Vous êtes ici

Sociolinguistique

Patrimoine, Langue, Discours, Tourisme

Pour une approche interdisciplinaire

Résumé de l'annonce: 
Le patrimoine désigne, au sens large, les ressources matérielles et immatérielles, naturelles ou culturelles, partagées par une communauté et transmises de génération en génération. Acceptons, pour le moment, cette définition générale, même si nous serions amenés à la discuter davantage ultérieurement. Le patrimoine est aujourd’hui l’objet d’enjeux politiques, économiques, sociaux, identitaires, etc. C’est une notion transversale, car intimement liée à d’autres entités telles que la langue, le discours ou le tourisme, pour ne citer que les trois entrées composant la problématique de notre colloque international. Notre approche se veut pluri et transdisciplinaire, sans exclure des contributions portant sur le patrimoine matériel (notamment le bâti), nous sollicitons surtout des communications portant sur le patrimoine culturel immatériel (PCI). Aussi les communications ne doivent pas porter exclusivement sur le patrimoine mais questionner les liens étroits entre ces quatre entrées.
Colloque international   Patrimoine, Langue, Discours, Tourisme Pour une approche interdisciplinaire PaLDiT 2018   Djerba (Tunisie), 23, 24 et 25 avril 2018   Organisé par Le laboratoire DYLIS « Dynamique du langage in situ », Université de Rouen L’ISET « Institut Supérieur des Etudes Technologiques, Djerba, Tunisie L’URLDC « Unité de Recherche en Langue, Discours et Civilisation », Université de Sfax Le Laboratoire LIMPACT « Langues, Identité, Médias, Patrimoine, Culture et Tourisme », Université Cadi Ayyad de Marrakech   Appel à communication      Le patrimoine désigne, au sens large, les ressources matérielles et immatérielles, naturelles ou culturelles, partagées par une communauté et transmises de génération en génération. Acceptons, pour le moment, cette définition générale, même si nous serions amenés à la discuter davantage ultérieurement. Le patrimoine est aujourd’hui l’objet d’enjeux politiques, économiques, sociaux, identitaires, etc. C’est une notion transversale, car intimement liée à d’autres entités telles que la langue, le discours ou le tourisme, pour ne citer que les trois entrées composant la problématique de notre colloque international. Notre approche se veut pluri et transdisciplinaire, sans exclure des contributions portant sur le patrimoine matériel (notamment le bâti), nous sollicitons surtout des communications portant sur le patrimoine culturel immatériel (PCI). Aussi les communications ne doivent pas porter exclusivement sur le patrimoine mais questionner les liens étroits entre ces quatre entrées. Sans vouloir définir le concept de patrimoine par sa matérialité ou par son immatérialité, nous privilégions, lors de ce colloque,l’étude du PCI :contes, chants, mythes, légendes, pratiques, savoir-faire, traditions orales, représentations et connaissances associées aux espaces et groupes socioculturels, etc. Pour plus de précision, nous nous référonsà de la Convention pour la sauvegarde du patrimoineimmatériel, adoptée par l’Unesco, en octobre 2003, en particulier à son article 3, lequel inclut : « 1) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ; 2) les arts du spectacle ; 3) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ; 4) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; 5) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel. » Le colloque international tentera autant que faire se peut de questionner et de problématiser les rapports étroits que le PCI entretient avec la langue, le discours ou le tourisme, ce qui justifie les trois axes suivants : 1) PCI et langue ; 2) PCI et discours ; 3) PCI et tourisme. Chaque proposition de communication doit s’inscrire dans l’un des trois axes suivants. Axe1 : PCI et langue Le mot « patrimoine », du latin patrimonium, réfère à l’héritage paternel transmis de génération en génération. L’une de nos préoccupations est de s’interroger sur cette transmission ainsi que sur la (ou les langues) dans laquelle (lesquelles) s’exprime et se transmet ce patrimoine. La langue, conçue anthropologiquement comme le lieu où se conserve l’expérience humaine, véhicule les différentes conceptions valorisant l’héritage, matériel et immatériel, tout en l’inscrivantdans un prolongement temporel traçant une trajectoire continue dans une histoire commune. C’est aussi par l’intermédiaire de la langue, sous une forme orale (contes, légendes, chansons…) et/ouécrite (manuscrits, traces, inscriptions…) que l’interaction entre le passé et le présent se maintient et se perpétue. Dans un paysage sociolinguistique pluriculturel et plurilingue, celui du Maghreb, par exemple, dans quelle langue se fait la transmission du PCI ? Que transmet-on ? Qui transmet quoi ? Comment ?Par quel processus ? Et pour quelle finalité ? Si l’on en adopte une approche genrée, on pourrait s’intéresser au rôle des femmes dans la conservation et la transmissiondu patrimoine oral. Mais on pourrait aussi s’inscrire dans une approche intergénérationnelle. Axe 2 : PCI et discours Quel est le discours relatif aux processus de patrimonialisation ? Quels sont les discours portant sur le comment et le pourquoi de la préservation et de la sauvegarde de la diversité du PCI d’une communauté qui, sous l’effet de la globalisation, perd de plus en plus les conditions matérielles de production de son héritage ?Le discours institutionnel, celui des représentants de l’Unesco, par exemple, tient-il toujours compte des spécificités et contraintes locales ? Est-il toujours approprié au contexte local ? Comment un tel discours, perçu souvent, par les détenteurs du patrimoine, comme occidental, dominant et élitiste, est-il reçuet transposé à l’échelle nationale et locale ? Comment gère-t-on la double nécessité de la patrimonialisation et du développement local ? Dans d’autres termes, la patrimonialisation est-elle toujours perçue comme une garantie de préservation des biens culturels ou comme une injonction au développement ? Qu’en est-il, par ailleurs, des discours des décideurs politiques relatifs à l’identification, l’inventaire, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine national ? Axe 3 : Patrimoine et tourisme Le patrimoine est, à première vue, intimement lié à un territoire, à une localité et à une communauté. Qui sont ces « communautés, groupes et individus » supposés recréer en permanence le PCI et perpétuer le sentiment d’identité et de continuité ? Pourquoi lepatrimoine immatériel est-ildifférent du patrimoine matériel ?Parce que si le premier se situe dans la localité, le second,bien qu’il y prenne sa source,n’y est assujetti ni définitivementni durablement. Dans un monde de plus en plus dominé par la globalisation, où la mobilité des personnes (tourisme, immigration, exode, guerre, etc.) et la marchandisation de la culture provoquent la déterritorialisation du PCI et l’inscrivent dans uncontexte planétaire transcendant ainsi les frontières nationales et politiques, commentles communautés procèdent-elles pour« faire-revivre »la mémoire traditionnelle à l’heure où la mise en tourisme et la muséification s’emparent du patrimoine ? Et à l’inverse, que sera le rôle du touriste véhiculant souvent des représentations plus subjectives que réelles et correspondant à des images exotiques et fortement intériorisées ?Les touristes sont-ils souvent en quête d’images plus que de contenus ? Sont-ils attachés à des démonstrations spectaculaires, voire à un exotisme teintésouvent de méconnaissance ? Si le PCI se déterritorialise, perd ses attaches matérielles et renonce, du moins en partie, à son enracinement territorial, ce n’est pas pour mourir mais pour mieux survive. Quel est donc le rôle d’Internet et de la diaspora dans sa survie ?La diaspora participe-t-elle seulement à sa déterritorialisation ou plutôt à sa virtualisation ?Si grâce à la diaspora, le PCI peut se reproduire à n’importe quel endroit de la planète, tout en gardant un lien avec son origine spatiale,comment est-il valorisé par ces communautés culturelles diasporiques ?Cependant cette déterritorialisation, voire cette rencontre entre le local et le global se fait-elle au détriment d’autre chose ? Autrement dit, la survie du PCI déterritorialisé passe-t-elle nécessairement par sa reproduction, sa transformation et sa métamorphose ? Ce dernier, en se déterritorialisant, devient-ilautre ?Quelle qu’en soit l’issue, il convient d’étudier, entre autres sur les plans discursif et représentationnel, ce processus de transformation.   Notre souhait est de voir émerger de l’approche pluridisciplinaire de notre problématique une réflexion enrichissante, constructive et à plusieurs voix, car au-delà des rapports du patrimoine avec la langue et/ou le discours (volet linguistique et sociolinguistique), avec le tourisme (volet anthropologique, économique, social et politique), il est question d’histoire (les deux volets historiques concernent le témoignage et l’archivage), de géographie (le patrimoine étant enraciné dans un milieu donné), etc. Comité scientifique AKINCI Mehmet-Ali, Université de Rouen Normandie ASSAS, Anis, ISET, Institut Supérieur des Etudes Technologiques, Djerba BEN SLAMA Kaïs, Institut Supérieur des Sciences Humaines et Sociales de Médenine, Université de Gabes BEN TAHAR, Sami, Institut National du Patrimoine, Tunis BOUJLIDI, Ali, Université de Gabès BOURGOU, Mongi, Université de Tunis KERTAOUI, Hayat, Université Cadi Ayyad Marrakech LAROUSSI, Foued, Université de Rouen Normandie  LISSIR, Fethi, Université de Sfax  OUACHANI, Adel, Université de Gabès  OUDI, Mekki, Université de Sfax  RHIBI, Chokri, Institut Supérieur des Sciences Humaines et Sociales de Médenine, Université de Gabès  SKOUNTI, Ahmed, Institut National des sciences de l'Archéologie et du Patrimoine, Rabat  SOUISSI, Taieb  TEBBAA, Ouidad, Université Cadi Ayyad de Marrakech  TEGHLET, Zouhair  TRABELSI, Mustapha, Université de Sfax Comité d’organisation  ASSAS, Anis, Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba  LAROUSSI, Foued, Université de Rouen Normandie  RHIBI, Chokri, Institut Supérieur des Sciences Humaines et Sociales de Médenine, Université de Gabès  TEBBAA, Ouidad, Université Cadi Ayyad de Marrakech  TRABELSI, Mustapha, Université de Sfax  BARDAK, Salma, Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba  BLAGHGI, Manel, Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba  BLAGHGI, Mejdi, Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba  BEN OMRANE, Imene, Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba  MHAYA, Slah, Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Dates importantes 15 septembre 2017 : Diffusion de l’appel à communication 30 novembre 2017 : Dernier délai de réception des propositions de communication 1er janvier 2018 : Notification aux auteurs par le Comité d’organisation 1er juin 2018 : Remise des textes définitifs pour une publication en 2019 Les langues du colloque : arabe, français et anglais Les soumissions des communications et des posters s'effectuent exclusivement par l'intermédiaire du formulaire en ligne. NB : Pour plus de détails sur le déroulement du colloque, les frais de participation et les Modalités de soumission des propositions, voir le site du colloque à l’adresse suivante : http://www.isetjb.rnu.tn/paldit  
Nom du contact: 
iset djerba Tunisie
Courriel du contact: 
colloque.paldit@gmail.com
Adresse postale: 
Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Avenue de la Liberté, 4116 Midoun - Djerba (Tunisie)
Suggéré par: 
Chokri Rhibi
Courriel: 
rhibi_chokri@yahoo.fr
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/11/2017
Date de fin de l'événement: 
30/11/2017
Ville de l'événement: 
île de Djerba Tunisie
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
patrimoine-langue-discours-tourisme
Site web de référence: 
http://www.isetjb.rnu.tn/paldit

