Vous êtes ici

Appels à contribution

Revue Annales du patrimoine N° 18 / 2018

Journal Annals of Heritage issue N° 18 / 2018

Résumé de l'annonce: 
La revue "Annales du patrimoine" de l'Université de Mostaganem (Algérie) lance un appel à publication pour le numéro 18 / 2018.
Annales du patrimoine (ADP), est une revue académique en libre accès consacrée aux domaines de littérature, de langue et des sciences humaines. Elle paraît en arabe, en français et en anglais une fois par année. La revue est en ligne depuis sa création en 2004. Elle paraît au mois de septembre. Les chercheurs peuvent soumettre leurs articles dans les disciplines suivantes : - littérature comparée et orientalisme. - littérature mystique et religieuse, - langues, traduction et interculturalité, - histoire et civilisation… La revue accepte également des articles de varia en rapport avec le patrimoine. Les chercheurs intéressés sont invités à envoyer leurs contributions (le résumé de 15 lignes, l'article de 15 pages maximum et 5 mots-clés, en format Word) au plus tard le 15 Août 2018 à l'adresse email de la revue : annales@mail.com Veuillez préciser votre affiliation institutionnelle et votre grade académique si possible. Les propositions d'articles devront respecter les normes de publication de la revue : http://annales.univ-mosta.dz Responsable : Pr Mohammed Abbassa
Nom du contact: 
Mohammed Abbassa
Courriel du contact: 
annales@mail.com
Adresse postale: 
Université de Mostaganem
Suggéré par: 
Mohammed Abbassa
Courriel: 
annales@mail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
15/08/2018
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
annales, patrimoine, littérature, art, mostaganem, algérie
Site web de référence: 
http://revue.univ-mosta.dz/index.php/annales

La terminologie et l’enseignement du français de spécialité

Du français langue professionnelle ou sur objectifs spécifiques

Résumé de l'annonce: 
Appel à publication pour le n°°54/1 (juin 2019) de la revue Le Langage et l'homme.
APPEL À PUBLICATION POUR LE N°54/1 (JUIN 2019) DE LA REVUE LE LANGAGE ET L’HOMME ISSN : 0458-7251 La terminologie et l’enseignement du français de spécialité, du français langue professionnelle ou sur objectifs spécifiques   Dirigé par Rachele Raus (Université de Turin) et par Nicolas Frœliger (Université Paris Diderot) Parce que la place des langues, de la technologie et des outils intellectuels et concrets permettant de les mettre en œuvre dans un monde en plein bouleversement sont en rapide évolution, on assiste depuis quelques années à des rapprochements entre les disciplines qui ont à traiter de ces différents domaines. On le constate par exemple entre traduction et enseignement des langues. On l’observe également avec la linguistique de corpus. On en voit une illustration éclatante dans le vaste domaine couvert par ce que l’on appelle désormais les humanités numériques.   S’il existe de nombreuses publications sur l’enseignement des langues de spécialité, il en existe beaucoup moins sur ce que peut apporter la terminologie à l’enseignement de ces langues (voir, par exemple, Resche 1996 ; Rossi 2007 ; Vecchi 2008), et notamment du français (langue maternelle, seconde ou étrangère). Rares, en effet, sont les recherches qui concernent justement la manière dont la terminologie peut devenir la clé d’accès privilégiée pour apprendre le français de spécialité, aussi bien que le français langue professionnelle (FLP) ou le français sur objectifs spécifiques (FOS). Et pourtant, dans l’enseignement de la langue plus généralement, il est de plus en plus question de l’opportunité qu’une approche lexicale offre pour la construction des compétences lexicales lors de l’apprentissage (Reboul-Touré 2003, Nonnon 2012). La terminologie a au demeurant connu récemment un développement important, grâce, entre autres, à l’intégration des bases de données terminologiques dans les logiciels de TAO et, par conséquent, à son rapprochement du domaine de la traduction, domaine qui, par contre, est resté toujours fort proche de l’enseignement des langues étrangères.  Qui plus est, la « convergence récente entre études terminologiques et phraséologiques » (Frœliger 2013 : 107) permet de repenser les recherches en terminologie dans une optique de « phraséodidactique » (Maribel 2015) du français langue de spécialité. Sans oublier qu’en terminologie, les relations conceptuelles permettent de structurer la compréhension d’un domaine et, par conséquent, de mieux l’appréhender et de s’approprier la langue de spécialité qui en est l’expression (Lerat 1997). Ce numéro de la revue Le Langage et l’Homme entend justement donner des exemples et/ou réfléchir, au plan théorique, sur les possibilités multiples que l’approche terminologique ouvre dans l’apprentissage du français langue de spécialité, aussi bien que du français langue professionnelle ou sur objectifs spécifiques. Et nous rappellerons que le français est ici à considérer comme langue maternelle, seconde ou étrangère. Sans vouloir limiter les réflexions possibles, les contributions pourront porter sur : les relations conceptuelles des termes en lien avec la didactique du français de spécialité ; l’approche comparée en terminologie dans l’acquisition du FLP/FOS et du français de spécialité ; l’approche socioterminologique dans une perspective d’apprentissage du français langue de spécialité par la dimension discursive (Raus 2013) ou pragmatique ; la terminologie et la phraséologie dans une perspective de « phraséodidactique » (Maribel 2015) du FLP/FOS et du français langue de spécialité ; les enjeux et les défis de l’enseignement diachronique des termes en didactique du français langue de spécialité (cf. Celotti, Musacchio 2004) ; les relations entre, d’une part, les logiciels de TAO et les bases de données terminologiques et, d’autre part, l’enseignement du français de spécialité ; … Quelques repères bibliographiques Celotti Nadine, Musacchio Maria Teresa (2004), « Un regard diachronique en didactique des langues de spécialité ». ELA, 135, 263-270. Frœliger Nicolas (2013), Les Noces de l’analogique et du numérique. De la traduction pragmatique. Paris, Les Belles Lettres. Lerat Pierre (1997), « Approches linguistiques des langues spécialisées ». ASP, 15-18. URL : https://journals.openedition.org/asp/2926 Maribel Gonzàles (éd.) (2015), Outils et méthode d’apprentissage en phraséodidactique. Louvain-la-Neuve, EME éditions. Nonnon Élisabeth (2012), « La didactique du français et l’enseignement du vocabulaire dans vingt ans de revues de didactique du français langue première », Repères. Recherches en didactique du français langue maternelle, 46, 33-72. Raus Rachele (2013), La terminologie multilingue. Bruxelles, De Boeck. Reboul-Touré Sandrine (2003), « L’enseignement du lexique au collège ». Le français aujourd’hui, 41, 123-128. Resche Catherine (1996), « La terminologie comparée au service de l’enseignement en langue de spécialité en 3e cycle DEA Monnaie-Finance-Banque ». ASP, 11-14. URL : https://journals.openedition.org/asp/3501 Rossi Micaela (2007), « Didactique des langues de spécialité au niveau universitaire : l’apport de la terminologie », Synergies Italie, 3, 46-56. Vecchi Dardo de (2008), « Place de la terminologie dans l’enseignement des langues spécialisées dans une école de management ». In Olivier Bertrand, Isabelle Schaffner, Le français de spécialité. Enjeux culturels et linguistiques. Paris, Éditions de l’École Polytechnique, 237-249. Les auteurs enverront leur article en langue française (selon les recommandations ci-jointes) aux adresses électroniques suivantes : rachele.raus@unito.it, LLH@outlook.be Calendrier de publication début novembre 2018 : réception des textes des contributions. mi-novembre : envoi au Comité scientifique pour évaluation. début janvier 2019 : réception de l’avis du Comité scientifique et envoi des décisions aux auteurs. début mars : date ultime pour le remaniement et la mise en forme des textes. début avril : envoi de la première épreuve aux auteurs : corrections à envoyer dans les trois semaines. mi-mai : envoi de la seconde épreuve aux auteurs : ultimes corrections à envoyer dans les dix jours. fin mai : envoi du PDF final à l’éditeur. fin juin : parution du volume. Les articles sont rédigés de préférence en français. Ils sont accompagnés d’un résumé de 15 lignes en anglais. Les articles en une autre langue sont accompagnés d’un résumé de 15 lignes en français. Voir l'appel en pièce jointe pour plus d'informations.
Nom du contact: 
Rachele Raus
Courriel du contact: 
rachele.raus@unito.it
Suggéré par: 
Marie Gaboriaud
Courriel: 
marie.gaboriaud@institufrancais.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
01/11/2018
Ville de l'événement: 
Turin/Paris
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
français de spécialité, français langue professionnelle

Repenser l'étude des langues à l'université: le défi des humanités numériques?

