Vous êtes ici

Lexicologie/graphie

Idéologies métalinguistiques

La discipline linguistique face à son miroir idéologique

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Appel à communication pour la conférence Idéologies Métalinguistiques: La discipline linguistique face à son miroir idéologique (Université de Turin, 30-31 janvier 2025).
Idéologies métalinguistiques La discipline linguistique face à son miroir idéologique Conférence 30-31 janvier 2025 Université de Turin Au cours du XXe siècle, la visée scientifique de la linguistique s'est accompagnée d'une volonté revendiquée de non-interventionnisme sur son objet d'étude, imposant au linguiste une sorte d'hygiène proscrivant toute posture idéologique dans la pratique de sa discipline. Mais est-ce que cette déontologie maintes fois réaffirmée la met pour autant à l'abri de toute posture idéologique dans le choix des observables, des cadres conceptuels et des outils d'analyse? Or, on le sait depuis l’analyse du discours, la frontière entre cadre théorique et cadre idéologique est parfois si mince qu’il est difficile de ne pas lire dans les méthodes et les épistémologies des visions axiologiques du monde. Cette conférence se propose d’explorer les idéologies qui trament la discipline. -- Le demi-siècle d’âge d’or de la discipline linguistique s’est construit sur un paradoxe apparent : alors qu’elle devenait le paradigme dominant influençant une grande partie du paysage des humanités et des sciences sociales, la linguistique reposait tout entière sur l’idée non-interventionniste, le refus de la prescription et le pari de pouvoir distinguer la langue de ses normes extrinsèques. Pour le dire autrement, alors que le structuralisme imposait une empreinte forte sur la pensée du 20° siècle (Dosse 1991), il le faisait en affirmant l’autonomie des structures parfois même vis-à-vis de ceux qui les parlent, et dans une moindre mesure, de ceux qui les décrivent (Sériot 2012). Or, on le sait depuis l’analyse du discours, la frontière entre cadre théorique et cadre idéologique est parfois si mince qu’il est difficile de ne pas lire dans les méthodes et les épistémologies des visions axiologiques du monde. Quelles axiologies supportent alors le refus de la prescription ? Cette conférence se propose d’explorer les idéologies qui trament la discipline. Pour cela, trois axes sont envisagés. Axe 1 Discours linguistique, discours des linguistes, quelle altérité ? Pour se mettre en route, le discours linguistique nécessite une coupure entre ordinaire et scientifique, une suspension du régime du discours. Ce moment de distinction, cependant, peut prendre diverses formes et porter avec lui des projets intellectuels et/ou idéologiques différents. Dans certains espaces du champ des pratiques, l’intuition du linguiste chomskyen fabriquant lui-même ses exemples le rend maître à la fois des observables et du jugement de grammaticalité. Ailleurs, les approches de corpus fournissent des données dont la taille des échantillons est censée préserver l’analyse (et l’analyste) des biais de surreprésentation de certaines formes individuelles, quitte à effacer des phénomènes peu représentés ou n’apparaissant pas du fait des méthodes de collecte. Entre les deux, les approches expérimentales reposent sur une approche des fonctionnements linguistiques comme découplés de la fonction communicative de la langue. En-deçà peut-être de cette distinction, les tests de transformation du distributionnalisme visent à suspendre en quelque sorte cette opposition en lui substituant la grammaticalité. Il demeure que toute approche linguistique se confronte à cette distinction des discours. Le questionnement de cette frontière a été au cœur des travaux consacrés à la folk linguistics / linguistique populaire (Paveau 2008, Preston 2019) tout comme à l’épistémologie de la discipline (voir les travaux de la SHEL). Il s’agit en quelque sorte d’expliciter la mise à distance des locuteurs (ou du linguiste selon le point de vue) et les mécanismes de cette distanciation. La légitimité scientifique de la discipline se tient dans cette distinction, qui peut néanmoins se faire jour à partir de compréhensions diverses du rôle de la linguistique. Lorsqu’elle en vient à questionner la dimension idéologique – ou idéationnelle – du langage, la discipline peut se doter par ailleurs d’appareils conceptuels variés : imaginaires (Houdebine 2015), normes majeures et mineures (Berrendonner et al. 1983), idéologies (Kroskrity 2000), formations (Foucault 1971, Pêcheux 1975), représentations, épidiscours, folk linguistics, indexicalité et sens social (Ochs 1993, Silverstein 2003, Eckert 2019), styles, registres (Agha 2003), etc. sont autant de concepts dont le miroir « méta » sont les approches, les cadres, les méthodes et les épistémologies. Que se passe-t-il si on retourne ce miroir vers la discipline linguistique en tant qu’ensemble de discours ? Y a-t-il un imaginaire de la linguistique ? Peut-on penser la discipline en termes de normes majeures et mineures ? d’idéologies ? etc. Quelle sont les formations discursives contemporaines des sciences du langage ? Les nouvelles pratiques d’écritures scientifiques (écritures alternatives, écritures à plusieurs mains, rupture de la distinction entre auteur et enquêtés, approches documentaires, questionnement de la frontière entre terrain et corpus, etc.), en questionnant les pratiques d’écriture et les pratiques de savoir, forment-elles de nouveaux registres ? Par ailleurs, la discipline se légitime également vis-à-vis d’autres disciplines, dont certaines ont parfois mauvaise presse auprès des linguistes (telles que par exemple la littérature ou les sciences de l’information et de la communication) tandis que d’autres sont réinvesties (sémiotique, anthropologie