Vous êtes ici

XXIe siècle

Colloque Formes et (en)jeux de l’intermédialité dans l’espace européen

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Le colloque Formes et (en)jeux de l’intermédialité dans l’espace européen propose un tour d'horizon épistémologique de l'intermédialité.
Le colloque Formes et (en)jeux de l’intermédialité dans l’espace européen propose un tour d'horizon épistémologique de l'intermédialité. Située dans un « entre-deux » tant méthodologique que disciplinaire – car naviguant en permanence entre systèmes de signes, arts et médias –, la réflexion sur l'intermédialité peut s’organiser selon deux axes principaux : mise(s) en relation intermédiales : le passage du mot à l’image (fixe et/ou mobile) et inversement et mise(s) en scène intermédiales : de l’idéal du Gesamtkunstwerk aux performances contemporaines. Le colloque se tiendra à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne les 27 et 28 septembre 2017.  Voir programme ci-dessous.
Nom du contact: 
Patricia Viallet & Emmanuel Marigno
Courriel du contact: 
viallet.patricia@orange.fr, emmanuel.marigno@univ-st-etienne.fr
Suggéré par: 
elisa bricco
Courriel: 
Elisa.bricco@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
27/09/2017
Date de fin de l'événement: 
28/09/2017
Ville de l'événement: 
Université Jean Monnet Saint-Etienne
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Intermedialità, letteratura, cinema, fumetto, fotografia, danza, musica

Itinéraires. Littérature, textes, cultures

Contenu de l'annonce: 

Ce numéro propose des interrogations concernant les représentations contemporaines des banlieues et des espaces périurbains. Si, à l’origine, la « banlieue » désigne un espace géographique et administratif, il renvoie toutefois depuis longtemps à son usage métaphorique comme « inscription...

Image de l'annonce: 
Titre du numéro: 
« Banlieues » : entre imaginaires et expériences
Catégorie principale: 
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Elisa Bricco, Serena Cello, Catherine Douzou, Nancy Murzilli (dir.)
Langue: 
Date de mise en ligne: 
Jeudi, Juillet 20, 2017
Date de parution: 
Jeudi, Juillet 20, 2017
Suggéré par: 
Nancy Murzilli

Discordances, dissonances, dissemblances. La prose entre arts et sciences au XXIème siècle

Contenu de l'annonce: 

Ce volume collectif s’interroge sur la possibilité que discordances, dissonances, dissemblances, autant de fêlures issues du croisement, aujourd’hui de plus en plus manifeste, entre la littérature et d’autres domaines – arts, sciences sociales, parfois même sciences exactes – puissent se faire...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Groupe de Recherche sur l'Extrême Contemporain
Courriel: 
valeria.gramigna@uniba.it
ISBN: 
9788822922014
Collection: 
Ultracontemporanea
Anonyme
Éditeur: 
Quodlibet
Lieu de parution: 
Macerata
Date de parution: 
Mercredi, Février 14, 2024
Date de mise en ligne: 
Mercredi, Février 14, 2024
URL: 
https://www.quodlibet.it
Langue: 
Francese
Mots-clés: 
discordances, dissonances, dissemblances, écriture contemporaine, arts et sciences

Le geste chez Jean-Philippe Toussaint

Colloque international coorganisé par Maria Giovanna Petrillo, Margareth Amatulli et Christophe Meurée