Appel à Communication colloque international de l'AIPL

Résumé de l'annonce: 
XVe COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’A.I.P.L. (Association Internationale de Psychomécanique du Langage) ROME, les 20 et 21 juin 2018 à l’Università degli Studi di Roma Tor Vergata.Thème: Cognition, fonctionnement systémique des langues et psychomécanique du langage : aspects théoriques et applications. Axes de travail envisagés : Psychomécanique du langage et cognition, fonctionnement systémique des langues : synchronie, diachronie, sociolinguistique et typologie linguistique, applications en didactique des langues, traduction et linguistique contrastive, implication d’autres disciplines : Philosophie, Orthophonie, Psychologie. Les interventions proposées dans ces différents axes pourront s'inscrire directement ou indirectement dans la démarche de la psychomécanique du langage. Une grande partie des écrits de Gustave Guillaume est accessible gratuitement sur le site : nlip.pcu.ac.kr/gustave/
XVe COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’A.I.P.L. (Association  Internationale de Psychomécanique du Langage) ROME, les 20 et 21 juin 2018 à l’Università degli Studi di Roma Tor Vergata avec la collaboration du Dipartimento di Studi Letterari, Filosofici e di Storia dell’Arte avec le patronage de l’Ambassade de France à Rome, de la Délégation Générale du Québec en Italie, de l’Association Do.Ri.F. (Centro di Documentazione e di Ricerca per la Didattica della Lingua Francese nell’Università Italiana) et de l’Université Laval   THÈME : Cognition, fonctionnement systémique des langues et psychomécanique du langage : aspects théoriques et applications   APPEL À COMMUNICATIONS   La linguistique occupe une place centrale dans le champ des sciences cognitives. Etant donné le rôle primordial du langage dans la cognition humaine, elle est donc incontournable dans une grande partie des travaux dans ce domaine. Cela est évident pour les recherches en psychologie, neuropsychologie, neurophysiologie, philosophie, etc. qui étudient directement l'activité de langage. La psychomécanique du langage de Gustave Guillaume propose des principes théoriques qui rendent compte de la construction et du fonctionnement du langage dans le cadre d’opérations dites « mémorielles de la pensée ». Son fondateur concevait en effet le langage comme « l’avant-science de toute science ». Les processus cognitifs relatifs au langage sont au centre de cette approche, ce qui  la met en adéquation avec les modèles théoriques récents s’appuyant sur l’architecture neuronale du cerveau et visant à rendre compte du fonctionnement de la pensée.   Les objectifs principaux de ce colloque sont de proposer une réflexion qui puisse susciter un échange à la fois théorique et pratique sur les relations que la psychomécanique du langage entretient avec différentes disciplines. Voici les principaux axes de travail envisagés :   Psychomécanique du langage et cognition. Fonctionnement systémique des langues : synchronie, diachronie, sociolinguistique   et typologie linguistique. Applications en didactique des langues. Traduction et linguistique contrastive Implication d’autres disciplines : Philosophie, Orthophonie, Psychologie ...       Les interventions proposées dans ces différents axes pourront s'inscrire directement ou indirectement dans la démarche de la psychomécanique du langage. Une grande partie des écrits de Gustave Guillaume est accessible gratuitement sur le site : nlip.pcu.ac.kr/gustave/ Langues du colloque : français, italien, anglais Dates : mercredi  20 et jeudi 21 juin 2018 Lieu : Università degli Studi di Roma Tor Vergata (Italie) Le résumé de la communication (10 lignes maximum) est à envoyer pour le 31 décembre 2017 à : rocchettialvaro@gmail.com et louis.begioni@gmail.com Janvier 2018 : résultat de la sélection des propositions de communication Février 2018 : envoi du programme définitif Frais d’inscription : 50 Euros + adhésion à l’AIPL (15 euros pour les étudiants et 32 Euros pour les autres participants). Comité scientifique : Romana Bardy, Louis Begioni, Patrick Duffley, Antonio Filippin, Louise Guénette, André Jacob, Joseph Pattee, Rocco Pittito, Alvaro Rocchetti, Philippe Séro-Guillaume, Renée Tremblay, Pierrette Vachon-L’Heureux.
Nom du contact: 
LOUIS BEGIONI
Courriel du contact: 
louis.begioni@gmail.com
Adresse postale: 
VIA BADIA DI CAVA 36 00142 ROMA
Suggéré par: 
Louis BEGIONI, Professore Ordinario di linguistica francese (Roma Tor Vergata)
Courriel: 
louis.begioni@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/12/2017
Date de fin de l'événement: 
21/06/2018
Ville de l'événement: 
Università di Roma Tor Vergata
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Linguistique, didactique des langues, traduction, linguistique contrastive, lexicologie

