Vous êtes ici

Histoire de la culture

«Le cygne»: Joachim Du Bellay et l'Italie (Verona, 22-23 febbraio 2018)

XVIII Convegno del Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese

Résumé de l'annonce: 
Le colloque se propose d’analyser les rapports entre le poète de la Pléiade et l’Italie. Les intervenants se focaliseront en particulier sur son séjour à la cour de Jean Du Bellay, sur ses recueils romains, ses réseaux, ses rencontres et ses livres. Une attention particulière sera consacrée à ses rapports avec les auteurs italiens de l’époque et aux sources intertextuelles italiennes et néo-latines de ses ouvrages.
22 et 23 février 2018 Vérone, Palazzo Pompei - Museo Civico di Storia Naturale Voir programme ci-dessous.
Courriel du contact: 
riccardo.benedettini@univr.it
Suggéré par: 
Riccardo Benedettini
Courriel: 
riccardo.benedettini@univr.it
rosanna.gorris@univr.it
daniele.speziari@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
22/02/2018
Date de fin de l'événement: 
23/02/2018
Ville de l'événement: 
Verona
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Joachim Du Bellay
Site web de référence: 
http://www.cinquecentofrancese.it

Parler dulcement d’amur. Identità, desiderio, racconto nei testi antico-francesi della leggenda di Tristano (XII sec.)

Contenu de l'annonce: 

" Nella cosiddetta fine lunga del romanzo di Thomas d’Angleterre, Isotta, giunta troppo tardi, si rivolge al corpo esanime dell’amato e scandisce un’ipotesi impossibile, fantasticando che, se fosse arrivata in tempo, avrebbe salvato la vita a Tristano e gli avrebbe parlato – dulcement...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Luca Pierdominici
Courriel: 
luca.pierdominici@unimc.it
ISBN: 
978-88-6056-534-1
Anonyme
Éditeur: 
EUM Edizioni Università di Macerata
Lieu de parution: 
Macerata
Date de parution: 
Lundi, Février 5, 2018
Date de mise en ligne: 
Lundi, Février 5, 2018
URL: 
http://eum.unimc.it/it/catalogo/567-parler-dulcement-damur
Langue: 
Italiano
Site web de référence: 
http://eum.unimc.it/it/catalogo/567-parler-dulcement-damur

Galleria novecentesca. Incontri da Soffici a Zanzotto

Contenu de l'annonce: 

Diciannove ritratti di personalità letterarie e artistiche nati dall’incontro tra personaggi noti e meno noti del secolo scorso e Mario Richter, uno fra i maggiori esperti italiani di poesia moderna, per un trentennio professore di letteratura francese a Padova. Ne viene fuori una vivace...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Maria Emanuela Raffi e Anna Bettoni
Courriel: 
anna.bettoni@unipd.it
ISBN: 
9788893591423
Collection: 
Letture di Pensiero e d'Arte, 119...
Anonyme
Éditeur: 
Edizioni di Storia e Letteratura
Lieu de parution: 
Roma
Date de parution: 
Vendredi, Décembre 15, 2017
Date de mise en ligne: 
Lundi, Janvier 15, 2018
URL: 
http://storiaeletteratura.it/galleria-novecentesca/
Langue: 
italiano
Mots-clés: 
Soffici, Ardengo; Zanzotto, Andrea
Site web de référence: 
http://storiaeletteratura.it/galleria-novecentesca/