CfP Etudes de Linguistique Appliquée (ELA)

Résumé de l'annonce: 
Appel à contributions pour un numéro de la revue Etudes de Linguistique Appliquée à paraitre en juin 2019
Cher-e-s collègues, Nous avons le plaisir de vous communiquer, en pièce-jointe, l'appel à contribution pour un numéro des ELA, en lien avec le colloque du Pôle d’Élaboration de Ressources Linguistiques (PERL-USPC) en novembre dernier, avec le soutien de l'AFLA. Repenser l’étude des langues à l’université : le défi des humanités numériques? Coordination : Alice Burrows (PERL - Université Sorbonne Nouvelle), Rosa Cetro (Université de Pise), Natalie Kübler (PERL - Université Paris Diderot), Grégory Miras (Université de Rouen Normandie). Texte de cadrage de l’appel à contribution L’objectif de ce numéro est de proposer des contributions présentant une réflexion théorique, des études de cas ou des retours d’expériences ayant comme point commun d’interroger les rapports entre l’étude des langues à l’université et les perspectives ouvertes par les humanités numériques. Il s’agira donc de comprendre la synergie entre les études de linguistique située (Condamines & Narcy-Combes, 2015) et les possibilités ouvertes par les humanités numériques (Terras et al., 2013 ; Dacos & Mounier, 2014 ; Dumouchel, 2015) dans le contexte spécifique de l’Université au XXIe siècle. Le numéro cherchera, dans un premier temps, à questionner les humanités numériques dans une perspective pluri-inter-transdisciplinaire (Claverie, 2010) quant à la prise en compte et l’intégration du numérique (mégadonnées, plate-forme, e-learning, etc.) dans l’étude des langues à l’université. Ce questionnement présente deux aspects : d’une part, l’entrée massive du numérique en milieu universitaire est le résultat d’une volonté politique (Avis du Conseil National du Numérique, mai 2016), d’autre part, le numérique s’offre, pour les chercheurs et les enseignants des langues, comme un potentiel accélérateur de pratiques - pédagogiques, discursives.... - (Karsenti & Larose, 2001). Ces deux facettes du questionnement interrogent la notion de transformation (voir l’appel à manifestation d’intérêt, 2017[1]) liée à l’introduction du numérique en milieu universitaire. Le Conseil National du Numérique propose ainsi de graduer l’implémentation des technologies du numérique à l’université en deux phases : une phase exploratoire et une phase de transformation. L’entrée dans la phase de transformation signifierait ainsi une remise en cause radicale des pratiques universitaires en général, et des pratiques en langue (recherche et transmission) en particulier. Or, certains chercheurs pointent le risque contenu dans cette notion de transformation (Springer, 2016), lorsqu’elle n’émane pas directement des acteurs du terrain (marche vers l’industrialisation des pratiques linguistiques, accélération des coupes budgétaires, etc.). Néanmoins, la transformation est également un processus indissociable de la recherche. Dans leur ouvrage, Karsenti et Larose (2001) avançaient justement le potentiel du numérique comme accélérateur pédagogique. L’introduction de l’outil devient, dans cette perspective, une potentialité de questionnement sur les pratiques linguistiques (pratiques de recherches, comme d’enseignement/ apprentissage, mais aussi de communication). Le numéro mettra en relation, dans un second temps, ces questionnements pluridisciplinaires avec les travaux en Sciences du langage qui s’inscrivent dans les perspectives des humanités numériques (Pitman & Taylor, 2017). Il s’agira alors de voir comment les études en Sciences du langage éclairent ces phénomènes de transformation via des formes de modélisation, dans plusieurs directions : l’enseignement/apprentissage et l’acquisition des langues (dématérialisation des formations en langues (Nissen, 2014), l’utilisation des corpus pour l’enseignement des langues (Boulton & Tyne, 2014), les outils de recherche pour les processus d’acquisition en langue (Pelletieri, 2000), les pratiques linguistiques (multimodalités des interactions médiées par le numérique (Develotte, Kern & Lamy, 2011 ; Smith, 2003 ; Paveau, 2017), les grands corpus pour la traduction (Baker, 1996 ; Zanettin, 2000 ; Kübler, 2011), le discours numérique (Thurlow & Mroczek, 2011 ; Paveau, 2015) et l’ergonomie des outils numériques (Bastien & Scapin, 1993), place et tâches des spécialistes du développement informatique (Potvin, Power & Ronchi, 2014). Enfin, dans un troisième temps, le numéro s’attardera à analyser les défis des enjeux des humanités numériques dans les Sciences du langage à l’université pour en soulever les impensés (Grangeon, 2016). Il s’agira ici de mettre au centre de l’analyse les préoccupations des acteurs universitaires (Duclos, 2015) qui peuvent être soulevées par de telles transformations. Ce troisième temps du numéro étudiera les modifications du rapport des acteurs universitaires avec leur travail qu’entraîne l’introduction du numérique dans le champ universitaire (Grangeon & Magis, 2016). On centrera alors l’attention sur les conséquences des pratiques numériques sur la propriété intellectuelle (étude de l’INPI, 2015) mais également sur les formes de prise en considération des préoccupations des acteurs du contexte universitaire. Dans ce sens, un meilleur accompagnement des transformations permettra-t-il la prise en compte de ces préoccupations pour des modifications des pratiques numériques. Dates importantes : 1. Date limite d’envoi des résumés (3 pages, ou 6 000 signes, espaces non compris, mais incluant la bibliographie) : 15 septembre 2018 2. Réponse aux auteurs sur la sélection des résumés : 1er octobre 2018 3. Version complète (12 pages, bibliographie incluse) : 15 décembre 4. Version corrigée : 11 mars 2019 5. Version finale : 11 mai 2019 6. Publication : 11 juin 2019 Informations : Site web : www.afla-asso.org/ela2019/ Contact : alicehelene.burrows@gmail.com Bibliographie : Avis du conseil national du numérique, (2016). Université numérique : du temps des explorateurs à celui de la transformation. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.https://cnnumerique.fr/wp-content/uploads/2016/05/CNNum_Avis2016-1_ESR-4.pdf Baker, M., (1996). « Corpus-based Translation Studies. The Challenges that Lie Ahead ». In : Somers, Harold (Ed.). Terminology, LSP and Translation. Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company. p. 175-186. Bastien, J.M.C., Scapin, D., (1993). Ergonomic Criteria for the Evaluation of Human-Computer interfaces. Institut National de recherche en informatique et en automatique. Boulton A. & Tyne H. (2014). Des documents authentiques aux corpus. Démarches pour l'apprentissage des langues. Paris : Didier. Claverie, B., (2010). « Pluri-, inter-, transdisciplinarité : ou le réel décomposé en réseaux de savoir », Projectics / Proyéctica / Projectique 2010/1 (n° 4). p. 5-21. Condamines, A., Narcy-Combes J.-P., (2015). « La linguistique appliquée comme science située ». In : F. Carton, J.-P. Narcy-Combes, M.-F. Narcy-Combes, D. Toffoli. Cultures de recherche en linguistique appliquée. Paris : Riveneuve Éditions. p. 209-229 Dacos, M., Mounier, P., (2014). Rapport Humanités numériques. Institut français. Open Édition. Develotte, C., Kern, R., Lamy, M.-N., (2011). Décrire la conversation en ligne, le face à face distanciel. Paris : ENS Éditions. Duclos, A. M., (2015). « La résistance au changement : un concept désuet et inapproprié en éducation ». Psychologie & Éducation. p. 33-45. Dumouchel, S., (2015). « Les Humanités Numériques : une nouvelle discipline universitaire? ». Digital Humanities à l’IHA. http://dhiha.hypotheses.org/1539 Etude de l’INPI, (2015). La propriété intellectuelle & la transformation numérique de l’économie. https://www.inpi.fr/fr/services-et-prestations/etude-pi-et-economie-numerique Granjon, F., (2016). « Présentation du dossier ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/726 Granjon, F., Magis, C., (2016). « Critique et humanités numériques ». Variations [En ligne], 19. http://variations.revues.org/748 Karsenti, T. et Larose, F. (dir.) (2001). Les TIC… au cœur des pédagogies universitaires. Québec : Presses de l’Université du Québec. Kübler, N. (2011) « Working with different corpora in translation teaching ». In Frankenberg-Garcia A., Flowerdew, L., Aston G., (Eds.). New Trends in Corpora and Language Learning. London: Continuum. p. 62-80. Nissen, E. (2014). « Les spécificités des formations hybrides en langues ». Apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication (Alsic), vol. 17. http://alsic.revues.org/2773. Paveau, M.-A., (2015). « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires [En ligne], 2014-1. http://itineraires.revues.org/2313 Paveau, M.-A., (2017). « L’écriture numérique. Standardisation, délinéarisation, augmentation », Fragmentum, n°48. https://periodicos.ufsm.br/fragmentum/article/view/23296/15104 Pelletieri, J., (2000). « Negotiation in n° 4, ENS Cyberspace - the Role of Chatting in the Development of Grammatical Competence ». In Warschauer, M., Kern R. (Dir.). Network-based LT : Concepts and Practice. Cambridge : CUP. p.59-86. Pitman, T., Taylor, C., (2017). « Where’s the ML in DH? And Where’s the DH in ML? The Relationship between Modern Languages and Digital Humanities, and an Argument for a Critical DHML ». Dhq, vol 11.1 [en ligne]. http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/11/1/000287/000287.html Potvin, C., Power, T., M., Ronchi, A., (dir.) (2014). La formation en ligne. Les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l’Université Laval. Smith, B., (2003). « Computer-mediated negotiated interaction : An expanded model ». Modern Language Journal, vol. 87, n° 1. p. 38-57. Springer, C., (2016). « Humanités numériques et enseignement des langues en ligne : le train du Progrès et de la science poursuit sa route, je voudrais descendre ». Séminaire du Laboratoire Parole et Langage, Nov. 2016, Aix en Provence, France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01464858/document Terras, M., Nyhan, J. and Vanhoutte, E. (Eds). (2013). Defining Digital Humanities: A Reader. Farnham : Ashgate. Thurlow, C., Mroczek, K., (2011). Digital Discourse, Language in the New Media. Oxford Studies in Sociolinguistics. Zanettin, F., (2000). « Parallel Corpora in Translation Studies: Issues in Corpus Design and Analysis ». In : Olohan, M. (Ed.). Intercultural Faultlines. Research Models in Translation Studies I Textual and Cognitive Aspects. London : Routledge. [1] http://www.sup-numerique.gouv.fr/cid112956/appel-manifestation-interet-2017-transformation-pedagogique-numerique.html (consulté le 10-04-17) Dates importantes : 1. Date limite d’envoi des résumés (3 pages, ou 6 000 signes, espaces non compris, mais incluant la bibliographie) : 15 septembre 2018 2. Réponse aux auteurs sur la sélection des résumés : 1er octobre 2018 3. Version complète (12 pages, bibliographie incluse) : 15 décembre 4. Version corrigée : 11 mars 2019 5. Version finale : 11 mai 2019 6. Publication : 11 juin 2019 Informations : Site web : www.afla-asso.org/ela2019/ Contact : alicehelene.burrows@gmail.com
Nom du contact: 
Alice Hélène Burrows
Courriel du contact: 
alicehelene.burrows@gmail.com
Suggéré par: 
Rosa Cetro
Courriel: 
rosa.cetro@unipi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
18/06/2018
Date de fin de l'événement: 
15/09/2018
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
http://www.afla-asso.org/ela2019/

