Vous êtes ici

XIXe siècle

Due giornate per Daniela De Agostini

Résumé de l'annonce: 
A un anno dalla sua morte gli amici e i colleghi di Urbino dedicano a Daniela De Agostini due giornate, per ricordarla e per discutere temi a lei cari, insieme a studiosi delle più varie provenienze, ma tutti legati a lei da una lunga, affettuosa amicizia.
Programma Martedì 4 dicembre 2012 ore 17.00 Saluto della Prof.ssa Anna Teresa Ossani, Preside della Facoltà di Lingue e Letterature Straniere Presiede: Gioia Zaganelli “Mi ricordo di Daniela” la memoria di alcune ex studentesse Presentazione dell’ultimo lavoro di Daniela De Agostini : Introduzione a Le Horla di Maupassant, (Roma, Portaparole). Sarà presente la direttrice della collana Elisabetta Sibilio   Mercoledì 5 dicembre 2012 ore 9.30 Giornata di studio: “Le lettere e le arti” Presiede : Giovanni Bogliolo Mariolina Bertini Balzac, Proust e The lifted veil di George Eliot. Giovanni Bottiroli “Non si racconta impunemente una storia di castrazione”. Il contagio delle identità in Sarrasine. Luca Pietromarchi “Cher Monsieur, Herr Professor” Curtius lettore di Proust. ore 15.00 Presiede: Piero Toffano Paolo Tortonese “C’est le peintre qui a tué la peinture”. Marco Vallora Monsieur Texte. Senza immagini (Sine romanzo). Pietro Montani La forza e la forma. Sala di Lettura - Palazzo Petrangolini Piazza Rinascimento, 7 - Urbino Per informazioni: Segreteria del Dipartimento: Sede: P.zza Rinascimento, 7 Dott.ssa Roberta Ramaioli Tel. 0722/303350 e-mail: lingue@uniurb.it
Courriel du contact: 
lingue@uniurb.it
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
04/12/2012
Date de fin de l'événement: 
05/12/2012
Ville de l'événement: 
Urbino
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
De Agostini, Daniela

Lumières romantiques. L'eredità dei lumi nella letteratura romantica. Convegno internazionale

Résumé de l'annonce: 
Nell'ambito del Dipartimento di Filologia, Letteratura e Linguistica dell'Università di Pisa, il Seminario di Filologia Francese organizza, in collaborazione con l'Ambasciata di Francia in Italie e l'Institut Français de Florence, un convegno internazionale sulla presenza, nella produzione letteraria così detto romantica, di elementi fondanti dell'immaginario letterario e dell'ideologia dei Lumi.
Il convegno si propone non solo e non tanto di indagare la produzione letteraria di passaggio tra Illuminismo e Ottocento, quanto piuttosto di prendere in oggetto la produzione letteraria così detta romantica in senso lato al fine di rintracciare la presenza di elementi fondanti dell’immaginario letterario e dell’ideologia dei Lumi. giovedì 22 novembre ore 9    saluti delle autorità ore 9.30    presiede e introduce Christian Angelet Franco Fiorentino Le paradoxe de Joseph De Maistre Gianni Iotti Lamartine: l’Io e la Storia Damien Zanone Le romantisme de Consuelo, ou la méditation sur les Lumières de George Sand ore 15.30    presiede Benedetta Papasogli André Guyaux Baudelaire dans les “ténèbres” des Lumières Luciano Pellegrini Poesia e gratuità: la retraite nelle Odes et Ballades Olivier Bivort Les écrivains romantiques et la “langue de Voltaire” Paola Cattani Letture romantiche della Passione di Cristo ed eredità illuministica venerdì 23 novembre ore 9    presiede Gianni Iotti Michel Delon Meurtre du mandarin: de Diderot à Balzac Andrea Del Lungo Da Zadig a Vautrin: sul paradigma indiziario in Balzac Hélène de Jacquelot Stendhal e Beccaria Pierre Frantz Benjamin Constant: Wallstein entre lumières et romantisme ore 15 Assemblea dei Soci del Seminario di Filologia Francese Aula Mancini Palazzo Boilleau via Santa Maria 85 Seminario di Filologia francese Dipartimento di Filologia, Letteratura e Linguistica Università di Pisa Institut Français – Firenze COMITATO SCIENTIFICO Michel Delon, Gianni Iotti, Hélène de Jacquelot, Lionello Sozzi COMITATO ORGANIZZATORE Andrea Accardi, Giulia Bullentini, Fabio Libasci, Clio Spucches CONTATTI iotti@rom.unipi.it - h.dejacquelot@rom.unipi.it
Nom du contact: 
Hélène De Jacquelot
Courriel du contact: 
h.dejacquelot@rom.unipi.it
Adresse postale: 
Palazzo Matteucci, piazza Torricelli 2, 56126 Pise
Suggéré par: 
Hélène De Jacquelot
Courriel: 
h.dejacquelot@rom.unipi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
22/11/2012
Date de fin de l'événement: 
23/11/2012
Ville de l'événement: 
Pisa
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Lumières, Romantisme