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Les contributions pourront se pencher sur toutes les œuvres de Toussaint : les livres, le cinéma, les photographies, les installations et les entreprises muséales. Tous les champs théoriques (sociologie, anthropologie, philosophie, psychanalyse, linguistique, etc.) pourront également être mobilisés, afin de couvrir les axes de réflexion suivants :Le quotidien et l’événement; Le toucher et la sensualité; L’urgence et la patience; La temporalité du geste; Le lien de la main au regard; Le rapport aux autres artistes (cinéastes, peintres et écrivains); Le geste et l’instrument; La pratique du montage; Le rapport à la photographie, au dessin et au cinéma; La posture auctoriale; L’exposition des archives; L’environnement matériel de l’écrivain (le bureau, l’ordinateur, etc.).
« Le geste chez Jean-Philippe Toussaint » Colloque international coorganisé par Maria Giovanna Petrillo, Margareth Amatulli et Christophe Meurée Naples, Université Parthénope, 10-11 octobre 2024 Éteindre la télévision ; sortir de la salle de bain ; pénétrer par effraction dans une villa déserte ; piquer une olive de la pointe de la fourchette ; lancer une fléchette sur le front d’une femme ; verser de l’acide sur une fleur ; s’élancer sur la glace d’une patinoire ; tirer aux boules pour remporter un concours ; asséner un coup de boule à l’adversaire ; fuir ; faire l’amour ; entrer dans l’atelier ; prendre des photos sans regarder l’objectif ; déplacer une pièce sur l’échiquier ; écrire. Le geste, qu’il soit esquissé par le personnage ou par l’auteur lui-même, occupe une place centrale dans l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint. Multimodale et foisonnante, cette œuvre ne présente pas seulement des gestes marquants entre lesquels se tisse une narration exigeante, elle donne à voir son propre geste de création et tend toujours davantage vers une autoréflexivité qui constitue un autre type de geste : « La production de l’œuvre est aussi son analyse, les gestes sont indissociables » (Claire Olivier). C’est donc à ces trois volets complémentaires (et sans doute indissociables) du travail de Jean-Philippe Toussaint que ce colloque va se confronter. Le geste est à entendre d’abord comme un usage du corps, parfois associé à un instrument technique (Agamben, Flusser, Guérin, Stiegler), susceptible de révéler une intention ou un état d’esprit ; il est donc à penser comme un facteur d’expressivité. Sa valeur performative l’inscrit dans « le présent de l’agir » ; le geste est un « acte tissé dans le plein du réel » et constitue toujours un événement (Ricœur). Cet événement se donne souvent, dans l’œuvre de Toussaint, comme une façon de se réinscrire dans la présence du présent (pensons à Made in China ou à L’Échiquier, par exemple). « Le sens du geste […] se confond avec la structure du monde que le geste dessine » (Merleau-Ponty). S’il est un moment isolé dans le temps, le geste littéraire est décomposé et rendu à sa fraîcheur d’événement, et ce même lorsqu’il est dilué dans l’itération du quotidien : « Je revois très bien le geste que j’ai accompli alors, un geste très simple, très souple, mille fois répété, mon bras qui s’allonge et qui appuie sur le bouton, l’image qui implose et disparaît de l’écran » (La Télévision). Le geste constitue le plus souvent un point d’orgue des récits et peut-être plus encore lorsqu’il défie l’explication rationnelle ou logique. Sa valeur narrative, au sein d’une œuvre que l’on a longtemps qualifiée de minimaliste avant