Vous êtes ici

Traduction et analyse contrastive

Colloque Formes et (en)jeux de l’intermédialité dans l’espace européen

Résumé de l'annonce: 
Le colloque Formes et (en)jeux de l’intermédialité dans l’espace européen propose un tour d'horizon épistémologique de l'intermédialité.
Le colloque Formes et (en)jeux de l’intermédialité dans l’espace européen propose un tour d'horizon épistémologique de l'intermédialité. Située dans un « entre-deux » tant méthodologique que disciplinaire – car naviguant en permanence entre systèmes de signes, arts et médias –, la réflexion sur l'intermédialité peut s’organiser selon deux axes principaux : mise(s) en relation intermédiales : le passage du mot à l’image (fixe et/ou mobile) et inversement et mise(s) en scène intermédiales : de l’idéal du Gesamtkunstwerk aux performances contemporaines. Le colloque se tiendra à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne les 27 et 28 septembre 2017.  Voir programme ci-dessous.
Nom du contact: 
Patricia Viallet & Emmanuel Marigno
Courriel du contact: 
viallet.patricia@orange.fr, emmanuel.marigno@univ-st-etienne.fr
Suggéré par: 
elisa bricco
Courriel: 
Elisa.bricco@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
27/09/2017
Date de fin de l'événement: 
28/09/2017
Ville de l'événement: 
Université Jean Monnet Saint-Etienne
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Intermedialità, letteratura, cinema, fumetto, fotografia, danza, musica
Site web de référence: 
https://www.univ-st-etienne.fr/fr/celec/agenda/annees-2016-2020/colloque-intermedialite.html

Marguerite Yourcenar et les passions de l'âme

Résumé de l'annonce: 
Invito a presentare contributi per il convegno che si terrà a Napoli dal 5 al 6 novembre 2020, con conclusione a Sorrento il 7 novembre.
Appel à communication Colloque MARGUERITE YOURCENAR ET LES PASSIONS DE L’ÂME (Naples-Sorrento, 5-6-7 novembre 2020) Dans L’Encyclopédie, on s’étend ainsi sur la passion : « Les penchants, les inclinations, les désirs & les aversions, poussés à un certain degré de vivacité, joints à une sensation confuse de plaisir ou de douleur, occasionnés ou accompagnés de quelque mouvement irrégulier du sang & des esprits animaux, c'est ce que nous nommons passions. Elles vont jusqu'à ôter tout usage de la liberté, état où l'âme est en quelque manière rendue passive ; de là le nom de passions ». Suivant l’ample perspective envisagée ci-dessus, le colloque se propose de rechercher et analyser les caractéristiques de la « passion » dans l’œuvre romanesque, poétique, théâtrale et essaystique de Marguerite Yourcenar, dans la perspective de la pluralité, de la richesse et de l’intensité de sa présence. La « passion » dans toutes ses nuances n’est pas seulement l’élément fondamental d’une inspiration aux résultats exceptionnels, mais aussi le levier d’un parcours d’étude, de réflexion et de recherche qui se révélera extrêmement fécond dans toute la production de l’écrivaine. Tout en assumant des formes différentes, le sentiment amoureux a toujours été ressenti et représenté par Marguerite Yourcenar comme une passion intime et dangereuse en même temps, inscrite dans la souffrance, comme en témoignent les récits des années 30, d’Alexis ou le traité du vain combat (1929), Anna soror… (1934), Feux (1935) et Le Coup de grâce (1939) jusqu’à la représentation du sentiment extraordinaire qui lie l’empereur à Antinoüs dans Mémoires d’Hadrien (1951). Dans les récits de l’écrivaine, toutefois, bien d’autres passions sont à l’œuvre – la passion pour la connaissance de Zénon, celle de Wang-Fô pour l’art, sans compter celles de Marguerite Yourcenar elle-même pour l’histoire, l’Antiquité, les arts, la nature, les voyages – et qui engagent une réflexion sur la relation qui s’établit entre passion et création littéraire et entre passion et réflexion critique. Le Colloque, organisé par l’Université de Naples « Federico II » en collaboration avec l’Université de la Basilicate, la SIEY, l’Istituto di Cultura Torquato Tasso de Sorrente, le Centre Antinoo de Rome et l’Institut français de Naples, se tiendra le 5 et le 6 novembre 2020 à Naples avec conclusion des travaux le 7 novembre à Sorrento. Les propositions de communication concernant l’un ou l’autre aspect – ou des aspects conjoints – de la passion dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar sont à adresser avant le 31 mai à yourcenarnapoli@gmail.com Comité scientifique : Carminella Biondi (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna) Bruno Blanckeman (Université Paris- Sorbonne Nouvelle) Françoise Bonali Fiquet (Università degli studi di Parma) Laura Brignoli (Università IULM Milano) Jean-Pierre Castellani (Université François Rabelais Tours) Laura Monachesi (Centro Antinoo di Roma) Elena Pessini (Università degli studi di Parma) Rémy Poignault (Université Clermont Auvergne) Luciano Russo (Presidente Fondazione Torquato Tasso, Sorrento) Valeria Sperti (Università di Napoli “Federico II”) Emilia Surmonte (Università della Basilicata) Comité d’organisation: Michela Lo Feudo, Valeria Sperti, Emilia Surmonte
Nom du contact: 
Valeria Sperti ed Emilia Surmonte
Courriel du contact: 
yourcenarnapoli@gmail.com
Suggéré par: 
Emilia Surmonte
Courriel: 
emiliasurmonte@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/05/2020
Ville de l'événement: 
Napoli e Sorrento
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Yourcenar, passions, antiquité, arts, nature, subjectivité

