures francophones d'Europe, d'Afrique, des Amériques et océaniennes. Chaque numéro est révisé par les pairs et publié en volume ainsi qu'en libre accès sur son site internet. Ponti/Ponts s’avère un espace de diffusion pour les travaux réalisés par les chercheurs italiens et étrangers qui s'intéressent à la francophonie extra-hexagonale. De même, la revue se propose d’offrir une vitrine des parutions récentes dédiées à ce domaine de recherche, à travers la publication de comptes rendus critiques et surtout d’un vaste répertoire de notes de lecture portant sur les publications à visée linguistique, littéraire et culturelle concernant les différentes francophonies. La proposition de numéros thématiques est également possible et encouragée. Ponti/Ponts vise ainsi à mettre en lumière la richesse de la multiplicité des regards que les spécialistes de toutes les disciplines émanant des différents horizons des sciences humaines peuvent jeter sur les problématiques et les questionnements relatifs aux espaces francophones, en perspective synchronique ou diachronique. Les propositions de contribution pour le n. 22/2022 devront être rédigées en français selon les modalités décrites ci-dessous et envoyées à la rédaction (redazione.ponts@unimi.it) jusqu'au 13 février 2022. * * * * * Soumission d’une proposition d’article La revue reçoit des articles rédigés en français, d'auteurs invités et d'auteurs qui, de leur propre initiative, soumettent des travaux pour évaluation. Les articles proposés doivent être inédits et ne doivent pas être sous évaluation par une autre revue. Les propositions de contribution, en français, comprendront un titre, une bibliographie et un descriptif d’environ 400 mots qui précisera le cadre théorique, les objectifs et méthodes, le corpus utilisé. Elles doivent être soumises en version anonyme. L’auteur précisera à part ses coordonnées (nom, prénom, institution d’appartenance) et fournira un bref CV d’une page au maximum. Modalités d’évaluation Les articles jugés potentiellement publiables par le Comité scientifique de la revue sont acheminés, en version anonyme, à des rapporteurs pour une évaluation des qualités et des lacunes éventuelles du travail. Le Comité scientifique prend ensuite connaissance des évaluations et décide de publier ou de ne pas publier l’article. Un avis synthétique et motivé peut être transmis aux auteurs des articles acceptés, qui mettent en œuvre les recommandations éventuelles du comité dans le délai accordé. Le contenu des textes publiés et l’exactitude de leurs références bibliographiques sont la responsabilité exclusive des auteurs. Calendrier Jusqu’au 13 février 2022 : envoi des propositions à redazione.ponts@unimi.it 14-28 février 2022: évaluation des propositions reçues 15 mai 2022: remise des articles retenus 15 mai-30 juin 2022: évaluation anonyme par les pairs des articles reçus 31 juillet 2022: remise de la version finale des articles retenus Décembre 2022/janvier 2023: parution du n. 22/2022 _____________________________ Site internet de la revue: https://mimesisjournals.com/ojs/index.php/ponts/index Autre site de référence : http://www.lingue.unimi.it/ecm/home/riviste-e-collane/riviste/ponti-ponts Adresse : Ponti/Ponts. Langues littératures civilisations des Pays francophones. Dipartimento di Lingue e letterature straniere – Università degli Studi di Milano – Piazza S. Alessandro 1, 20123 Milano, Italia Directeur : marco.modenesi@unimi.it Rédaction: redazione.ponts@unimi.it
Suggéré par: 
Francesca Paraboschi
Courriel: 
francesca.paraboschi@unimi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
13/02/2022
Ville de l'événement: 
Milano
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
https://mimesisjournals.com/ojs/index.php/ponts/index

La fabbrica dei classici

La traduzione delle letterature straniere e l'editoria milanese (1950-2021)

