Vous êtes ici

Études historiques

Écriture et autorité

Résumé de l'annonce: 
Les Groupes de recherche en « Interprétation et critique des systèmes culturels » et en « Anthropologie culturelle et Traduction » de la Facultépolydisciplinaire d’Errachidia-UniversitéMoulay Ismail de Meknès, organisent les 12 et 13 Mars 2014 un colloque international sous le thème : «Écriture et autorité ».
On entend aujourd'hui par " autorité " une propriété du Pouvoir : sa légitimité supposée et la dimension symbolique qui le transforme en Institution. Dans son acception propre, ce mot désigne un acte absolu qui implique une obligation, et fonde sa relation avec les sujets sur la subordination et la négation. Subordination lorsque les sujets se soumettent à la logique de l’autorité toute puissante et transcendantale, et négation quand ces mêmes sujets commencent à prendre un chemin parallèle, faisant naître une force égale à celle de l’autorité en  lui réclamant attributions et prérogatives. En effet, l’autorité tend souvent à conditionner toutes les valeurs pour justifier ses ambitions et maintenir son hégémonie. Ce qui lui permet à la fois d’être témoin de tous les phénomènes, détentrice de leurs destinées et responsable de leurs transformations. La question de l’ordre reste son atout majeur. C’est à travers lui qu’elle fonde son discours qui donne à son tour une certaine légitimité à « l’institution »  dans sa dimension unique qui se réclame de la vérité conçue non pas comme un « bien » à partager, mais plutôt comme un objet d’appropriation. Du coup, l’autorité revêt deux aspects interdépendants : Le premier est un discours qui se manifeste tel un « doux secret », permettant à l’autorité de s’infiltrer dans tous les méandres de l’institution, en prenant tour à tour les formes de principe, de méthode ou de finalité. Le second aspect est un acte coercitif qui conçoit toute différence avec les « recommandations » de l’autorité comme étant une révolte et une insoumission nécessitant une répression ou, au contraire, une clémence et ce en vue de pérenniser le « mythe de l’ordre », véritable garant des intérêts du « dominant-vainqueur ». Ces deux aspects se retrouvent chez Michel Foucault, à travers ce qu’il appelle la « Technologie politique du corps ». C’est par le moyen de cette notion que Foucault nous explique les critères qui permettent à l’autorité de mesurer le niveau  de fiabilité des individus appelés à produire dans la soumission, par le biais de l’assujettissement : « C’est, pour une bonne part, comme force de production que le corps est investi de rapports de pouvoir et de domination ; mais, en retour, sa constitution comme force de travail n’est possible que s’il est pris dans un système d’assujettissement ; le corps ne  devient force  utile que s’il est à la  fois  corps  productif  et corps assujetti. »[1] Mais cet assujettissement ne se réduit pas toujours à la violence, il peut aussi prendre la forme, plus subtile et plus discrète, d’une technique ; bref, « d’un art du corps humain »[2]. En fait, le pouvoir produit du réel, notamment l’individu et la connaissance qu’on peut en prendre. En revanche, là où l’autorité soumet et réprime l’individu, suivant une logique basée sur une technique infaillible, l’écriture le délivre ; libérant ainsi ses forces créatrices et le poussant à remettre en cause les intentions de l’autorité, à critiquer son discours et à saper ses desseins. L’écriture est, dans ce contexte, un besoin existentiel qui s’épanouit dans la liberté et se consolide dans la recherche et la perpétuelle mise en cause des phénomènes. Dans cette perspective, l’écriture n’est pas une pratique technique, mais une force qui résiste à toute autre force contraignante, qu’elle soit matérielle ou symbolique, car elle ne naît pas dans les zones conscientes soumises à l’autorité et aux lois, mais se crée, comme l’imaginait Virginia WOOLF, dans le subconscient de l’écrivain[3]. Une longue histoire de lutte et de conflit régissait le rapport entre l’écriture en tant que concept existentiel et l’autorité - en instance de légitimité et de reconnaissance - dans sa tendance contraignante visant à dompter la première et à lui imposer ses diktats. Or l’écriture cherche toujours à s’émanciper du joug de l’autorité en transgressant toutes les règles qui peuvent entraver son désir d’autonomie, quitte à