De genere

Contenu de l'annonce: 

La revue « de genere » annonce la parution de « Le genre de la traduction », numéro consacré à la rencontre entre la traductologie et les études de genre, sous la direction d'Anne Emmannuelle Berger (Paris 8) et Giuseppe Sofo (Ca' Foscari).

Image de l'annonce: 
Mots-clés: 
traduzione, genere
ISSN format électronique: 
2465-2415
Titre du numéro: 
Le genre de la traduction / Il genere della traduzione
Catégorie principale: 
Courriel: 
giuseppe.sofo@unive.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Anne Emmanuelle Berger e Giuseppe Sofo
Date de mise en ligne: 
Mercredi, Février 26, 2020
Date de parution: 
Mercredi, Février 26, 2020
Suggéré par: 
Giuseppe Sofo

Archéologie(s) de la traduction

Contenu de l'annonce: 

La traduction du texte littéraire implique, parfois autant que la création de première main, un processus complexe d’élaboration, dont témoignent les divers brouillons de traducteurs. Ces dossiers de genèse ouvrent une perspective de recherche essentielle à la compréhension du processus. Ils...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Geneviève Henrot Sostero
Courriel: 
genevieve.henrot@unipd.it
ISBN: 
978-2-406-09535-4
Collection: 
Translatio, "Problématiques de la traduction", n°2...
Anonyme
Éditeur: 
Classiques Garnier
Lieu de parution: 
Paris
Date de parution: 
Mercredi, Mars 4, 2020
Date de mise en ligne: 
Mercredi, Mars 4, 2020
URL: 
https://classiques-garnier.com/new
Langue: 
francese
Mots-clés: 
Génétique textuelle ; genèse de la traduction ; traductologie ; archives de traducteurs ; processus de la création ; processus de la traduction ; psycholinguistique ; linguistique ; philologie.
Site web de référence: 
https://classiques-garnier.com/new

Summer school di traduzione letteraria

"Tradurre la narrativa"