que l’auteur lui-même ne la requalifie en infinitésimaliste, est considérable, tant il concentre par moments toute la tension narrative (Baroni), à l’image du geste toujours reporté du jet d’acide dans Faire l’amour. Au geste correspond aussi l’immobilité, cultivée par les narrateurs toussanctiens et par Toussaint lui-même, car le geste est toujours déjà commencé et commençant, dans cette « ambiguïté inchoative-fréquentative », cette « finalité sans fin incarnée », que repère Guérin. L’absence de geste renvoie à la patience du joueur d’échecs autant que son exécution peut répondre à un sentiment d’urgence, comme les photographies prises à la hâte par le narrateur de L’Appareil-photo ou le coup de boule dans La Mélancolie de Zidane. Au fil de ses œuvres, à quelque champ esthétique qu’elles appartiennent, Toussaint n’interroge pas seulement la portée phénoménologique du geste, il cherche également à en capter la portée ontologique, dans la mesure où le geste s’avère potentiellement « changement de lieu ontologique » (Flusser). « Tout geste est ensemble foncièrement physique et éminemment métaphysique » (Guérin). Chez Toussaint, le geste est pensé comme intensément « symbolique, intime et personnel » (L’Échiquier). Son exercice procède d’une tentative d’entrer en harmonie avec la réalité, d’orchestrer « la fusion de l’œil et de la main, du geste et du monde », à l’instar de Marie au sein de la tétralogie M.M.M.M. (Nue). Indissociable de la pratique artistique, le geste toussanctien est empreint de sensualité, qui semble aussi bien convenir aux peintres qu’aux écrivains, à l’instar du jugement de l’auteur de La Salle de bain sur Nabokov : « C’est la souplesse, la ductilité de son trait de plume, c’est la précision de sa touche, pour souligner un détail, faire vivre un reflet de lumière sur le velouté d’une épaule, chatoyer une couleur, briller un rayon de soleil sur le pare-brise d’une voiture ou dans les lunettes d’un personnage, dans lequel on aperçoit soudain, en reflet, avec un frisson d’incrédulité, la tête chauve de l’auteur – qui vous fait un clin d’œil. » (L’Échiquier). L’écrivain, le peintre, le photographe, l’artiste use du geste pour entrer en communication avec l’autre autant qu’avec le monde. Comme le signale Merleau-Ponty, le geste induit la nécessité d’une compréhension réciproque entre les êtres : « Le geste dont je suis le témoin désigne en pointillé un objet intentionnel. Cet objet devient actuel et il est pleinement compris lorsque les pouvoirs de mon corps s’ajustent à lui et le recouvrent » (Phénoménologie de la perception). En ce sens, l’écriture, « entre tous le geste noble » et « le plus mental de tous nos gestes » (Guérin), crée une forme de dissidence vis-à-vis du monde, sur laquelle Toussaint ne cesse de revenir, qu’il convient d’interroger. En tant que créateur, l’écrivain belge demeure cependant soucieux de maintenir « le fil ténu qui [le] relie encore au monde » (Football) et à l’autre. Les contributions pourront se pencher sur toutes les œuvres de Toussaint : les livres, le cinéma, les photographies, les installations et les entreprises muséales. Tous les champs théoriques (sociologie, anthropologie, philosophie, psychanalyse, linguistique, etc.) pourront également être mobilisés, afin de couvrir les axes de réflexion suivants : · Le quotidien et l’événement · Le toucher et la sensualité · L’urgence et la patience · La temporalité du geste · Le lien de la main au regard · Le rapport aux autres artistes (cinéastes, peintres et écrivains) · Le geste et