Jean Pullon da Trino e i Portonari. Dall'Italia a Salamanca passando da Lione

Séminaire de M.G. Dalai et E. Sanda

Résumé de l'annonce: 
Jean Pullon, dit de Trin, et la famille des Portonari exercèrent une activité éditoriale entre l'Italie et la France au cours d'un siècle qui marque l'âge d'or de l'imprimerie lyonnaise. Le séminaire, consacré aux deux familles d'imprimeurs et de marchands-libraires, veut montrer l'essentiel de leur production et le reflet de leur engagement religieux en Europe.
M. G. Dalai et E. Sandal. "Jean Pullon da Trino e i Portonari dall'Italia a Salamanca passando per Lione" Jean Pullon, dit de Trin, et la famille des Portonari exercèrent une activité éditoriale entre l'Italie et la France au cours d'un siècle qui marque l'âge d'or de l'imprimerie lyonnaise. Le séminaire, consacré aux deux familles d'imprimeurs et de marchands-libraires, veut montrer l'essentiel de leur production et le reflet de leur engagement religieux en Europe.   mercoledì 31 gennaio, ore 17, aula Seminari III piano Université de Vérone, Dpt. di Lingue e letterature straniere moderne via S. Francesco 22
Nom du contact: 
riccardo Benedettini
Courriel du contact: 
riccardo.benedettini@univr.it
Suggéré par: 
Riccardo Benedettini
Courriel: 
riccardo.benedettini@univr.it
rosanna.gorris@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
31/01/2018
Ville de l'événement: 
Vérone
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
http://www.cinquecentofrancese.it

Poésie et arts plastiques

compositions et recompositions

Résumé de l'annonce: 
Poésie et arts plastiques...arts plastiques et poésie ; la relation est protéiforme dans la mesure où elle s’inscrit à la fois dans la contiguïté et la différenciation. En effet, les deux champs créatifs se présentent en tant que systèmes et genres artistiques indépendants ayant des visions du monde et des moyens d’expression bien distincts. La relation entre la poésie et la peinture commence également par la présence du poétique dans le plastique et finit par un entrelacement du chromatique et du lyrique au niveau de la représentation, de l’expression…du dicible et de l’indicible.
 Le Forum Sijilmassa pour la culture et la Création en collaboration avec l’équipe de recherche Herméneutique et Critique des Systèmes Culturels et le Laboratire de Recherche Sémiotique, études narratives et culturelles,   Faculté Polydisciplinaire d’Errachidia, Université Moulay Ismaïl, Meknès, Maroc   Appel à communication   Poésie et arts plastiques : compositions et recompositions   Argumentaire du colloque   Poésie et arts plastiques...arts plastiques et poésie ; la relation est protéiforme dans la mesure où elle s’inscrit à la fois dans la contiguïté et la différenciation. En effet, les deux champs créatifs se présentent en tant que systèmes et genres artistiques indépendants ayant des visions du monde et des moyens d’expression bien distincts. Néanmoins, les passerelles entre les deux arts sont bien érigées du moins à travers l’analogie évidente des deux images poétique et plastique. La dimension plastique de la poésie et la dimension poétique de la peinture tissent, par ricochet, des relations expressives et interprétatives qui se rencontrent dans leurs approches communes des préoccupations humaines. La poésie et la peinture fondent leurs sensibilités subjectives, leurs densités expressives et leurs symbolismes interprétatifs sur des positionnements continuels à la charnière du « moi » et du « nous », de l’individu et de la collectivité, de la vie universelle et des cheminements individuels. La relation entre la poésie et la peinture commence également par la présence du poétique dans le plastique