Résumé de l'annonce: 
"Tradurre la narrativa”, per studenti magistrali, laureati magistrali, dottorandi e dottori di ricerca, professionisti dell’editoria, docenti.
Nella Summer School “Tradurre la narrativa”, cinque tra i maggiori traduttori letterari operativi in Italia, Ilide Carmignani (letteratura spagnola), Franca Cavagnoli (letteratura inglese), Fulvio Ferrari (letteratura svedese), Enrico Ganni (letteratura tedesca), Yasmina Melaouah (letteratura francese), terranno un corso e dirigeranno un laboratorio di traduzione letteraria per la narrativa moderna e contemporanea. La Summer School, che si svolgerà ad Andalo, nota località turistica dell’altipiano della Paganella, nel cuore delle Dolomiti di Brenta in Trentino, è organizzata da LETRA, Seminario di traduzione letteraria, afferente al Laboratorio Letterario (LaborLET) del Centro di Alti Studi Umanistici (CeASUm) del Dipartimento di Lettere e Filosofia, con il contributo del Comune di Andalo. Destinatari Preferenzialmente studenti magistrali, laureati magistrali, dottorandi e dottori di ricerca dell’Università di Trento e di altre università italiane e straniere, professionisti dell’editoria, docenti della scuola secondaria superiore. Crediti formativi È previsto il riconoscimento di 3 CFU. Docenti: Ilide Carmignani (letteratura spagnola) Franca Cavagnoli (letteratura inglese) Fulvio Ferrari (letteratura svedese) Enrico Ganni (letteratura tedesca) Yasmina Melaouah (letteratura francese) Ammissione e iscrizione Alla Summer School sono ammessi un massimo di 15 partecipanti per ciascuna area linguistica, per un totale di 75 iscritti. Ai partecipanti dell’Università di Trento sono riservati 30 posti sul totale degli iscritti. Per partecipare alla Summer School è necessario presentare una domanda di ammissione online disponibile a questo link: https://webmagazine.unitn.it/evento/lettere/73380/summer-school-di-traduzione-letteraria-tradurre-la-narrativa. La domanda dovrà essere corredata dai seguenti allegati obbligatori: - curriculum vitae; - lettera di motivazione di massimo 3000 caratteri. I candidati dovranno inoltre dimostrare di possedere un livello B2 di conoscenza linguistica nell’area prescelta. Scadenza presentazione domande: 28 febbraio 2020. La selezione dei candidati ammessi alla Summer School sarà effettuata dal Comitato Scientifico. Ai candidati ammessi sarà data comunicazione tramite email entro il 15 marzo, con le indicazioni necessarie per completare l’iscrizione e pagare la quota di partecipazione. Quote di partecipazione Interni all'Università di Trento: 200 € Esterni all'Università di Trento: 400 € La quota di partecipazione comprende: - soggiorno in hotel 3 stelle superior con trattamento di pensione completa (4 notti in stanza singola); - materiale didattico. La quota di partecipazione non comprende - tassa di soggiorno (2 € al giorno); - bevande ai pasti - escursione in montagna La quota di partecipazione non è rimborsabile. Comitato scientifico Gerardo Acerenza, Antonio Bibbò, Andrea Binelli, Luca Crescenzi, Massimiliano De Villa, Francesca Di Blasio, Fulvio Ferrari, Valentina Nider, Massimo Rizzante, Paolo Tamassia, Pietro Taravacci Responsabile scientifico Paolo Tamassia Per informazioni letra2020.lett@unitn.it
Nom du contact: 
Paolo Tamassia
Courriel du contact: 
paolo.tamassia@unitn.it
Adresse postale: 
Università di Trento via T. Gar, 14 Trento 38122
Suggéré par: 
Paolo Tamassia
Courriel: 
paolo.tamassia@unitn.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
28/02/2020
Date de fin de l'événement: 
19/06/2020
Ville de l'événement: 
Andalo (TN)
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Traduzione narrativa
Site web de référence: 
https://webmagazine.unitn.it/evento/lettere/73380/summer-school-di-traduzione-letteraria-tradurre-la-narrativa

« La traduction au service des institutions : outils, expérimentations et innovations pour le multilinguisme »