linguistique). Il s’agit parfois même de sous-disciplines qui se concurrencent, partageant des objets mais opposant les analyses et les méthodes (approches de corpus, expérimentales, formelles ou écologiques) ou s’hybrident (sociolinguistique, analyse du discours, anthropologie linguistique). Que révèlent ces altérités et leur mise en scène, sur le projet intellectuel qu’est la linguistique ? La production du savoir se fonde sur le principe de coopération. Les conceptions du consensus et du dissensus, et les modes de gestion des conflits au sein de l’espace scientifique reposent également sur des points cardinaux idéologiques. Il s’agit d’explorer les rapports entre métadiscours de la science, nécessité de la formalisation et langage ordinaire, notamment lorsque celui-ci constitue à la fois l’observable et l’outil d’analyse. On pourra également s’interroger sur les spécificités d’une épistémologie linguistique. Ces distinctions peuvent parfois prendre la forme plus explicite de pratiques de promotion ou de défense de la discipline, et pour cela visent à défendre le pré-carré du métadiscours comme prérogative universitaire. Ce peut être pour la visibiliser auprès du grand public à travers des événements de vulgarisation (Nuit des chercheurs, etc.), des podcasts (Parler comme jamais), des chaines Youtube (Linguisticae, L comme linguistes), des blogs (Bling), ou encore à travers les différentes actions du collectif des linguistes atterré.es. Que signifie la promotion ou la défense disciplinaire par-delà l’espace académique ? Contrairement à d’autres sciences, telle que la sociologie, qui fondent la légitimité de leur discours dans la reconnaissance partagée d’une méthode, la linguistique a parfois des tentations plus universalistes en prétendant à l’ensemble des discours rationnels sur le langage. Le problème le plus direct de cette tentation est la difficulté à limiter l’empan des discours linguistes et donc à en assumer la responsabilité (Haraway 1998) et la singularité, alors même que les traditions entre arts et sciences du texte (Rastier 2001) rendent la tradition hétérogène. Ici, c’est plus largement les caractéristiques de ce qui fait science qui viennent percuter le savoir sur le langage. Axe 2 Approches historiques des idéologies métalinguistiques D’une manière plus historique, on peut aussi s’interroger sur les effets de cloisonnement, décloisonnement, recloisonnement disciplinaire que ces distinctions produisent. Au-delà de la seule légitimité, quelle vision de la langue, du social, de la science et du savoir supportent ces différentes approches et leurs associations ou leurs conflits ? De quelle manière les oppositions entre sous-domaines, en produisant un « air du temps » au sein duquel se forme notre pensée, configurent plus ou moins durablement nos recherches ? Dans un contexte de profusion conceptuelle, due à la massification de la recherche, les généalogies intellectuelles sont sans cesse remises sur le tapis, revisitées, réélaborées. Proposer une linguistique héritière de la grammaire ou de la rhétorique ou bien en rupture avec celles-ci nous place face à l’enjeu même de la linguistique, et à la singularité de notre propos en tant que discipline. Par ailleurs, après le siècle linguistique qui commence avec Saussure, la discipline devient ancillaire, à la faveur d’autres paradigmes dominants, que ce soit les sciences cognitives, la sociologie bourdieusienne, la Gestalt ou encore les réseaux neuronaux. Est-ce pour autant la fin de la linguistique ? La linguistique se meurt-elle ? À la manière de la France qui ne se remet pas de la fin de son impérialisme, la linguistique n’a-t-elle pas des difficultés à se remettre de sa nouvelle position périphérique ? On pourra s’intéresser en particulier à ce qui se passe dans le champ autour des années 1980 et 1990, avec l’éclosion de sous-domaines variés, aboutissant souvent à la constitution d’écoles. On peut citer, entre autres, le renouvellement de la pragmatique et de l’étude des productions orales (approches théoriques des interactions verbales, du parler « ordinaire » ou de la syntaxe du français parlé) et les renouveaux théoriques qui s’ensuivent. Face à une telle floraison, peut-on parler de déclin de la linguistique? Ces décennies témoignent-elle d’un tournant pour le champ, et ce tournant a-t-il une dimension idéologique, même lorsque ces recherches se revendiquent d’une forme an-idéologique ? Sans nécessairement faire la sociologie du champ, ces moments sont intéressants en ce qu’ils ne font pas rupture (au sens de la rupture saussurienne ou chomskyenne par exemple qui produisent de l’homogénéité), mais constituent plutôt des tournants et des moments d’hétérogénéisation du champ. Par ailleurs, si l’on se penche plus spécifiquement sur les trente dernières années, la super-spécialisation appelée par les nouvelles pratiques de la recherche recentre la spécificité linguistique sur la quantité de données et la manipulation d’outils et de techniques d’ingénierie poussées. Bien sûr, les dialogues entre analyse et ingénierie de la parole ont été nombreux et ces approches se sont informées l’une l’autre pendant de nombreuses années. Mais le développement rapide du champ du deep learning a rendu les espaces d’interdisciplinarité plus pointus et donc plus rares. Or, si la méthode est le fondement épistémologique d’un champ scientifique, dans ce cas la méthode est en quelque sorte confiée à la prothèse qu’est l’outil, délégant la définition de la scientificité hors du champ, par exemple aux statisticiens. Quels sont les effets de cette délégation ? Axe 3 Linguistique et politique Enfin, que se passe-t-il quand la linguistique fait irruption dans l’espace public ? Si la linguistique se fonde sur une posture descriptive et non prescriptive, qu’en est-il