Résumé de l'annonce: 
Il convegno "La fabbrica dei classici : La traduzione delle letterature straniere e l'editoria milanese (1950-2021)" si terrà il 24 e 25/11/2021.
Tradurre le letterature straniere rappresenta una modalità di intervento incisivo sugli assetti del campo letterario nazionale e costituisce dunque uno degli strumenti fondamentali del suo continuo rinnovamento. Il titolo del Convegno – La fabbrica dei classici – allude a questa forte dinamica costruttiva che rende la traduzione parte integrante dell’edificio letterario ‘in corso’, e colloca questo ideale cantiere delle lettere in uno spazio concreto, attraversato da peculiari istanze di modernità: la geografia editoriale milanese degli ultimi settant’anni. A partire dal ruolo di primo piano che Milano assume fin dal dopoguerra nella diffusione e nella promozione delle letterature straniere, il convegno intende distinguere le diverse fasi di questa dinamica fabbrica dei classici e confrontare strumenti, metodi, competenze, oggetti che nel tempo, dagli anni cinquanta a oggi, hanno caratterizzato la traduzione letteraria e il suo forte ruolo interlocutorio in seno alla letteratura italiana. Si tratta di ricostruire sistemi di relazioni fra traduttori, revisori, consulenti di collane, editori e strutture editoriali, solo per citare alcuni dei protagonisti di questo processo, e di vederne i diversi orientamenti, negli anni, dalla progettualità della ‘ricostruzione’ dei piccoli editori milanesi – una costellazione di modernità che dà voce a testi stranieri precedentemente confinati alle riviste letterarie – alle grandi case editrici di Milano che, in più direzioni, anche in modo contraddittorio, riconoscono nelle letterature straniere, e si tratta di capire quali nel tempo, una risorsa fondamentale di affermazione culturale e di crescita economica. Da questo punto di vista, acquistano uno spazio di rilievo i cosiddetti mediatori culturali, figure che sconfinano dalla sola attività traduttiva e animano, in particolare, la scena milanese nel primo trentennio post-bellico, svolgendo un ruolo pionieristico che il convegno intende valorizzare : pubblicano collane innovative di traduzione letterarie, fondano istituzioni dedicate alla formazione dei traduttori, intrecciano relazioni concrete con autori stranieri di paesi emergenti, accolti, proprio a Milano, e presentati anche all’interno dei nuovi corsi di laurea della ‘stranieristica’. Resta la traduzione, comunque, l’anima di questa Fabbrica e di traduttori si parlerà, a partire dalla generazione di scrittori italiani che hanno fatto del confronto testuale con la tradizione europea e non l’elemento centrale della loro formazione poetica, contribuendo a rendere la traduzione un genere letterario autonomo. Una traduzione quindi che è dialogo, ricerca, scrittura ma che nel tempo acquista anche una dimensione più divulgativa, diventa via via traduzione ‘di servizio’, dettata, spesso, dalle esigenze di un mercato editoriale sempre più ampio e articolato, che moltiplica enormemente la produzione quindi il numero dei traduttori. Si tratta allora di rivisitare il profilo ormai abbastanza sfuocato di questi ‘mestieranti’ della traduzione, ricostruire le loro differenti ‘traiettorie’ e cogliere, almeno in parte, il loro vero contributo, ben oltre l’impietoso giudizio che oggi, spesso, condanna la qualità delle loro traduzioni. In questo percorso si iscrive l’esigenza di ri-traduzione che caratterizza, in effetti, l’iniziativa editoriale milanese dell’ultimo ventennio: un confronto puntuale e cronologico fra i testi intende mettere in discussione l’idea di un progressivo e lineare invecchiamento se non dei classici delle loro traduzioni; occorre tener conto di diversi fattori culturali, tra cui la storia della critica letteraria, e far emergere nel dettaglio la stratificazione di segni che un testo tradotto comunque porta con sé, e che transita – si tratta di vedere come – anche nelle traduzioni contemporanee. Il presente offre una formazione specialistica ai traduttori: corsi di laurea, master, scuole, ma anche laboratori di sperimentazione, soggiorni di riflessione comunitaria hanno profondamente cambiato il ‘mestiere’ del traduttore anche alla luce di una tecnologia digitale che ha rivoluzionato il rapporto con strumenti, testi e lettori. Intendiamo interrogare questo cambiamento, misurarne l’adeguatezza anche nei confronti di un allargamento progressivo delle letterature straniere, emergenti o già pienamente consolidate in un altrove improvvisamente prossimo ai confini culturali della città. La traduzione è una forma vincente di sconfinamento, in grado di favorire una cultura moderna, locale e globale al contempo, all’altezza di una progressiva e dinamica integrazione che passa, ce lo auguriamo, anche da Milano, porta del mondo.
Nom du contact: 
Alessandra Preda
Courriel du contact: 
alessandra.preda@unimi.it
Suggéré par: 
Eleonora Sparvoli
Courriel: 
eleonora.sparvoli@unimi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
24/11/2021
Date de fin de l'événement: 
25/11/2021
Ville de l'événement: 
Milano
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
traduzione, letterature straniere, editoria milanese
Site web de référence: 
https://www.apice.unimi.it/news-ed-eventi/la-fabbrica-dei-classici-la-traduzione-delle-letterature-straniere-e-leditoria-milanese-1950-2021-2/