L'essentiel de la médiation

Vers un consensus sur le concept dans les sciences humaines et sociales

Résumé de l'annonce: 
Le concept et le terme de « médiation » apparaissent dans diverses sciences humaines et sociales, notamment en droit, en philosophie, en psychologie, en sciences du langage, en sciences de la communication et en sciences de l’éducation. La pluralité des conceptualisations et la polysémie du terme que l’on repère souvent dans les discours spécialisés sont susceptibles d’entraver l’intercompréhension. Dans un tel scénario, il devient urgent de discerner l’essentiel de la médiation et d’en mettre en lumière les traits conceptuels et linguistiques significatifs, identifiés par des experts. Le colloque vise à vérifier la possibilité de partager une même unité conceptuelle et terminologique à travers le dialogue scientifique interdisciplinaire. Il veut également contribuer à renforcer la médiation en tant que domaine autonome du savoir, disposant d’une ontologie et d’une terminologie de référence.
Argumentaire Le concept et le terme de « médiation » apparaissent dans diverses sciences humaines et sociales, notamment en droit, en philosophie, en psychologie, en sciences du langage, en sciences de la communication et en sciences de l’éducation. La pluralité des conceptualisations et la polysémie du terme que l’on repère souvent dans les discours spécialisés sont susceptibles d’entraver l’intercompréhension. Dans un tel scénario, il devient urgent de discerner l’essentiel de la médiation et d’en mettre en lumière les traits conceptuels et linguistiques significatifs, identifiés par des experts et plus généralement par les parties prenantes.  On en a mesuré l’urgence lors de différents colloques interdisciplinaires organisés à l’Université de Padoue (Autour de la traduction juridique, 2011 ; Pratiques communicatives de la médiation, 2012 ; Médiation et droits linguistiques, 2014 ; Une approche linguistique de la médiation : quelles retombées ?, 2014 ; Acteurs et formes de médiation pour le dialogue interculturel, 2016) et dans d’autres publications scientifiques (voir la bibliographie d’orientation ci-dessous).  Ce colloque, organisé par le Professeur Michele De Gioia dans le cadre de son projet de recherche (Ontoterminologie de la médiation. Une contribution à la médiation et aux nouvelles politiques sociales : BIRD161093/16) financé par l’Université de Padoue, a comme objectif d’amorcer la reconnaissance de l’essentiel de la médiation. Plus précisément, le colloque vise à vérifier la possibilité de partager une même unité conceptuelle et terminologique à travers le dialogue scientifique et la discussion entre experts et professionnels. Il veut également contribuer à renforcer la médiation en tant que domaine autonome du savoir, disposant d’une ontologie et d’une terminologie de référence.  Sur la base d’une confrontation fructueuse entre les connaissances explicitées par des experts d’une communauté scientifique ou professionnelle et les connaissances tirées de textes et de discours spécifiques, le colloque aspire à examiner le concept et le terme « médiation », ainsi que d’autres termes et concepts reliés, dans leurs domaines d’application. Tout en préservant les spécificités de chaque domaine, l’ambition du colloque est de mettre en place un consensus interdisciplinaire autour du concept, permettant de décrire de manière cohérente et uniforme les connaissances, les acteurs, les techniques et les discours de médiation. La mutualisation des conceptualisations pourra faire émerger une ontologie de la médiation où les concepts seront définis et corrélés par des experts et des professionnels. Parallèlement, la confrontation entre les descriptions linguistiques et discursives pourra faciliter l’identification d’une terminologie essentielle.  Les organisateurs du colloque souhaitent la participation d’organismes, d’institutions, de chercheurs, de spécialistes et d’experts oeuvrant dans le domaine des sciences humaines et sociales où ce concept et ce terme sont employés. Cet appel est adressé tout particulièrement à des lexicologues, à des terminologues ainsi qu’à des cognitivistes qui désirent proposer des analyses et des descriptions de ce concept ou de ce terme, ainsi que des traitements ou des modèles de systématisation de données conceptuelles et linguistiques. Les communications peuvent, par exemple :  présenter une réflexion théorique sur le concept de médiation dans l’une des sciences humaines et sociales ;  examiner, dans une perspective interdisciplinaire, les aspects théoriques permettant d’identifier les termes et les concepts partagés par deux ou plusieurs sciences humaines et sociales en matière de médiation ;  partager des réflexions conceptuelles ou terminologiques sur la médiation en qualité d’experts dans des domaines institutionnels, soient-ils locaux, nationaux ou internationaux, et illustrer les protocoles pour parvenir à un consensus concernant l’utilisation de concepts et de termes liés à la médiation ;  examiner un cas concret de situation de médiation à la lumière d’un cadre théorique d’où il est possible de tirer un aspect conceptuel et/ou terminologique crucial pour la définition et la compréhension de la médiation ;  décrire l’usage de termes liés à la médiation dans les domaines du droit, de la philosophie, des sciences de la communication, des sciences du langage, des sciences de l’éducation, à partir de corpus ou de textes spécifiques de ces sciences ;  décrire, dans une perspective interdisciplinaire, l’utilisation des termes liés à des concepts fondamentaux de la médiation sur la base d’analyses comparées de genres textuels dans deux ou plusieurs sciences humaines et sociales ;  présenter des propositions pour la systématisation d’aspects conceptuels (cadre théorique novateur), terminologiques (banques de données, dictionnaires, glossaires, ontologies) et discursifs (schémas discursifs) de la médiation dans une ou plusieurs sciences humaines et sociales ;  illustrer une analyse conversationnelle ou une analyse de discours portant sur des situations de médiation et mettant en évidence des aspects terminologiques et lexicologiques par rapport à un cadre théorique de la médiation dans l’une des sciences humaines et sociales ;  illustrer la portée du concept et du terme médiation au sein de l’Union européenne et son application dans ses États membres, en s’appuyant sur des textes officiels ;  étudier l’émergence de nouvelles formes de médiation par rapport au numérique, afin de comprendre leur apport à l’identification de concepts et de termes essentiels pour la médiation ;  illustrer les résultats préliminaires ou définitifs d’un projet de recherche qui porte sur la médiation dans les domaines du droit, de la philosophie, des sciences de la communication, des sciences du langage, des sciences de l’éducation, et qui souligne les spécificités conceptuelles et terminologiques de la médiation. Modalités de soumission La langue du colloque est le français.  Les propositions de communication, d’environ deux pages (A4, Times New Roman 12, interligne simple, justifié, hors bibliographie), préciseront :  le.s domaine.s ciblé.s (droit, philosophie, psychologie, sciences du langage, sciences de la communication, sciences de l’éducation ou de la formation) ;  la définition du concept de médiation et le cadre théorique de référence en lien avec le.s domaine.s ciblé.s ;  la méthodologie et les données utilisées pour l’étude présentée ;  les résultats préliminaires ou définitifs de l’étude ;  les retombées théoriques et/ou pratiques pour atteindre un consensus interdisciplinaire autour du concept de médiation.  Il faudra indiquer les références bibliographiques sur lesquelles s’appuie la proposition de communication.  Les propositions sont à envoyer au plus tard le 1er octobre 2017 par mail en fichier attaché (format .doc ou .pdf) aux deux adresses suivantes : michele.degioia@unipd.it, mario.marcon@unipd.it  Calendrier  Date limite de soumission : 1er octobre 2017  Notification aux intervenant(e)s : 13 novembre 2017 Dates du colloque : 1-2 mars 2018 Comité scientifique  Frédérique Brin-Henry (Atilf, CNRS/Université de Lorraine) Rute Costa (Universidade Nova de Lisboa) Michele De Gioia (Università degli Studi di Padova) Enrica Galazzi (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano) Serge Garlatti (IMT Atlantique) Alison Gourvès-Hayward (IMT Atlantique) Michèle Guillaume-Hofnung (Université Paris-Sud 11 & Université Paris 2 Panthéon-Assas) John Humbley (Université Paris 7 Paris-Diderot) Emmanuelle Huver (DYNADIV, Université François Rabelais de Tours) Evelyne Jacquey (Atilf, CNRS/Université de Lorraine) Ioannis Kanellos (IMT Atlantique) Laurence Kister (Atilf, CNRS/Université de Lorraine) Danielle Londei (Università degli Studi di Bologna) Joanna Lorilleux (DYNADIV, Université François Rabelais de Tours) Mario Marcon (Atilf, CNRS/Université de Lorraine, Università degli Studi di Padova) Cathy Sablé (IMT Atlantique) Bibliographie d’orientation BEN MRADI Fathi, 2006, « Équité, neutralité, responsabilité. À propos des principes de la médiation », Négociations 5(1), 51-65.  CAUNE Jean, 1999, Pour une éthique de la médiation : le sens des pratiques culturelles, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.  CAUNE Jean, 2006, Culture et communication : convergences théoriques et lieux de médiation, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.  DE GIOIA Michele (éd.), 2014, Pratiques communicatives de la médiation. Actes du colloque international (Padoue 6-7 décembre 2012), Berne, Peter Lang.  DE GIOIA Michele, AGRESTI Giovanni et MARCON Mario (éds), 2016, Études de Linguistique Appliquée, n° 181, Médiation et droits linguistiques. Actes du Colloque international (Université de Padoue, 23 janvier 2014), Paris, Klincksieck / Didier Érudition.  DE GIOIA Michele, GOURVES-HAYWARD Alison et SABLE Cathy (éds), 2017, Acteurs et formes de médiation pour le dialogue interculturel. GLAT Padova 2016. Actes du Colloque international (Université de Padoue, 17-19 mai 2016), Brest, Télécom Bretagne, Institut Mines-Télécom.  DE GIOIA Michele et MARCON Mario, 2014, Mots de médiation. Un lexique bilingue français-italien / Parole di mediazione. Un lessico bilingue francese-italiano, Padoue, Padova University Press.  DE GIOIA Michele et MARCON Mario (éds), 2016, Approches linguistiques de la médiation, Limoges, Lambert-Lucas.  GUILLAUME-HOFNUNG Michèle, 2002, « Le concept de médiation et l’urgence théorique », Les Cahiers du CREMOC 35, 17-25.  GUILLAUME-HOFNUNG Michèle, 2014, « La survie de la médiation et ses impératifs théoriques », in De Gioia M. (éd.), Pratiques communicatives de la médiation. Actes du colloque international (Padoue 6-7 décembre 2012), Berne, Peter Lang, 13-38.  GUILLAUME-HOFNUNG Michèle, 2015 [1995], La Médiation, 7e éd. mise à jour, Paris, Puf (coll. « Que-sais-je ? », 2930).  HUMBLEY John, 2017, « La néologie de la médiation », in De Gioia M., Gourvès-Hayward A. et Sablé C. (éds), Acteurs et formes de médiation pour le dialogue interculturel. GLAT Padova 2016. Actes du Colloque international (Université de Padoue, 17-19 mai 2016), Brest, Télécom Bretagne, Institut Mines-Télécom, 135-144.  LAMIZET Bernard, 1992, La médiation politique, Paris, L’Harmattan.  LAMIZET Bernard, 1999, La médiation culturelle, Paris, L’Harmattan.  NAVARRO Élisabeth, BENAYOUN Jean-Michel et HUMBLEY John, 2016, « Une terminologie de référence pour l’interprétation-médiation », in De Gioia M. et Marcon M. (éds), Approches linguistiques de la médiation, Limoges, Lambert-Lucas, 66-83.  SIX Jean-François, 2001 [1990], Le temps des médiateurs, Paris, Seuil.  SIX Jean-François, 2002, Les médiateurs, Paris, Le Cavalier Bleu.
Nom du contact: 
Mario Marcon
Courriel du contact: 
mario.marcon@unipd.it
Suggéré par: 
Mario Marcon
Courriel: 
mario.marcon@unipd.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
01/10/2017
Ville de l'événement: 
Padova
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
médiation, concept, terme, interdisciplinarité, sciences humaines et sociales, terminologie, corpus