l’instrument · La pratique du montage · Le rapport à la photographie, au dessin et au cinéma · La posture auctoriale · L’exposition des archives · L’environnement matériel de l’écrivain (le bureau, l’ordinateur, etc.) — Les propositions de communication (maximum 1000 caractères ou 150 mots) sont à adresser conjointement à Margareth Amatulli (margherita.amatulli@uniurb.it), à Maria Giovanna Petrillo (magi.petrillo@uniparthenope.it) et à Christophe Meurée (christophe.meuree@aml-cfwb.be) pour le lundi 26 février 2024 au plus tard (une réponse sera fournie dans les six semaines qui suivent). Les frais de voyage et de séjour seront à la charge des participants. Comité scientifique : Arcana Albright (Albright College, PA), Margareth Amatulli (Université Carlo Bo d’Urbino), Bruno Blanckeman (THALIM, Université Sorbonne nouvelle), Laurent Demoulin (Université de Liège), Chiara Elefante (Université de Bologne), Christophe Meurée (Archives & Musée de la Littérature, Bruxelles), Maria Giovanna Petrillo (Université Parthénope de Naples), Isabelle Roussel-Gillet (Université d’Artois), Marta Sábado Novau (UCLouvain), Valeria Sperti (Université Federico II de Naples), Maxime Thiry (UCLouvain). — Bibliographie indicative Pistes théoriques Giorgio Agamben, « Notes sur le geste », Moyens sans fins, Paris, Payot & Rivages, « Petite Bibliothèque », 2002, pp. 59-71. Giorgio Agamben, « L’auteur comme geste », Profanations, Paris, Payot & Rivages, « Petite Bibliothèque », 2006, pp. 77-93. Giorgio Agamben, L’Usage des corps : Homo sacer, IV, 2, Paris, Seuil, « L’ordre philosophique », 2015. Giorgio Agamben, Karman, court traité sur l’action, la faute et le geste, Paris, Seuil, 2018. Ruth Amossy, La Présentation de soi : ethos et identité verbale, Paris, PUF, « L’interrogation philosophique », 2010. John Langshaw Austin, Quand dire, c’est faire : How to Do Things With Words [1962], trad. Gilles Lane, Paris, Seuil, « Points essais », 1970. Raphaël Baroni, La Tension narrative : suspense, curiosité et surprise, Paris, Seuil, « Poétique », 2007. Horst Bredekamp, Théorie de l’acte d’image, Paris, La Découverte, 2015. Yves Citton, Gestes d’humanité : anthropologie sauvage de nos expériences esthétiques, Paris, Armand Colin, 2012. Gilles Deleuze, L’Image-mouvement, Paris, Minuit, « Critique », 1983. Gilles Deleuze, L’Image-temps, Paris, Minuit, « Critique », 1985. Georges Didi-Huberman, Aperçues, Paris, Minuit, 2018. Vilém Flusser, Les Gestes, Paris, HC – D’arts, 1999. Sigmund Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne [1923], trad. Samuel Jankélévitch, Paris, Payot, « Petite bibliothèque », 2001. Marie Glon et Isabelle Launay, Histoires de gestes, Arles, Actes Sud, 2012. Michel Guérin, Philosophie du geste [1995], Arles, Actes Sud, 2011. Michel Guérin, La Troisième Main : des techniques matérielles aux technologies intellectuelles, Arles, Actes Sud, 2021. Tim Ingold, Making: Anthropology, Archaeology, Art and Architecture, Milton Park, Routledge, 2013. Marcel Jousse, L’Anthropologie du geste [1969], Paris, Gallimard, 2021. Jérôme Meizoz, Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007. Jérôme Meizoz, La Littérature « en personne » : scène médiatique et formes d’incarnation, Genève, Slatkine, 2016. Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, « Tel », 1945. Stéphanie Péraud-Puigségur, Geste, figures et écritures de maîtres ignorants : Platon, Montaigne, Rancière, Paris, Lambert Lucas, 2022. Anne Reverseau, Jessica Desclaux, Marcela Scibiorska et al., Murs d’images d’écrivains : dispositifs et gestes iconographiques (XIXe-XXIe siècle), Louvain-la-Neuve, PUL, 2022. Paul Ricœur, Philosophie de la volonté, t. 1 : Le Volontaire et l’Involontaire [1950], Paris, Seuil, « Points essais », 2009. Philippe Roy, dir., « Le geste », Appareil, n° 8, 2011. Marta Sábado Novau, L’École de Genève : histoire, geste, imagination critiques, Paris, Hermann, « Savoir lettres », 2021. Daniel Sibony, Le Corps et sa danse, Paris, Seuil, « Points essais », 1995. Bernard Stiegler, La Technique et le temps, t. 1 : La faute d’Épiméthée, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 1994. Myriam Watthee-Delmotte, Littérature et ritualité : enjeux du rite dans la littérature française contemporaine, Bruxelles-Berne, PIE-Peter Lang, 2010. Sur Toussaint Margareth Amatulli, « Fotografare la scrittura: Mes bureaux. Luoghi dove scrivo di Jean-Philippe Toussaint e la memoria del testo », in Dispositivi fototestuali e scritture del sé, Pesaro, Metauro, 2020, pp. 155-193. Stéphane Chaudier, dir., Les Vérités de Jean-Philippe Toussaint, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2016. Laurent Demoulin et Pierre Piret, dir., « Jean-Philippe Toussaint », Textyles, n° 38, 2010. Jean-Michel Devésa, dir., Lire, voir, penser l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2021. Sarah L. Glasco, Parody and Palimpsest: Intertextuality, language, and the ludic in the novels of Jean-Philippe Toussaint, New York, Peter Lang, 2015. Christophe Meurée et Maria Giovanna Petrillo, dir., « M.M.M.M. de Jean-Philippe Toussaint », Roman 20-50, n° 72, décembre 2021. Christophe Meurée et Maxime Thiry, « Autoportrait de l’écrivain en éternel décalé : Jean-Philippe Toussaint au prisme de Jeff Koons », in Textyles, n° 53, 2018, pp. 153-166. Christophe Meurée, « Notes entre aujourd’hui et demain », in Les Lettres romanes, t. 66, n°3-4, 2012, pp. 485-499. Christophe Meurée, « Recadrer : poétique du recyclage chez Jean-Philippe Toussaint », in XXI/XX – Reconnaissances littéraires, « Le retour du texte : avatars du “remake” littéraire », dir. Jan Baetens et Éric Trudel, n°4, 2023, pp. 77-93. Claire Olivier, Les Écritures de l’image par Jean-Philippe Toussaint : expérimentation et sémentation au XXIe siècle, Leiden-Boston, Brill-Rodopi, « Faux titre », 2021. Maria Giovanna Petrillo, Le Malaise de l’homme contemporain dans l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint, Fasano-Paris, Schena-Alain Baudry, 2013. Alice Richir, Écriture du fantasme chez Jean-Philippe Toussaint et Tanguy Viel : diffraction littéraire de l’identité, Leiden-Boston, Brill-Rodopi, « Faux titre », 2019. Isabelle Roussel-Gillet et Évelyne Thoizet, dir., « Jean-Philippe Toussaint en coulisses : making of, expérimentations, décalages », L’Entre-deux, n°9, vol. 1, 2021, en ligne : https://lentre-deux.com/index.php?b=numeros. Mirko F. Schmidt, dir., Entre parenthèses. Beitrage zum Werk von Jean-Philippe Toussaint, Paderborn, Vigilia, 2003.
Nom du contact: 
Maria Giovanna Petrillo
Courriel du contact: 
mgiovanna.petrillo@uniparthenope.it
Adresse postale: 
Università degli Studi di Napoli "Parthenope", Villa Doria D'Angri, Via Petrarca, 80
Suggéré par: 
Maria Giovanna Petrillo, Margareth Amatulli
Courriel: 
mgiovanna.petrillo@uniparthenope.it
margherita.amatulli@uniurb.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
10/10/2024
Date de fin de l'événement: 
11/10/2024
Ville de l'événement: 
Napoli
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Geste; Littérature; Multimodale; art; posture.
Site web de référence: 