MemWar II

Memorie e oblii delle guerre e dei traumi del XX secolo

Résumé de l'annonce: 
La seconda edizione del convegno del gruppo di ricerca MemWar (Dipartimento di Lingue e Culture Moderne dell'Università di Genova) si terrà il 2 e il 3 dicembre nell'Aula Magna della Scuola di Scienze Umanistiche e online sulla piattaforma Zoom (si vedano indicazioni sulla locandina). Il convegno affronterà in ottica multidisciplinare la memoria dei traumi e delle guerre del XX secolo.
Il XXI secolo nasce dalla storia tormentata del XX, con le sue due Guerre Mondiali e altri conflitti di dimensione europea, come la Guerra Civile Spagnola. Questo convegno, organizzato dal gruppo di ricerca “MemWar. Memorie e oblii delle guerre e dei traumi del XX secolo” del Dipartimento di Lingue e Culture Moderne dell’Università di Genova, punta a indagare le modalità con le quali la memoria di questi conflitti è tramandata nel XXI secolo, quali rappresentazioni ne vengono fornite, quali sono i punti ciechi e/o oscuri di tale processo memoriale, anche in un’ottica critica (Ricoeur, 2003) e come si sviluppano i rapporti di forza tra discorso ufficiale e controdiscorsi. Rispetto alla prima edizione, i confini della memoria si allargano verso oriente e al tema della memoria coloniale. Le aree di cui si indagherà la memoria sono l’Italia, la Cina, il Portogallo, la Polonia, gli Stati Uniti, l’America del Sud, la Francia, la ex Jugoslavia, la Spagna, la Bielorussia, la Grecia e la Svezia. Sarà inoltre dato ampio spazio alla relazione tra memoria e arti visive, con la partecipazione dell’artista Daniel Blaufuks e la presenza di alcuni interventi sugli aspetti visuali della memoria. Lingue del convegno: italiano, inglese, francese. Comitato scientifico Elisa Bricco, Alessia Cassani, Roberto Francavilla, Anna Giaufret, Simona Leonardi, Laura Quercioli Mincer, Marco Succio, Stefano Vicari Comitato organizzativo Roberto Francavilla, Anna Giaufret, Laura Quercioli (con la collaborazione di Vittoria Bottani)
Nom du contact: 
Giaufret Anna
Courriel du contact: 
anna.giaufret.unige@gmail.com
Adresse postale: 
Piazza S. Sabina, 2
Suggéré par: 
Giaufret Anna
Courriel: 
anna.giaufret.unige@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
03/12/2021
02/12/2021
Date de fin de l'événement: 
03/12/2021
Ville de l'événement: 
Genova
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Memoria, XX secolo
Site web de référence: 
http://www.farum.unige.it/memwar/index.php?op=showpage&type=9

Il corpo sonoro della scrittura

Seminario con Martin Rueff

Résumé de l'annonce: 
Seminario tenuto dal prof. Martin Rueff (Université de Genève) nell'ambito del gruppo di ricerca dipartimentale "Rimediare, performare, intermediare", coordinato dalla prof.ssa Laura Santone
"Il corpo sonoro della scrittura" - 5 novembre 2021 - ore 11-13 Sala Ignazio Ambrogio - via del Valco di San Paolo 19 Dipartimento di Lingue, letterature e culture straniere
Nom du contact: 
Laura Santone
Courriel du contact: 
laura.santone@uniroma3.it
Adresse postale: 
via del Valco di san Paolo 19 - Università Roma Tre
Suggéré par: 
Laura Santone
Courriel: 
laura.santone@uniroma3.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
05/11/2021
Date de fin de l'événement: 
05/11/2021
Ville de l'événement: 
Roma
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
rimediazione, intermedialità, scrittura

Pages

S'abonner à RSS - Toutes les catégories