CFP Sections "Essays" and "Theory and practice of Translation"

Résumé de l'annonce: 
Ticontre IX, Maggio 2019
CFP per partecipare alle sezioni "Saggi" e "Teoria e pratica della traduzione" del primo numero del 2019 «Ticontre» si occupa di critica e analisi testuale, storia della letteratura, teoria della letteratura e letteratura comparata, traduttologia. I saggi vengono sottoposti a una blind peer review da parte di due esperti. Nei suoi quattro anni di vita «Ticontre» ha pubblicato regolarmente e senza ritardi 9 numeri, contenenti complessivamente 145 articoli, dei quali circa il 30% è scritto in lingua straniera. Le istituzioni rappresentate dagli autori degli articoli sono più di 70, di cui circa la metà estere. La redazione è ampia e i suoi membri a୯feriscono a numerose istituzioni; nel comitato direttivo siedono diversi giovani ricercatori; il comitato scienti୰୤co comprende numerosi membri stranieri. «Ticontre» è inserita nell’elenco delle riviste scienti୰୤che dell’anvur ed è indicizzata in erih plus. La rivista ha una sezione monografica, diversa per ogni numero, e tre sezioni fisse: Saggi – nei quali trovano posto interventi critici di varia natura –, Teoria e pratica della traduzione – sezione che raccoglie interventi di carattere traduttologico, nonché traduzioni di poesia e prosa corredate da una nota di commento –, infine la sezione Reprints, la quale ospita testi di grande importanza scientifica e/o per la storia della disciplina non ancora tradotti in italiano o non più reperibili. Chi fosse interessato a sottoporre una proposta per il primo numero del 2019 («Ticontre» xi, maggio 2019), dovrà inviare un abstract di massimo 500 parole contente la proposta di articolo, accompagnandolo con una nota bio-bibliografica (massimo 150 parole), all’indirizzo proposal@ticontre.org entro il 10 settembre 2019; la Redazione comunicherà l’esito della selezione l’27 settembre 2018. Il termine ultimo per inviare gli articoli selezionati sarà il 14 dicembre 2018, per essere quindi sottoposti alla valutazione tramite peer-review
Nom du contact: 
pietro taravacci
Courriel du contact: 
proposal@ticontre.org
Adresse postale: 
Via Tommaso Gar 14
Suggéré par: 
Claudia Crocco
Courriel: 
claudia.crocco@unitn.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
10/09/2018
Ville de l'événement: 
Trento
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
saggi, traduzione
Site web de référence: 
http://www.ticontre.org/files/T3proposal.pdf

Indagine sul destinario "I hope that someone gets my message in a bottle"