et finit par un entrelacement du chromatique et du lyrique au niveau de la représentation, de l’expression…du dicible et de l’indicible. La métamorphose, la densité et le mouvement, qui sont intrinsèques aux deux arts, participent de la mise en place des visions du monde nécessitant, en filigrane, des analyses et des déconstructions selon des approches que nous espérons très variées. La fonction poétique commune aux deux modes d’expression instaure la légitimité de traiter de la relation entre la poésie et la peinture. De plus, le concept du genre littéraire ou artistique pur et autosuffisant n’est plus de mise. Les genres littéraires et artistiques sont, de surcroît, en jonction, en interaction, en imbrication…permanentes. Par ailleurs, si la poésie était un champ d’étude et d’investigation très ancien des approches critiques et des études académiques, les arts plastiques, quant à eux, sont abordés académiquement par les études sémiotiques et structurales depuis des ères relativement récentes. La fusion, l’harmonie, le syncrétisme…du poétique et du plastique nous ramènent à se poser la question sempiternelle de la toile /poème et du poème/ toile. De cela découle la possibilité d’aborder les axes suivants : _ les manifestations de la poésie dans la peinture et vice versa. _ les expériences communes des poètes et des peintres ou des poètes peintres. _l’image poétique et l’image plastique. _ la création plastique au sud-est marocain. _ les arts plastiques dans les leçons universitaires. _le semblable et le dissemblable entre le poétique et le plastique. _ la poéticité du plastique et la plasticité du poétique. _la sémiotique du support artistique poétique ou plastique. _systèmes et interprétations dans la poésie et dans la peinture. _la présence des systèmes culturels dans la poésie et dans la peinture.   Modalités de participation et de soumission des communications     Les propositions de communication auront la forme d’un résumé de 500 mots au maximum en format word, qui sera assorti de 5 mots clés et d’une bibliographie de 5 références au maximum. Le fichier de la proposition comportera aussi les coordonnées de l’auteur de la communication (nom, prénom(s), statut professionnel, établissement, adresse électronique). Chaque proposition de communication, « anonymisée », fera l’objet d’une double expertise.   Le séjour (hôtel et restauration) des participants durant le colloque sera pris en charge par le forum Sijilmassa et ses partenaires.         Calendrier   Les résumés des communications doivent être envoyés avant Le 15 février 2018  à l’adresse suivante :   Sijilmassaforum1@gmail.com   Le 15 février 2018 : date limite de soumission des propositions Le 15 mars 2018 : date de réception finale des textes après la décision du comité scientifique  Les 09 et 10 mai 2018 : date de tenue du colloque   Comité scientifique   Abdellah BERRIMI, EL Bachir TAHALI, Said KARIMI, Hamid TBATOU, Abderrahmane TEMARA, Mohammed BOUAZZA, Khouya EL OMARI EL ALAOUI, Atmane BISSANI, Mohamed OUHADI.   Comité d’organisation   Abdellatif CHAKIR, Moha ZIMOU, Hrou SEBBAR, Mohammed CHAFIK, Moulay Mustapha HAFIDI ALAOUI, Abdelkarim YOUSSFI, Moulay Mustapha ABDESSAMII.      
Nom du contact: 
Mohamed OUHADI
Courriel du contact: 
mohamedouhadi@yahoo.com
Adresse postale: 
Forum Sijilmassa pour la culture et la Création, Errachidia, Maroc
Suggéré par: 
Mohamed OUHADI
Courriel: 
mohamedouhadi@yahoo.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
09/05/2018
Date de fin de l'événement: 
10/05/2018
Ville de l'événement: 
Errachidia
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Arts plastiques, Culture, Image, Interprétation, Peinture, Poésie.