Résumé de l'annonce: 
12èmes Journées du Réseau LTT - Lexicologie, Terminologie, Traduction
Colloque International 12èmes Journées du Réseau LTT - Lexicologie, Terminologie, Traduction « La traduction au service des institutions : outils, expérimentations et innovations pour le multilinguisme » Università degli Studi di Napoli « L’Orientale » Dipartimento di Studi Letterari, Linguistici e Comparati 22-25 septembre 2020 L’importance de la traduction dans le contexte institutionnel n’est plus à démontrer. Dans notre perspective, la traduction institutionnelle englobe, outre la traduction officielle, voire juridique, toute pratique traductive réalisée au sein des institutions politiques, économiques, sociales, culturelles, y compris les institutions de formation. Les enjeux de la traduction dans le contexte institutionnel sont d’ordre civilisationnel, puisque les besoins auxquels elle répond sont étroitement liés à l’évolution de la société, aussi bien à sa politique qu’à son économie. Suivant les thématiques du Réseau LTT, le Colloque s’articulera autour de trois axes principaux : 1) l’évolution et l’adaptation méthodologique des pratiques traductives en contexte institutionnel ; 2) les outils, les expérimentations et les innovations au service de la traduction institutionnelle ; 3) la formation des traducteurs spécialisés (méthodes, pratiques, objectifs). Dans le premier axe, nous nous proposons d’analyser les choix traductifs effectués sous l’influence du contexte institutionnel et en fonction de ses contraintes pragmatiques. Les traducteurs doivent souvent intercepter les évolutions de la langue les plus infimes que ce soit sur le plan de l’orthographe, de la syntaxe, du lexique ou sur le plan discursif, et opérer des choix sur des questions linguistiques encore débattues. Parmi les exemples les plus récents de questionnement sur la langue dans l’administration publique française, on pensera ici, par exemple, à la féminisation de noms de métiers ou aux modes d’utilisation de l’écriture inclusive. Dans ce sens, le travail du traducteur est souvent celui d’un pionnier sur qui repose une grande responsabilité. Le deuxième axe du Colloque vise à réfléchir sur les ressources et les outils au service de la traduction, susceptibles d’exploiter le potentiel informatique et les ressources numériques tels que les logiciels exploités dans la traduction assistée, automatique et neuronale, les dictionnaires et les bases de données terminologiques, les corpus parallèles et comparés etc., appliqués aux contextes institutionnels. Enfin, la problématique de la formation professionnelle, qui se base sur de multiples acquis méthodologiques, sera exploitée précisément dans le troisième axe, en tenant compte de la double compétence du traducteur, c’est-à-dire en fonction de la mise en œuvre de principes et de théories traductologiques, et en fonction du développement d’outils d’aide à la traduction. En effet, bien que le traducteur humain soit irremplaçable pour un grand nombre de domaines et pour la qualité des textes, les résultats obtenus dans le domaine de la traduction assistée par ordinateur sont de plus en plus probants et amènent à une reconfiguration des compétences du traducteur, comprenant aussi celles du réviseur. Cette rencontre scientifique se propose donc d’interroger les enjeux de la traduction institutionnelle, dans une optique multilinguistique, pour mettre en relief la variété des pratiques et des approches selon les contextes sociaux et géographiques (européens et extra-européens). L’accent est mis sur la dimension multilingue de ces institutions et sur les activités innovantes et expérimentales qui contribuent à leur fonctionnement et à leur développement, en tenant compte d’un public en évolution, y compris sur le plan plus proprement communicationnel ou informatique (sites, réseaux sociaux, applications et dispositifs numériques innovants). Mais quelles sont les spécificités de la traduction dans ces contextes communicatifs ? De quelle nature sont les textes et la terminologie qui y sont employés ? De quelle manière les ressources technologiques contribuent-elles à améliorer la qualité et la rapidité d’exécution de la traduction ? Quelles sont leurs caractéristiques les plus performantes et les possibilités d’exploitations futures ? Dans ce contexte, quelles compétences attend-on du traducteur ? Les réflexions pourront porter sur les sujets suivants : - le rapport entre la traduction institutionnelle et la norme ; - les aspects juridiques de la traduction en Europe et hors Europe ; - la traduction et l'exploitation des ressources numériques ; - la problématique de l’intraduisibilité ; - la traduction et la variation linguistique ; - les typologies