Italiano e francese, quali sono le sfide per le nostre lingue?

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Il seminario «Italiano e francese, quali sono le sfide per le nostre lingue?» organizzato in collaborazione con la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) del Ministero della Cultura francese, metterà in luce il ruolo delle due lingue nel mondo.
I temi, gli obiettivi e i meccanismi delle politiche linguistiche in Francia e in Italia e le sfide della tecnologia digitale e dell’intelligenza artificiale saranno discussi in due tavole rotonde con una ventina di relatori provenienti da entrambi i Paesi. La giornata si concluderà con un dibattito tra Bernard Cerquiglini, linguista e vicepresidente della Fondazione Alliance française, e Daniele Coluzzi, professore di letteratura italiana e scrittore.
Nom du contact: 
Maria Teresa Zanola
Courriel du contact: 
mariateresa.zanola@unicatt.it
Adresse postale: 
Palazzo Farnese, Piazza Farnese 67 - 00186 Roma
Suggéré par: 
Maria Teresa Zanola
Courriel: 
mariateresa.zanola@unicatt.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/01/2024
Date de fin de l'événement: 
30/01/2024
Ville de l'événement: 
Roma
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
politica linguistica, tecnologia digitale, intelligenza artificiale

Letterati/e, letteratura e fumetti

InterArtes n. 5: Call for papers

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Call for papers per il n. 5 della rivista InterArtes dedicata alle interazioni di tipo critico, metacritico e creativo fra letteratura e fumetto.
Call for papers   Revue : InterArtes, n° 5[1], 2024 Diretta da : Laura Brignoli, Silvia Zangrandi Dipartimento di « Studi Umanistici » Università IULM - Milano   Letterati/e, letteratura e fumetti   Dagli anni Sessanta, da quando cioè si sono sviluppati gli studi sul fumetto nel mondo occidentale, si è avuta una crescita esponenziale dei contributi scientifici sul linguaggio e sui suoi autori in diversi ambiti disciplinari. Ricostruzioni storiche, studi sociologici, interpretazioni culturali, analisi semiotiche e linguistiche, comparazioni intermediali hanno offerto in questi decenni un quadro storico, teorico e metodologico in grado di definire il linguaggio, le sue forme, i suoi generi e le sue evoluzioni, il suo dialogo con le altre arti, il suo valore estetico e il suo portato ideologico e culturale. Riteniamo però che ancora molto sia da esplorare e definire, in particolare nel rapporto assai dibattuto negli ultimi anni tra fumetto e letteratura. Se nei numeri precedenti InterArtes ha indagato la permeabilità dei confini, l’estetica dell’ibrido, il rapporto tra creatività artistica e automazione, con “Letterati/e, letteratura e fumetti” vuole ora contribuire a definire e delineare in maniera empirica, analitica e storica, la ricezione del fumetto tra letterati/e, e le eventuali conseguenze estetiche generali e nelle poetiche e nelle produzioni degli autori e delle autrici.   Si tratta in primo luogo indagare, in prospettiva diacronica e sincronica, come i letterati/e stessi/e si sono confrontati/e nel passato e si confrontano tuttora con il fumetto, sia attraverso la riflessione critica, sia come coinvolgimento estetico. Con “riflessione critica” intendiamo la ricezione del fumetto tra gli autori e le autrici di letteratura. Il fine è ricostruire il modo in cui il fumetto, come linguaggio e come oggetto estetico, emerge sia in opere saggistiche e pubblicistiche o in epistolari e carteggi, sia in romanzi, racconti o poesie all’interno di processi di tematizzazione, per capire se e come tale confronto abbia influito sulla loro produzione e sull’idea stessa di letteratura. La ricerca può essere svolta focalizzando sia i fenomeni di intertestualità e di metatestualità all’interno della produzione critica e letteraria di un autore o un’autrice, sia la ricezione di un libro o albo a fumetti o di un/a fumettista negli scritti di più letterati. Per limitarci a pochi esempi, pensiamo a Amélie Nothomb, che ha  in più occasioni dichiarato la sua passione per Tintin di Hergé, arrivando a dichiarare a “Le Soir” nello stesso 2014 di aver addirittura imparato a leggere prima dei tre anni grazie alle sue avventure. A prescindere dalla veridicità dell’affermazione, essa ricorda quella di Italo Calvino nelle Lezioni americane, secondo cui l’autore avrebbe imparato a leggere le storie a fumetti sul “Corriere