Colloque Figures musicales de l'écrivain

Résumé de l'annonce: 
Second volet d'un diptyque dont le premier volet, "Figures littéraires du compositeur", a eu lieu l'an dernier en Sorbonne.
FIGURES MUSICALES DE L'ECRIVAIN Colloque international  organisé par Michela Landi (Université de Florence) ; Stéphane Lelièvre (Sorbonne Universités) ; Rosina Neginski (University of Illinois) ; Marthe Segrestin (Sorbonne Universités) 22, 23 et 24 février 2018 Institut français de Florence Piazza Ognissanti, 2 Firenze PROGRAMME :                                  Jeudi 22 février 2018                                                                     09h00-09h10 Accueil et présentation du colloque  Michela Landi, Stéphane Lelièvre, Rosina Neginsky, Marthe Segrestin I.  L’écrivain personnage Yanakieva Miriana : Le livret d’opéra : simplification ou amplification de la source littéraire ? Didier Béatrice : Andrea Chénier d’Umberto Giordano Couderc Gilles : Britten, Death in Venice et le pacte autobiographique Auzolle Cécile : « Que le silence m'écoute! » Hommes et femmes de lettres dans les opéras de Philippe Boesmans  Oberliessen Vanessa : L’écrivain comme figure légendaire dans les œuvres scéniques de Kaija Saariaho Degott Pierre : La figure de l’écrivain dans les Savoy Operas de Gilbert and Sullivan Rémy Matthieu : Vincent Delerm et les écrivains Piffaut Ludovic : Jeux d’écrivains dans Le virtuose ridicole (1752) de Goldoni et Galuppi Teulon-Lardic Sabine : La figure du librettiste des Lumières à l’opéra-comique au XIXe siècle ou « l’amour, le plaisir, la chanson et l’esprit  Lelièvre Stéphane : Hoffmann héros de ses propres contes dans l’opéra fantastique d’Offenbach   II. Présence et influence de l’écrivain dans l’œuvre musicale Dauge Damien : Le Flaubert de la musique ? Quelques paréidolies musico-littéraires Bonnet Antoine : Les écrivains dans la musique de Boulez ; « Regard éloigné » sur quelques « alliés substantiels » Casini Hervé : L’Ode « A GIACOMO LEOPARDI » (1898), un poème musical de Pietro Mascagni. Vivès Vincent : La mus(ic)a critica Coste Marion : « Rien n’est plus dangereux pour un musicien ou un peintre que de s’intéresser à la littérature » : l’ombre de l’écrivain dans Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor Ramaut-Chevassus Béatrice : Benjamin dernière nuit (Tabachnik, 2016), présence de l’écrivain au-delà du personnage                                     Vendredi 23 février 2018                                                              Mathon Geneviève : À propos des mises en musique du Schicksalslied (Hölderlin) - Brahms, Maderna et Nono Ouallet Yves : Après une lecture du Dante. Liszt, Tchaïkovski, Rachmaninov Rolland Nina : Baudelaire dans la musique : le cas Gabriel Fauré Sounac Frédéric : Stéphane Mallarmé dans Pli selon Pli de Pierre Boulez : un (auto)portrait spéculatif Piton-Foucault Émilie : « On n’est jamais mieux servi que par soi-même ». L’autoglorification de Zola dans le livret de Sylvanire Kantorikova Jana : Chansons modernes en tant qu’arme polémique ? Victor Dyk et la modernité vers 1900 D’Eredità Raffaele : De Don Quichotte à Panurge, de Rabelais à Cervantes. Deux auteurs au cœur des dernières œuvres de Massenet Pastor ComÍn Juan José : La présence des personnages féminins cervantins dans la musique française : Dulcinée et Preciosa.   III. L’artiste polygraphe Jacob François : Jack Kerouac, le musicien-poète Stepanov Brigitte : Le raï : L’écrivain(e) engagé(e) dans la musique Darbon  Nicolas : Éloge du musicologue-compositeur ; Quelques éléments de transdiction musico-littéraire et de recherche-création Cailliez Matthieu : Carl Maria von Weber, un compositeur, chef d’orchestre et pianiste polygraphe Fabre Florence : Le « credo en sons » de Nietzsche Giroux François : La parole composée dans la musique d’Adorno 20h : CONCERT                                    Samedi 24 février 2018                                                               Faverzani Camillo : Sappho, personnage opératique dans Saffo de Simeone Sografi pour Giovanni Simone Mayr* Samson Sylvain : Luigi Dallapiccola : librettiste et compositeur. L’empreinte cardinale de la littérature dans son œuvre musico-théâtrale Barbier de Reulle Caroline : Alberto Savinio, écrivain et compositeur. Étude du ballet Vita dell’uomo Ramaut Alban : Le compositeur contre l’écrivain : histoire d’un paradoxe. Claude Debussy versus Hector Berlioz Neginsky  Rosina : Romain Rolland et Richard Strauss Velikanov Marie et Volyuzhskiy Serguey : Mikhail Kousmine, un poète compositeur, un compositeur-poète au « siècle d’argent » Table ronde autour de l’opéra Le Premier Meurtre (musique d’Arthur Lavandier, livret de Federico Flamminio) - Marie Gaboriaud. Conclusions Informations:  https://www.facebook.com/events/309394466228382/  https://www.institutfrancais.it/firenze/figures-musicales-de-lecrivain  
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institufrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
22/02/2018
Date de fin de l'événement: 
24/02/2018
Ville de l'événement: 
Florence
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Musique, écrivain
Site web de référence: 
https://www.facebook.com/events/309394466228382/