aujourd’hui des rapports entre les différents champs qui ne suivent pas cette proscription de la prescription ? Quelles positions les linguistes peuvent-ils soutenir vis-à-vis des discours doxaux sur le danger permanent dans lequel se trouverait la langue française (menacée tour à tour par l’anglais, les jeunes, les étrangers, le politiquement correct, les réseaux sociaux…), discours qui ne sont évidemment pas sans rapport avec le déclinisme ? La posture d’autorité du scientifique peut-elle se distinguer d’un prescriptivisme ? Plus foncièrement, peut-on proscrire de prescrire ? Par ailleurs, quels rapports entretiennent les postures prescriptives, les postures appliquées et les postures engagées ? Les univers idéologiques de ces trois programmes sont divers, mais se rencontrent-ils et, potentiellement, s’interconnectent-ils ? Ces postures viennent interpeller la linguistique traditionnelle sur son utilité ou du moins sa pertinence sociale. Est-ce une injonction à miner la tour d’ivoire pour descendre dans le champ de bataille épilinguistique au profit d’une inscription sociale de la science ? La linguistique a-t-elle vocation à devenir la boite à outils qu’en permanence la société lui demande d’être (voir par exemple le succès médiatique de Clément Viktorovitch) ? Les théories de la langue et du discours peuvent-elles assumer leur inutilité sociale ? Peuvent-elles quitter la tour d’ivoire sans pour autant céder devant les injonctions à l’impact social, voire à ce qui se nomme aujourd’hui un transfert des connaissances et d'innovations vers la société ? Depuis quelle(s) posture(s) idéologique(s) ? Qu’en est-il des nouvelles formes et modalités d’écritures scientifiques, des écritures alternatives, qui inaugure une autre manière de travailler non pas sur mais avec les gens, dans une vision de co-construction de la recherche. Quelles pratiques langagières et quelle réflexivité sur ces pratiques les linguistes peuvent formuler ? Pour le reformuler dans les termes de Castoriadis, les imaginaires linguistiques sont-ils des lieux de transformation sociale ? Et si c’est le cas, qu’en est-il des imaginaires linguistiques des linguistes en termes de transformation sociale ? Comme en témoigne la polémique autour de l’écriture inclusive, les idéologies linguistiques véhiculent des enjeux sociaux et politiques massifs. Et malgré les fréquentes déclarations de non-intervention et d’usage-roi, les linguistes résistent difficilement à se positionner sur ces questions socio-politiques. La diversité de leur position témoigne de la forte dimension idéologique de ces prises de parole, qui sont pourtant souvent faites au nom de la scientificité et d’une prétendue neutralité axiologique. Ces affrontements permettent d’éclairer directement la dimension idéologique des affrontements théoriques au sein du champ. Ils soulèvent aussi des questions sur la linguistique comme parole publique. L’un de lieux majeurs de la linguistique appliquée étant l’enseignement, qu’en est-il des idéologies linguistiques de ces autres spécialistes de la langue que sont les enseignants de langue ? Comment leurs positionnements permettent-ils d’enseigner les idéologies linguistiques (en contexte francophone comme non-francophone) ? Par ailleurs, quels sont les ancrages idéologiques des nouvelles propositions d’enseigner la linguistique dès l’école primaire (Sheehan et al. 2024) ? Se pose également la question du poids des idéologies linguistique sur la gestion concrète du plurilinguisme, par les différents acteurs qui y sont impliqués (Agresti 2021). Au-delà de l’enseignement, les idéologies linguistiques des spécialistes de la langue non-linguistes (correcteur, éditeur, etc.) ainsi que des professionnels de la parole publique (journaliste, rédacteurs administratifs, métiers du droit, etc.) seraient également intéressantes à investiguer. Les enjeux institutionnels autour de la langue sont massifs, tout comme les interventions régulières de l’État en la matière, qu’il s’agisse des textes ministériels encadrant les programmes scolaires, d’organismes tels que la DGLFLF, ou du soft power de la francophonie. Qui sont les auteurs et les acteurs de ces interventions et quels rapports entretiennent-ils avec les linguistes ? Les diverses commissions terminologiques dont se dote la France peuvent-elles être considérées comme des espaces de lobbying d’idéologies linguistiques, à la manière des groupes d’intérêt qui promeuvent ou défendent certaines causes ? D’où viennent les idéologies linguistiques de l’État ? Peut-on en retracer la généalogie ? Que dessinent les politiques linguistiques contemporaines, qui simultanément prêtent l’oreille aux linguistes (comme cela a été le cas pour la glottophobie (Blanchet 2016), ou bien la DGLFLF) et les ignorent (enseignement du français, Académie française, diplomatie culturelle de la francophonie, etc.) ? En France, l’utilisation appuyée de la langue dans la construction nationale a rendu la question langagière d’autant plus saillante dans l’entreprise nationaliste, et certains linguistes se sont volontiers prêtés à l’exercice, à l’instar de Damourette et Pichon. Y a-t-il encore aujourd’hui des approches nationalistes de la science linguistique ? Les linguistes font-ils parfois preuve de glottophobie ? Comment agissent les différentes idéologies linguistiques en fonction des variétés de français sur lesquelles on travaille ? Sous quelle forme se rencontrent-elles ? Enfin, on pourra s’interroger sur les pratiques de muséification de la langue et de la linguistique, du musée associatif Mundolingo (Paris) à la récente Cité internationale de la langue française, inaugurée par Macron en octobre 2023, en passant par les pratiques de patrimonialisation des instruments d’analyse que peuvent mener certains laboratoires