abolir toutes les limites et toutes les contraintes. Roland Barthes affirme à ce propos que l’écriture est une activité  tendant à s'autonomiser à l'égard des normes utilitaristes et idéologiques[4]. Le plaisir du texte n’exige-t-il pas en définitive le rejet du politique, puisque « le texte est (devrait être) cette personne qui montre son derrière au père politique. »[5] ? L’écriture ainsi conçue n’est-t-elle pas, in fine, le symbole de Prométhée, héros mythologique évocateur de l'hybris (la force démesurée), la folle tentation de l'Homme de se mesurer aux dieux et ainsi de s'élever au-dessus de sa condition ? Le colloque se veut une réflexion sur la relation conflictuelle et souvent ambigüe entre autorité et écriture. Son objectif est d’élucider l’histoire de cette relation, de  lever le voile sur sa nature, et d’en étudier l’impact,  que se soit dans le contexte culturel arabe ou occidental, en ayant recours aux différentes approches possibles (philosophiques, anthropologiques, sociologiques ou de critique littéraire) afin de rendre compte de cette relation. A cet effet, sont proposés à titre suggestif les axes suivants : -- de l’autorité et de ses diverses manifestations à travers la pensée et la réalité ; -- l’autorité en tant que système culturel ;  --discours et autorité ; -- langage et autorité ; -- les masques de l’autorité ; -- rhétorique et autorité et/ou rhétorique de l’autorité ; -- de quelques propositions philosophiques pour déstructurer le mécanisme de l’autorité ; -- l’écriture comme acte de résistance ; -- écriture et représentation de l’autorité ; -- écriture et idéologie ; -- écriture et principes de gouvernement ou de l’usage de l’écriture en politique ; -- écriture et défis de liberté ; -- le poète et le Sultan dans le patrimoine littéraire arabe ; -- écriture et révolution : limites de la création et de la politique.   Modalités Les propositions de communication (titre, résumé en français de 2000 signes), ainsi qu’une brève notice biobibliographique (nom, prénom, affiliation, courriel, intérêts de recherche, titres de publications) seront à envoyer par mail en format .doc ou .pdf jusqu’au 15 octobre 2013, à l’adresse suivante : autoritecriture@yahoo.fr Après sélection du comité scientifique les candidats recevront une notification avant le premier novembre 2013. Pour les propositions retenues, une version préliminaire des communications (30 000 signes) est à envoyer avant le 15 janvier 2014. Après examen du comité scientifique, les candidats recevront une invitation pour participer au colloque avant le 10 février 2014.    Les langues de communication seront : l’Arabe, le Français et l’Anglais.   L'inscription au colloque est gratuite. Le comité d’organisation prendra en charge les frais d’hébergement et de restauration pour la période du déroulement du colloque. Les frais de transport sont à la charge des participants. Date et lieu de tenue du colloque : mercredi 12 et jeudi 13 mars 2014 à la Faculté Polydisciplinaire d’Errachidia – Universté Moulay Ismaïl au Maroc.   Formulaire d’enregistrement Nom Prénom Degré universitaire Adresse personnelle  Téléphone E-mail Institution d’enseignement /d’affiliation Titre de la communication Aire thématique Titres de publications Résumé Mots-clés     URL de référence : http://www.fpe-umi.net Adresse : BP 512, Boutalamine, Errachidia, Maroc Téléphone : +212 35 57 00 24 / 35 65 - Fax : +212 35 57 43 07 / 35 88 Phone portable : (+212)6-66-52-67-18   [1] MICHEL FOUCAULT,  Surveiller et punir - Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2003, p. 34. [2] Ibid, p. 162. [3] Virginia Woolf, L’art du roman, traduit par Rose Celli, Paris, Édition du Seuil, 1963,  p. 186. [4] Roland BARTHES, Le degré zéro de l'écriture, Paris, Édition du Seuil, 1953,  p. 185 sq. [5] Id., Le plaisir du texte, Paris, Éditions du Seuil, 1973, p. 84   Responsable : Faculté polydisciplinaire d'Errachidia
Nom du contact: 
Lbachir Tahali
Courriel du contact: 
autoritecriture@yahoo.fr
Adresse postale: 
BP 512, Boutalamine, Errachidia, Maroc
Suggéré par: 
Mohamed Ouhadi
Courriel: 
autoritecriture@yahoo.fr
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/10/2013
Ville de l'événement: 
Errachidia
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
écriture, autorité, pouvoir, littérature, idéologie.
Site web de référence: 
http://www.fpe-umi.net

