You are here

Appel à contributions della rivista "The Balzac Review/Revue Balzac" n° 7-2024

Riassunto dell'annuncio: 
Appel à contributions della rivista "The Balzac Review/Revue Balzac" n° 7-2024: "Analogy/L'analogie".

The Balzac Review/Revue Balzac, n° 7/2024

Analogy/L’analogie
Éric Bordas, editor

Varia

Call for Papers

Analogy is a way of thinking that begins with a depiction, almost always based in a concrete, clearly visualizable point of reference, in order to suggest a conceptualization. If I say that “Paul is as brave as a lion,” I am mobilizing the object lion and its familiar point of reference (image) to describe the subject Paul and to make not only an individual characterization, but also a statement about the status and identity of courageous people in general. With its theorization based in the logic of the Aristotelian tradition (Michel), analogy is thus a way of knowing that calls upon the resources of the imaginary through the representation of alterity to suggest an identification and an understanding, supposedly rational and reasonable (Bartha, Borella, Secretan) – even, and perhaps especially, in the face of the occasionally violent and unpredictable disorder of the unconscious (Frigoli). Literature, which develops a representation, either fictional or held up as “real” (that is, existing outside of the text), at the level of prose or verse, can thus be defined in its entirety as the unstated extension of analogic thinking about objects. And in the literary field, the discourse of novel writing and the symbolic associations of poetry are certainly the two semiotic formats the most irreducibly beholden to analogic thought.

Linguistic tradition has sought to limit analogy to a rhetoric of designation, making the tropic figures into the principles of an eventual poetics: thus metaphor became the ultimate focus, as it was supposedly richer than comparison, which was deemed to be too obvious and always more or less didactic and pedagogic (as in the case of an example used to explain an idea [Soulez] or, to a lesser extent, of metonymy whose principle of contiguity is another form of selective analogy [Bonhomme]). Analysis of the decorative value that is coded in the meaning of a particular aesthetic (sublime or grotesque) with its cultural or individual motivations, has for a long time dominated “stylistic” literary research, which tried first to understand the meaning of a certain metaphor in a certain author’s work. For this reason, studies of animal metaphors in Balzac, or the metaphor of the angel, or gambling metaphors or other micro-structures of representation have been common (Hoffmann, Larthomas, Frappier-Mazur, Thérien, Plas). Lately, these studies have been expanded to include more anthropological and less rhetorical approaches that are primarily interested in the macro-structures present in the plot, with a particular concern for the economic models of production dynamics, whether they be applied to narrative or capitalist production (Péraud).

It is true that Balzac provides particularly exemplary material for examining the concept of analogy. After all, he named his great collection of novels La Comédie humaine and seemed not to know how to speak theoretically about the project other than through the language of theater. In this respect, he was a man of his time, constrained by the French language, and yet a man who knew how to make these linguistic conditions into a unique and unwelcome object of self-representation. For that matter, is the theater, for him, a common metaphorical analogy, a metonymical contiguity of representation within representation (as when Lucien sees the curtains of the Opéra rise over the failure of his Parisian dreams) or one of those experiential Gestalten of the cognitivists (Lakoff and Johnson) who reject the idea of the chosen (poetic?) image in favor of a principle of representation that is primarily revealed through a lexical limit in the conceptualization of perceptible phenomena? Is this analogy a polyvalent rhetoric, an original idea about the world inspired by science and philosophy (Tortonese), or an absence of Balzac’s own thought?

General studies of metaphor and metonymy have been profoundly modified in the last twenty years by the influence of Anglo-Saxon philosophers of knowledge (Gentner, Hofstadter and Sander, Polzenhagen) as much as by the linguistics of enunciation, which proposes analyses of discourse more centered on the contextualization of customs (Jamet: chapters 6-9). It is time for the field of Balzac studies to take note of this important evolution. This volume of The Balzac Review/Revue Balzac will take care to not be distracted by the rhetorical distinctions of another era. We will not try to determine, for example, whether the image of the “social body” that structures fictional representation in Balzac is a metaphor, a metonymy, or an allegory. Rather, we will seek to examine analogy as a general principle of thought, articulated through a discourse of designation that is also a proposal, through a portrayal, of a representation, which would be the starting point for the realization of a novelistic aspect of fiction. The forms that analogy can take interest us as much as the analogic objects mobilized to put forward an image that needs to make sense within the narrative. Analogy must be studied not only as an original discourse that has its own grammar (vocabulary and syntax: Blevins, Monneret), but above all as an argumentative discourse (Perelman & Olbrechts-Tyteca, Plantin), one that remains filled with ideologies and prejudices, with cliches, with platitudes, and with subversions. An intellectual matrix as much as a novelistic pre-text, analogy, in Balzac, is a knowledge that thinks about science, of which only the poet-turned-novelist possesses the principle and the meaning. Analogy is, above all, the form and especially the legibility of an episteme of the totality of the world: to understand, to name, to represent. And in this Balzac participates in the ambition of European Romanticism. Thus, Balzac pays tribute to “cette puissance de déduction et d’analogie à laquelle est dû le génie de Cuvier” (La Comédie humaine, Paris, Gallimard, 1976-1981, v. III, p. 386), wherein the immediacy of the adjective “cette” points to his own experience and acts as a point of reference. For indeed “l’art littéraire” is beholden to two fundamental conditions: “l’observation – l’expression”, from which “il se passe, chez les poètes ou chez les écrivains réellement philosophes, un phénomème moral, inexplicable, inouï, dont la science peut difficilement rendre compte. C’est une sorte de seconde vue qui leur permet de deviner la vérité dans toutes les situations possibles […]” : “Ils inventent le vrai, par analogie” (ib. v. X, p. 52).