La littérature en bas-bleus (III)

Résumé de l'annonce: 
Colloque international organisé par les équipes ALITHILA de l’Université Lille 3 et TELEM de l’Université Bordeaux 3, avec le patronage de l’Institut Universitaire de France. Responsables scientifiques : Andrea Del Lungo et Brigitte Louichon
Ce colloque vient compléter un vaste projet de recherche sur la littérature romanesque féminine au XIXe siècle, faisant suite aux deux précédents colloques sur « La littérature en bas-bleus », organisés à Toulouse (mars 2009, sur la période 1815-1848) et Bordeaux (mai 2011, sur la période 1848-1870)[1]. Notre travail collectif a permis d’analyser l’émergence de la figure nouvelle de la femme écrivain, ainsi que de réévaluer la foisonnante production des « bas-bleus », largement oubliée de nos jours, et déjà dépréciée à cette époque de consécration du genre romanesque. Il s’agira, dans le cadre de ce troisième colloque, de poursuivre l’analyse d’un tel phénomène littéraire et socioculturel, et de contribuer ainsi à une histoire genrée du roman, se focalisant cette fois sur la période entre 1870 et 1914, moment d’essor du mouvement suffragiste et de création des premiers syndicats féminins, dont les revendications ne seront que très lentement reçues au sein de la société française (loi Ferry sur l’enseignement primaire, 1881, loi Naquet sur le divorce pour faute, 1884). Le champ littéraire témoigne également, en dépit de la démocratisation du genre romanesque, d’une tension visant à condamner le droit des femmes à l’écriture, voire à exorciser la figure de la femme auteur : le réquisitoire que publie Barbey d’Aurevilly contre les bas-bleus, en 1877, est le signe que ces questions restent d’actualité, et qu’elles parcourent la réflexion littéraire de la fin du siècle. À l’époque du triomphe du naturalisme, mais aussi d’une « crise du roman » qui met précisément en question les modèles inspirés du réalisme, contribuant à la recherche de nouvelles formes (roman psychologique, roman décadent), qui sont les romancières ? Quel est leur apport à ces élaborations formelles ? Quels sont leur place et leur statut, par rapport notamment aux revendications des mouvements féministes ? Quels sont les publics visés ? Les propositions de communication pourront s’inscrire dans les axes suivants : Dans la continuité des deux premiers colloques, il s’agit de poursuivre la mise au jour de ce pan oublié de l’histoire littéraire. Nombreuses sont en effet les romancières dont nous ignorons tout ou presque. Il est nécessaire de mener à bien ce travail afin de proposer une histoire de la littérature en phase avec la réalité des archives qui sont à notre disposition. L’analyse des œuvres en lien avec celle des conditions de production de la littérature romanesque permettra de cartographier le champ littéraire romanesque en tenant compte du poids de la presse et de l’émergence de littératures dédiées à des publics spécifiques. On donnera ainsi toute sa place aux études des genres romanesques didactiques et plus particulièrement à la littérature de jeunesse. À la suite des travaux d’Ellen Constans, on s’intéressera aux « ouvrières des lettres ».Les études d’ordre poétique pourront observer les multiples formes et les différents genres que propose l’écriture féminine, à une époque qui inaugure le clivage entre littérature de masse et littérature d’élite, où l’on assiste au succès du roman populaire, mais aussi à l’élaboration de formes avant-gardistes. Les études d’ordre sociologique permettront d’observer comment le roman féminin participe du déchiffrement de la société et de la connaissance d’une réalité historique ; ou de quelles manières il donne une vision idéologique de celles-ci, qu’elle relève ou non d’un point de vue genré. La réflexion sur la réception des œuvres permettra de poser la question des lectorats et du jugement de valeur et de s’interroger donc, dans une perspective de sociologie de la lecture, sur les raisons du succès, à l’époque, et de l’oubli successifs de l’œuvre de plusieurs romancières. Les propositions d’intervention (titre et projet très synthétique) doivent être envoyés à Andrea Del Lungo (adellungo@free.fr, ou par courrier postal 3 place du Tertre, 75018 Paris) et à Brigitte Louichon (brigitte.louichon@wanadoo.fr) avant le 30 novembre 2012.  [1]Les actes du premier colloque ont été publiés sous le titre La Littérature en bas-bleus. Romancières sous la Restauration et la Monarchie de Juillet (Paris, Classiques Garnier, 2010) ; les actes du second colloque sont sous presse, chez le même éditeur.
Nom du contact: 
Andrea Del Lungo
Courriel du contact: 
adellungo@free.fr
Adresse postale: 
Université de Lille 3 - Maison de la Recherche Salle des Colloques
Suggéré par: 
Andrea Del Lungo
Courriel: 
adellungo@free.fr
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/11/2012
Ville de l'événement: 
Lille (France)
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
colloque international, littérature romanesque, liitérature