"A tant m'en vois" - Figures du départ au Moyen Âge

Résumé de l'annonce: 
Appel à contributions "A tant m'en vois" - Figures du départ au Moyen Âge Partir, c’est toujours se séparer de quelqu’un ou de quelque chose. C’est créer un avant et un après par une action que l’on sait irréversible (car elle entérine la coupure) – même s’il est toujours possible de revenir (vers un arrière, mais par un pas en avant). Que l’on parte volontairement ou poussé par le sort / Fortune / la destinée / les astres contraires, le départ est toujours ce moment inchoatif qui suspend la durée en même temps qu’il la provoque, comme un défi à un enchaînement qui aurait dû être.
A tant est l’adverbe de temps qui accompagne, le plus souvent, cette coupure : coupure spatiale, coupure temporelle, coupure émotionnelle et signifiante. Guillaume de Machaut, Christine de Pizan, Alain Chartier, les Cent Nouvelles Nouvelles, George Chastelain, Olivier de la Marche, etc., en font un adverbe prisé en moyen français pour signifier tous les possibles ouverts par cette section dans la narration. L’adverbe exprime également les différentes nuances de la causalité (on pourrait le traduire par « et sur ce… ») – des nuances peut-être moins relevées dans les dictionnaires, mais qui disent une prise de conscience justifiant le départ, déterminant les modalités qui le caractérisent. Que l’on ait honoré un devoir, accompli une tâche, satisfait aux attentes d’autrui, changé d’avis, enduré une déception, souffert d’une forme d’ingratitude, sans nécessairement fuir des situations, on peut se résoudre à « partir ». Ce départ, choisi et en même temps obligé, signifiant une « mutacion », voire une rupture, n’est pas déterminé par un projet à réaliser et, même s’il conduit toujours à regarder vers d’autres horizons et à aller de l’avant, il traduit d’abord une prise de position à l’égard de ce qui a été. Il est le produit du passé et appelle un à-venir. Le moment où l’on « met un terme » à quelque chose, restant d’abord inaperçu ou étant, à l’inverse, grandement remarqué, peut donner lieu à des interprétations, des conjectures, amenant à formuler des hypothèses quant aux raisons sur lesquelles repose le fait de s’en aller. Occasion dynamique d’un renversement, où la personnalité s’affirme, où la présence se définit et impose encore plus in absentia, elle laisse derrière soi la surprise, le regret, la joie ou l’hypocrisie des félicitations, le silence des larmes, le bruit des portes claquées. A tant m’en vois : le je est au centre d’une dynamique grandement ‘textogénétique’ ; vécue à la première personne, elle peut être narrée dans ses causes et ses effets, par le « sujet partant » ou par ceux qui assistent aux salutations (lorsqu’il y en a). Cette dynamique, profondément  émotionnelle, parfois pulsionnelle, est génératrice de narration, de débat, et suscite le questionnement. Aucune limite aux changements qu’elle produit, aux confins qu’elle conduit à franchir, que ce soit de manière réfléchie ou de façon abrupte : le huis d’un couvent, les frontières d’un pays, les règles de la bienséance, le terme naturel de sa propre vie, recherché dans les cas les plus extrêmes de… « départ ». Partir signifie peut-être quitter, lâcher, encore plus que changer. Partir signifie séparer, mais aussi partager, se départir, départager… Il ne s’agit pas ici d’étudier, en contexte, l’expression même qui donnera le titre au volume, mais de proposer des départs dont on constituera un riche et savoureux florilège ; il ne s’agit pas non plus d’envisager une réflexion sur le voyage, le pèlerinage, le passage, l’itinéraire, le cheminement (effet duratif) mais d’envisager avec « A tant m’en vois » le moment de bascule, de rupture, qui sous-tend chaque départ (effet sécant). Dynamique, dynamisante (« m’en voys »), productrice de mouvement et de narration, la formule actantielle qui nous a inspiré(e)s appelle le changement – tout au moins narratif : on part pour questionner autrement ce(ux) qui reste(nt). Qu’il s’agisse d’interroger les effets de régie et de suture (comme chez Chrétien de Troyes et, à sa suite, chez les continuateurs), qui créent dans la narration des seuils auteur / lecteur et qui, par le changement formel, dynamisent le récit et se font performatifs. Qu’il s’agisse de questionner sur ce que l’on quitte (ou refuse de quitter !) comme dans le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle où le départ, toujours différé, crée une « fin de partie » qui se rejoue à chaque scène ? Partir comme se séparer, quitter, abandonner, mais aussi renouveler ou fonder, comme les Congés de Jean Bodel. Qu’il s’agisse de thématiser les modalités de ce départ (chansons de toile, reverdies, mais aussi textes historiques, chroniques ou mémoires narrant un changement de camp, etc.) qui propose une césure entre un avant et un après : quel est cet « aller vers » ? Une croisade ? Un pèlerinage ? Un amant ? Un ami ? Dieu ? Un temps nouveau ? La mort ? Qu’il s’agisse de dramatiser le départ : bruit de portes claquées, froideur des salutations, larmes versées, rires (narrés à la première personne, mais aussi par d’autres, en position d’observateurs). Dans le cas des départs préparés ou des départs abrupts, ce qui est en jeu face à la rupture, c’est le commentaire, la relecture, la réinterprétation pour réintégrer le sécant dans le duratif, l’incompréhension dans l’explicatif. La dynamique situationnelle, si elle constitue une relance du récit, va aussi de pair avec une pause. Qu’il s’agisse de rendre compte, par les outils linguistiques, de la rupture : temps verbaux, adverbes, constructions de phrase, formules conduisant à la formation de patrons syntaxiques « moment + cause > rupture » qui rendent compte du changement, de la mutation (et, réflexivement, d’une écriture ou d’une langue en pleine mutation qui dit le changement). Dans cette dynamique du partement, il s’agit de s’interroger, comme le dit la chanson, sur ce « comment te dire adieu ». CALENDRIER Soumission du résumé (250 mots) : fin février 2018 Décision du comité scientifique : fin avril 2018. Soumission de la version finale de l’article : fin décembre 2018 Publication de « A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge, études recueillies par N. Labère et L. Pierdominici, Fano, Aras Edizioni, 2019 (P.B.S.M.R., III) : premier semestre 2019. Les propositions de sujets sont à envoyer avant fin février 2018 à Nelly Labère (Université Bordeaux III) et Luca Pierdominici (Università di Macerata), éditeurs scientifiques : labere@free.fr, luca.pierdominici@unimc.it et lpierdominici@yahoo.fr. Chaque soumission est évaluée par au moins deux relecteurs appartenant au comité scientifique international de la collection. Indexation : Fabula, Calenda, RMBLF, SUSLLF, DoRiF, etc.   ------------------------------------------------------------------------------------- Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali Collana fondata e diretta da Luca Pierdominici Aras Edizioni, Fano Italia Comitato d‘Onore : Gabriella Almanza Ciotti (Università di Macerata), Jean Dufournet † (Université Paris III), Michèle Perret (Université Paris X), Danielle Quéruel (Université de Reims). Comitato scientifico : Donatella Bisconti (Université de Clermont-Ferrand), Massimo Bonafin (Università di Macerata), Jean Devaux (Université du Littoral-Côte d'Opale), Estelle Doudet (Université Grenoble-Alpes), Elisabeth Gaucher-Rémond (Université de Nantes), Nelly Labère (Université Bordeaux III), Bruno Méniel (Université de Nantes), Amalia Rodriguez Somolinos (Universitad Complutense de Madrid), Fleur Vigneron (Université Grenoble-Alpes). ISSN de la collection: 2039-1412
Nom du contact: 
Nelly Labère, Luca Pierdominici (éds.)
Suggéré par: 
Luca Pierdominici
Courriel: 
luca.pierdominici@unimc.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
28/02/2018
Ville de l'événement: 
Bordeaux / Macerata
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
départ, partir, partement, séparation, partenza, partire, separazione, letteratura, francese, littérature française, medioevo, moyen âge, critique, interprétation