textuelles et les enjeux traductologiques ; - traduction et genre ; - traduction et localisation ; - traduction et formation universitaire, etc. Les propositions de communication (1 page de texte - 12 points, interligne simple et une page de références bibliographiques accompagnées de 3 à 6 mots-clefs et d’une brève biographie (150 mots maximum) seront déposées d’ici le 15 avril 2020 directement sur la plateforme easychair : https://easychair.org/cfp/LTT2020. Journées de formation Les journées de formation auront lieu les 22 et 23 septembre 2020. Les ateliers proposés porteront sur les thématiques suivantes : - gestion de mémoires de traduction ; - laboratoire d’outils TICE pour la traduction et multilinguisme ; - base de données terminologiques et corpus ; - traduction appliquée et localisation. Les informations détaillées concernant la formation seront bientôt disponibles sur le site du colloque: www.colloqueLTT2020.unior.it Langues du colloque : langue de présentation : français langue de traduction : français, italien, espagnol, anglais, portugais, catalan, roumain, etc. Dates à retenir : - date limite pour la soumission des propositions : 15 avril 2020 - notification de l’acceptation des propositions : 30 mai 2020 - confirmation de la participation des intervenant(e)s : 1er juillet 2020 Frais d’inscription Inscription avant le 1er juillet 2020 : - 80 € pour l’ensemble du colloque (50 € pour les étudiants et doctorants) ; - 60 € pour les journées scientifiques seules (40 € pour les étudiants et doctorants) ; - 40 € pour les journées de formation seules (30 € pour les étudiants et doctorants). Inscription après le 1er juillet 2020 : - 100 € pour l’ensemble du colloque (70 € pour les étudiants et doctorants) ; - 80 € pour les journées scientifiques seules (50 € pour les étudiants et doctorants) ; - 50 € pour les journées de formation seules (40 € pour les étudiants et doctorants). Gratuit pour les étudiants, les doctorants et les enseignants/chercheurs des universités de Naples. Le virement doit comporter la mention : « Colloque LTT 2020 ». Après avoir effectué le virement, les participants devront confirmer leur inscription par email à l’adresse : colloqueltt2020@gmail.com. IBAN : BE77 0688 9312 9042 BIC : GKCCBEBB Banque : Belfius (ex-Dexia) Adresse de la banque : Boulevard Pachéco 44, 1000 Bruxelles Titulaire : Réseau Lexicologie, terminologie traduction Adresse : 34, rue Joseph Hazard B-1180 Bruxelles - Belgique N° d’entreprise : 0841.715.025 En soutien à la mobilité des chercheurs du Sud, le Réseau LTT demande des financements à l’Agence Universitaire de la Francophonie et à la Délégation générale à la langue française et aux langues de France. Comité scientifique : Jana Altmanova, Università de Naples “L’Orientale” Ibrahim Ben Mrad, Université de Tunis-La Manouba Xavier Blanco Escoda, Universitat Autònoma de Barcelona Mohamed Bouattour, LLTA, Université de Sfax Thierno Cissé, Université Cheikh Anta Diop, Dakar Manuel Célio Conceição, Universidade do Algarve, Faro Anne Condamines, Université de Toulouse 2 Rute Costa, Universidade Nova de Lisboa Luc Damas, LISTIC, Université de Savoie Mont Blanc Patrick Drouin, Université de Montréal May Hobeika Haddad, CERTTA-ETIB, Université Saint Joseph, Beyrouth Marie-Claude L’Homme, OLTS, Université de Montréal Gabrielle Le Tallec, LATTICE (Paris 3-ENS-CNRS), Université Paris 13 Mathieu Mangeot, GETALP-LIG, Université de Savoie Mont Blanc François Maniez, Université Lumière Lyon 2 Johanna Monti, Université de Naples « L’Orientale » Patrice Pognan, INALCO, Paris Alain Polguère, ATILF CNRS, Université de Lorraine Christophe Roche, LISTIC, Université de Savoie Mont-Blanc Amalia Todirascu Université de Strasbourg Agnès Tutin, LIDILEM, Université Grenoble Alpes Marc Van Campenhoudt, Tradital, Université Libre de Bruxelles Maria Teresa Zanola, Università, Cattolica del Sacro Cuore, Milan Responsables scientifiques : Jana Altmanova (Université de Naples “L’Orientale”) Johanna Monti (Université de Naples “L’Orientale”) Comité d’organisation : Jana Altmanova (Université de Naples “L’Orientale”) Maria Centrella (Université de Naples “L’Orientale”) Johanna Monti (Université de Naples “L’Orientale”) Sarah Pinto (Université de Naples “L’Orientale”) Contacts : courriel : colloqueltt2020@gmail.com
Nom du contact: 
Jana Altmanova
Courriel du contact: 
colloqueltt2020@gmail.com
Adresse postale: 
Via Marina 59, 80034 Naples
Suggéré par: 
Jana Altmanova
Courriel: 
colloqueltt2020@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/04/2020
Ville de l'événement: 
Napoli
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
traduction, multilinguismo, innovation, TICE, TAL
Site web de référence: 
www.colloqueLTT2020.unior.it