de linguistique. Quelle vision du savoir sur la langue et quels enjeux ces pratiques portent-elles ? Alors qu’elles sont des véhicules idéologiques de ce qu’est la linguistique, elles en incarnent une version qui doit être tout à la fois explicative et ancrée socialement. À ce titre, elle constitue peut-être une nouvelle version du paradoxe fondateur de la linguistique : performer un ethos de la description scientifique, qui a vocation à agir socialement. Les communications pourront s’inscrire dans un ou plusieurs de ces trois axes, et mobiliser les cadres théoriques, y compris interdisciplinaires, qui sont pertinents. Les propositions de communications préciseront les textes et discours (y compris théoriques), et les éventuels corpus sur la base desquels seront élaborés le propos et la structure envisagée de la communication. Références Agha, Asif. (2003). The social life of a cultural value. Language and communication, 23, 231–273. Agresti, Giovanni (2021). « Former aux politiques linguistiques et éducatives. Considérations générales, pratiques de terrain », Synergies France, 14-15 : 151-166. Berrendonner, Alain, Michel Le Guern, et Gilbert Puech. 1983. Principes de grammaire polylectale. Lyon : Presses Universitaires de Lyon. Blanchet, Philippe. 2016. Discriminations : combattre la glottophobie. Paris : Textuel. Dosse, François. 1991. Histoire du structuralisme. Paris : La Découverte. Eckert, Penelope. 2019. “The limits of meaning: Social indexicality, variation, and the cline of interiority”. Language 95(4) : 751-776. Foucault, Michel. 1971. L’ordre du discours. Paris : Gallimard. Haraway, Donna, (1988), « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective ». Feminist Studies, 14(3): 575-599. Houdebine, Anne-Marie. 2015. “De l’imaginaire linguistique à l’imaginaire culturel” La linguistique 51(1) : 3-40. Kroskrity, Paul V. (ed.). 2000. Regimes of Language: Ideologies, Polities, and Identities. Santa Fe, NM : School of American Research. Ochs, Elinor. 1993. « Indexing Gender ». In Sex and Gender Hierarchies, Barbara D. Miller, 335 58. Cambridge: Cambridge University Press. Paveau, Marie-Anne. 2008. “Les non-linguistes font-ils de la linguistique ?” Pratiques 139-140 : en ligne Pêcheux M., 1975, « Les Vérités de La Palice », In Maldidier D., éd., L’Inquiétude du discours. Textes de Michel Pêcheux, Éd. des Cendres : 175-244. Preston, Dennis R. 2019. “What is Folk Linguistics?” Målbryting : n. pag. Rastier, François. 2001. Arts et sciences du texte. Paris : PUF. Sériot, Patrick. 2012. Structure et totalité : Les origines intellectuelles du structuralisme en Europe centrale et orientale. Limoges : Lambert-Lucas. Silverstein, Michael. 2003. “Indexical order and the dialectics of sociolinguistic life”. Language and Communication 23 : 193–229 Sheehan, Michelle, Havinga Anna D., Kasstan, Jonathan R., Stollhans Sascha, Corr, Alice & Gillman Peter. 2024. “Teacher perspectives on the introduction of linguistics in the languages classroom: Evidence from a co-creation project on French, German and Spanish”. British Educational Research Journal: online. * * * INFORMATIONS PRATIQUES Calendrier • Lancement de l’appel : 18 juillet 2024 • Date limite de réception des propositions : 15 octobre 2024 • Notification : 30 octobre 2024 • Conférence : 30-31 janvier 2025 Modalités de soumissions Résumé de 500 mots à envoyer, accompagné d’une courte présentation biographique à : Ruggero Druetta : ruggero.druetta@unito.it Julie Abbou : julie.abbou@unito.it Format de la conférence La conférence accueillera des communications sur un format classique (20 minutes de présentation et un temps de discussion collective) et se clôturera sur un moment de parole libre pour accueillir les propositions spontanées qui pourraient éclore des discussions. Une publication est envisagée, dont la forme sera décidée à l’issue du colloque. Comité d’organisation Ruggero Druetta (Università degli Studi di Torino) : ruggero.druetta@unito.it Julie Abbou (Università degli Studi di Torino) : julie.abbou@unito.it Comité scientifique Guy ACHARD-BAYLE (Université de Lorraine) Giovanni AGRESTI (Université Bordeaux Montaigne ; Università degli Studi di Napoli) Christophe BENZITOUN (Université de Lorraine) Josiane BOUTET (Université de Paris-Sorbonne) Cécile CANUT (Université Paris Cité) Gilles CORMINBOEUF (Université de Fribourg) Patrick CHARAUDEAU (Université Sorbonne Paris Nord) James COSTA (Université Sorbonne Nouvelle) José DEULOFEU (Aix-Marseille Université) Alexandre DUCHENE (Université de Fribourg) Oreste FLOQUET (Sapienza Università di Roma) Luca GRECO (Université de Lorraine) Patricia KOTTELAT (Università degli Studi di Torino) Vincenzo LAMBERTINI (Università degli Studi di Torino) Chloé LAPLANTINE (CNRS) Noémie MARIGNIER (Université Sorbonne Nouvelle) Maria Margherita MATTIODA (Università degli Studi di Torino) Benoit MONGINOT (Università degli Studi di Torino) Silvia NUGARA (Università degli Studi di Torino) Alain RABATEL (Université Claude Bernard Lyon 1) Rachele RAUS (Università degli Studi di Bologna) Laurence ROSIER (Université Libre de Bruxelles) Nathalie Rossi GENSANE (Université Lumière Lyon 2) Marie VENIARD (Université Paris Cité)
Nom du contact: 
Ruggero Druetta, Julie Aboou
Courriel du contact: 
ruggero.druetta@unito.it julie.abbou@unito.it
Adresse postale: 
Torino, Campus Luigi Einaudi; Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere e Culture Moderne
Suggéré par: 
Ruggero Druetta
Courriel: 
ruggero.druetta@unito.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
18/07/2024
Date de fin de l'événement: 
15/10/2024
Ville de l'événement: 
Torino
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Ideologie metalinguistiche, Linguistica descrittiva, Linguistica prescrittiva, norma, ruolo sociale del linguista