«Embarqué». Une lecture de l’incipit de La chambre bleue de Georges Simenon. Conférence de Jean-Louis Dumortier

Résumé de l'annonce: 
«EMBARQUÉ». Une lecture de l’incipit de La chambre bleue de Georges Simenon, confèrence de Jean Dumortier le 17 mai 2017, Piazza di Campitelli, 3, Sala Capizucchi, à 16 heures.
Jean-Louis Dumortier, professeur ordinaire honoraire de l’Université de Liège, est l’un des plus grands spécialistes de l’oeuvre de l’écrivain belge francophones Georges Simenon. Mercredi 17 mai il tiendra à Rome, au Centre d’Ėtudes Italo-Françaises de l’Université Roma Tre, la conférence intitulée   «EMBARQUÉ». Une lecture de l’incipit de  La chambre bleue de Georges Simenon (Piazza di Campitelli, 3, Sala Capizucchi, à 16 heures) 
Nom du contact: 
Marina Geat
Courriel du contact: 
marina.geat@uniroma3.it
Suggéré par: 
Marina Geat
Courriel: 
marina.geat@uniroma3.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
17/05/2017
Ville de l'événement: 
Rome
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Georges Simenon

Lexicalisation de l’onomastique commerciale. Créer, diffuser, intégrer

Résumé de l'annonce: 
Ce colloque se propose de s’interroger sur les processus de lexicalisation des noms de marque et de produit, sur leurs motivations, ainsi que sur la complexité de leur encadrement sémantique. Dans cette perspective, il entend proposer une réflexion sur la morphologie et sur la sémantique des noms de marques et de produit en tenant compte du système morphosémantique de la langue française, forcément en relation avec d’autres langues, tout aussi bien que d’autres éléments structuraux préexistants.
Programma   25 maggio 2017 Sala delle Conferenze - via Chiatamone 61/62   Ore 9.00 Registrazione   Ore 9.15 Saluti delle autorità   Elda Morlicchio (Rettrice dell’Università degli Studi di Napoli “L’Orientale”) Augusto Guarino (Direttore del Dipartimento di Studi letterari, linguistici e comparati) Jean-Paul Seytre (Console generale di Francia a Napoli e direttore dell’Institut français)   Ore 10.00 Apertura dei lavori Introducono: Jana Altmanova, Gabrielle Le Tallec   Ore 10.30 I Sessione Plenaria Presiede: Enrica Galazzi (Univ. Cattolica del Sacro Cuore, Milano) Karine Berthelot-Guiet (Univ. Paris IV), La marque: hypernéologie et circulations linguistiques John Humbley (Univ. Paris 7, Univ. di Verona), Quand le toponyme devient nom de marque: le naming ou dénomination publicitaire par parrainage Dardo De Vecchi (Kedge business School, France), Les projets d’entreprise ou la vie programmée des dénominations en entreprise   Discussione   Ore 11.45 Pausa caffè   Ore 12.15 I Sessione Parallela   Sala delle Conferenze Presiede: John Humbley (Univ. Paris 7, Univ. di Verona) Xavier Metzger (PSl-EHESS, Paris), Dans les tiroirs du naming: analyse linguistique de la pratique de création de nom de marques et son rapport au lexique Fatima Larbi (Univ. di Chlef), L’onomastique commerciale entre linguistique et marketing: cas des emballages de confiserie en Algérie Oleg Curbatov (Univ. Paris 13), Le Web parfumé et l’Olfactif Knowledge Marketing au service du droit d’enregistrement et d’usage des marques olfactives   Sala Consiliare Presiede: Louis Begioni (Univ. di Roma Tor Vergata) Kaludi Ndondji (Univ. di lubumbashi), Lexicalisation des noms déposés en swahili de Lubumbashi: entre signifié, charge culturelle partagée et représentation prédicative Guylaine Le Guénaff (Univ. Grenoble Alpes), Le discours identitaire autour du nom de marque: le cas du vin dans une province de Toscane Inga Tkemaladze (Univ. di Telavi), La forme et le contenu des slogans publicitaires français et géorgiens   Discussione   Buffet   Ore 15.00 II Sessione Parallela   Sala delle Conferenze Presiede: Federico Corradi (Univ. di Napoli “L’Orientale”) René Corona (Univ. di Messina), Proposition pour un petit inventaire poétique: quand les poètes et les chanteurs font leur marché de marques Claudio Grimaldi, Michele Costagliola d'Abele (Univ. di Napoli “L’Orientale”), « Le Bic, en taule, c’est mon flingue »: les noms de marque pour une écriture au deuxième degré Sarah Pinto (Univ. di Napoli “L’Orientale”), Les noms de marque de vêtements dans le rap français   Sala Consiliare Presiede: Rosa Piro (Univ. di Napoli “L’Orientale”) Naofual El Bakali (Univ. Abdelmalek Essaadi, Tangeri), La traduction des noms de marques automobiles et leurs enjeux linguistiques et culturels: cas du français vers l’arabe Yomna Safwat Salem (Univ. di Ain Chams), Le français, langue des marques commerciales en Égypte Chiara Petruzziello (Univ. di Napoli “L’Orientale”), Marchionimi e translinguismo   Discussione   Ore 16.15 Pausa caffè   Ore 16.45 II Sessione Plenaria Presiede: Danielle Londei (Univ. di Bologna-Forlì) Christine Fèvre-Pernet (Univ. di Reims Champagne-Ardenne), Derrière un kleenex je serais mieux: les noms de marque dans les paroles de chansons Louis Begioni (Univ. di Roma Tor Vergata), La construction des noms propres dans le champ lexical de la « FIDUCIA/ CONFIANCE » en italien et en français Didier Bottineau (Univ. Paris 13), Noms de marques, noms de produits et énaction: l’inscription corporelle et sociale des signifiants   Discussione   Ore 18.00 Chiusura dei lavori   26 maggio 2017 Sala delle Conferenze – via Chiatamone 61/62   Ore 9.30 Apertura lavori   III Sessione Plenaria Presiede: Maria Teresa Zanola (Univ. Cattolica del Sacro Cuore, Milano) Jean-François Sablayrolles (Univ. Paris 13), Groupes, marques, modèles: quelles stratégies (dé)nominatives dans l’industrie automobile française d’après-guerre ? Lorella Sini (Univ. di Pisa), Mise en tension sémiotique de la fonction référentielle des noms de produits Montserrat López Díaz (Univ. Santiago de Compostela), Quand les noms de produit dénomment « mal » François Maniez (Univ. di Lyon 2 Lumière), La lexicalisation des noms de marque dans le domaine des nouvelles technologies en français et en anglais: composition et dérivation   Discussione   Ore 11.00 Pausa caffè   Ore 11.30 III Sessione Parallela   Sala delle Conferenze Presiede: Anna Giaufret (Univ. di Genova) Paolo Frassi (Univ. di Verona), La place de l’adjectif dans les noms de marque Michela Tonti (Univ. di Bologna-Forlì), « Deux “Vache qui rit”, un coup de “Badoit” et ça repart! »: du Dictionnaire de noms de marques courants au corpus Araneum Francogallicum Maius Djazi Inès, Marcelina Bankowska (Univ. Paris 13), Étude onomastique des noms de marques dans le domaine de la mode vestimentaire – degrés de circulation et lexicalisation dans une approche linguistique et socioculturelle   Sala Consiliare Presiede: Jean-François Sablayrolles (Univ. Paris 13) Radka Mudrochova, Dagmar Kolarikova (Univ. Boemia dell’Ovest), Les noms déposés issus du Petit Robert et leurs équivalents en tchèque Amélie Hien (Univ. Laurenziana, Canada), Bernard Kaboré (Univ. Ouaga 1 Pr Joseph Kizerbo), « Dieu » dans les noms de commerce au Burkina Faso: motivations et connotations Lamia Chafi (Univ. Constantine 1), Onomastique agroalimentaire en Algérie: identification et description   Discussione   Buffet   IV Sessione Parallela   Sala delle Conferenze Presiede: Ruggero Druetta (Univ. di Torino) Soufiane Lanseur (Univ. di Bejaia), Les noms de médicaments produits par SAIDAL: approche morphosémantique Maria Francesca Bonadonna (Univ. di Verona), Le nom de marque Chanel du français à l’italien Silvia Domenica Zollo (Univ. di Napoli “Parthenope”), Logiques d’élaboration des noms de marque chez Arkema® et leur transmission dans les médias sociaux   Sala Consiliare Presiede: François Esvan (Univ. di Napoli “L’Orientale”) Jan Lazar, Zuzana Honova (Univ. di Ostrava), La lexicalisation des noms de marque déposée: le cas du tchèque et du français Giovanni Tallarico (Univ. di Verona), Les noms de marque dans le domaine des sports: enjeux lexicologiques, lexicographiques et terminologiques Jugurtha Miloudi (Univ. Akli Mohand Oulhajd di Bouira), Lexicalisation des noms de marque en Algérie: de l’origine à l’originalité   Discussione   Ore 15.15 Pausa caffè   Ore 15.45 V Sessione Parallela   Sala delle Conferenze Presiede: Didier Bottineau (Univ. Paris 13) Ketevan Djachy (Univ. di Siviglia), Lolita Tabuashvili (Univ. di Tbilissi), Les aspects sémantiques des discours publicitaires gastronomiques en français et géorgien Maria Centrella (Univ. di Napoli “L’Orientale”), De quelques noms de marque de l’informatique et des télécommunications: formation et lexicalisation Walid Dekdouk, Adberahim Moussaouer (Univ. Paris 13), De Gazouz Boualem à la Mercedes Kawkawa: les noms de marques et les slogans publicitaires à l'oeuvre en Algérie   Sala Consiliare Presiede: Maria Margherita Mattioda (Univ. di Torino) Belkacem Boumedini (Univ. di Mascara), Nebia Dadoua Hadria (C.R.A.S.C., Oran), Nommer les magasins en Algérie. Ces cultures qui nous viennent d’ailleurs Sergio Piscopo (Univ. di Napoli “Parthenope”), La dénomination commerciale et le cas de la marque « Miko » Virginie Silhouette-Dercourt (Univ. Paris 13), L’onomastique commerciale à l’épreuve de la superdiversité   Discussione   Ore 17.00 IV Sessione Plenaria Presiede: Claudio Vinti (Univ. di Perugia) Gérard Petit (Univ. Paris 13), La lexicalisation des noms de marques déposées, un mirage? Artur Galkowski (Univ. di Łódź), La terminologie de la chrématonymie de marketing: fondements historiques, propositions, discussions, internationalisation Jean-Louis Vaxelaire (Univ. di Namur), Lexicographie des noms de marques et de produits   Discussione   Ore 18.15 Chiusura dei lavori   Organizzazione Jana Altmanova (Univ. di Napoli “L’Orientale”) Gabrielle Le Tallec (Univ. Paris 13 – LDI)   Comitato scientifico Jana Altmanova (Univ. di Napoli “L’Orientale”) Louis Begioni (Univ. di Roma Tor Vergata) Didider Bottineau (Univ. Paris 13, LDI) Maria Centrella (Univ. di Napoli “L’Orientale”) Anne Condamines (Univ. Toulouse-Jean Jaurès) Ruggero Druetta (Univ. di Torino) Christine Fèvre-Pernet (Univ. di Reims Champagne-Ardenne) Anna Giuafret (Univ. di Genova) John Humbley (Univ. Paris 7 Diderot) Gabrielle Le Tallec (Univ. Paris 13, LDI) Maria Margherita Mattioda (Univ. di Torino) Gérard Petit (Univ. Paris 13) Chiara Preite (Univ. di Modena) Micaela Rossi (Univ. di Genova) Jean-François Sablayrolles (Univ. Paris 13, LDI) Lorella Sini (Univ. di Pisa) Maria Teresa Zanola (Univ. Cattolica del Sacro Cuore, Milano)   Segreteria organizzativa Marcelina Bańkowska Serafine Germano Claudio Grimaldi Sergio Piscopo Silvia Domenica Zollo
Nom du contact: 
Jana Altmanova
Courriel du contact: 
lexiconomastique@gmail.com
Suggéré par: 
Jana Altmanova
Courriel: 
lexiconomastique@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
25/05/2017
Date de fin de l'événement: 
26/05/2017
Ville de l'événement: 
Napoli
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
onomastique commerciale

Noms de marque, noms de produit et corpus : un gage de culture?