Résumé de l'annonce: 
Graduate Conference per dottorandi e dottori di ricerca (6-8 novembre 2018)
La dignità comunicativa di un messaggio, sia esso il nucleo di un testo letterario, di un atto linguistico o di un episodio storiografico, dipende in buona parte dal ruolo giocato dal destinatario, che ne è insieme implicito agente genetico e compromettente fattore costitutivo. Dall’estetica della ricezione alla «cooperazione interpretativa» (Eco) e alle letture plurali del Finnegans Wake, quello del destinatario rappresenta un nodo cruciale per l’ermeneutica della letteratura e per la ricerca filologica: interlocutore reale o simulato, anello di congiunzione tra l’autore e il suo testo, il lettore si pone al di là di forme e generi letterari, conscio (o forse no) di essere il perno di qualsiasi processo di produzione culturale. Anche in linguistica il destinatario svolge, al pari del mittente, una funzione essenziale nella costruzione del discorso, sia esso parlato o scritto. Al ricevente non spetta soltanto il compito di accogliere passivamente il messaggio, ma anche quello di guidare il mittente nelle scelte linguistiche e testuali; a lui sono riservate le sorti di ogni atto linguistico, ovvero la comprensione, l’interpretazione e la ricostruzione da condursi attraverso le conoscenze pragmatiche che governano la comunicazione. Similmente la storiografia, essendo gli storici influenzati da problematiche e domande direttamente collegabili alle vicende loro contemporanee, ha la sua genesi e la sua ragion d'essere non solo nell'offrire ad un pubblico il più vasto possibile una lettura degli eventi storici intesi come rigorosamente accertati e distinti dal mito e dall'uso pubblico strumentale della Storia, ma anche e soprattutto nell'offrire al destinatario schemi e strumenti interpretativi che gli consentano non solo di leggere il messaggio a lui rivolto, ma di comprenderlo e farlo proprio alla luce del proprio personale vissuto. È su tale tema che la Graduate Conference Unisa propone un’indagine che coinvolga i tre ambiti scientifici attinenti al Dottorato di Ricerca in Studi Letterari, Linguistici e Storici, e che faccia ricorso a nuove o consolidate prospettive metodologiche, allo scopo di elaborare un quadro significativo dell’argomento nel contesto di un dialogo interdisciplinare. Qui di seguito alcune linee di ricerca su cui convergere: LETTERATURA E FILOLOGIA MODERNA • L'autore e la costruzione del suo pubblico: lo statuto del destinatario tra classicità e crisi. Dalle premesse sociologiche della scelta del genere all'espediente metanarrativo dell'appello al lettore. • Intorno ai fenomeni di ricezione testuale: l’atto materiale della lectura e l’interazione tra testo e lettore. • Destinatari di finzione e d’occasione: meditazioni sulla soglia paratestuale del testo di dedica e sull’opzione epistolare in prosa e in versi. LINGUISTICA • Il destinatario nella comunicazione scritta e/o parlata: da lettore immaginario a costruttore dell’interazione dialogica. Riflessioni sulle strategie comunicative che concorrono alla felice comprensione del messaggio. • Cortesia linguistica: istruzioni per l’uso. Approfondimenti sulle tendenze dei parlanti nell'uso di formule allocutive in registri formali e informali. • Il destinatario nella didattica delle lingue straniere: tipi di adattamento di modelli di insegnamento alle variabili individuali del discente (background linguistico, età, DSA). STORIA MODERNA E CONTEMPORANEA • Crisi della Storia o crisi degli storici? Il ruolo della Storia e degli storici dagli anni '60 ad oggi nel dibattito pubblico. • Public History e Comunicazione: il pubblico al centro del dibattito storiografico come fruitore primo della ricerca. Metodologie, forme e tecniche delle nuove frontiere della storiografia. • Forme di informazione massmediatica: uso ed abuso della Storia nel mondo dei social media. Dalle pagine Facebook ai blog tematici, nuovi veicoli per la formazione della percezione individuale e collettiva della Storia. Tutti i dottorandi e i dottori di ricerca interessati a partecipare dovranno inviare un abstract in formato .doc e .pdf di 300-500 parole, ad esclusione di titolo e bibliografia, all’indirizzo gradconfdipsum2018@unisa.it entro il 6 luglio 2018. Nell’abstract dovranno essere indicati: nome e cognome, indirizzo mail, ateneo di provenienza, la qualifica e l’area tematica cui si intende riferire il contributo. Il Comitato organizzativo si incarica di comunicare l’ammissione alla Graduate Conference non oltre il 6 settembre 2018. I relatori selezionati avranno a disposizione 15-20 minuti per presentare il proprio contributo e saranno successivamente invitati a sottoporre il loro intervento per la pubblicazione degli Atti del Convegno. Le eventuali spese di partecipazione sono a carico dei convegnisti. Per ulteriori informazioni è possibile consultare il sito web dedicato alla Graduate Conference (https://gradconfdipsum18.wixsite.com/unisa) oppure rivolgersi al Comitato (gradconfdipsum2018@unisa.it). Comitato organizzativo Nicoletta Agresta Alessio Bottone Giovanni Genna Michele Lacriola Riccardo Orrico Carmela Sammarco Debora Sarnelli
Nom du contact: 
Nicoletta Agresta
Courriel du contact: 
gradconfdipsum2018@unisa.it
Adresse postale: 
Università di Salerno - Campus di Fisciano - Aula Nicola Cilento -
Suggéré par: 
Agnese Silvestri
Courriel: 
asilvestri@unisa.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
06/07/2018
Ville de l'événement: 
Salerno
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
destinatario in letteratura - destinatario in linguistica
Site web de référence: 
https://gradconfdipsum18.wixsite.com/unisa

Translation and Lyrical Tradition between Italy and France (19th-21st Century)

Graduate Conference 2018 – Appel à contribution

Résumé de l'annonce: 
Colloque réservé aux jeunes chercheurs sur le thème de la traduction de textes poétiques entre l’Italie et la France, du XIXe siècle à nos jours.
GRADUATE CONFERENCE 2018 Translation and Lyrical Tradition between Italy and France (19th-21st Century) Università degli Studi di Padova, Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari Padoue, 11-12 octobre 2018 Allocution inaugurale par : VALERIO MAGRELLI APPEL À CONTRIBUTION Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, l’intérêt de la critique pour la traduction n’a cessé de s’amplifier. Cet intérêt ne porte pas seulement sur les aspects liés à la traduction en tant que « genre littéraire », mais aussi et surtout sur ce qui concerne ses connotations sociologiques et culturelles. Dans ce contexte, le concept de « transfert littéraire » a donc suscité un grand intérêt, étant considéré comme l’un des aspects privilégiés d’une tentative critique de réinterprétation de l’histoire littéraire dans une perspective transnationale, dans laquelle la traduction, sous tous ses aspects, semble avoir une pertinence absolue. Le projet de recherche collective TRALYT. Translation and Lyrical Tradition between Italy and France (19th-21st Century) [SIR 2014 RBSI14URLE, financé par le Ministère italien de l’Éducation Nationale, de l’Université et de la Recherche Scientifique], actuellement en cours à l’Université de Padoue, se situe dans ce contexte. Il vise deux objectifs : la réalisation d’un répertoire numérique des échanges littéraires franco-italiens à l’époque moderne et contemporaine, ainsi que l’étude de ces échanges. Dans le cadre de ce projet, le groupe de recherche TRALYT et le Département d'Études Linguistiques et Littéraires (DiSLL) organisent un Colloque réservé aux jeunes chercheurs sur le thème de la traduction de textes poétiques entre l’Italie et la France, du XIXe siècle à nos jours. Parmi les sujets possibles : – Formes et modalités de la traduction – Théorie de la traduction – Histoire et historiographie de la traduction – Traduction et marché éditorial – Aspects socioculturels de la traduction Le comité organisateur se réserve la possibilité d’accepter des propositions touchant à d’autres thématiques, sous réserve que celles-ci soient opportunément motivées. CONTRIBUTIONS Le Colloque est réservé aux jeunes chercheurs (diplômés, doctorants et docteurs de recherche, post-doc), intéressés par les différents aspects de la traduction. Les propositions de communications de 300 mots (à l’exclusion du titre et des références bibliographiques) accompagnées d'un paragraphe biobibliographique (avec nom, prénom, adresse e-mail, affiliation, et langue choisie pour l’intervention) sont à envoyer avant le 30 juin 2018 à info.tralyt@gmail.com. La durée prévue pour les interventions est de 20 minutes (plus 10 minutes de discussion). Les participants pourront parler en italien, français ou anglais. La rencontre se terminera par une table-ronde consacrée à la discussion des thèmes principaux qui auront émergé lors de la conférence et à la présentation de la base de données électronique TRALYT. Les réponses seront données le 31 juillet 2018 au plus tard. La participation au colloque est gratuite. Les autres frais (voyage, hébergement, etc.) devront être pris en charge par les intervenants. D'autres informations pratiques et logistiques sur le séjour à Padoue seront fournies sous peu aux participants. Les travaux du colloque donneront lieu à une publication (peer-reviewed), dont les indications seront fournies à la fin de la rencontre. Le Comité d’Organisation: Tobia Zanon Jacopo Galavotti Sara Giovine Giacomo Morbiato
Nom du contact: 
Tobia Zanon
Courriel du contact: 
info.tralyt@gmail.com
Adresse postale: 
Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari – Piazzetta G. Folena 1 – 35137 Padova
Suggéré par: 
Tobia Zanon
Courriel: 
tobia.zanon@unipd.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/06/2018
Ville de l'événement: 
Padova
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Site web de référence: 
http://www.disll.unipd.it