IL POTERE IN-/ES-CLUDENTE DELLA LINGUA

Contenu de l'annonce: 

Dopo i primi tre volumi, Il Potere della lingua. Politica, Letteratura, media (2020, ed. Comares: https://www.comares.com/libro/il-potere-della-lingua-i_113184/) Il Potere della Lingua. Comunicazione, narrazione,...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Mariadomenica Lo Nostro
Courriel: 
mlonostro@unisa.it
ISBN: 
978-2-336-47553-0
Collection: 
L'Orizzonte
Anonyme
Éditeur: 
L'armattan / Aga
Lieu de parution: 
Parigi/Alberobello
Date de parution: 
Lundi, Juillet 15, 2024
Date de mise en ligne: 
Lundi, Juillet 15, 2024
Langue: 
Francese, spagnolo, italiano
Mots-clés: 
Linguistica, scrittura e linguaggio inclusivo, politiche di inclusione, sociolessicografia, lingue minoritarie
Site web de référence: 
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=result

CfP Convegno Internazionale "TOPONIMI, PERCEZIONI E RAPPRESENTAZIONI TERRITORIALI"

Letture critiche, metodologie e nuove prospettive tra ricerca e didattica

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Il Convegno propone una serie di orientamenti di ricerca “sub specie nominum”, volti a evidenziare il valore intrinseco della Toponomastica e le sue potenzialità epistemologiche come scienza del territorio e del paesaggio tout court. Punta così a far emergere, sotto diverse prospettive di studio, i molteplici significati e aspetti dei nomi di luogo, quali manifestazioni di tipo culturale, linguistico, geografico, storico, economico, politico, ideologico, artistico, simbolico, religioso e via enumerando. In particolare, il convegno intende valorizzare gli aspetti denotativi e connotativi dei toponimi, quali indicatori geografici e ‘sentinelle’ del senso integrale dei luoghi, contenitori di conoscenze condivise e della produzione artistica, documenti di sintesi territoriale e testimoni dei significati identitari dei paesaggi, oggi riconosciuti dalla Convenzione Europea del Paesaggio e dalla logica sistemica sottesa agli obiettivi dell’Agenda 2030. Il Convegno, inclusivo dei lavori finali del Progetto di Ricerca Nazionale “Per riscrivere la storia del Mezzogiorno bassomedievale. Forme testuali del potere (secoli XIV-XV)”, è organizzato dalle cattedre di Geografia e di Lingua Francese, in collaborazione con il GESTO (Laboratorio di Geostoria) e il GenderLab (Laboratorio Didattico Interdisciplinare di Studi di Genere), del Dipartimento di Studi Umanistici dell’Università degli Studi di Salerno, e dal Centro Italiano per gli Studi Storico-Geografici. L’evento, aperto al pubblico, si svolgerà nella Sala conferenze del Dipartimento di Studi Umanistici dell’Università degli Studi di Salerno. Non è prevista alcuna quota di iscrizione.
Gli studiosi interessati a partecipare sono invitati a presentare proposte in relazione ai temi del convegno, strutturati in nove sessioni: 1) approcci metodologici e applicativi per lo studio della Toponomastica: dai criteri di reperimento, analisi e interpretazione dei nomi di luogo alle modalità di classificazione e conciliazione dei loro aspetti qualitativi e quantitativi; 2) toponimi e cartografia: dalla ricostruzione dei paesaggi e delle loro funzioni all’interpretazione delle dinamiche e dei rapporti gerarchico-territoriali in essi sottesi; 3) toponimi come forme testuali del potere: dalla toponomastica politico-amministrativa ai conflitti di denominazione negli spazi contesi o di frontiera, in relazione alla lingua e/o al punto di osservazione; 4) toponimi come strumenti di controllo simbolico del territorio: dai nomi di luogo del colonialismo, post-colonialismo e neocolonialismo alle politiche di costruzione e ricostruzione del senso identitario e della memoria collettiva, alla toponomastica di genere; 5) Toponomastica e mutato valore dei quadri ambientali: dalla corruzione e/o perdita dei toponimi nei fenomeni di deterritorializzazione alle ricerche sui caratteri originali dei paesaggi rurali storici, sulle lingue regionali o sugli idiomi locali; 6) toponimi delle calamità naturali: dalla prevenzione del rischio alla tutela dell’ambiente, alla pianificazione territoriale; 7) Toponomastica partecipata e collaborativa: dalla salvaguardia dell’Heritage culturale al rapporto amplificato tra toponimi e paesaggio (attraverso l’uso di performing media, esperimenti “crossmediali”, storytelling), alle frontiere dell’Intelligenza Artificiale e del Metaverso; 8) Toponomastica nella letteratura di viaggio e nella produzione artistica: la costruzione degli immaginari collettivi per la nascita di un patrimonio paesaggistico e culturale condiviso (dai luoghi e racconti dei viaggiatori fino al cinema e ai mass-media); 9) Toponomastica nella didattica: dalle istanze del costruttivismo e della ricerca-azione allo sviluppo del concetto di sostenibilità e di cittadinanza attiva. La scheda di iscrizione va compilata entro il 15 luglio 2024, con l’indicazione di autore e titolo della proposta di contributo, accompagnati da un breve abstract (2.500 caratteri). Tutte le proposte saranno sottoposte alla valutazione preliminare del Comitato scientifico. I contributi saranno pubblicati in un volume dedicato, secondo criteri successivamente comunicati.
Nom du contact: 
Michele Bevilacqua
Courriel du contact: 
mibevilacqua@unisa.it
Adresse postale: 
Università degli Studi di Salerno - Via Giovanni Paolo II, 132 - 84084 Fisciano (SA)
Suggéré par: 
Valeria Anna Vaccaro, Michele Bevilacqua
Courriel: 
vvaccaro@unisa.it
mibevilacqua@unisa.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
10/12/2024
Date de fin de l'événement: 
11/12/2024
Ville de l'événement: 
Università degli Studi di Salerno
Fisciano (SA)
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
toponomastica, toponimi, didattica della lingua francese, letteratura francese e francofona di viaggio
Site web de référence: 

Dictionnaire littéraire de la scatologie d’Aristophane à Pierre Michon

Contenu de l'annonce: 

Le parti pris de ce Dictionnaire a été de ne pas faire un dictionnaire par auteurs (il ne comportera que 4 entrées auteurs : Freud, Zola, Armand Silvestre, Rabelais) mais par thèmes ( Clystère, Crotteux, Engrais, Pétomane, Latrines, Animal, Vidange, Cambronne, Pruneau…), par écoles ( Surréalisme...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Roberta De Felici
Courriel: 
roberta.defelici@unical.it
ISBN: 
Broché ISBN 978-2-406-16554-5, Relié, ISBN 978-2-406-16555-2,
Collection: 
CLASSIQUES GARNIER
Anonyme
Éditeur: 
GARNIER
Lieu de parution: 
PARIS
Date de parution: 
Mercredi, Juin 19, 2024
Mots-clés: 
Dictionnaire littéraire - scatologie
Site web de référence: 
https://classiques-garnier.com/dictionnaire-litteraire-de-la-scatologie-d-aristophane-a-pierre-michon.html