Résumé de l'annonce: 
La journée d'études "Noms de marque, noms de produit et corpus : un gage de culture?" organisée sous la direction de D. Maldussi, M. Soffritti et Michela Tonti se déroulera à l'Université de Bologne - Département d'Interprétation et de Traduction auprès du Campus de Forlì, via Corridoni, le mercredi 10 mai.
Programme   10h00-10h30 Allocution de bienvenue Prof.ssa Motoko Ueyama (Università di Bologna - Directrice-Adjointe du Département d’Interprétation et Traduction-DIT) Prof.ssa Chiara Elefante (Università di Bologna - Vice-Présidente chargée des ressources humaines) Prof.ssa Danielle Londei(Università di Bologna - Présidente Do.Ri.F Università) Prof.ssa Raffaella Baccolini (Università di Bologna – Responsable de l’Ecole doctorale Traduzione, Interpretazione e Interculturalità)   10h30-11h00 Christine Fèvre-Pernet(Université de Reims Champagne-Ardennes)   « Schèmes de nomination et formats dénominatifs en onomastique commerciale : analyse morphologique d’un corpus de noms de marques et de noms de produits » 11h00-11h30 Jana Altmanova(Università di Napoli "L’Orientale") « Repérage semi-automatique et analyse du degré de lexicalisation de l’onomastique commerciale » 11h30-12h00 Pascaline Faure (Université Pierre et Marie Curie - Paris) « Natesto ®. What else ? Les nouvelles tendances dans la dénomination des médicaments »   14h30-15h00 Rita Temmerman (Vrije Universiteit Brussel) « Jeux de mots trilingues, allusions transculturelles et la "zwanze" dans la création des noms de marque des nouvelles bières artisanales bruxelloises » 15h00-15h30 Christophe Benzitoun (Université de Lorraine - Nancy) « Vers un corpus pour l’étude du français contemporain : le projet ORFEO » 15h30-16h00 Pause café 16h00-16h30 Michela Tonti(Università di Bologna – DIT – Campus di Forlì ) « Qu’en est-il quand nom de marque et nom de produit se superposent dans le flux du discours ? La charge culturelle des blogs de consommateurs » 16h30-17h30 Table ronde   17h30-18h00 Conclusions et clôture de la Journée d’études Prof. Danio Maldussi et Prof. Marcello Soffritti (Università di Bologna – DIT – Campus di Forlì)
Nom du contact: 
Tonti Michela
Courriel du contact: 
michela[point]tonti2[at]unibo[point]it
Adresse postale: 
Università di Bologna, Dip. Interpretazione e Traduzione, Palazzo Montanari, Corso della Repubblica, 136 47121 Forlì (FC)
Suggéré par: 
Michela Tonti
Courriel: 
michela[point]tonti2[at]unibo[point]it
Date de début ou date limite de l'événement: 
10/05/2017
Ville de l'événement: 
47121 Forlì (FC)
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
noms, corpus

L’enseignement – apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens

Résumé de l'annonce: 
Le laboratoire CREM, l'école doctorale Fernand Braudel (Université de Lorraine) et le laboratoire ELLIAD (Université de Bourgogne Franche-Comté) organisent un colloque jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et docteur.e.s ayant soutenu après le 1° septembre 2015) portant sur l’enseignement et l’apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL, en contextes non européens. Les propositions sont attendues pour le 30 avril 2017 au plus tard. Une publication de textes sélectionnés est prévue sur le Carnet des jeunes chercheurs du CREM : https://ajccrem.hypotheses.org/
Université de Lorraine École doctorale Fernand-Braudel Centre de Recherche sur les Médiations (CREM) EA 3476 Équipe Praxitexte Université de Bourgogne Franche-Comté ELLIADD – Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours Pôle Contextes, Langages, Didactiques Réseau IRIS Appel à communication Colloque Jeunes Chercheur.e.s L’enseignement – apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens Metz 28/29 septembre 2017, Salle du Conseil de l’UFR ALL Arts-Lettres-Langues Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) offre ou est censé offrir une base commune à l’élaboration de programmes, d’évaluations, de certifications et de matériels linguistiques. Ce référentiel, qui s’inscrit donc dans le cadre – politique – européen, a pour objectifs, tout d’abord, d’intensifier et de faciliter l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, de promouvoir, ainsi, la mobilité personnelle et professionnelle entre pays membres, de favoriser, enfin, l’intégration de citoyens mobiles dans d’autres environnements linguistiques et culturels de l’Union. Parallèlement, depuis la publication de ce dispositif en 2001, certains pays non européens l’ont adopté ; et ils l’ont fait soit en le reprenant tel quel, soit en adaptant un certain nombre des principes qu’il promeut (Kherra, 2011 ; Sagaz et Ducatel, 2011). Ces politiques et dispositifs d’adoption et/ou adaptation soulèvent des débats, entre autres linguistiques et didactiques, qui en fait ne sont pas nouveaux. Sans vouloir remonter trop loin dans le temps, par exemple aux méthodes traditionnelles ou audio-visuelles, on rappellera qu’il y a environ un quart de siècle, la diffusion massive des approches communicatives dans l’enseignement-apprentissage des langues étrangères a soulevé des problèmes dont par exemple Le Français dans le Monde s’est fait l’écho dans sa livraison « Environnement et enseignement du français » d’août- septembre 1982 (n° 171). Dans cette livraison, Ferenczi posait ainsi la question de l’exterritorialité, qu’il opposait, comme d’autres auteur.e.s de la livraison, à l’environnement, censé « nous attacher à l’univers physique et social, selon les ressources matérielles, les activités humaines et les codes culturels qui caractérisent une aire géographique et politique bien déterminée » (art. cité : 31). Pour autant, Ferenczi concluait, bien avant que l’idée de mondialisation ne se soit répandue: « l’accroissement des relations économiques, la multiplication des échanges humains et des contacts culturels que connaît notre monde moderne, ne sauraient laisser en l’état la didactique des langues toujours avide de renouvellement » (art. cit. : 33). Une vingtaine d’années plus tard, le tournant actionnel des approches communicatives, qui a émergé avec le CECRL, et la large diffusion de ce dernier dans une Europe élargie, comme hors d’elle, ont relancé le débat, et renouvelé les questions ou les problématiques liées à l’environnement ou à la contextualisation, qu’on les aborde des points de vue politique ou didactique. Ce colloque invite ainsi les jeunes chercheur.e.s à revenir et/ou à se pencher sur les enjeux politiques, sociaux, économiques, culturels et didactiques de l’importation (totale ou partielle) du Cadre, ainsi que sur les conditions et les difficultés de l’adoption et de l’application de ses principes ; les jeunes chercheur.e.s pourront s’appuyer sur le fait que nombre de spécialistes s’interrogent sur la standardisation, en proposant des approches diversement contextualisées (Blanchet, 2009 ; Blanchet et Chardenet, 2011 ; Coste, 2007 ; Lefranc, 2008 ; Puren, 2007 ; Springer, 2011). Le colloque recueillera et confrontera diverses contributions suivant trois axes : Adaptabilité/Applicabilité du CECR dans de différents contextes Pourquoi des pays non européens adoptent-ils le CECR ? Et qu’adoptent-ils de celui-ci ?  