Enjeux de l'acquisition des langues secondes en contextes migratoires

Résumé de l'annonce: 
Colloque international jeunes chercheur·e·s en didactique des langues secondes
APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international jeunes chercheur·e·s en didactique des langues secondes ENJEUX DE L’ACQUISITION DES LANGUES SECONDES EN CONTEXTES MIGRATOIRES Metz, 21-22 septembre 2018 Les processus de mondialisation qui s’accélèrent en ce début de XXIe siècle, et les phénomènes de mobilité qui en résultent, posent de nouveaux défis qui appellent de nouvelles réponses en matière de politique d’accueil et d’intégration/insertion des publics migrants. Les besoins de formation des publics migrants et les contextes dans lesquels ils s’inscrivent étant extrêmement variés, ils interrogent dès lors, ou vont ou doivent interroger, la didactique des langues et des cultures à la fois dans sa prise en compte de la diversité des contextes, socio-culturellement situés, et dans ses processus d’intervention, en vue d’élaborer des modèles d’action liés aux réalités sociales. Notre CJC se propose d’éclairer les modalités de transmission/acquisition des apprentissages des langues secondes dans différents contextes migratoires. Ce colloque jeunes chercheur·e·s (CJC) s’inscrit dans la continuité du CJC consacré à « l’enseignement- apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contexte non européen », organisé par l’Université de Lorraine les 28 et 29 septembre 2017. Les principales thématiques de ce dernier CJC ayant permis de poser les jalons d’une réflexion plus large sur l’enseignement-apprentissage des langues étrangères/secondes, notre nouveau CJC concernera les enjeux didactiques de l’acquisition de ces langues en contextes migratoires. En effet, les processus de mondialisation qui s’accélèrent en ce début de XXIe siècle, et les phénomènes de mobilité qui en résultent, posent de nouveaux défis qui appellent de nouvelles réponses en matière de politique d’accueil et d’intégration/insertion des publics migrants. Il s’agit notamment, dans une perspective de cohésion sociale et de citoyenneté partagée, de répondre aux besoins de formation linguistique des publics migrants : en témoignent les programmes d’apprentissage des langues Erasmus+ proposés par l’Union européenne initialement dédiés aux étudiants européens, qui concernent depuis peu les publics migrants/réfugiés ; l’accroissement des demandes de formation didactique en langue seconde/langue de scolarisation dans les établissements scolaires témoigne aussi de cette évolution des considérations didactiques visant à répondre à la diversité des besoins d’apprentissage des élèves migrants ; enfin, des parcours linguistiques liés à la formation et l’insertion professionnelle des publics migrants ont pu être développés en Europe, à l’initiative des pouvoirs publics (comme le FLI, « français langue d’intégration », en France), ou du public et du privé (comme en Italie). Les besoins de formation des publics migrants et les contextes dans lesquels ils s’inscrivent étant donc extrêmement variés, ils interrogent dès lors, ou vont ou doivent interroger la didactique des langues et des cultures à la fois dans sa prise en compte de la diversité des contextes, socio-culturellement situés, et dans ses processus d’intervention, en vue d’élaborer des modèles d’action liés aux réalités sociales. Notre CJC se propose ainsi d’éclairer les modalités de transmission/acquisition des apprentissages des langues secondes dans différents contextes migratoires. Il s’agira de dresser un état des lieux de la recherche et des démarches mises en œuvre afin de dégager de nouvelles perspectives didactiques au regard des enjeux politiques, sociaux et éducatifs liés à l’accueil des publics migrants. Les communications s’intéresseront particulièrement à la prise en compte des contextes et des effets des contextes dans les démarches didactiques en langues secondes en direction des publics migrants suivant quatre axes : • Axe 1 : La nature et la spécificité des savoirs et des compétences à transmettre en contexte d’acquisition d’une langue seconde dans différentes situations d’enseignement-apprentissage : contextes scolaire, universitaire, socio-institutionnel et professionnel. • Axe 2 : Les approches didactiques et les contenus d’enseignement associés aux besoins et aux objectifs d’intégration des publics migrants. • Axe 3 : La prise en compte des compétences plurilingues et des processus liés notamment à l’interlangue et à l’intercompréhension en contexte d’acquisition d’une langue seconde. • Axe 4 : La place et le rôle de technologies numériques dans la contextualisation des dispositifs didactiques d’apprentissage visant l’intégration des publics migrants. CALENDRIER Date d’ouverture de l’appel à communications : 3 mai 2018 Date limite pour la soumission des propositions : 24 mai 2018 Date de notification d’acceptation ou de refus: 15 juin 2018 LANGUES DU COLLOQUE français, italien et anglais MODALITÉS DE SOUMISSION Les doctorant.e.s et les jeunes docteur.e.s (ayant soutenu après le 1er septembre 2016) en sciences du langage et didactique des langues sont invité.e.s à soumettre une proposition pour une communication de vingt minutes (suivie de dix minutes de discussion). Les propositions contiendront sur une première page le nom de leur auteur.e et la mention de son rattachement institutionnel, son adresse mail, un titre, une notice biographique (cinq lignes max.) et la mention éventuelle de la soutenance de thèse (date, lieu, titre, jury) ; le tout suivi, sur une autre page, d’un résumé qui ne mentionnera pas le nom de l’auteur.e et sera accompagné de quelques références bibliographiques (sur la même page). Les propositions de communication devront être rédigées dans la langue prévue pour la communication. Afin de garantir une meilleure compréhension de la part de tous les participants, les présentations Powerpoint doivent être rédigées dans une langue différente par rapport à celle prévue pour la présentation orale. Les propositions de communications ne doivent pas dépasser 500 mots (bibliographie comprise). Chaque proposition sera évaluée en double aveugle par deux membres du comité scientifique du colloque. Les critères de sélection comprendront la qualité du contenu, la pertinence thématique et l’originalité de la proposition. Les propositions sont à envoyer à : langues.europeennes.secondes@gmail.com Frais de participation : 65 euros Il est prévu de publier les textes issus des communications qui auront été sélectionnés suivant la même procédure d’évaluation. COMITÉ D’ORGANISATION • Abid Sarah (doctorante, Université de Lorraine) • Achard-Bayle Guy, (professeur, Université de Lorraine) • Fracchiolla Béatrice (professeure, Université de Lorraine) • Fragonara Aurora (post-doctorante, Université de Bergame / jeune docteure, Université de Lorraine) • Galazzi Enrica (professeure, Université catholique de Milan) • Kaced Omar (doctorant, Université de Lorraine) • Li Junkai (doctorant, Université Sun Yat-sen / jeune chercheur stagiaire au Crem, Université de Lorraine) • Macaire Dominique (professeure, Université de Lorraine) • Masseron Caroline (professeure, Université de Lorraine) • Seifelnaser Tarek (doctorant, Université de Lorraine) COMITÉ SCIENTIFIQUE (EN COURS DE CONSTITUTION – MEMBRES AYANT DÉJÀ DONNÉ LEUR ACCORD) • Achard-Bayle Guy (Lorraine) • Adami Hervé (Lorraine) • Agresti Giovanni (Napoli-Federico II) • Bosisio Cristina (Cattolica-Milano) • Cuq Jean-Pierre (Nice) • Galazzi Enrica (Cattolica-Milano) • Grassi Roberta (Bergamo) • Londei Danielle (Bologna + DoRIF) • Masseron Caroline (Lorraine) • Petitjean André (Lorraine) • Pugliese Rosa (Bologna) • Rossi Micaela (Genova + DoRIf) • Valentini Ada (Bergamo) ORGANISATION Manifestation co-organisée par le Centre de recherche sur les médiations (Université de Lorraine) et l’Université catholique du Sacré-Cœur (Milan, Italie) avec le parrainage du DOcumentazione & RIcerca per la didattica della lingua Francese nell’Università italiana (DoRiF, Italie) ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES ADAMI H., 2009, La formation linguistique des migrants, Paris, CLÉ International. ANDORNO C., VALENTINI A., GRASSI R., 2017, Verso una nuova lingua. Capire l’acquisizione di L2, Turin, UTET-De Agostini. AUGER N., 2011, Élèves nouvellement arrivés en France, Réalités et perspectives pratiques en classe, Paris, Édition des Archives Contemporaines. BÉACCO J.