You are here

Letteratura

Studi Francesi 182 - maggio-agosto 2017

Contenuto dell'annuncio: 

Anno LXI – fasc. II – maggio-agosto 2017

SOMMARIO

ARTICOLI
Ph. Desan, “Le discours de la servitude volontaire” et la cause protestante: les paradoxes de la réception de La Boétie
D. Santero, Figure del disamore. I ritratti e le imprese di Bussy-Rabutin...

Immagine dell'annuncio: 
Categoria principale: 
Segnalato da: 
Segreteria Studi Francesi
Email: 
studi.francesi@rosenbergesellier.it
ISBN: 
9788878855458
Collezione: 
Studi Francesi
Anonyme
Editore: 
Rosenberg & Sellier
Luogo della pubblicazione: 
Torino
Data di pubblicazione: 
Friday, September 15, 2017
Data di pubblicazione online: 
Friday, September 15, 2017
URL: 
http://studifrancesi.revues.org/
Lingua: 
francese/italiano
Parole chiave: 
letteratura francese; articoli; rassegna bibliografica
Sito web di riferimento: 
http://studifrancesi.revues.org/

"Voix antérieures". Les écrivains contemporains et le canon littéraire entre réappropriation et contestation

Riassunto dell'annuncio: 
La littérature contemporaine française et francophone ne peut éviter de se rapporter de manière problématique avec le canon littéraire français. Une fois retombé l’effort des avant-gardes pour renouveler radicalement la parole littéraire, la plupart des auteurs recherchent une nouvelle forme d’originalité dans le dialogue avec les textes fondateurs de leur culture, qui permettent de réactiver une mémoire culturelle de plus en plus mise en question par la globalisation. Une relation souvent ambiguë, entre identification et détachement, entre déférence et contestation. Dans ce cycle de séminaires, qui se tiendront à l'Università degli studi di Napoli "L'Orientale", des universitaires et des spécialistes reconnus de la littérature contemporaine vont s’interroger sur le rapport que certains écrivains contemporains entretiennent avec les classiques.
Programma primo semestre Federico Corradi (Università di Napoli “L’Orientale”), “Réflexions introductives sur le roman français contemporain”, 9 ottobre 2017, ore 12,30-14,30, palazzo Santa Maria in Porta Coeli, via Duomo 219, aula 221. Laurent Demanze (École Normale Supérieure de Lyon), “Pierre Senges : voltes, revirements et séquelles”, 12 ottobre 2017, ore 12,30-14,30, palazzo Corigliano, Piazza San Domenico Maggiore 12, aula delle Mura Greche. Elisabetta Sibilio (Università degli Studi di Cassino), “Houellebecq et Baudelaire”, 15 novembre 2017, ore 16,30-18,30, palazzo Giusso, Largo San Giovanni Maggiore 30, aula 3.1. Dominique Rabaté (Université Paris VII Diderot), "Quignard et Montaigne, Rousseau, Stendhal : l'écriture de soi désarçonnée", 29 novembre 2017, ore 16,30-18,30, palazzo Giusso, Largo San Giovanni Maggiore 30, aula 3.1.  Luigi Magno (Università di Roma Tre), “Ré-implémenter. Sur quelques reprises dans les écritures de recherche contemporaines”, 11 dicembre 2017, ore 14,30-16,30, aula ANMIG, via dei Fiorentini 10.  
Nome del contatto: 
Federico Corradi
Email del contatto: 
fcorradi@unior.it
Segnalato da: 
Federico Corradi
Email: 
fcorradi@unior.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
09/10/2017
Data di fine dell'evento: 
07/05/2018
Luogo dell'evento: 
Università degli studi di Napoli "L'Orientale"
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Extrême contemporain; canon littéraire; intertextualité

Narrativa femminile francese

In memoria di Tiziana Goruppi

Riassunto dell'annuncio: 
Narrativa femminile francese Tavola rotonda in memoria di Tiziana Goruppi 5 ottobre 2017, ore 11.30 Aula Magna, Palazzo Boilleau via S. Maria, 85 - Pisa
in occasione della pubblicazione dl volume Narrativa femminile francese. Dal Seicento all'Ottocento. a cura di T. Goruppi e G. Paduano, Milano, Bompiani, 2017. Interverranno Daniel Arsand, Monica Barni, Nicoletta De Francesco, Delia Gambelli, Marina Giaveri, Liana Nissim, Guido Paduano
Segnalato da: 
Barbara Sommovigo
Email: 
barbara.sommovigo@unipi.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
05/10/2017
Luogo dell'evento: 
Aula Magna, Palazzo Boilleau
Via Santa Maria 85, Pisa
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 