Terminologie et valorisation du territoire : entre tradition et innovation

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
La XXe Journée scientifique de REALITER (Réseau panlatin de terminologie) et la XXIIIe Journée d’AETER (association espagnole de terminologie) ont pour objectif de présenter la dynamique de la recherche terminologique actuelle aux chercheurs et aux chercheuses des communautés de langue espagnole et des langues romanes afin de créer un espace de dialogue autour du thème « Terminologie et valorisation du territoire : entre tradition et innovation », qui mérite une réflexion à partir de différentes perspectives.
Depuis les débuts de l’humanité, nous utilisons des mots pour décrire et comprendre notre environnement en relation avec les activités spécialisées qui se déroulent sur un territoire donné. Chaque région du monde possède un vocabulaire qui est le reflet de ses caractéristiques géographiques, climatiques, culturelles et économiques. Les activités spécialisées, telles que l’agriculture, la pêche, l’élevage ou l’exploitation minière, ont façonné et continuent de façonner la langue en créant et en utilisant des termes qui décrivent les techniques, les outils et les phénomènes associés à ces pratiques. Ainsi, les activités spécialisées construisent, par le biais de leurs termes, un tissu lexical qui reflète la richesse et la diversité des personnes et de leurs environnements propres. En outre, ces paysages linguistiques sortent souvent de leur cadre et entrent en relation avec d’autres au niveau international, enrichissant ainsi le tissu lexical. La recherche terminologique favorise présentement le dialogue et les échanges entre les disciplines, les langues et les sujets, dans le respect de la tradition, mais aussi en innovant, par l’utilisation des technologies qui facilitent la gestion des connaissances. Précisément, dans le monde contemporain, les technologies de rupture qui émergent, dont beaucoup relèvent du paradigme de l’intelligence artificielle, peuvent être à de multiples égards d’une grande utilité en terminologie. Ainsi, entre tradition et innovation, il existe des synergies et des objectifs communs qui tiennent compte de la spécificité de chaque territoire et de chaque langue. La XXe Journée scientifique de REALITER (Réseau panlatin de terminologie) et la XXIIIe Journée d’AETER (association espagnole de terminologie) ont pour objectif de présenter la dynamique de la recherche terminologique actuelle aux chercheurs et aux chercheuses des communautés de langue espagnole et des langues romanes afin de créer un espace de dialogue autour du thème « Terminologie et valorisation du territoire : entre tradition et innovation », qui mérite une réflexion à partir de différentes perspectives. Les pistes possibles de réflexion, qui peuvent suivre des approches variées visant à explorer les rapports entre terminologie et d’autres champs disciplinaires, sont les suivantes : a) Approches méthodologiques et recherche terminologique ; b) Terminologie et traduction spécialisée ; c) Terminologie et enseignement des langues de spécialité ; d) Terminologie, médiation et communication spécialisée ; e) Terminologies et politiques linguistiques ; f) Terminologie, nouvelles technologies et intelligence artificielle générative. Les propositions de communication (environ 400 mots), rédigées dans une des langues officielles de REALITER (catalan, espagnol, français, galicien, italien, portugais, roumain), devront être envoyées via la page dédiée de l’Université de Valladolid (https://eventos.uva.es/110930/detail/xx-jornada-cientifica-realiter-y-xxiii-jornada-aeter.html) au format .doc avant le 17 mai 2024. Le document .doc devra contenir uniquement le titre, la proposition de communication et les références bibliographiques ; il ne devra contenir aucune donnée permettant d’identifier l’auteur/l’autrice ou les auteurs/autrices. Le document .doc et une photo de l’auteur/l’autrice ou des auteurs/autrices devront être déposés sur la page dédiée. Le nom de l’auteur/l’autrice ou des auteurs/autrices et l’institution à laquelle ils appartiennent devront être clairement spécifiés dans le champ de texte. Toutes les propositions reçues seront soumises à l’évaluation anonyme du Comité scientifique. Calendrier Jusqu’au 17 mai 2024 : réception des propositions. Jusqu’au 14 juin 2024 : communication du résultat de l’évaluation des propositions par le Comité scientifique. Jusqu’au 5 octobre 2024 : inscription à la XXe journée scientifique de REALITER et à la XXIIIe journée AETER.
Nom du contact: 
Claudio Grimaldi
Courriel du contact: 
realiter@unicatt.it
Suggéré par: 
Claudio Grimaldi
Courriel: 
realiter@unicatt.it
claudio.grimaldi@uniparthenope.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
24/10/2024
Date de fin de l'événement: 
25/10/2024
Ville de l'événement: 
San Millán de la Cogolla (La Rioja, España)
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
terminologie, valorisation, tradition, innovation

Colloque "Intersections. Avatars et péripéties d’espaces en interaction"