Le CECR est-il « contextualisable » et quelles sont les limites de cette contextualisation ? Comment utiliser le CECR pour créer des curricula dans des contextes non européens ? Élaboration des manuels dans les pays non européens Quel rôle peut jouer le CECR dans l’élaboration des manuels de FLE dans les pays non européens ? Dans quelle mesure, jusqu’à quel point l’élaboration de manuels en FLE, FLS, FOS, FOU, est-elle inspirée du CECR ? L’approche actionnelle, notamment, y est-elle prise en compte ? Évaluation et certification De quelle manière le CECR est-il reconnu, hors Europe, comme une référence standard pour l’évaluation des compétences linguistiques ? Dans quelle mesure ce standard fonctionne-t-il pour les mobilités entre pays non européens ? Quel est l’impact du standard européen sur les certifications locales en FLE ? Modalités de réponse à l’appel, inscription, publication Les doctorant.e.s et les jeunes docteur.e.s (ayant soutenu après le 1er septembre 2015) en sciences du langage et didactique des langues sont invité.e.s à soumettre une proposition pour une communication de vingt minutes (suivie de dix minutes de discussion) qui sera transmise au plus tard le 30 avril 2017 à jd.praxitexte.crem2017@gmail.com. Les propositions contiendront le nom de leur auteur.e et la mention de son rattachement institutionnel, son adresse mail, un titre et une notice biographique (cinq lignes max.) ; le tout suivi, sur une autre page, d’un résumé de 500 mots ; le résumé ne mentionnera pas le nom de l’auteur.e et sera accompagné de quelques références bibliographiques (sur la même page). Les propositions seront soumises à une double expertise en aveugle qui sera effectuée par les membres du comité scientifique. Les évaluations aux candidatures seront envoyées avant le 30 mai 2017. La participation devra être confirmée, après acceptation, avant le 30 juin. Les inscriptions sans communication également. Les frais de participation s’élèvent à 30 euros. Une publication de textes sélectionnés est prévue sur le Carnet des jeunes chercheurs du CREM : https://ajccrem.hypotheses.org/ Calendrier : Date limite de dépôt d’une proposition de communication : avant le 30 avril 2017. Retour des expertises : avant le 31 mai 2017. Inscription : avant le 30 juin 2017. Déroulement du colloque : 28 et 29 septembre 2017. Comité d’organisation Guy ACHARD-BAYLE (Professeur en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine)  Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine) Hussain BILHAJ (Doctorant à l’Université de Lorraine) Aurora FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine) Faima Zohra FOURAR (Doctorante à l’Université de Lorraine)  Nassira EL HANNOUF (Doctorante à l’UBFC) Sakina EL KHATTABI (Doctorante à l’Université de Lorraine)  Hadria KHELIFI (Doctorante à l’Université de Lorraine)  Naïma MATI (Jeune docteure en SdL de l’UBFC) Feliciano José PEDRO (Doctorant à l’Université de Lorraine) Isabelle RODIN (Jeune docteure en SdL de l’UBFC) Comité d’organisation local : Guy ACHARD-BAYLE, Hussain BILHAJ, Fatima Zohra FOURAR (CREM- Praxitexte, Université de Lorraine). Comité scientifique Driss ABLALI (Professeur à l’Université de Lorraine) Nathalie AUGER (Professeure à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)  Kaouthar BEN ABDALLAH (MCF à l’UBFC) Serge BORG (Professeur à l’UBFC) Filomena CAPUCHO (Professeure à l’Université Catholique Portugaise) Fred DERVIN (Professeur à l’Université d’Helsinki) Mohamed EMBARKI (Professeur à l’Université de Bourgogne & Franche-Comté)  Béatrice FRACCHIOLLA (Professeure à l’Université de Lorraine) Rana KANDEEL (Professeure ass. à l’Université du Yarmouk) Dominique MACAIRE (Professeure à l’Université de Lorraine) Caroline MASSERON (Professeure à l’Université de Lorraine) Irem ONURSAL (Professeure ass. à l’Université Hacettepe, Ankara) Ali TARMAL (Professeur à l’Université Al-Zawiya) Pu ZHIHONG (Professeur à l’Université Sun Yat-sen, Guangzhou/Canton) Références & orientations bibliographiques BLANCHET, Philippe. 2009. « Contextualisation didactique : de quoi parle-t-on ? ». In : Le Français à l'université 2, 2- 3. Disponible sur le site de l’AUF : http://www.bulletin.auf.org/index.php?id=833 [Consulté le 5 février 2017]. CASTELLOTTI, Véronique & NISHIYAMA, Noriyuki Jean (dir.). 2012. « Contextualisation du CERC. Le cas de l’Asie du Sud-Est ». Le Français dans le Monde – Recherches & Applications 50. CONSEIL DE L’EUROPE. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe. COSTE, Daniel. 2007. « Contextualiser les utilisations du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues ». In : Rapport de F. Goulier : Forum Intergouvernemental sur les politiques linguistiques. Strasbourg : Conseil de l’Europe. Disponible à l’adresse : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/SourceForum07/ForumFeb06_%20Report_FR.doc [Consulté le 5 février 2017]. FERENCZI, Victor. 1982. « Motivation et environnement », dans Le Français dans le Monde 171, 31-33.  JEANNOT-FOURCAUD Béatrice, DELCROIX Antoine & POGGI Marie-Paule. 2014. « Introduction » à Contextes, effets de contextes et didactique des langues. Paris : L’Harmattan, 9-36. KHERRA, Nawel. 2011. « L’adaptation du CECRL aux besoins d'étudiants arabophones non spécialistes du français : cas des étudiants de l’école préparatoire d'architecture dans le contexte universitaire algérien ». In : Synergies Europe 6, 85-98. LEFRANC, Yannick. 2008. « Faire avec et contre le CECRL ». In : Évaluation et Cadre européen de référence pour les langues, Sixième journée d’étude organisée par l’Association Régionale de Français Langue Étrangère dans le cadre du Master de Didactique des langues. 15 février 2008. Strasbourg : Université de Strasbourg. Disponible à l’adresse : http://fle.u-strasbg.fr/journeeval/lefranc.htm [Consulté le 14 janvier 2017]. LEFRANC, Yannick. 2014. « Le management enchanteur : gouvernement, technologie et double langage du CECRL ». In : Cahiers du GEPE 6, « Politiques linguistiques en Europe ». Disponible sur le site : http://www.cahiersdugepe.fr/index.php?id=2608 [Consulté le 14 janvier 2017]. Le Français dans le Monde (n° spéc. 171) : « Environnement et enseignement du français », sous la direction de Jacques Cortès et Christian Pellaumail, Août-Septembre 1982. PUREN, Christian. 2007. « Quelques questions impertinentes à propos d'un Cadre Européen Commun de Référence » (Journée des langues de l’IUFM de Lorraine, 9 mai 2007. Disponible sur le site de l’APLV : http://www.aplv- languesmodernes.org/spip.php?article990 [consulté le 14 janvier 2017]. ROSEN, Evelyne. 2006. Le point sur le Cadre européen de références pour les langues, Paris, CLÉ international. SAGAZ, Michel. 2011. « Contextualisation du CECR et pratiques méthodologiques locales : le cas du Japon ». In :Synergies Europe 6, 75-84. SAGAZ, Michel, DUCATEL, Nicolas. 2011. Pourquoi adopter le CECR au Japon ? In : Synergies Europe 6, 153-163. SPRINGER, Claude. 2011. « Le CECR : outil de diversification ou de standardisation ? ». In : Cadre Européen Commun de Référence et Enseignement du Français en Corée, Octobre 2011, Séoul. Disponible à l’adresse : http://springcloogle.blogspot.fr/2011/10/cecr-standardisation-ou-diversification.html [consulté le 14 janvier 2017].
Suggéré par: 
Aurora Fragonara
Courriel: 
jd.praxitexte.crem2017@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/04/2017
Ville de l'événement: 
Metz
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
didactique, FLE, CECRL