Among the main topics of reflection, we can expect studies of:

The (Romantic) historicity of analogy, a concept of totality

Episteme and knowledge of/by analogy

The discourse of analogy (grammar, rhetoric, style)

The material favored by analogy (when analogy anticipates a conceptual or lexical deficiency)

Analogy and fantasy

The politics of analogy

Proposals (for the thematic dossier or Varia) should be sent to the following addresses:

eric.bordas@ens-lyons.fr and thebalzacreview@gmail.com (thematic dossier)
thebalzacreview@gmail.com (Varia)

before October 31, 2022.

Articles (35.000 characters maximum, spaces included) are to be sent before September 1, 2023. They should be accompanied by a summary in French (500 characters maximum, spaces included) and 5 keywords.

--

The Balzac Review/Revue Balzac, n° 7/2024

Analogy/L’analogie
sous la direction d’Éric Bordas

Varia

Appel à contributions

L’analogie est un mode de pensée qui part d’une représentation, presque toujours de support référentiel concret, mentalement visualisable, pour proposer une conceptualisation. Si je dis que « Paul est courageux comme un lion », je mobilise l’objet lion et son support référentiel familier (image) pour décrire le sujet Paul et proposer une représentation qui est un portrait particulier mais aussi une réflexion générale sur le statut et l’identité d’un homme courageux. Relevant de la logique de tradition aristotélicienne dans sa théorisation (Michel), l’analogie est donc un mode de connaissance qui sollicite les ressources de l’imaginaire par la représentation de l’altérité pour suggérer une identification et une compréhension prétendument rationnelle et motivée (Bartha, Borella, Secretan) – et ce même, et peut-être surtout, dans les désordres parfois violents de l’inconscient et de ses surprises (Frigoli). La littérature, support même d’une représentation développée dans le temps du récit ou du poème (représentation fictive ou affirmée comme « réelle », i. e. existant dans l’extra-texte), peut ainsi se définir dans son entier comme l'extension non marquée en tant que telle d’une pensée analogique des objets. Et dans le champ littéraire, le discours d’invention du roman et les associations symboliques de la poésie sont sans doute les deux supports sémiotiques les plus irréductiblement soumis à une pensée analogique générale.

La tradition linguistique a voulu circonscrire l’analogie à une rhétorique de la désignation, faisant des figures tropes les principes de ce qui allait être une poétique : la métaphore devint ainsi le centre de toutes les attentions, prétendument plus riche que la comparaison trop explicite et toujours plus ou moins pédagogique et didactique (comme l’exemple mobilisé pour faire comprendre une idée [Soulez]), ainsi que – mais dans une moindre mesure – la métonymie dont le principe de contiguïté est une autre forme d’analogie sélective (Bonhomme). L’analyse de la valeur ornementale codée dans le sens d’une esthétique (sublime ou grotesque) et ses motivations culturelles ou individuelles, a longtemps quasiment résumé les travaux dits « stylistiques » littéraires qui cherchaient d’abord à comprendre le sens de telle métaphore chez tel auteur. C’est ainsi que les études sur la métaphore animale chez Balzac, la métaphore de l’ange, puis les métaphores du jeu ou autres micro-structures de représentation ont été régulières (Hoffmann, Larthomas, Frappier-Mazur, Thérien, Plas), avant d’être complétées par des approches moins rhétoriques et plus anthropologiques qui s’intéressent d’abord à la macro-structure du roman dans le récit, en particulier pour penser les modèles économiques des dynamiques de production, narratives et capitalistes (Péraud).