-C. (dir.), 2013, Éthique et politique en didactique des langues. Autour de la notion de responsabilité, Paris, Didier. BERNINI G., SPREAFICO L., VALENTINI A. (dirs), 2008, Competenze lessicali e discorsive nell’acquisizione di lingue seconde (Atti del Convegno, Bergamo, 8-10 giugno 2006), Pérouse, Guerra Edizioni. BETTONI C., 2006, Usare un'altra lingua: Guida alla pragmatica interculturale, Bari, Laterza. BLANCHET Ph., MOORE D., ASSELAH-RAHAL S. (dirs), 2008, Perspectives pour une didactique des langues contextualisée, Paris, Éditions des Archives Contemporaines / AUF. BOSISIO C., CAMBIAGHI B., 2015, « Enseigner et apprendre les langues : un regard épistémologique », in Repères DoRiF n°7, « Des médias à l’éducation comparée : les diagonales de Louis Porcher », DoRiF Università. Accès en ligne : http://www.dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=216 BOSISIO C., CAMBIAGHI B., ZANOLA M., 2012, L’italiano L2 nella scuola secondaria di secondo grado, Rome, Bulzoni Editore. BOZZONE COSTA R., FUMAGALLI L., VALENTINI A. (dirs), 2011, Apprendere l’italiano da lingue lontane : prospettiva linguistica, pragmatica, educativa, Pérouse, Guerra Edizioni. CAMBIAGHI B., 2010, «L’insegnamento-apprendimento delle LS», in M. Mezzadri (ed.), Le lingue dell’educazione in un mondo senza frontiere, Atti del I° convegno della DILLE (Società Italiana di Didattica delle Lingue e Linguistica Educativa), Parme, 13 novembre 2009, Pérouse, Guerra Edizioni, pp. 141-143. CAMBIAGHI B., BOSISIO C., 2010, « Il plurilinguismo / pluriculturalismo come risorsa per la facilitazione », in F. Caon (dir), Facilitare l’apprendimento dell’italiano L2 e delle lingue straniere, collection Le lingue di Babele, Turin, UTET-Universitaria, pp. 16-25. CHISS J.-L. (dir.), 2008, Immigration, école et didactique du français, Paris, Didier. CHISS J.-L., DAVID J., REUTER Y. (dirs), 2005, Didactique du français. Fondements d’une discipline, Bruxelles, De Boeck-Université. CUQ J.-P., 1991, Le Français langue seconde : origines d’une notion et implications didactiques, Paris, Hachette. DESOUTTER C., 2009, Scripteurs plurilingues. Quand des Italiens écrivent en français au travail, Rome, Aracne. GALAZZI, E. (dir), 1997, L’Università all’ascolto dell’azienda : quali competenze linguistiche per il futuro professionale, Gallarate, Esedra. GALAZZI E., (dir), 2013, Projets de recherche sur le multi/plurilinguisme et alentours, Repères DoRiF n°3. Accès en ligne: http://www.dorif.it/ezine/show_issue.php?iss_id=10 GAONAC’H D., 1987, Théories d’apprentissage et acquisition d’une langue étrangère, Paris, CREDIF- Hatier, collection LAL. GHEZZI C., GUERINI F., MOLINELLI P., (dirs), 2004, Italiano e lingue immigrate a confronto : riflessioni per la pratica didattica, Atti del Convegno-Seminario Bergamo, 23-25 giugno 2003, collana C.I.S., Pérouse, Guerra Edizioni. GIACALONE RAMAT A. (dir), 2003, Verso l'italiano. Strategie di acquisizione, Rome, Carocci. GIACALONE RAMAT A., 2009, « Typological universals and second language acquisition », in S. Scalise, E. Magni, A. Bisetto (dirs), Universals of language today, Berlin, Springer, pp. 253-272. GRASSI R. (dir), 2012, Nuovi contesti d’acquisizione e insegnamento : l’italiano nelle realtà plurilingui. Atti del Convegno-Seminario CIS. Bergamo, 12-14 juin 2012, Pérouse, Guerra Edizioni. GRASSI R., 2015, « L’interazione in classe tra l’insegnante e gli alunni “stranieri” » Sesamo Didattica interculturale. Accès en ligne: http://www.giuntiscuola.it/sesamo/cultura-e-societa/punti-di-vista/l- interazione-in-classe-tra-l-insegnante-e-gli-alunni-stranieri/. GUERNIER M.-C., LACHAUD M.-H., SAUTOT J.-P., BOGANIKA L., 2016, « Les écrits professionnels dans la formation des adultes faiblement qualifiés : quelle didactique du français ? », Pratiques 169-170 ; http://journals.openedition.org/pratiques/3043. HALTÉ J.-F, 1992, La Didactique du français, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? » KRASHEN S., 1982, Principles and Practice in Second Language Acquisition, Oxford, Pergamon. MILANI C., PONTANI P., CAMBIAGHI B., 2005, Europa plurilingue, comunicazione e didattica, Milan, Vita e Pensiero. MOIRAND S., 1990, Enseigner à communiquer en langue étrangère, Paris, Hachette. POLSELLI P., ZORZI, D. , 2003, « Le multilinguisme d’entreprise : l’italien langue seconde (projet ELIA) », in Repères DoRiF n°3, Projets de recherche sur le multi/plurilinguisme et alentours... Accès en ligne: http://www.dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=96. PUGLIESE R., 2017, « Tradurre per la compagna di banco : child language brokering e interazioni costruttive nella classe plurilingue », in : Educazione linguistica in classi multietniche, Atti dei workshop di Udine e Malta (2014), Rome, Aracne, pp. 63 – 86. PUGLIESE R., MINUZ F., 2012, « L’input linguistico nel continuum delle situazioni didattiche rivolte ad immigrati adulti, apprendenti di italiano L2 », in : Competenze e formazione linguistiche, Atti dell’11° Congresso dell'Associazione Italiana di Linguistica Applicata, « Competenze e formazione linguistiche. In memoria di Monica Berretta », Università di Bergamo, 9-11 giugno 2011, Pérouse, Guerra Edizioni, pp. 339 - 360 . PUREN C., 1994, La didactique des langues étrangères à la croisée des méthodes. Essai sur l’éclectisme, Paris, Didier, coll. Essais. VALENTINI A. (dir.), 2016, L’input per l’acquisizione di L2 : strutturazione, percezione, elaborazione, Florence, Cesati. VERDELHAN-BOURGADE M. (dir.), 2007, Le FLS : un concept et des pratiques en évolution, Bruxelles, de Boeck. VEDOVELLI M., 2016, Neoemigrazione, immigrazione straniera, nuovo spazio linguistico italiano in Lingue in contatto / Contact linguistics. Atti del XLVIII congresso internazionale di studi della Società di Linguistica Italiana, Udine, 25-27 septembre 2014, pp. 51-75. VEDOVELLI M. (dir.), 2017, L’italiano dei nuovi italiani. Atti del XIX Convegno Nazionale del GISCEL, Università per Stranieri di Siena, 7-9 avril 2016, Rome, Aracne. VIGNER G., 2009, Le Français langue seconde, comment apprendre aux élèves nouvellement arrivés, Paris, Hachette, Education. ZARATE G., LIDDICOAT, A. (dirs), 2009, « La circulation internationale des idées en didactique des langues », Le Français dans le Monde Recherches et applications 46. ZORZI, D., BERSANI BERSELLI, G., POLSELLI, P., ZANONI G., (eds), 2012, Educazione Linguistica per Istituzioni e Aziende della provincia di Forlì-Cesena (Il progetto ELIA), Bologna, Bononia University Press.
Nom du contact: 
Praxitexte-CREM, Università Cattolica
Courriel du contact: 
langues.europeennes.secondes@gmail.com
Suggéré par: 
Praxitexte-CREM Università Cattolica
Courriel: 
langues.europeennes.secondes@gmail.com
Date de début ou date limite de l'événement: 
24/05/2018
Ville de l'événement: 
Metz
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
didactique, migration, langues secondes, intégration
Site web de référence: 
http://crem.univ-lorraine.fr/enjeux-de-lacquisition-des-langues-secondes-en-contextes-migratoires