Aspects linguistiques et sociolinguistiques du français d´Afrique

Résumé de l'annonce: 
Venerdì 24 febbraio 2017, presso la sede di Villa Mirafiori, si terrà un pomeriggio di studi sul francese africano alla presenza degli studiosi italiani che si occupano di questo ambito di ricerca, tra cui Veronica Busa e Oreste Floquet della Sapienza. Saranno presenti inoltre due prestigiose studiose : Guri Bordal Steien della University of Oslo, Béatrice Akissi Boutin dell'Université de Cocody-Abidjan. L'incontro si propone di analizzare gli aspetti peculiari della lingua francese nell'Africa sub-sahariana, sia dal punto di vista strettamente linguistico, che da quello sociolinguistico. Il pomeriggio di studi si concluderà con un intervento di Adriana Piga, grande esperta internazionale dell'Africa francofona.
Venerdì 24 febbraio 2017, 14.00 Aula V RM 052 - Villa Mirafiori - Via Carlo Fea 2, Roma Coordinamento scientifico: Oreste Floquet Dip. di Studi europei, americani e interculturali T (+39) 06 49917209 oreste.floquet@uniroma1.it
Nom du contact: 
Oreste Floquet
Courriel du contact: 
oreste.floquet@uniroma1.it
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@institutfrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
09/02/2017
Date de fin de l'événement: 
24/02/2017
Ville de l'événement: 
Roma
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
français d'Afrique

Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Peurs anciennes et actuelles / Discourses of and on Europe. About old and new fears