Appel pour la constitution du comité de lecture de la revue Convergences francophones

Résumé de l'annonce: 
Pour sa création, la revue Convergences francophones est à la recherche de membres potentiels pour la constitution de son comité de lecture.
Pour sa création, la revue Convergences francophones est à la recherche de membres potentiels pour la constitution de son comité de lecture. Présentation Convergences francophones est une revue annuelle en français et en libre accès hébergée sur la plateforme Open Journal System de l’université Mount Royal à Calgary (Canada). Pluridisciplinaire, elle s’attache plus particulièrement aux domaines de la littérature, de l’histoire culturelle, de la traduction et des études de communication. Le comité de lecture Chaque article sera évalué par deux membres du comité qui devront retourner sous un mois un rapport d’une page sur la qualité du contenu scientifique de l’article ainsi que l’article annoté. Les membres du comité n’évalueront pas plus d’un article par an mais seront sollicités pour suggérer des idées de numéros thématiques. Calendrier Création du comité de lecture : 31 août 2013 Publication de l’appel à contributions du premier numéro : 1er septembre 2013 Date limite de soumission des propositions : 15 octobre 2013 Date limite de soumission des articles retenus : 1er février 2014 Date limite de retour des articles évalués : 15 mars 2014 Date de publication des articles : 1er juin 2014 Modalités de candidature Veuillez envoyer votre lettre d’intention (un courriel suffit) avec une liste de vos publications à Antoine Eche (aeche@mtroyal.ca) et Justine Huet (jhuet@mtroyal.ca) avant le 31 août 2013.
Nom du contact: 
Antoine Eche
Courriel du contact: 
aeche@mtroyal.ca
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancymurzilli@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/08/2013
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
pluridisciplinaire, littérature, histoire culturelle, traduction, études de communication
Site web de référence: 
http://mrujs.mtroyal.ca/index.php/cf/index

Giornata di studi Franco Simone

Résumé de l'annonce: 
Giornata di studi nel centenario della nascita di Franco Simone: Il 24 maggio l'Accademia delle Scienze organizza, in collaborazione con la rivista "Studi francesi", una giornata in ricordo del Socio Franco Simone.
Programma Archivio di Stato, sala conferenze (Piazzetta Mollino) ore 9.00 Apertura dei lavori e saluti delle autorità presiede Jean-Daniel Candaux, (Bibliothèque de Genève) Lionello Sozzi, (Accademia delle Scienze di Torino) Franco Simone storico della letteratura francese Dario Cecchetti, (Università di Torino) Un libro fondatore: «La coscienza della Rinascita negli umanisti francesi» Jean Balsamo, (Université de Reims) Une révision historiographique: Franco Simone, la littérature française du XVI e siècle et le paradoxe de l’italianisme Daniela Dalla Valle, (Università di Torino) Franco Simone e il Barocco   ore 15.00 presiede Pierre Jodogne, (Université de Liège) Cecilia Rizza, (Università di Genova) Franco Simone e il Classicismo Michel Delon, (Paris-Sorbonne) De la crise de la conscience européenne à l’époque rocaille Valeria Ramacciotti, (Università di Torino) Lumi e Romanticismo: note in margine a una metamorfosi Jean-Daniel Candaux, (Bibliothèque de Genève) Franco Simone, pionnier de la critique littéraire Louis Terreaux, (Académie de Savoie) Ricordo di Franco Simone
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
24/05/2013
Ville de l'événement: 
Torino
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Franco Simone

Pour un nouveau répertoire des "mises en prose". Romans, chansons de geste, autres genres