"L'essentiel de la médiation" (publication)

Résumé de l'annonce: 
Faisant suite au colloque international « L’essentiel de la médiation. Vers un consensus sur le concept dans les sciences humaines et sociales » (Padoue, 1-2 mars 2018), un appel à publication est ouvert à tous les auteurs qui souhaitent participer à un ouvrage pluridisciplinaire et interdisciplinaire de référence sur « l’essentiel de la médiation ».
Chères collègues, chers collègues, Faisant suite au colloque international « L’essentiel de la médiation. Vers un consensus sur le concept dans les sciences humaines et sociales » (Padoue, 1-2 mars 2018), nous lançons un appel à publication ouvert à tous les auteurs qui souhaitent participer à un ouvrage pluridisciplinaire et interdisciplinaire de référence sur « l’essentiel de la médiation ». Argumentaire En effet, le concept et le terme de médiation apparaissent dans diverses sciences humaines et sociales (ex. droit, philosophie, psychologie, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation…). Au vu de plusieurs conceptualisations dans ces disciplines, il devient urgent de discerner l’essentiel de la médiation et d’en mettre en lumière les traits conceptuels les plus significatifs au sein de chaque discipline ainsi que de façon transversale à ces dernières. En mars dernier, le colloque a mis en évidence que la reconnaissance de cet essentiel de la médiation demande une réflexion pluridisciplinaire et interdisciplinaire approfondie et partagée. Comme il est arrivé lors du colloque, l’ouvrage vise à réunir des contributions ayant l’ambition d’aboutir à la mise en place d’un consensus autour de la médiation, notamment des concepts et des termes mobilisés pour parler de médiation en sciences humaines et sociales. Pour la publication de cet ouvrage, la participation des conférenciers est fortement attendue. Néanmoins, tout organisme, expert ou professionnel de la médiation dans une ou plusieurs des disciplines mentionnées sont vivement invités à soumettre leurs contributions. Entre autres, les contributions peuvent :  présenter une réflexion théorique sur le concept de médiation dans l’une des sciences humaines et sociales ;   partager des réflexions conceptuelles ou terminologiques sur la médiation en qualité d’experts dans des domaines institutionnels, soient-ils locaux, nationaux ou internationaux, et illustrer les protocoles pour parvenir à un consensus concernant l’utilisation de concepts et de termes liés à la médiation ;  examiner un cas concret de situation de médiation à la lumière d’un cadre théorique d’où il est possible de tirer un aspect conceptuel et/ou terminologique crucial pour la définition et la compréhension de la médiation ;  décrire l’usage de termes liés à la médiation dans les domaines du droit, de la philosophie, des sciences de la communication, des sciences du langage, des sciences de l’éducation, à partir de corpus ou de textes spécifiques de ces sciences ;  présenter des propositions pour la systématisation d’aspects conceptuels (cadre théorique novateur), terminologiques (banques de données, dictionnaires, glossaires, ontologies) et discursifs (schémas discursifs) de la médiation dans une ou plusieurs sciences humaines et sociales. Toute autre piste d’étude se focalisant sur le concept de médiation sera également prise en compte. Pour une bibliographie non exhaustive, nous vous invitons à visiter le site du colloque : https://mediation-shs18.sciencesconf.org(onglet « Bibliographie »). Modalités de soumission Toutes les contributions feront l’objet d’une évaluation en double aveugle de la part d’un comité scientifique pluridisciplinaire. Le comité est composé par la plupart des membres ayant contribué à l’évaluation des propositions de communication pour le colloque. La liste des membres est disponible sur le site du colloque : https://mediation-shs18.sciencesconf.org(onglet « Comités »). Le comité scientifique évaluera : la présence et la pertinence de la définition du concept de médiation et le cadre théorique de référence exploité ;  l’explicitation de la méthodologie et des données utilisées ;  la clarté de l’analyse des résultats ;  l’impact et l’originalité de la contribution au sein de chaque discipline et en vue d'une réflexion interdisciplinaire sur le concept de médiation.  Les contributions sont à adresser à Michele De Gioia (michele.degioia@unipd.it) et Mario Marcon (mario.marcon@atilf.fr) avant le 15 juin 2018. Le résultat de l’évaluation du Comité scientifique sera communiqué avant fin octobre 2018 avec les commentaires éventuels des deux relecteurs.  Pour les normes de rédaction, nous vous prions de faire référence au fichier ci-joint. Dans l’attente de vos contributions, nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Cordialement, Michele De Gioia, Mario Marcon
Nom du contact: 
Mario Marcon
Courriel du contact: 
mario.marcon@unipd.it
Suggéré par: 
Mario Marcon
Courriel: 
mario.marcon@unipd.it
michele.degioia@unipd.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
18/04/2018
Date de fin de l'événement: 
15/06/2018
Ville de l'événement: 
Padoue
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
médiation, concept, terme, médiateur
Site web de référence: 
http://mediation-shs18.sciencesconf.org

Fake news, rumeur, intox... Stratégies et visées discursives de la désinformation