dei Piccoli” ben prima di andare a scuola, grazie alle figure. Una passione che risale all’infanzia, quindi, come per Ray Bradbury con Buck Rogers e Flash Gordon, o per James Ballard, innamorato delle avventure di Terry and the Pirates e insofferente delle strisce umoristiche degli anni Trenta in Gran Bretagna, apprezzate invece da George Orwell, che loda autori come Nicolas Bentley e Ronald Searle in un articolo del 1949 sull’“Observer”. Con “coinvolgimento estetico”, invece, ci riferiamo alla partecipazione di scrittori e scrittrici alla stesura di fumetti, come autori e autrici di soggetti o sceneggiature, o come supervisori di adattamenti dei propri testi, ma anche a eventuali modalità e forme di sperimentazione nate dal confronto con il linguaggio del fumetto, alla ricerca di nuove soluzioni narrative, anche ibride, per storie originali. Anche su questo versante creativo non mancano esempi, come il coinvolgimento di Michel Houellebecq nell’adattamento di La Carte et le territoire, testimoniato anche dai puntuali interventi sulle battute dei personaggi documentati dagli scambi email con il fumettista Alain Dual, allegati al volume uscito nel 2014. Per l’Italia si pensi a Cesare Zavattini, che negli anni Trenta scrive il soggetto per il primo fumetto fantascientifico italiano, Saturno contro la Terra, poi ad autori come Elio Vittorini, Dino Buzzati e Pier Paolo Pasolini per il secondo dopoguerra fino agli anni Sessanta. Dagli anni Ottanta il numero di scrittori e scrittrici coinvolti aumenterà considerevolmente, fino ai nostri giorni, dando vita anche a soluzioni ibride tra prosa e fumetto, come in Sarti Antonio. Come cavare un ragno dal buco (2010) di Loriano Macchiavelli, con Otto Gabos alle matite, sul modello di La straordinaria invenzione di Hugo Cabret dello scrittore americano Brian Selznick (2007). Restando infine in ambito anglofono, tra la fine del XX secolo e il nuovo Millennio, la questione si complica pensando che un autore come Joe R. Lansdale si muove con disinvoltura tra sceneggiature per fumetti e romanzi, e può scrivere un racconto come Batman. Captured by the Engines (1991), mentre dei quattro autori che dai primi anni Ottanta hanno portato il fumetto britannico all’attenzione internazionale, ovvero Alan Moore, Neil Gaiman, Jamie Delano, Dave McKean, i primi tre sono anche autori di romanzi in prosa, per adulti o per ragazzi. Bastino quindi questi esempi per indicare un territorio assai vasto e ancora in larga parte da esplorare scientificamente. In secondo luogo, “Letterati/e, letteratura e fumetti” intende dedicare una sezione ad analisi di adattamenti e riscritture a fumetti di classici della letteratura moderna e contemporanea. In effetti, adattamenti e riscritture sono ambiti di ricerca che da diversi anni vantano significativi contributi teorici ed empirici, ma il fumetto risulta ancora un linguaggio affrontato meno di altri. Per quest’ultima sezione specifica, tra i tanti esempi possibili, basti ricordare il recente lavoro di Fred Duval e Florent Calvez, Sept Personnages (2021), crossover a partire dalle commedie di Molière, il graphic novel di Posy Simmonds che ripensa Madame Bovary (Gemma Bovery, 1999) e quello di Marino Magliani e Marco D’Aponte che nel 2021 riscrivono a fumetti La luna e i Falò integrandovi la narrazione degli ultimi giorni di Pavese, o ancora, l’adattamento di Cuore di tenebra da parte di Peter Kuper sempre nel 2021.     Modalità I testi proposti, che avranno un impianto teorico o analitico con premesse teoriche, devono essere inediti e redatti in word, nel rispetto delle norme editoriali della rivista, pubblicate sul sito. Lingue accettate : italiano, inglese, francese, spagnolo. Gli articoli vanno inviati, accompagnati da una breve notizia bio-bibliografica, entro il 30 luglio 2024 all’indirizzo : interartes@iulm.it       [1] Il n.4 della rivista ospiterà gli Atti del Convegno «Marguerite Yourcenar entre la construction de l’oeuvre et la vérité de l’art», svoltosi a Milano (IULM) il 26 e 27 ottobre 2023.
Nom du contact: 
Laura Brignoli
Courriel du contact: 
laura.brignoli@iulm.it
Suggéré par: 
Laura Brignoli
Courriel: 
laura.brignoli@iulm.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/07/2024
Date de fin de l'événement: 
31/07/2024
Ville de l'événement: 
Milano
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Letterati, fumetti, riflessioni metacritiche
Site web de référence: 