Résumé de l'annonce: 
Appel à communication pour le colloque interdisciplinaire "Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Peurs anciennes et actuelles/Discourses of and on Europe. About old and new fears" qui se déroulera à Turin les 26 et 27 octobre 2017.
A l’initiative du Centro Studi sull’Europa (TO-EU) - Dipartimento di Culture, Politica e Società (Université de Turin), soutenu par l’Observatoire des discours d’Europe (Université de Franche-Comté), l’Université  libre de Bruxelles (Cevipol, Graid et Resic), le Dipartimento di Scienze Economico-Sociali e Matematico-Statistiche – Sez. Lingue Straniere (Université de Turin), le Dipartimento di Lingue e Letterature Straniere e Culture Moderne (Université de Turin), Le Dipartimento di Scienze della Mediazione linguistica e di Studi interculturali de l’Université de Milan). Le thème de la peur et ses liens avec la sphère politique n’est pas nouveau dans les études menées au sein du champ scientifique et il existe déjà de nombreuses analyses qui l’ont abordé à partir d’angles différents. Il suffit de citer les recherches célèbres de Delumeau (1978, 1984…), de Shklar (1989), de Berchtold et de Porret (1994) sans oublier les travaux récents de Robin (2004), de Bucheron et Robin (2015), et de Wodak (2015), par exemple. Il est pourtant clair que ces dernières années l’on assiste à un déploiement important de ce thème, notamment en Europe, où il semble traverser sans cesse le débat public et politique actuel. Des illustrations diverses de peurs collectives sont données à voir avec de plus en plus d’intensité et de fréquences dans les médias. Ces peurs nourrissent notamment des réflexions et des polémiques autour des valeurs européennes, des frontières de l’Europe, ainsi que sur la capacité du projet européen de faire face aux défis de la mondialisation. L’On entend parler ainsi souvent d’une Europe qui est en guerre non seulement à l’extérieur de ses frontières mais aussi à l’intérieur, où des peurs anciennes sont réactualisées (comme la pauvreté, la précarité, la peur de «  l’autre  », l’apparition de nouvelles maladies (SIDA, Ebola), la fin apocalyptique de l’humanité…) tandis que de nouvelles peurs sont pointées du doigt (comme le terrorisme, l’intégrisme religieux, le réchauffement climatique et ses conséquences sur la planète, l’impact de «  progrès techniques  » sur la santé publique (pollutions, OGM, wifi, nucléaire, nanotechnologie), l’ambivalence des genres sexuels,…), ce qui renforce le sentiment général d’insécurité et d’incertitude quant à l’avenir de l’humanité et la possibilité d’instituer des sociétés viables. Plusieurs publications récentes insistent justement sur ces aspects non seulement dans le domaine littéraire et des sciences humaines (Houllebecq, Soumission 2015), mais aussi dans les domaines de l’économie, de la politique et du journalisme (Fürstenberg 2007, Tremonti 2009, Garton Ash & Franceschini 2013). Ce prochain événement scientifique prolonge la réflexion commune que le réseau de l’Observatoire des discours sur l’Europe (http://disceurope.hypotheses.org/) a déjà entamée sur les notions de contre-discours (Besançon, 2013) et de polémique (Bruxelles, 2015). Il vise à élargir le cercle de partage des études sur les productions discursives ainsi que les disciplines représentées : communication politique, économie, histoire (moderne, contemporaine, des idées), journalisme, philosophie, sciences politiques, sociolinguistique, sociologie.  Ce colloque interdisciplinaire entend retracer les mécanismes de production et d’utilisation de la peur, entendue comme un phénomène collectif (Lefebvre 1932, Delumeau 1978), et envisage l’étude du lexique des peurs européennes afin de comprendre quelles sont les transformations et les éléments de continuité des peurs anciennes et nouvelles, ainsi que la transformation de leurs représentations et des imaginaires qui leur sont rattachés. Les propositions se pencheront notamment sur : la présence éventuelle de peurs spécifiques qui sont liées à l’histoire européenne et aux facteurs politiques, religieux et sociaux qui ont joué un rôle fondamental dans la construction de l’Europe contemporaine  ; l’identification des tournants événementiels et/ou discursifs qui ont produit des changements dans les discours, les images et les lexiques de la peur depuis le XVIIIe siècle  dans le contexte européen ; l’étude des mécanismes de production de la peur, ainsi que des façons de la propager, les stratégies énonciatives des acteurs et les contenus qui leur permettent de la circuler et de la répandre  ;  l’analyse de la manière dont les peurs anciennes (entre autres la peur de la mort, la menace des maladies, les craintes liées à la pauvreté ou à l’insécurité, la peur de l’étranger) se sont renouvelées et même renforcées dans le contexte actuel de mondialisation.  Afin de répondre à ces nombreuses questions, nous privilégierons les propositions qui présenteront des études de cas ou de corpus précis depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, dans un cadre général restreint à l’Europe. L’approche diachronique est particulièrement souhaitée. Les méthodologies pourront varier, tout en privilégiant l’analyse du discours, ou mieux les Critical Discourse Studies (van Dijk 2013  : 1), comme approche interprétative qui permet la rencontre interdisciplinaire.     Quelques repères bibliographiques Berchtold, Jacques, Porret, Michel (éds.) (1994). La peur au XVIIIème siècle. Genève: Droz. Breton, Philippe (2000). La Parole manipulée. Paris: La Découverte. Bucheron, Patrick, Robin, Corey (2015), Les exercices de la peur. Usages politique d’une émotion. Lyon  : PUL.  Delumeau, Jean (1978). La peur en Occident (XIVe-XVIIe siècles). Une cité assiégée. Paris  : Fayard. – (1984). Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIIIe-XVIIIe siècles). Paris  : Fayard. Duez, Denis (2008) “L’Europe et les clandestins  : la peur de l’autre comme facteur d’intégration  ?”. Politiques européennes, n°26, pp. 97-119. Fürstenberg, Nina Zu (2007), Chi ha paura di Tariq Ramadan? L’Europa di fronte al riformismo islamico. Venise : Marsilio. Geremek, Bronislaw, Picht, Robert (éds.) (2007). Visions d’Europe. Paris: Odile Jacob. Garton Ash, Timothy, Franceschini, Enrico (2013). Perché diventare europei fa paura ai cittadini dell’Europa? La Repubblica delle idee. Guilhaumou, Jacques (2006). Discours et événement. L’histoire langagière des concepts. Besançon  : PUFC. Micheli, Raphaël (2010). L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français. Paris  : Le Cerf. Plantin, Christian (2011). Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthode pour l’étude du discours émotionné. Berne  : Peter Lang.   Rinn, Michael  (éd.) (2008). Émotions et discours. L’usage des passions dans la langue. Rennes: Presses universitaires de Rennes.  Robin, Corey (2004). Fear. The History of a Political Idea. Oxford  : Oxford University Press. Shklar, Judith N. (1989). The Liberalism of Fear. Cambridge / London  : Harvard University Press.  Tremonti, Giulio (2009). La paura e la speranza. Europa, la crisi globale che si avvicina e la via per superarla. Milan  : Mondadori.  van Dijk, Teun A. (2013). News as Discourse. London: Routledge. Wodak, Ruth (2015). The Politics of Fear. What right-wing populist discourses mean. London  : Sage.   Informations pratiques Lieu : Université de Turin. Campus Luigi Einaudi (CLE) - Via Lungo Dora Siena 100 (Torino); date : 26-27 octobre 2017  Langues de travail : français et anglais   Calendrier Appel à communication : 5 décembre 2016  Retour des projets de communication : 5 mars 2017  Sélection des projets : 15 mai 2017 Retour des textes de communication : 1er octobre 2017    Format du projet de communication 3500-4000 signes (espaces compris) comportant le nom, la discipline, l’Université de rattachement et le courriel du/des auteurs (deux auteurs maximum), le titre de la communication, la description de l’objet de la recherche, la/les méthodes d’analyses mobilisées, la mise en évidence de son inscription dans le thème du colloque, 4-5 textes de bibliographie. Les projets de communication sont à envoyer à toeu@unito.it
Courriel du contact: 
toeu@unito.it
Suggéré par: 
Nancy Murzilli 05/1/2017
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
05/03/2017
Ville de l'événement: 
Turin
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Europe, peur, discours

Repères-Dorif

Contenu de l'annonce: 

Ce numéro a fait l'objet d'une évaluation par les pairs.

Image de l'annonce: 
ISSN format électronique: 
ISSN 2281-3020
Titre du numéro: 
Francophonies européennes : regards historiques et perspectives contemporaines
Catégorie principale: 
Courriel: 
cristina.brancaglion@unimi.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Cristina Brancaglion, Chiara Molinari
Langue: 
Date de mise en ligne: 
Samedi, Novembre 19, 2016
Date de parution: 
Samedi, Novembre 19, 2016
Suggéré par: 
Cristina Brancaglion

Pages

S'abonner à RSS - Sociolinguistique