Qu'est-ce qu'une mauvaise traduction littéraire?

Contenu de l'annonce: 

La traduction littéraire est encore de nos jours considérée comme un sous-produit du texte original, ou encore comme un mal nécessaire, et le très célèbre dicton «Traduttore traditore» est plus que jamais d’actualité. Chaque fois que l’on évoque la pratique de la traduction littéraire, on cite...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Gerardo Acerenza
Courriel: 
gerardo.acerenza@unitn.it
ISBN: 
978-88-8443-874-4
Collection: 
Labirinti n. 183
Anonyme
Éditeur: 
Dipartimento di Lettere e Filosofia - Università degli Studi di Trento
Lieu de parution: 
Trento
Date de parution: 
Mardi, Septembre 1, 2020
Langue: 
Francese
Mots-clés: 
Traduction; Littérature; Europe; Etats-Unis; Canada; Brésil.
Site web de référence: 
https://www.lettere.unitn.it/154/collana-labirinti

L’expression de la causalité en langue maternelle et en langue étrangère

Résumé de l'annonce: 
Colloque international qui aura lieu les 24-25 septembre 2020 à l'Université de Lublin (Pologne).
Colloque international L’expression de la causalité en langue maternelle et en langue étrangère 24-25 septembre 2020 Université Catholique Jean Paul II de Lublin (Pologne) organisé par : Urszula Paprocka-Piotrowska (Université Catholique de Lublin, Pologne) Claire Martinot (Sorbonne Université, France) Sonia Gerolimich (Université d’Udine, Italie) Tomislava Bošnjak Botica (Institut de Langue Croate et de Linguistique, Croatie) Argumentaire : La causalité est d’abord le résultat d’une interprétation que notre esprit pose entre deux situations, états, événements dont l’un détermine l’autre. La causalité est donc une relation orientée, un type d’enchaînement argumentatif (Carel, 2001, Ducrot, 2001) qui se manifeste de façon très diversifiée dans la langue, y compris sans l’appui (explicite) d’un marqueur comme en (1). On remarque aussi (Gross & Nazarenko, 2004) que l’expression de la causalité est extrêmement variée alors que le nombre des connecteurs que les grammaires considèrent comme spécifiques de la cause (parce que, puisque, car, comme) est réduit. (1) Pierre est très heureux, il part au Groenland Un grand nombre de relations causales, mais pas toutes, sont réversibles. Ainsi (1) peut être interprété de façon schématique comme en (2) ou comme en (3) : (2) P PCQ Q Pierre est très heureux parce qu’il part au Groenland (3) Q DC P Pierre part au Groenland, donc il est très heureux En ancien français pour (ce que) Q et par (ce que) Q étaient proches (Gross & Nazarenko, 2004 : 19), ce que l’on constate encore dans : (4) Max a été puni pour son insolence (= parce qu’il a manifesté de l’insolence) En (5), en revanche, la relation en donc est douteuse : (5) Chloé aimait le froid parce qu’elle dormait mieux (?? Chloé dormait mieux donc elle aimait le froid) On se demandera dans quelle mesure la langue distingue les différents types de causalité envisagés par notre pensée : la cause fortuite, factuelle (6 et 7) versus la cause volontaire, humaine (8). Ou encore, si la langue distingue différents degrés de causalité : causalité faible (9) ou causalité forte (10) : (6) Les rues ont été inondées par des torrents de boue (= parce qu’il y avait des torrents de boue, à cause des torrents de boue, où la préposition par, introduisant le « complément d’agent » introduit (plutôt ?) un complément de cause) (7) La lumière apparaît à l’horizon parce que le soleil se lève (8) Les congères ont été dégagées par des chasse-neige (= parce que des chasse-neige se sont mis en action) (9) Tom est très heureux, il ne sait plus quoi dire (10) Tom est tellement heureux qu’il ne sait plus quoi dire Ces quelques exemples sont loin d’épuiser les différents types de causalité (corrélation logique (11), relation temporelle (12), circonstancielle (13) …) et les différents moyens dont chaque langue dispose pour exprimer les relations causales : (11) Plus il y a de brouillard, plus la visibilité est réduite (12) Quand il y a du brouillard, la visibilité est réduite (13) Avec le brouillard, la visibilité est réduite Le questionnement linguistique sur le fonctionnement des relations causales dans toute langue ou entre plusieurs langues constitue l’axe 1 du colloque.   L’axe 2 du colloque sera plus directement lié à la production et à la compréhension des relations causales par des locuteurs spécifiques. En effet, la diversité des moyens mis par chaque langue à la disposition des locuteurs n’implique pas que ces moyens soient utilisés de la même façon par les uns et les autres. Enfants ou adultes, locuteurs natifs ou allophones, en production/compréhension orale ou écrite, sont autant de paramètres qui vont influencer l’expression des relations causales. Seront bienvenues les communications qui aborderont, dans des cadres théoriques différents, l’acquisition des relations causales : - par des enfants d’âges différents, dans plusieurs langues maternelles, - par des enfants ou des adultes ayant des troubles du langage, - par des adultes allophones en langue étrangère, - par des locuteurs plus ou moins scolarisés qui produisent le même discours à l’oral et à l’écrit. Si l’on