Balzac, il est vrai, est un matériau particulièrement exemplaire pour interroger la notion d’analogie, lui qui a intitulé son grand ensemble romanesque La Comédie humaine et semblait ne pas s’avoir s’exprimer pour en parler théoriquement autrement que par le vocabulaire du théâtre – ce en quoi il était un homme de son époque, contraint par la langue française, mais un homme qui a su faire de cette condition linguistique un objet singulier et intempestif d’auto-représentation. Le théâtre est-il d’ailleurs pour lui une analogie métaphorique trope, une contiguïté métonymique de représentation dans la représentation (comme quand Lucien voit le rideau de l’Opéra se lever sur son échec parisien), ou l’une de ces Gestalten expérientielles des cognitivistes (Lakoff & Johnson) qui refusent la pensée de l’image (poétique ?) choisie au profit d’un principe de représentation qui est d’abord découverte d’une limite lexicale dans la conceptualisation des phénomènes sensibles ? Cette analogie est-elle pour lui une rhétorique polyvalente, une pensée originale du monde inspirée des sciences et des philosophes (Tortonese), ou une absence de pensée propre ?

Les études générales sur la métaphore et la métonymie se sont profondément modifiées depuis une vingtaine d’années sous l’influence des philosophies anglo-saxonnes de la connaissance (Gentner, Hofstadter & Sander, Polzenhagen) autant que des linguistiques de l’énonciation proposant des analyses du discours toujours plus centrées sur les contextualisations des usages (Jamet : chapitres 6 à 9) : il est temps que les études balzaciennes prennent acte de cette évolution considérable. Ce volume de The Balzac Review/Revue Balzac veillera à ne pas s’aveugler sur des distinctions rhétoriques d’un autre âge, par exemple pour savoir si l’image du « corps social » qui structure la représentation romanesque balzacienne est une métaphore, une métonymie ou encore une allégorie. On cherchera plutôt à interroger d’abord l’analogie en tant que principe général de pensée articulée par un discours de la désignation qui est en même temps proposition, par une figuration, d’une représentation, laquelle serait le point de départ de réalisation d’un romanesque de la fiction. Les supports d’analogie nous intéressent autant que les objets analogiques mobilisés pour proposer une image qui doit faire sens dans la signification narrative. L’analogie doit être étudiée comme un discours original, qui a, certes, sa grammaire (vocabulaire et syntaxe : Blevins, Monneret), mais discours argumentatif avant tout (Perelman & Olbrechts-Tyteca, Plantin), lequel reste chargé d’idéologies et de partis pris, de clichés, de lieux communs et de subversions. Matrice intellectuelle autant que pré-texte romanesque, chez Balzac, l’analogie est une connaissance qui pense à la science, dont seul le poète devenu romancier possède le principe et le sens. Elle est avant tout et absolument la forme et surtout la lisibilité d’une épistémè de la totalité du monde : à comprendre, à nommer, à représenter. Et en cela Balzac s’inscrit dans l’ambition du romantisme européen. C’est ainsi que Balzac salue « cette puissance de déduction et d’analogie à laquelle est dû le génie de Cuvier » (La Comédie humaine, Paris, Gallimard, 1976-1981, t. III, p. 386), dans un démonstratif d’immédiateté qui désigne sa propre expérience qui fait référence. Car en effet « l’art littéraire » est soumis à deux conditions de base : « l’observation – l’expression » ; à partir de quoi « il se passe, chez les poètes ou chez les écrivains réellement philosophes, un phénomène moral, inexplicable, inouï, dont la science peut difficilement rendre compte. C’est une sorte de seconde vue qui leur permet de deviner la vérité dans toutes les situations possibles […] » : « Ils inventent le vrai, par analogie » (ib., t. X, p. 52).

Parmi les principaux sujets de réflexion, l’on peut attendre des études sur :

Historicité (romantique) de l’analogie, une pensée de la totalité

Épistémè et connaissance de/par l’analogie

Les discours de l’analogie (grammaire, rhétorique, style)

Analogie et sémiologie : une science de la signification et de la désignation

Les supports privilégiés de l’analogie (quand l’analogie anticipe une carence conceptuelle et lexicale)

Analogie et fantaisie.

Politique de l’analogie

Les propositions devront être envoyées avant le 31 octobre 2022 aux adresses suivantes :

eric.bordas@ens-lyons.fr and thebalzacreview@gmail.com (dossier thématique)
thebalzacreview@gmail.com (Varia)

Les articles dans leur version définitive (35.000 signes maximum, espaces compris) seront à envoyer avant le 1er septembre 2023. Ils devront être accompagnés d’un résumé en français (500 signes maximum, espaces compris) et de 5 mots-clés.