Revue Verlaine, numéro 11

Résumé de l'annonce: 
A l'occasion de la publication du onzième numéro de la Revue Verlaine, à paraître aux éditions Classiques Garnier, la rédaction lance un appel à contribution à tous les chercheurs intéressés par Verlaine et son oeuvre.
La Revue Verlaine réunit des articles représentatifs de différents horizons critiques (linguistique, métrique, esthétique, pragmatique, génétique, historique…). Elle vise à inscrire le poète dans son époque et à interroger les diverses facettes de sa création, tout en reflétant l’actualité des études verlainiennes à l’échelle internationale. Toutes les propositions d’articles en français susceptibles d’enrichir la connaissance de l’oeuvre seront prises en compte. Le choix du sujet étant libre, la sélection sera motivée par la qualité scientifique des contributions. Les propositions (avec résumé d’une dizaine de lignes) devront être adressées aux rédacteurs en chef de la revue pour le 13 juillet 2012 (RevueVerlaine@gmail.com). Les articles, d’une longueur de 30 000 à 45 000 signes environ, seront à remettre pour le 30 avril 2013. La publication du volume est prévue pour la rentrée 2013. A partir de cette date, la revue paraîtra avec une périodicité annuelle, selon le calendrier établi pour ce numéro 11. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter la rédaction par mail à l’adresse de la revue.   Solenn Dupas, Yann Frémy et Seth Whidden Rédacteurs en chef de la Revue Verlaine Contact : RevueVerlaine@gmail.com
Nom du contact: 
Revue Verlaine
Courriel du contact: 
RevueVerlaine@gmail.com
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancymurzilli@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
13/07/2012
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
revue Varlaine,

"C'è del metodo in questa follia. L'irrazionale nella letteratura romantica

Résumé de l'annonce: 
Colloquio malatestiano dal titolo "C'è del metodo in questa follia. L'irrazionale nella letteratura romantica", che avrà luogo a Santarcangelo di Romagna nei giorni 25 e 26 maggio 2012.
25-26 Maggio 2012 Colloqui Malatestiani Rocca Malatestiana – Santarcangelo di Romagna a cura di Paolo Amalfitano, Francesco Fiorentino, Loretta Innocenti, Paolo Tortonese Il Colloquio è realizzato con la collaborazione e il contributo del Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle de la Sorbonne Nouvelle www.crp19.org Venerdì 25 maggio 15h30 - Apertura dei lavori Marina Colonna Presidente dell'Associazione Presiede e introduce Paolo Tortonese Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Relazioni Peter Brooks Princeton University L'ultima lettura di Freud, o patologia della vita quotidiana Paolo D'Angelo Università di Roma Tre Hegel e i Romantici: razionalismo versus irrazionalismo? Loretta Innocenti Università Ca' Foscari di Venezia «Ancestral voices»: falsi settecenteschi e poesia romantica Didier Philippot Université de Paris III - Sorbonne nouvelle Fantastique, soupçon et désenchantement Discussione Sabato 26 maggio 9h30 - Presiede e introduce Pier Vincenzo Mengaldo Università di Padova Relazioni Francesco Spandri Università di Roma Tre L'azzardo romantico di Stendhal Enrica Villari Università Ca' Foscari di Venezia Emozioni e conoscenza: Scott e la genesi del romanzo storico Jean-Louis Backès Université de Paris IV - Sorbonne L'Homère des romantiques: prélogique ou irrationnel? Discussione 16h - Presiede e introduce Diego Saglia Università di Parma Relazioni Roberto Gilodi Università di Torino Il comportamento irrazionale nel romanzo tedesco tra Settecento e Ottocento Franco D'Intino Università di Roma "La Sapienza" Leopardi: una riflessione non riflettuta Jerome McGann University of Virginia Reason, Irrationality and Romanticism: Three Exemplary Tales Discussione   Responsabile : Associazione Sigismondo Malatesta Sito : http://www.sigismondomalatesta.it Indirizzo : Rocca Malatestianavia Rocca Malatestiana, 4I-47822 Santarcangelo di RomagnaRimini, Italytel. e fax +39 0541 620832
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli/at/unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
25/05/2012
Date de fin de l'événement: 
26/05/2012
Ville de l'événement: 
Santarcangelo di Romagna
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
metodo, follia, irrazionalità, letteratura
Site web de référence: 
http://www.sigismondomalatesta.it