Colloque Judith Gautier

Résumé de l'annonce: 
Convegno celebrativo del Centenario di Judith Gautier
A Parigi (Sorbonne e Hotel de Lauzun), il 17 e 18 novembre prossimi, avrà luogo un Convegno internazionale sulla figura di Judith Gautier, nelle sue molteplici sfaccettature.
Nom du contact: 
Laura Colombo
Courriel du contact: 
laura.colombo@univr.it
Suggéré par: 
Laura Colombo
Courriel: 
laura.colombo@univr.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
16/11/2017
Date de fin de l'événement: 
17/11/2017
Ville de l'événement: 
Parigi
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Judith Gautier, autobiografia, romanzi, teatro, arte, danza

Alessandro Metlica (Università di Padova), Marino poeta di corte. Feste, nozze e spettacoli a Parigi

Seminari di Storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento"

Résumé de l'annonce: 
Il 21 novembre alle ore 16,30, presso il Dipartimento di Studi linguistici e letterari dell'Università di Padova, in Sala Scattola, si terrà il terzo seminario del ciclo "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento". Interverrà il prof. Alessandro Metlica dell'Università di Padova con una lezione dal titolo "Marino poeta di corte. Feste, nozze e spettacoli a Parigi"
Il ciclo di seminari in oggetto (Seminari di storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento") si propone di raccogliere l’eredità dei seminari organizzati, tra il 2010 e il 2013, dal Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese, e ospitati dapprima dall’ex Dipartimento di Romanistica, e in seguito dal Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari (DiSLL) dell’Ateneo dell’Università di Padova (Seminari di storia della lettura e della ricezione, tra Italia e Francia, nel Cinquecento). Con lo scopo di trarre profitto dalle diverse competenze ospitate in seno al DiSLL, si è deciso di ampliare gli estremi cronologici dell’iniziativa, che ora contemplano il Sei oltre al Cinquecento, e di insistere sull’analisi comparativa. Perciò i relatori, francesisti e italianisti ben noti alla comunità accademica internazionale, saranno chiamati a intervenire sulla circolazione di uomini, libri e idee attraverso le Alpi, nel periodo che va dal Rinascimento agli albori dei Lumi. 
Adresse postale: 
Piazzetta G. Folena 1, Padova
Suggéré par: 
Enrico Zucchi (Università di Padova)
Courriel: 
zucchi.en@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
21/11/2017
Ville de l'événement: 
Università di Padova - Sala Scattola
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Marino, barocco, Parigi, Maria de' Medici
Site web de référence: 
http://www.disll.unipd.it/seminari-di-storia-della-cultura

Agnès Guiderdoni (Université catholique de Louvain), Penser par figures entre Renaissance et baroque en Europe

Seminari di Storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento"

Résumé de l'annonce: 
Martedì 7 novembre alle 16,30 in Sala Scattola, presso il Dipartimento di Studi lingustici e letterari dell'Università di Padova, si terrà il secondo dei seminari del ciclo "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento". Interverrà Agnès Guiderdoni, professore di letteratura francese presso l'Université Catholique du Louvain, con una lezione dal titolo "Penser par figures entre Renaissance et Baroque en Europe"
Il ciclo di seminari in oggetto (Seminari di storia della cultura "Tra Italia e Francia, tra Cinque e Seicento") si propone di raccogliere l’eredità dei seminari organizzati, tra il 2010 e il 2013, dal Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese, e ospitati dapprima dall’ex Dipartimento di Romanistica, e in seguito dal Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari (DiSLL) dell’Ateneo dell’Università di Padova (Seminari di storia della lettura e della ricezione, tra Italia e Francia, nel Cinquecento). Con lo scopo di trarre profitto dalle diverse competenze ospitate in seno al DiSLL, si è deciso di ampliare gli estremi cronologici dell’iniziativa, che ora contemplano il Sei oltre al Cinquecento, e di insistere sull’analisi comparativa. Perciò i relatori, francesisti e italianisti ben noti alla comunità accademica internazionale, saranno chiamati a intervenire sulla circolazione di uomini, libri e idee attraverso le Alpi, nel periodo che va dal Rinascimento agli albori dei Lumi.   
Adresse postale: 
Piazzetta G. Folena 1, Padova
Suggéré par: 
Enrico Zucchi (Università di Padova)
Courriel: 
zucchi.en@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
07/11/2017
Ville de l'événement: 
Università di Padova - Sala Scattola
Type d'événement: 
Séminaires et conférences
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
Figures, baroque, art, littérature
Site web de référence: 
http://www.disll.unipd.it/seminari-di-storia-della-cultura

Pages

S'abonner à RSS - Histoire de la culture