Bibliographie indicative
Analogie et connaissance, Paris, Maloine, 1980.
Paul Bartha, By parallel Reasoning. The Construction and Evaluation of analogical Arguments, Oxford, Oxford University Press, 2010.
James & Juliette Blevins (dir.), Analogy in Grammar. Form and Acquisition, Oxford, Oxford University Press, 2009.
Marc Bonhomme, Le Discours métonymique, Bern, Peter-Lang, 2006.
Éric Bordas, Les Chemins de la métaphore, Paris, PUF, 2003.
Jean Borella, Penser l’analogie, Paris, L’Harmattan, 2012.
Jean-Loup Bourget, « Balzac et le déchiffrement des signes », L’Année balzacienne 1977, Paris, p. 73-82.
Lucienne Frappier-Mazur, L’Expression métaphorique dans la Comédie humaine, Paris, Klincksieck, 1976.
Diego Frigoli (dir.), Intelligenza analogica. Oltre il mito della ragione, Rome, Magi, 2015.
Dedre Gentner et al. (dir.), The Analogical Mind. Perspectives from cognitive Science, Cambridge (Mass.), the MIT Press, 2001.
Devin Griffiths, The Age of Analogy. Science and Literature between the Darwins, Baltimore, The John Hopkins University, 2016.
Léon-François Hoffmann, « Les métaphores animales dans Le Père Goriot », L’Année balzacienne 1963, Paris, p. 91-100.
Douglas Hofstadter & Emmanuel Sander, L’Analogie, cœur de la pensée, traduction, Paris, Odile-Jacob, 2013.
Denis Jamet, L’Énonciation métaphorique en anglais et en français, Limoges, Lambert-Lucas, 2009.
George Lakoff & Mark Johnson, Les Métaphores dans la vie quotidienne, traduction, Paris, Minuit, 1985.
Pierre Larthomas, « Sur une image de Balzac », L’Année balzacienne 1974, Paris, p. 301-316.
Christian Michel (dir.), Le Démon de l’analogie. Analogie, pensée et invention, d’Aristote au XXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2016.
Philippe Monneret, Essais de linguistique analogique, Dijon, ABELL, 2004.
Agathe Novak-Lechevalier, La Théâtralité dans le roman. Stendhal, Balzac, thèse, Université Paris 3, 2007.
Chaïm Perelman & Lucie Olbrechts-Tyteca, La Nouvelle Rhétorique : traité de l’argumentation, Paris, PUF, 1958, p. 499-549 (« Le raisonnement par analogie »).
Alexandre Péraud, Le Crédit dans la poétique balzacienne, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 283-355.
Christian Plantin, « Analogie et métaphore argumentative », A contrario, 2011/2, n° 16, p. 110-130.
Élisabeth Plas, Le Sens des bêtes. Rhétorique de l’anthropomorphisme au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 203-266 (« Les savoirs de l’analogie chez Balzac. Métaphore et physiognomonie »).
Frank Polzenhagen et al. (dir.), Cognitive Explorations in Metaphor and Metonymy, Francfort, Peter-Lang, 2014.
Michele Prandi, Grammaire philosophique des tropes, Paris, Minuit, 1992.
Paul Ricœur, La Métaphore vive, Paris, Seuil, 1975.
Philibert Secretan, L’Analogie, Paris, PUF (« Que sais-je ? »), 1984.
Antonia Soulez, Wittgenstein et le tournant grammatical, Paris, PUF, 2004, p. 44-58 (« Grammaire de la méthode de comparaison »).
Michel Thérien, « Métaphores animales et écriture balzacienne : le portrait et la description », L’Année balzacienne 1979, Paris, p. 193-208.
Paolo Tortonese, L’Œil de Platon et le regard romantique, Paris, Kimé, p. 192-203.
Paolo Tortonese, « Balzac et la querelle des analogues », in F. Spandri (dir.), Balzac penseur, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 29-40.
Ilaria Vidotto, Proust et la comparaison vive, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Segnalato da: 
Francesco Spandri
Email: 
francesco.spandri@uniroma3.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
11/07/2022
Data di fine dell'evento: 
31/10/2022
Città dell'evento: 
The Balzac Review/Revue Balzac
Tipo di evento: 
Proposte di contributi
Categoria principale: 
Nome del contatto: 
Francesco Spandri
Email del contatto: 
francesco.spandri@uniroma3.it
Sito web di riferimento: 
https://classiques-garnier.com/the-balzac-review.html