La représentation de l'argent dans le roman français du XIXe siècle

Résumé de l'annonce: 
Il convegno "La représentation de l'argent dans le roman français du XIXe siècle", si terrà a Roma dal 10 all'11 maggio 2012.
La forme romanesque et la thématique financière auraient-elles vocation à faire cause commune, à se liguer ensemble en vertu d’une coalescence fondamentale dont il faudrait explorer les raisons ? L’âge d’or du roman, le XIXe siècle, est là pour répondre à cette question. En France, cette vocation du roman et de l’argent à s’unir étroitement l’un à l’autre par le pouvoir d’une attirance réciproque vient de loin – il suffit de penser à Gil Blas et au Paysan Parvenu –, mais c’est au XIXe siècle qu’elle s’est exprimée d’une manière prodigieusement multiforme. De Stendhal à Zola, en passant par Balzac et Flaubert, les romanciers n’ont pas cessé d’enregistrer les convulsions caractéristiques d’une époque où les formes immatérielles de l’argent jouent un rôle de plus en plus marqué. Il semble essentiel de s’interroger sur les modes d’accomplissement et sur les effets de cette inscription de l’économique dans le romanesque. Quelle est la part de distorsion et de fantasme qui intervient dans la représentation de l’argent ? Quelle est la portée de cette auscultation oblique du réel ? « L’expression littéraire », écrit Pierre Barbéris à propos de l’influence décisive qu’exercent les questions d’intérêt dans La Comédie humaine, « confère toujours à un problème une virulence neuve. Passant de l’expérience diffuse au concept cerné par le style, on avance sur le chemin de la prise de conscience. L’ écrivain, ici, fait plus qu’enregistrer ou refléter. Il devance » (Balzac et le mal du siècle). On conçoit donc que le véritable enjeu d’une réflexion critique en matière d’argent romanesque n’est pas tant de découvrir ce que les romanciers du XIXe siècle nous apprennent sur l’économie, mais consiste bien à dégager à travers le roman la fonction propre que l’argent est appelé à remplir dans l’élaboration d’une vision problématique de la société actuelle. Programme Premier jour Première Session (10 mai, 14h30) Faculté des Sciences Politiques Université de Rome III Salutations du Doyen - Professeur Francesco GUIDA Salutations du Professeur Emilia FIANDRA pour le département d’Études Internationales • Francesco SPANDRI (Université de Rome III) : Genèse et évolution de l’argent romanesque Pause • Paolo TORTONESE (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) : Amour-propre et intérêt : deux visages de l’égoïsme • Éric BORDAS (École Normale Supérieure de Lyon) : La langue de l’argent dans le roman Deuxième jour   Deuxième Session (11 mai, 9h30) Fondazione Primoli • Maria Luisa MANISCALCO (Université de Rome III) : Transformations sociales et naissance de l’argent • François VATIN (Université de Paris X Nanterre) : La genèse littéraire de la critique sociale de l’économie politique : l’écriture du coeur d’Eugène Buret (1811-1842) Pause • Annamaria LASERRA (Université de Salerne) De l’être et de l’avoir : la question de l’argent dans l’expérience du dandysme • Valerio CORDINER (Université La Sapienza) : L’Argent à leurs figures. La Troisième République sous l’oeil de Barrès Troisième Session (11 mai, 14h30) Fondazione Primoli • François VANOOSTHUYSE (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) : L’argent dans “Le Comte de Monte-Cristo” • Luca PIETROMARCHI (Université de Rome III) : Flaubert : L’Économie Sentimentale • Pierre GLAUDES (Université Paris-Sorbonne [Paris IV]) : Argent, récit et parabole dans l’oeuvre de Léon Bloy : l’exemple de “La Religion de M. Pleur”   Lieu : Faculté des Sciences Politiques Université de Rome III Via Gabriello Chiabrera, 199 00145 Roma Fondazione Primoli Via Zanardelli, 1 00186 Roma Responsables scientifiques : Francesco Spandri (Université de Rome III) et Paolo Tortonese (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
10/05/2012
Date de fin de l'événement: 
11/05/2012
Ville de l'événement: 
Roma
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
argent, roman français, XIX siècle