Résumé de l'annonce: 
Bilan et nouvelles perspectives dans le domaine des réécritures en prose des XIVe-XVIe siècles, l'époque où, « pour la première fois, la littérature française joue des perspectives ouvertes par la profondeur de son propre passé » (Michel Zink).
Organisé dans le cadre du "progetto PRIN 2009 EAF4CL", ce séminaire international vise à faire le point sur les recherches en cours dans le domaine des "mises en prose", phénomène marquant dans la littérature française des XIVe-XVIe siècles; il s'agit surtout d'élargir le domaine de recherche traditionnel, en comprenant des genres littéraires jamais considérés jusqu'ici: hagiographie, prières, nouvelles, matière ovidienne, romans "de Troie", oeuvres morales et édifiantes. Une vingtaine d'interventions sont prévues: Luca Barbieri, Jean-Charles Herbin, Gilles Roques, François Suard (séances plénières);  Sergio Cappello, Stefania Cerrito, Maria Colombo, Olivier Delsaux, Maura Felice, Barbara Ferrari, Sylvie Lefèvre, Stefania Marzano, Giovanni Palumbo, Danielle Quéruel, Mariagrazia Ricci, Anne Schoysman, Shira Schwam-Baird, Elina Suomela, Martine Thiry-Stassin, Claude Thiry, Yvonne Vermijn (communications). Programme Lundi 17 septembre 9h30 : Maria Colombo - « lavieenproses » : un premier bilan 10h00 : Mariagrazia Ricci - Robert le Diable en prose : les éditions du XVIe siècle 10h30 : Maura Felice - Richard sans Peur : des vers à la prose Pause 11h30 : Sergio Cappello - Le passage à l’imprimé des mises en prose de romans dans les années 1520 12h00 : Sylvie Lefèvre - Giglan entre Lyon et Paris 15h30 : Séance plénière : François Suard - Les proses épiques : problèmes de classement 16h30 : Danielle Quéruel - De l’épopée au roman : l’art de la réécriture de David Aubert dans Renaut de Montauban Pause 17h30 : Martine Thiry-Stassin - La parole racontée et l’histoire montrée : David Aubert et Jean Le Tavernier (Croniques et Conquestes de Charlemagne, ms. KBR 9068) 18h00 : Giovanni Palumbo - Un texte en éclats : la Chanson de Roland à l’épreuve de la prose Mardi 18 septembre 09h30 : Séance plénière : Jean-Charles Herbin - Trois conceptions de la mise en prose : l’exemple de la Geste des Loherains 10h30 : Shira Schwam-Baird - La longue vie de Valentin et Orson Pause 11h30 : Yvonne Vermijn - Trois traditions manuscrites parallèles : la Chanson de Bertrand du Guesclin et ses mises en prose de 1380 à 1480 12h00 : Anne Schoysman - La langue des mises en prose. Pour une nouvelle grammaire de la prose française (env. 1450-1520) 15h00 : Séance plénière : Gilles Roques - Les variations du lexique dans les mises en prose des Pèlerinages de Guillaume de Digulleville 16h00 : Barbara Ferrari - Réécritures en prose de poèmes hagiographiques français : premier recensement Pause 17h00 : Olivier Delsaux - La mise en prose des Vigiles des morts de Pierre de Nesson par Jean Miélot. Prolégomènes à une édition critique 17h30 : Elina Suomela - Renart le Nouvel et Le Livre de Regnart : lectures parallèles 18h00 : Table Ronde Mercredi 19 septembre 09h30 : Séance plénière : Luca Barbieri - Les mises en prose du Roman de Troie 10h30 : Stefania Cerrito - Colard Mansion relit les Métamorphoses : une nouvelle version brugeoise de l’Ovide moralisé Pause 11h30 : Stefania Marzano - La narratio brevis : le Compte du Mantheau Maltaillé (mise en prose inédite du XVIe siècle) 12h00 : Claude Thiry - Conclusions et ouvertures
Nom du contact: 
Suggéré par: 
Maria Colombo
Courriel: 
_@_._
Date de début ou date limite de l'événement: 
17/09/2012
Date de fin de l'événement: 
19/09/2012
Ville de l'événement: 
Gargnano sul Garda
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
littérature française, Moyen Age, XVIe siècle, réception, réécriture

Pages

S'abonner à RSS - Études historiques