Résumé de l'annonce: 
Ce colloque se propose d'étudier le phénomène de l'intox au prisme des sciences du langage.
Le phénomène des intox prend de l'ampleur dans le débat public. On assiste actuellement à une prolifération de dénominations pour le désigner, dont la plus à la mode est sans doute "fake news", portée à l'honneur par le Président américain Donald Trump. Si le phénomène de la rumeur ne date pas d'hier, il est difficile de nier que, grâce à Internet, il connait de nouvelles modalités de création et de diffusion. Dans l'ère de la post-vérité, caractérisée par le développement exponentiel de la blogosphère et des réseaux sociaux, les sources d'informations se multiplient à une vitesse considérable, permettant à n'importe qui de publier et de diffuser les informations les plus disparates. Ce colloque se propose d'étudier le phénomène de l'intox au prisme des sciences du langage. Les approches transdisciplinaires seront les bienvenues. Les langues du colloque sont le français, l'anglais et l'italien.   Fake news, rumeurs, intox, mensonges, faits alternatifs, contre-vérités … Autant de dénominations pour des phénomènes similaires qui semblent être à l’ordre du jour dans l’ère « post-vérité », marquée par un foisonnement exponentiel des sources d’information. S’il est vrai que « la rumeur est vieille comme le monde », il est tout aussi vrai que le l’usage massif d’Internet a contribué à la recrudescence de la diffusion de fausses nouvelles, notamment à travers les médias, la blogosphère et les réseaux sociaux  (Heiderich, 2004 ; Aron et Cognard, 2014 ; Harbulot, 2016). Internet serait ainsi « le médium rêvé de la rumeur » (Froissart, 2002) puisqu’il permet à n’importe qui de publier et de diffuser les nouvelles les plus disparates, jouant sur les peurs des internautes. Dans un climat de scepticisme généralisé, où la confiance dans les institutions et l’élite politique est de plus en plus fragilisée, les « intox » ou informations trompeuses s’instaurent dans le débat public, nourrissent les théories du complot au succès grandissant, s’exprimant parfois à travers des propos haineux. Les polémiques suscitées par la rumeur, alimentées par des questions politiques et/ou sociales (résultats d’élections truqués, attentats, migrants…) semblent être les plus nombreuses, mais celle-ci touche également d’autres domaines, comme les sciences ou la technologie (Doumergue, 2017). Son impact se répercute dans le débat public qui semble dès lors biaisé, et déstabilise le consensus des citoyens. Il suffit de penser aux controverses récentes autour des vaccins ou des scandales alimentaires qui ont suscité de violentes disputes sur les réseaux sociaux et ailleurs. Par ailleurs, la pratique de la désinformation semble être répandue au sein des milieux politiques : songeons, par exemple, à la mystification de l’information opérée par les médias dans le but de fabriquer le consentement populaire (Geng, 1973), ou aux cabinets noirs qui sont en fait des services spécialisés dans la propagation de fausses nouvelles pour décrédibiliser les adversaires politiques. Pour ce qui est du domaine économique, la désinformation est un moyen de se défaire des concurrents, et s’avère être ainsi un élément crucial dans la guerre économique (Harbulot, 2016). Nous essaierons de réfléchir autour des questionnements suivants : - Peut-on définir ce qu’est une « fake-news » (ou information trompeuse), un « fait alternatif », une fausse nouvelle, une intox, etc… ? - Comment les auteurs de ce type d’information mettent-ils en place un contre-discours polémique par rapport à un discours officiel, institutionnel et dominant ? Quelles sont les modalités linguistiques et argumentatives de ce contre-discours ? - Comment réagissent les acteurs sociaux face à cette désinformation présupposée ? Peut-on démystifier les fausses nouvelles et quelles sont les modalités linguistiques par lesquelles se construit cette démystification, qui est à son tour un contre-discours? (rubriques de « désintox » dans les médias, « fact checking », blog du Décodex du journal Le Monde etc.)? Quelles sont les stratégies argumentatives à même d’établir ou de rétablir ce qui est présenté comme « vérité factuelle » ? - En quoi la pratique de la désinformation se rapproche-t-elle d’un discours manipulatoire ? Dans ce cas, comment mettre en évidence les stratégies de rhétorique discursive, les actes de discours implicites qui ont pour but de fourvoyer l’auditoire (métaphores abusives, amalgames, arguments fallacieux… cf. Perelman, Tyteca [1958], 1983 ; Koren 2011, 2012 )? L’objectif de ce colloque est d’analyser l’intox au prisme des sciences du langage. Sans s’y limiter, les contributions pourront aborder les thèmes suivants :   - L’ « intox » (ou information trompeuse) en tant que genre textuel/discursif ; - Constructions narratives, modalités linguistiques, stratégies et visées discursives dans les intox, fake news, fausses nouvelles, désinformations… ; - La phraséologie dans l’intox : motifs, schémas et thèmes récurrents ; - Rapport entre intox, fachosphère et discours de haine ; - Rapport entre désinformation et discours (de vulgarisation) scientifique ; - Stratégies et modalités discursives dans les textes de « désintox » ; - Caractéristiques rhétoriques de la manipulation discursive dans les textes colportant des fausses informations ; - Les stratégies d’évitement et de censure ; - Le rôle de la traduction dans la transmission de fausses nouvelles ou des informations trompeuses. Les approches transdisciplinaires seront les bienvenues. Langues du colloque : français, anglais, italien. Les propositions de communication, sous forme de résumé (environ 500 mots), sont à envoyer à : Rosa Cetro (rosa.cetro@unipi.it) et Lorella Sini (lorella.sini@unipi.it) avant le 30 avril 2018. Chaque résumé, sous format .doc et .pdf, sera précédé du nom de l’auteur.e et de l’institution d’appartenance ; il sera accompagné de 4 mots-clés et d’une courte bibliographie. L’inscription au colloque est gratuite. Calendrier : - février 2018 : lancement de l’appel à communications ; - 30 avril 2018 : date limite pour l’envoi des propositions ; - 30 juin 2018 : notification aux auteur.e.s ; - 4-5 octobre 2018: colloque à l’ université de Pise (Italie).
Nom du contact: 
Rosa Cetro
Courriel du contact: 
rosa.cetro@unipi.it
Suggéré par: 
Rosa Cetro
Courriel: 
rosa.cetro@unipi.it
lorella.sini@unipi.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
30/04/2018
Ville de l'événement: 
Università di Pisa
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Mots-clés: 
analyse du discours, théories du complot, désinformation, réseaux sociaux, fachosphère
Site web de référence: 
https://intox-pise-2018.sciencesconf.org/

Revue Prospero

Mélanges - appel à articles

Résumé de l'annonce: 
Prospero, Rivista di letterature e culture straniere de l’Université de Trieste, lance un appel à articles pour la publication de mélanges dans le prochain numéro 23 (2018).
Prospero est une revue scientifique qui adopte la procédure de l'examen par les pairs en double aveugle, caractéristique fondamentale de toute pratique de la recherche scientifique de haut profil. La revue souhaite publier des contributions originales qui placent le texte littéraire et l'analyse textuelle au centre de plus amples réflexions à caractère herméneutique, philologique et historico-culturel. Les convergences interdisciplinaires et transdisciplinaires entre la littérature et les autres savoirs sont acceptées. La section de français de la revue demande aux chercheurs d’envoyer une proposition portant sur tout sujet de de littérature française ou de littératures francophones. Les contributions finales seront d'une longueur comprise entre 6.000 et 10.000 mots, bibliographie finale et notes comprises, et devront suivre l'édition la plus récente du MLA Style Manual. Un résumé de 250 mots au maximum doit être envoyé, accompagné d'une courte présentation biobibliographique du chercheur, d'ici le 25 avril 2018 à Mme Anna Zoppellari (zoppelan@units.it). Une réponse d’acceptation sera communiquée aux contributeurs d'ici le 3 mai 2018.  Calendrier Date de soumission des propositions : 25 avril 2018 Annonce des résultats de la sélection des propositions : 3 mai 2018 Soumission des textes complets aux fins d’évaluation : 15 septembre 2018 Publication des textes retenus et revus : décembre 2018 Les propositions sont à envoyer à zoppelan@units.it, foi@units.it, gefter@units.it Pour tout renseignement supplémentaire, écrire à Mme Zoppellari ou visiter le lien de la revue : https://www.openstarts.units.it/dspace/handle/10077/6091
Suggéré par: 
Anna Zoppellari
Courriel: 
zoppelan@units.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
25/04/2018
Ville de l'événement: 
Trieste
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Site web de référence: 
https://www.openstarts.units.it/handle/10077/6091

Pages

S'abonner à RSS - Appels à contribution