"Le Livre de Monelle" (Spicilège – Cahiers Marcel Schwob)

Résumé de l'annonce: 
Appel à contribution pour le numéro 5 de la revue Spicilège – Cahiers Marcel Schwob.
Spicilège – Cahiers Marcel Schwob rassemble annuellement des documents, des inédits, ainsi que des études d’universitaires et d’amateurs, français et étrangers, visant à éclairer de façon plurielle l’oeuvre de Marcel Schwob (1867-1905), ses relations à ses contemporains, sa réception en tous lieux, ses résonances intertextuelles et artistiques. Le cinquième numéro de Spicilège (parution automne 2012) sera centré sur Le Livre de Monelle (1894). Cette oeuvre, qui a eu un grand retentissement à l’époque, qui a fasciné André Breton, est un texte hybride et atypique qui continue à questionner les lecteurs contemporains. Les articles pourront analyser la poétique particulière de l’ouvrage, la philosophie des « Paroles de Monelle », revenir sur son rapport aux Nourritures terrestres de Gide, étudier sa réception au XXe siècle en France et à l’étranger, les traductions du Livre de Monelle… Ces pistes ne sont pas exhaustives. Comité scientifique : Christian Berg, Bruno Fabre, Monique Jutrin, Agnès Lhermitte, Jean-Louis Meunier. Les propositions seront reçues jusqu’au 15 février. Les textes seront rendus pour le 1er juin 2012. Ils ne dépasseront pas 25 000 signes. Contact : societe.marcel.schwob@gmail.com Responsable : Société Marcel Schwob Url de référence : http://www.marcel-schwob.org Adresse : SOCIETE MARCEL SCHWOB80 rue Jean-Pierre Timbaud75011 PARIS
Nom du contact: 
Société Marcel Schwob
Courriel du contact: 
societe.marcel.schwob@gmail.com
Adresse postale: 
SOCIETE MARCEL SCHWOB80 rue Jean-Pierre Timbaud75011 PARIS
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancymurzilli@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/02/2012
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
revue Spcilège, Cahiers Marcel Schwob
Site web de référence: 
http://www.marcel-schwob.org

L’idée de littérature à l’épreuve des arts populaires (1870-1945)