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Le colloque "Intersections. Avatars et péripéties d’espaces en interaction" constitue la troisième manifestation liée à la collection Regards croisés France-Italie. Il entend explorer les interférences réciproques des espaces italophone et francophone du Moyen-Age à nos jours (littérature, politique, arts, philosophie, linguistique, traductologie).
Convegno internazionale Intersections. Avatars et péripéties d’espaces en interaction Un partenariato UNIMC – UCA (Doppio titolo EIFI/LM38) 4-5 aprile 2024 Palazzo Ugolini, C.so Cavour 2 – 62100 Macerata aula Shakespeare Giovedì 4 aprile 9h00 Inaugurazione del Convegno Saluti del Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici, prof. Roberto Mancini e della Direttrice del Dipartimento di Scienze della Formazione, dei Beni Culturali e del Turismo, prof.ssa Lorella Giannandrea Apertura dei lavori: Cristina Schiavone (UNIMC) e Donatella Bisconti (UCA – France) Italofonia e francofonia tra diacronia e sincronia Presidente di sessione: Cristina Schiavone 9h30 Giovanni AGRESTI (Université Bordeaux Montaigne et Università Federico II – Napoli), L’Italie dans la (F/f)rancophonie: Utopie ou réalité cachée? 10h00 Paolo NITTI (Università dell’Insubria), “C’est une langue qui me semble rigolote”. I risultati di un’indagine di linguistica popolare sulla percezione del francese da parte di italofoni e dell’italiano da parte di francofoni 11h00 Pausa caffè Letteratura e politica Presidente di sessione: Donatella Bisconti 11h30 Luca PIERDOMINICI (Università di Macerata), Quoy qu’on die des Ictaliennes; stéréotypes en intersection dans le Testament de Villon 12h00 Dominique BERTRAND (Université Clermont-Auvergne), Dassoucy entre France et Italie : péripéties spatiales et interculturelles 12h30 Dibattito e Pausa-pranzo Diritto e diplomazia Presidente di sessione: Luca Pierdominici 14h30 Cai JIN (Université Jean Monnet Saint Etienne), L'impact de Lorenzo Valla sur la pensée juridique française : une intersection au carrefour de la rationalité et du droit 15h00 Nicolas VIOLLE (Université Clermont-Auvergne), Cavour, la France et la guerre de Crimée à travers la presse 15h30 pausa caffè Spazi culturali in interazione Presidente di sessione: Alfredo Luzi 16h00 Loredana TROVATO (Università degli Studi di Messina), Gli anni ’60 al cinema tra Francia e Italia: tradurre un’epoca, tradurre due culture 16h30 Roberta SAPINO (Università di Torino), Intersezioni esoteriche tra Torino e Lione: sviluppo, diffusione e sfruttamento di un patrimonio culturale condiviso 17h00 Jessy SIMONINI (Università di Udine), Scrittori e scrittrici francesi nella collana La ricerca letteraria Einaudi (1965-1973) 17h30 Donatella BISCONTI (Université Clermont-Auvergne), Inférences et interférences dans la série web Ritals 18h00 Dibattito Venerdì 5 aprile Poeti e traduttori Presidente di sessione: Carla Carotenuto 9h30 Alfredo LUZI (Università di Macerata), Vittorio Sereni traduttore di Fogli d’Ipnos di René Char 10h00 Sara BONANNI (Università degli Studi G. D’Annunzio – Chieti-Pescara), Philippe Jaccottet et Mario Luzi: poètes-traducteurs en comparaison 10h30 Dibattito e pausa caffè Romanzieri e traduttori Presidente di sessione: Daniela Fabiani 11h00 Pamela PUNTEL (Università di Trieste), Ouverture d’un chantier sur la poésie de la guerre franco-prussienne en Italie : regards croisés et transferts patriotiques entre les deux Républiques issues des cendres d’une même défaite 11h30 Irene KRISTEVA (Università di Sofia), La traduzione “reinventiva” di Calvino dei Fiori blu di Queneau: uno spazio d’interazione tra la lingua francese e quella italiana 12h00 Falilou NDIAYE (UCAD – SENEGAL) e Cristina SCHIAVONE (Università di Macerata), Les versions italiennes des romans subsahariens: le cas de David Diop et Mohamed Mbougar Sarr 12h30 Dibattito e pausa pranzo Epistolari e corrispondenze tra realtà e finzione Presidente di sessione: Loredana Trovato 14h30 Daniela FABIANI (Università di Macerata), Le Lettres sur l’Italie di Anne-Marie du Bocage 15h00 Sara LORENZETTI (Università di Macerata), Intersezioni Italia-Francia nella prosa odeporica di Matilde Serao 15h30 Elisabeth KERTESZ (Université Paris-Est Créteil - UPEC), Une décennie parisienne entre les deux guerres : Italo Svevo et Luigi Pirandello épistoliers 16h00 Carla CAROTENUTO (Università di Macerata), «Libero carissimo»: Alba de Céspedes e Libero Bigiaretti tra Francia e Italia. Note a margine di un rapporto epistolare 16h30 Dibattito e Conclusioni. 17h30 Pausa caffè Performance 18h00 Bruno LA BRASCA e Elisabetta BARUCCO (acteurs), La folie de thalie polyglotte. Lecture théâtralisée en italo-français à deux voix. Comité d’organisation Donatella Bisconti donatella.bisconti@uca.fr Cristina Schiavone cristina.schiavone@unimc.it
Nom du contact: 
Luca Pierdominici
Courriel du contact: 
lpierdominici@yahoo.fr
Adresse postale: 
Università degli Studi di Macerata, Dipartimento di Studi Umanistici, Corso Cavour, 2, 62100 Macerata
Suggéré par: 
Luca Pierdominici
Courriel: 
luca.pierdominici@unimc.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
04/04/2024
Date de fin de l'événement: 
05/04/2024
Ville de l'événement: 
Macerata
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Intersection, langue, littérature, histoire, traduction, regards croisés, France, Italie

Autour de la traduction : voix, rythmes, résonances

Contenu de l'annonce: 

Ce volume se veut une circumnavigation dans les voix/voies de la traduction en tant qu’expérience, pratique et savoir. Les trois parties qui le composent mobilisent, en profondeur, l’activité du texte, ses mouvements, ses courants – son energeia. De la traduction poétique à la traduction en tant...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Laura Santone
Courriel: 
laura.santone@uniroma3.it
ISBN: 
978-3-0343-4879-9
Collection: 
Travaux interdisciplinaires et plurilingues
Anonyme
Éditeur: 
Peter Lang
Lieu de parution: 
Bruxelles
Date de parution: 
Mercredi, Janvier 3, 2024
Langue: 
francese
Mots-clés: 
Traduzione, voce, ritmo, interculturalità

Journée des dictionnaires

Dictionnaires d'hier et d'aujourd'hui : mots disparus et mots “marginaux”

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
La Journée française des dictionnaires, fondée par Jean Pruvost, aura lieu le 20 mars 2024.
Depuis sa première édition de 1993, la Journée française des dictionnaires, fondée par Jean Pruvost, aura lieu le 20 mars 2024 au Centre Culturel Franco-Italien (CCFI), situé au 16-22 rue Martignac, 75007 Paris. Cet événement se déroulera uniquement en présentiel.
Nom du contact: 
Christophe Rey
Courriel du contact: 
christophe.rey@u-cergy.fr
Suggéré par: 
Mariadomenica Lo Nostro
Courriel: 
mlonostro@unisa.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
20/03/2024
Date de fin de l'événement: 
20/03/2024
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Lexicographie, réginalismes, mots tabous, anclicismes, mots disparus, argot,Dictionnaire de l'Académie, Le Petit Larousse