peut admettre, à la suite de Kant, que la causalité est une catégorie a priori de l’entendement, et qu’elle ne dérive donc pas de l’observation des faits, son expression linguistique reste, en grande partie, déterminée par les moyens linguistiques disponibles dans chaque langue et la capacité de chaque locuteur à comprendre la présence et la spécificité de chaque relation causale dans le discours entendu. Les moyens d’expression de la causalité relèvent donc de l’observation que font tous les locuteurs de la langue qu’ils acquièrent. Références indicatives : - Anscombre, Jean-Claude, 1984. La représentation de la notion de cause dans la langue, Cahiers de grammaire, 4, 1-53. - Benazzo, Sandra, 2004. L’expression de la causalité dans le discours narratif en français L1 et L2, Langages, 155, 33-51. - Boniecka, Barbara, 1995, Pragmatyczne apekty wypowiedzi dziecięcych. Lublin, Wydawnictwo UMCS. - Carel, Marion, 2001, Argumentation interne et argumentation externe au lexique : des propriétés différentes, Langage, 142, 10-21. - Couper-Kuhlen, Elizabeth & B. Kortmann, Bernd (Eds.), 2000. Cause, condition, concession and contrast: Cognitive and discourse perspectives. Berlin-New York, Mouton de Gruyter. - Diessel, Holger, 2004. The acquisition of complex sentences. Cambridge: CUP. - Ducrot, Oswald, 2001. Critères argumentatifs et analyse lexicale, Langage, 142, 22-40. - Gross, Gaston, 2010. Sémantique de la cause, Paris, Vrin. - Gross, Gaston et Nazarenko, Adeline, 2004. Quand la langue cause : contribution de la linguistique à la définition de la causalité, Intellectica, 2004/1, 38, 15-41. - Grunig, Blanche-Noëlle et Roland, 1985. La fuite du sens dans l’interlocution, Paris, LAL Crédif, Hatier. - Jisa, Harriet, Mazur Audrey, 2006. L’expression de la causalité : une étude développementale, Actes du colloque Des savoirs savants aux savoirs enseignés, Namur, Presses universitaires de Namur, 33-60. - Martinot, Claire, 2013. L’acquisition de la causalité est-elle comparable chez tous les enfants ? Travaux de linguistique, 66, 15-52. - Nazarenko, Adeline, 2000. La cause et son expression en français, Paris, Ophrys. - Pilecka, Ewa, 2007. « Mourir d`ennui, s`ennuyer a mort » : quelques problèmes de description et de la traduction de syntagmes prépositionnels circonstants / pseudo-circonstants de cause en français et en polonais, Bulletin de Linguistique Appliquée et Générale, 32, 145-163. - Sanders, Ted & Sweetser, Eve (Eds.), 2009. Causal categories in discourse and cognition, Berlin, Mouton de Gruyter. - Van Den Broek, Paul, 1990. Causal inferences and the comprehension of narrative texts, Psychology of Learning and Motivation, 25, 175-196. Comité de lecture : - Birtić Matea, Institut de Langue Croate et de Linguistique - Bramati Alberto, Université de Milan - De Gioia Michele, Université de Padoue - Do-Hurinville Danh Thành, Université Bourgogne-Franche-Comté - Druetta Ruggero, Université de Turin - Gueorguieva Steenhoute Elena, Institut de sciences politiques de Paris - Hržica Gordana, Université de Zagreb - Jo Mihwa, Université autonome de Barcelone - Karpińska-Szaj Katarzyna, Université Adam Mickiewicz, Poznań - Marque-Pucheu Christiane, Sorbonne Université - Muller Claude, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3 - Oraić Rabušić Ivana, Institut de Langue Croate et de Linguistique - Piotrowski Sebastian, Université Catholique Jean Paul II de Lublin - Piotrowska-Skrzypek Małgorzata, Université de Varsovie - Richard Elisabeth, Université Rennes 2 - Romero Clara, Université de Paris - Stabarin Isabelle, Université de Trieste - Wojciechowska Bernadeta, Université Adam Mickiewicz, Poznań - Vecchiatto Sara, Université d’Udine Modalités d’envoi des propositions de communication : Les langues du colloque sont le français, le polonais et l’anglais. Les propositions, rédigées dans la langue de communication, sont à envoyer pour le 15 mars 2020 à l’adresse suivante : cause.lublin2020@gmail.com Les propositions devront avoir une longueur de 600 à 800 mots (nom, prénom, affiliation de l’auteur, titre et références non inclus) et respecter le format Word, police Times New Roman 12, interligne simple. Le retour des évaluations des propositions et la réponse des organisatrices sont prévus pour le 30 avril 2020. Un appel à contribution est prévu à l’issue du colloque. Droits d’inscription : 100€ (50€ pour les étudiants). Les modalités de payement ainsi que les informations pratiques (voyage, logement, repas) seront envoyées dans la deuxième circulaire. Une excursion dans les environs de Lublin sera proposée samedi 26 septembre. Pour le Comité d’Organisation : Claire Martinot, Urszula Paprocka-Piotrowska, Sonia Gerolimich, Tomislava Bošnjak Botica
Nom du contact: 
Urszula Paprocka-Piotrowska
Courriel du contact: 
cause.lublin2020@gmail.com
Suggéré par: 
Sonia Gerolimich
Courriel: 
sonia.gerolimich@uniud.it
cause.lublin2020@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/03/2020
Ville de l'événement: 
Lublin
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Causalité ; expression de la cause ; relations causales ; locuteurs ; langue ; acquisition ; apprentissage