Résumé de l'annonce: 
Appel à contribution pour le colloque "L’idée de littérature à l’épreuve des arts populaires (1870-1945)", Projet ANR HIDIL (Université Paris Sorbonne) Histoire de l’idée de littérature, qui se déroulera à l'Universite Paris-Est Marne-la-Vallée les 13-14-15 juin 2012.
A l’encontre de la littérature pure, idéal qui fut porté pendant plus d’un demi-siècle par les générations des écrivains post-romantiques, symbolistes ou issus du symbolisme et qui a fait l’objet d’un colloque international organisé à Florence en septembre 2011, s’édifie une littérature, a priori moins pure, qui puise dans des formes artistiques considérées comme populaires : le feuilleton, l’almanach, le roman policier, le roman d’aventures, le roman colonial, le conte bleu, la bande dessinée, la chanson, le mélodrame, l’opérette, le jazz, le cirque, le carnaval, la pantomime, le music-hall, la littérature destinée à vulgariser les savoirs, la littérature scolaire… Bien des auteurs empruntent à ces littératures et ces pratiques populaires, Materlinck, Jarry, Apollinaire et ses héritiers, Mac Orlan par exemple, Péguy, Claudel, les avant-gardes, Colette, Cocteau. Bien des auteurs participent à la reconnaissance d’une littérature populaire, qui puise dans les traditions et les arts populaires son inspiration et son matériau. Que l’on songe aux écrivains de la terre, Giono, Pourrat, Ramuz, ou à la littérature nationale produite pendant la Première Guerre mondiale, ou à la littérature régionaliste, ou à la littérature scolaire destinée au public des écoles communales. On le voit, ce n’est pas tant la notion de littérature qui pose ici problème que l’épithète de populaire, qui recouvre autant la notion de peuple, héritée de la pensée romantique, repensée par les socialismes et le marxisme, que celle de nation, issue de la Révolution française ou encore celle de communauté, régionale, ethnique, religieuse, scolaire… Et cette culture populaire recoupe les pratiques propres à un groupe, le folklore, des arts pensés comme premiers ou originels, des esthétiques qui privilégient l’effet intense, le pathétique, l’émotionnel, le larmoyant. On mesurera bien l’empan du champ littéraire couvert par la notion en opposant, de 1870 à 1945, deux références aux arts populaires : Jarry, Claudel, Apollinaire, font de la marionnette l’acteur idéal de leur théâtre ; Roger Caillois fait du roman policier, en 1942, l’exemple même du romanesque, construit contre l’œuvre de Valéry qui représente la littérature d’esprit. Dans l’écriture, ce métissage bouscule les frontières et les hiérarchies, artistiques, esthétiques, génériques. Dans la mise en scène, il bouleverse la hiérarchie des spectacles. Dans le cadre d’une sociologie des littératures, il conteste l’élitisme intellectuel et social souvent associé à l’idée convenue de littérature. Dans la géographie littéraire, réelle ou symbolique, il défait les centres reconnus, institution, ville, nation, d’une autorité jusqu’alors incontestée : le populaire, dans ses multiples acceptions, c’est l’autre, non l’autre d’une alternative, mais la différence radicale et parfois irréductible. Dans le discours critique enfin, on pourrait mesurer la place occupée, dans la critique dramatique, par les arts populaires, ou l’introduction progressive de références aux écritures populaires dans la pensée de la littérature, par exemple par le collège de sociologie. A ce titre, la littérature populaire s’avère un observatoire privilégié des mutations esthétiques, poétiques, spectaculaires qui travaillent l’idée de littérature impure de 1870 à la Seconde Guerre mondiale. Le champ est immense. Ouvert aux monographies ou aux communications couvrant de larges corpus (un mouvement, un genre, un metteur en scène, un théâtre …), le colloque aura pour objectif d’étudier : -le transfert de formes populaires (écrits, arts, traditions) dans la littérature de 1870 à 1945 ; -les effets esthétiques et poétiques de ces transferts ; -les bouleversements des canons littéraires provoqués par ces transferts ; -la relation établie avec le public, de la complicité à la provocation ; -la part faite à cette culture populaire, dans le discours critique de 1870 à 1945. Les propositions de communication doivent être faites au plus tard le 15 février  2012 et adressées à pascale.alexandre@wanadoo.fr.
Courriel du contact: 
pascale.alexandre@wanadoo.fr.
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancymurzilli@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/02/2012
Ville de l'événement: 
Paris
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
littérature, épreuve, arts populaires

Paul Valéry Architetto

Contenu de l'annonce: 

Nell’opera di Paul Valéry, l’architettura ha una duplice centralità. Da un lato, rappresenta la metafora più convincente della logica costruttiva e della chiarezza ideale che devono guidare la riflessione sull’esistenza. Dall’altro lato, è quell’arte eccelsa che accoglie e custodisce il corpo...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Sous-catégories: 
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
ISBN: 
978-88-16-41118-0
Stefano Vidili
Éditeur: 
Jaca Book
Lieu de parution: 
Milano
Date de parution: 
Mercredi, Novembre 30, 2011
Langue: 
Italiano

Médias 19

Contenu de l'annonce: 

Nous avons le plaisir d'annoncer le lancement du site Médias 19, consacré à l'étude de la culture médiatique au 19e siècle et en tout premier lieu au journalisme. Le site propose la réédition annotée de textes d'époque, de corpus d'articles, de fictions ou d'essais, qui...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Stefano Vidili
Mots-clés: 
Presse francophone
URL du site: 
http://www.medias19.org

Pages

S'abonner à RSS - XIXe siècle