Enseigner la langue à travers la traduction

Perspectives franco-italiennes comparées entre Renaissance et Ère numérique

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
L’enseignement des langues à travers la traduction demeure un domaine riche en potentialités didactiques et culturelles. Ce colloque international qui se déroulera les 21 et 22 novembre 2024 dans le cadre du projet PRIN PNRR “Revisiting and E-Mapping Theatre Translations of Ancient and Modern Classics in 16th-century France” vise à explorer cette thématique dans deux perspectives historiquement et culturellement significatives : la Renaissance francophone et la didactique des langues dans l’ère numérique.
ENSEIGNER LA LANGUE À TRAVERS LA TRADUCTION Perspectives franco-italiennes comparées entre Renaissance et Ère numérique   Ferrare, 21-22 novembre 2024 Responsables scientifiques Daniele Speziari (Université de Ferrare, PI PRIN) Riccardo Raimondo (Université de Catane, Co-PI PRIN) Zuzana Toth (Université de Bâle / Université de Modène) Anna Raimo (Université de Bologne) Comité d’organisation Vera Gajiu, Francesco Laurenti, Anna Raimo, Riccardo Raimondo, Daniele Speziari, Zuzana Toth L’enseignement des langues à travers la traduction demeure un domaine riche en potentialités didactiques et culturelles. Ce colloque international qui se déroulera les 21 et 22 novembre 2024 dans le cadre du projet PRIN PNRR “Revisiting and E-Mapping Theatre Translations of Ancient and Modern Classics in 16th-century France” vise à explorer cette thématique dans deux perspectives historiquement et culturellement significatives : la Renaissance francophone et la didactique des langues dans l’ère numérique. L’articulation du colloque en deux volets distincts permet une exploration comparative et diachronique, facilitant une compréhension approfondie de l’évolution des pratiques d’enseignement des langues à travers la traduction. Cette structure bi-focale, avec son approche transhistorique et comparative, encourage les participants (chercheurs mais aussi enseignants et futurs enseignants du secondaire) à établir des connexions entre les époques, tout en offrant un cadre analytique pour évaluer l’impact historique et contemporain des technologies et des théories de la traduction sur l’enseignement linguistique. Le colloque vise ainsi à créer un espace d’échange multidisciplinaire, invitant les chercheurs à enrichir la discussion sur l’enseignement des langues à travers la traduction. Il promet d’apporter des éclairages nouveaux sur les pratiques d’enseignement, les technologies éducatives, et les approches culturelles et linguistiques, de la Renaissance à l’ère numérique. Universités partenaires Université de Bâle Université de Bologne Université de Catane Université de Ferrare Université de Modène Réseaux universitaires et groupes de recherche DO.Ri.F. (Centro di documentazione e di Ricerca per la didattica della lingua francese nell’Università italiana) SUSLLF (Società Universitaria per gli Studi di Lingua e Letteratura Francese) Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese CSML (Centro Studi sul Multilinguismo, Università Ca’ Foscari di Venezia) International Center for Research on Collaborative Translation (IULM, Milano) Reseau ImagoTrad (imagotrad.hypotheses.org | Academic Gazette ISSN 2558-4847) Dates à retenir Ouverture de l’appel à communications : mars 2024. Date limite pour l’envoi des propositions : 31 mai 2024. Notification aux intervenants: le 30 juin 2024 au plus tard. Le colloque aura lieu les 21 et 22 novembre 2024.    Contacts daniele.speziari@unife.it riccardo.raimondo@unict.it zuzana.toth@unibas.ch  anna.raimo2@unibo.it
Nom du contact: 
Daniele Speziari
Courriel du contact: 
daniele.speziari@unife.it
Suggéré par: 
Vera Gajiu
Courriel: 
vera.gajiu@unito.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/05/2024
Ville de l'événement: 
Ferrara
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
didactique, langue française, traduction, Renaissance, numérique, Italie, France
Site web de référence: 

JOURNÉES SERBES DES DICTIONNAIRES

La lexicographie est-elle en panne aujourd'hui ? Évolution des pratiques lexicographiques et usagères actuelles

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Le colloque s'adresse aux lexicographes, métalexicographes et autres chercheurs (notamment les linguistes, didacticiens, traductologues, spécialistes du traitement automatique des langues naturelles, informaticiens et typographes) — enseignants-chercheurs, doctorants ou professionnels — intéressés par les questions (méta)lexicographiques, qu'elles concernent des dictionnaires monolingues, bilingues ou multilingues. L'objectif est d'explorer, sous des angles variés, les connaissances actuelles en métalexicographie, d'examiner les productions et les expériences lexicographiques passées, et de présenter les projets lexicographiques actuels et futurs.
La conception et l'usage des dictionnaires font face à de nouveaux défis, principalement en raison de l'avènement des technologies modernes, parmi lesquelles l'intelligence artificielle occupe une place importante. Dans ce contexte, il est intéressant d'observer comment la lexicographie se positionne et s'adapte à cette réalité. De quelle manière et dans quelle mesure s'ajuste-t-elle aux évolutions technologiques et aux changements de pratiques des utilisateurs de dictionnaires ? Il semble donc pertinent de revisiter la question soulevée il y a une vingtaine d'années dans l'un des articles du métalexicographe français Pierre Corbin, se demandant si la lexicographie est aujourd'hui « en panne ». Cela signifie-t-il qu'elle éprouve des difficultés à s'adapter, ou au contraire, maintient-elle son dynamisme en évoluant de manière harmonieuse avec le contexte actuel ? Les Journées serbes des dictionnaires — inspirées par les journées des dictionnaires de Paris, instaurées par le professeur Jean Pruvost, ou encore les journées québécoises de Monique Cormier, allemandes de Michaela Heinz, italiennes de Giovanni Dotoli, marocaines de Leila Messaoudi etc. — visent à explorer, en cherchant à répondre à la question de savoir si la lexicographie est « en panne », les aspects clés des dictionnaires modernes en se focalisant sur les problèmes anciens, les orientations actuelles et les défis émergents. Seront privilégiés les thèmes suivants : Définition du dictionnaire moderne Quelles sont les implications du terme « dictionnaire moderne » dans ses différentes formes (monolingue, bilingue, multilingue) ? Profil de l'utilisateur moyen Qui constitue l'utilisateur moyen typique d'un dictionnaire aujourd'hui ? Quel est son profil ? Quels besoins exprime-t-il ? Quelles habitudes adopte-t-il ? Comment les ordinateurs et l'internet ont-ils chacun à leur tour modifié l'utilisation des dictionnaires ? De quelle manière le traitement lexicographique dépend-il du profil et des comportements actuels de l'utilisateur ? Fonction du dictionnaire à l'heure actuelle Quelle est la véritable fonction d'un dictionnaire moderne ? Un dictionnaire particulier peut-il avoir plusieurs fonctions ? Comment la fonction influence-t-elle le traitement lexicographique ? Défis informatiques et tendances lexicographiques Quels défis les ordinateurs, les corpus et l'intelligence artificielle présentent-ils dans la création et l'utilisation de dictionnaires ? Quelles sont les tendances émergentes en lexicographie moderne ? Nous invitons les chercheurs intéressés à soumettre des propositions de communication (avant le 20 mars 2024) explorant ces thèmes au travers de différentes problématiques.
Nom du contact: 
Saša Marjanović
Courriel du contact: 
leksikograf@gmail.com
Suggéré par: 
Mariadomenica Lo Nostro
Courriel: 
mlonostro@unisa.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
24/05/2024
Date de fin de l'événement: 
26/05/2024
Ville de l'événement: 
Belgrado
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
metalessicografia, dizionari monolingue, bilingue e multilingue
Site web de référence: 

Pages

S'abonner à RSS - Lexicologie/graphie