Mots de faune

Contenu de l'annonce: 

Marinella Termite (éd.), Mots de faune, Macerata, Quodlibet, Coll. Ultracontemporanea, 2020.
ISBN 9788822904447
www.quodlibet.it
www.grecart.it

Entre terre et ciel, air et eau, les animaux ont...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Groupe de Recherche sur l'Extrême Contemporain (GREC)...
Courriel: 
grec.prixmurat@uniba.it
ISBN: 
9788822904447
Collection: 
Ultracontemporanea
Anonyme
Éditeur: 
Quodlibet
Lieu de parution: 
Macerata
Date de parution: 
Vendredi, Janvier 31, 2020
Date de mise en ligne: 
Vendredi, Janvier 31, 2020
URL: 
http://quodlibet.it
Langue: 
Francese
Mots-clés: 
Extrême contemporain, animaux, biodiversité
Site web de référence: 
www.grecart.it

Les masques de l’écriture

Résumé de l'annonce: 
Colloque International de la Società Universitaria per gli Studi di Lingua e Letteratura Francese - SUSLLF
Depuis sa création et dans tous les domaines, l’écriture se déploie en suivant une orientation ambivalente : d’une part, elle s’efforce de donner une transcription du réel de la manière la plus véridique et la plus cohérente possible ; d’autre part, elle dépasse la représentation plus ou moins idéale du réel pour masquer d’autres vérités. Évocatrice d’images par le biais de ses figures rhétoriques, elle est trace tangible de la réalité et support d’un univers autre, instrument de vérité et arme du mensonge, surface plane de papier et miroir réfléchissant. Tout en admettant la pluralité de ses fonctions et de ses vocations, au fil des siècles l’écriture a donné lieu aux potentialités dissimulatrices du discours en révélant toute sa nature métamorphique et énigmatique. D’ailleurs, elle n’est pas seulement le support du formalisable, du visible, d’une évidence concrète, mais elle peut aussi se transformer – comme c’est souvent le cas – en support du fantasme, du non-dit, du non formalisable et donner suite à un « envahissement du signifiant » (Lacan). Que se cache-t-il donc sous le masque de l’écriture ? L’objectif du colloque sera ainsi celui d’analyser les différents actes de narrations ou de transcriptions, en portant l’attention sur l’efficacité symbolique et imaginaire du texte, les appâts de sa valeur énigmatique et l’image labyrinthique dans laquelle l’auteur nous emporte ou nous égare car « la vérité [du texte] ne se dit pas tout » (Lacan). Dans l’écriture, il existe un point où la langue et le désir inconscient s’articulent, ce qui implique une ouverture vers un domaine translinguistique (Barthes, Kristeva) du texte ayant pour fonction celle de transgresser les limites du Moi, de l’auteur justement, et de l’œuvre telle qu’elle nous parvient. Il y a donc un inconscient du texte dans le sens où il y a un effet de désir dans l’écriture, une réalité parallèle, dissimulée qui nous confirme que tout texte est œuvré par un discours au « second degré ». Partant de cet acquis, l’écrivain – ou l’écrivant – peut utiliser à sa guise l’écriture et faire de son discours le revers ou le miroir de ses pensées, c’est au pouvoir artistique ou rhétorique que la « trans-cription » s’offre dans tous ses accoutrements, laissant à notre inguérissable curiosité l’audace de lui faire tomber le masque. Les propositions de communication, d’une longueur approximative de 500 mots maximum, penseront les masques de l’écriture tant dans les domaines littéraires que linguistiques et elles privilégieront les axes suivants : 1. les variations des masques biographiques dans le domaine de l’autofiction, les figures du double et les démasquements de l’alter ego dans l’écriture romanesque à travers les siècles ; 2. la satire et la caricature dans la littérature, la paralittérature et la presse ; 3. les « défigurations » des figures de style à travers les genres et les discours publicitaires ; 4. les masques rhétoriques persuasifs dans les discours publics et politiques à l’orée des populismes ; 5. français standard, hypercorrection, branchitude et « déguisements linguistiques » en vue d’une intégration identitaire et générationnelle dans les espaces francophones et suburbains actuels ; 6. le double masque auctorial du traducteur et du co-auteur dans le processus de réécriture ; 7. le masque de la censure et le bouclier de la dissimulation à travers les siècles et les idéologies politiques. Les propositions devront être envoyées, ainsi qu’une notice biobibliographique (200 mots), à l'adresse suivante : lesmasques2020@unipa.it au plus tard le 04 février 2020. La notification d’acceptation vous sera envoyée fin mars 2020.
Courriel du contact: 
lesmasques2020@unipa.it
Suggéré par: 
Marie-Denise Sclafani
Courriel: 
mariedenise.sclafani@unipa.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
04/02/2020
Date de fin de l'événement: 
04/02/2020
Ville de l'événement: 
Palermo
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
masques biographiques, masques rhétoriques, les non-dits, masque auctorial, censure

Pages

S'abonner à RSS - Traduction et analyse contrastive