InterArtes n.3

Contenu de l'annonce: 

E' online il nuovo numero della Rivista InterArtes, suddiviso in due parti: "ArtIntelligence" (ed. Francesco Pigozzo); "Lingue e linguaggi per la pace" (ed. Elena Liverani).

Image de l'annonce: 
Mots-clés: 
Intelligenza artificiale e letteratura; Linguaggi per la pace
ISSN format électronique: 
2785-3136
Titre du numéro: 
"ArtIntelligence" - "Pace"
Catégorie principale: 
Courriel: 
laura.brignoli@iulm.it
Directeur(s) scientifique(s): 
Laura Brignoli - Silvia Zangrandi
Éditeur: 
Dipartimento di Studi Umanistici Università Iulm
Date de mise en ligne: 
Mercredi, Décembre 20, 2023
Date de parution: 
Jeudi, Janvier 11, 2024
Lieu de parution: 
Milano
Suggéré par: 
Laura Brignoli

Bando Ricercatore universitario L-LIN/04 Università eCampus

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Procedura selettiva per titoli e discussione pubblica per il reclutamento di N° 37 posti di Ricercatore universitario a tempo determinato ai sensi dell’art. 24 della L.240/2010. 10/H1 - LINGUA, LETTERATURA E CULTURA FRANCESE L-LIN/04 – Lingua e traduzione – Lingua francese
Procedura selettiva per titoli e discussione pubblica per il reclutamento di N° 37 posti di Ricercatore universitario a tempo determinato ai sensi dell’art. 24 della L.240/2010. 1 POSTO per: 10/H1 - LINGUA, LETTERATURA E CULTURA FRANCESE L-LIN/04 – Lingua e traduzione – Lingua francese Partecipazione entro il 16 dicembre 2023, maggiori informazioni al link indicato per questo annuncio.
Suggéré par: 
Francesco Pigozzo
Courriel: 
francesco.pigozzo@uniecampus.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
12/12/2023
Date de fin de l'événement: 
16/12/2023
Ville de l'événement: 
Online
Type d'événement: 
Bourses, prix, emplois
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Ricercatore universitario, L-LIN/04, Lingua francese, Traduzione francese

Continents manuscrits

Contenu de l'annonce: 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution en ligne du numéro 21 de la revue en ligne Continents Manuscrits, consacré à la « Génétique des traductions », coordonné par Chiara Montini et Giuseppe Sofo.

Vous trouverez tous les articles en accès libre à cette adresse : ...

Image de l'annonce: 
Mots-clés: 
genetica, traduzione, letterature francofone, traduzione collaborativa
Titre du numéro: 
Génétique des traductions
Catégorie principale: 
Courriel: 
giuseppe.sofo@unive.it
Éditeur: 
ITEM
Langue: 
Date de mise en ligne: 
Dimanche, Mars 12, 2023
Lieu de parution: 
Parigi
Suggéré par: 
Giuseppe Sofo

« Je ne suis pas née pour moi-même ». Liliane Atlan e il teatro contemporaneo dell’Olocausto di lingua francese

Résumé de l'annonce (2 lignes maximum): 
Il 6 dicembre 2023 Francesca Dainese (Università degli Studi di Padova) terrà una conferenza dal titolo "« Je ne suis pas née pour moi-même ». Liliane Atlan e il teatro contemporaneo dell’Olocausto di lingua francese", nell’ambito del Seminario "L’Alphabet de la Shoah. Memoria e narrazione" dell’Università degli Studi di Verona.
Il 6 dicembre 2023 Francesca Dainese (Università degli Studi di Padova) terrà una conferenza dal titolo « Je ne suis pas née pour moi-même ». Liliane Atlan e il teatro contemporaneo dell’Olocausto di lingua francese, nell’ambito del Seminario L’Alphabet de la Shoah. Memoria e narrazione dell’Università degli Studi di Verona (https://www.dlls.univr.it/?ent=iniziativa&id=9085). Liliane Cohen Atlan proviene da una famiglia ebraica originaria di Salonicco, naturalizzata francese. Enfant chachée durante la seconda guerra mondiale, consacrerà la sua scrittura a tenere viva la memoria della Shoah. L’opera della drammaturga, premiata con una retrospettiva al Festival di Avignone e del Prix Mémoire de la Shoah dalla Fondazione Buchman, verrà presentata e contestualizzaata nel panorama del teatro contemporaneo dell’Olocausto di lingua francese. L’evento si terrà alle ore 17.00 in aula co-working presso il Palazzo di Lingue e Lettere, Via San Francesco 22, Verona. La conferenza, aperta a tutta la cittadinanza, sarà in lingua italiana.  Per informazioni e link zoom: francesca.dainese@unipd.it; rosanna.gorris@univr.it
Nom du contact: 
Francesca Dainese
Courriel du contact: 
francesca.dainese@unipd.it
Adresse postale: 
Palazzo di Lingue e Lettere, Via San Francesco 22, Verona (aula co-working)
Suggéré par: 
Luca Elfo Jaccond
Courriel: 
lucaelfo.jaccond@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
06/12/2023
Date de fin de l'événement: 
06/12/2023
Ville de l'événement: 
Verona
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Liliane Atlan, teatro, Shoah, Olocausto, memoria

Pages

S'abonner à RSS - XXIe siècle