Poétiques hors des poétiques

Métadiscours 'masqués' à la Renaissance

Riassunto dell'annuncio: 
Ciclo di Conferenze "Poétiques hors des poétiques. Métadiscours 'masqués' à la Renaissance dans les textes littéraires ou 'insolites' (science, droit, philosophie naturelle), Università degli Studi di Bari Aldo Moro, Centro Polifunzionale Studenti, Palazzo ex-Poste, Piazza Cesare Battisti, Bari
Le conferenze si svolgeranno secondo il seguente calendario: 9 ottobre 2017, ore 10.30, Sala De Trizio Saluti Francesco Fiorentino - Direttore del Dipartimento di Lettere Lingue Arti. Italianistica e Culture Comparate Augusto Garuccio - Direttore del Seminario di Storia della Scienza Interventi Jean-Charles Monferran - Univeristé de Strasbourg Consignes en poésie à la Renaissance: quelques réflexions sur la poétique de la lecture Valerio Cordiner - Università di Roma La Sapienza Conte et métadiscours: poétique de l'exemplarité chez Noël du Fail 14 novembre 2017, ore 14.30 - Sala De Trizio Anne Schoysman - Università di Siena «Style grossier» et «style poectique»: les marqueurs des formes de la prose historiographique au début du XVIe siècle 1 dicembre 2017, ore 10.30 - Sala Conferenze Violaine Giacomotto-Charra - Université de Bordeaux Montaigne Peut-on parler de poétiques épistémiques? Quelques réflexions sur la théorie et la pratique de l'écriture scientifique à la Renissance Francesco Paolo de Ceglia - Università di Bari Aldo Moro - Seminario di Storia della Scienza La voce del sangue. Il prodigioso raccontato da teologia, filosofia naturale e diritto nell'Europa di età moderna    
Nome del contatto: 
Giovanna Devincenzo
Email del contatto: 
giovanna.devincenzo@uniba.it
Indirizzo postale: 
Via Garruba, 6 70121 Bari
Segnalato da: 
Giovanna Devincenzo
Email: 
giovanna.devincenzo@uniba.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
09/10/2017
Data di fine dell'evento: 
01/12/2017
Luogo dell'evento: 
Università degli Studi di Bari Aldo Moro
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Littérature_Renaissance
Sito web di riferimento: 
http://www.uniba.it/eventi-alluniversita/2017/poetiques-hors-des-poetiques.-metadiscours-masques-a-la-renaissance

Quaderni di filologia e lingue romanze

Contenuto dell'annuncio: 

Nouvelle parution : Quaderni di filologia e lingue romanze. Ricerche svolte nell'Università di Macerata, terza serie, XXXI (2016); ISSN: 1971–4858 ; ISBN: 978–88–255–0306–7.

Web :...

Immagine dell'annuncio: 
ISSN formato cartaceo: 
1971–4858-31
ISSN formato elettronico: 
1971–4858-31
Categoria principale: 
Email: 
lpierdominici@unimc.it
lpierdominici@yahoo.fr
Direttore(i) scentifico(i): 
Giulia Latini Mastrangelo
Editore: 
Aracne
Data di pubblicazione: 
Saturday, July 1, 2017
Luogo della pubblicazione: 
Roma
Segnalato da: 
Luca Pierdominici

Revue Annales du patrimoine N° 17 / 2017

Riassunto dell'annuncio: 
La revue en ligne Annales du patrimoine de l'université de Mostaganem (Algérie) lance un appel à publication pour le numéro 17 / 2017.
Annales du patrimoine (ADP), est une revue académique en libre accès consacrée aux domaines de littérature, de langue et des sciences humaines. Elle paraît en arabe, en français et en anglais une fois par année. La revue est en ligne depuis sa création en 2004. Elle paraît au mois de septembre. Les chercheurs peuvent soumettre leurs articles dans les disciplines suivantes : - littérature comparée (orientale, hispano-arabe, occidentale et africaine), - mysticisme et littérature religieuse, - langues, traduction et interculturalité, - histoire et civilisation. La revue accepte également des articles de varia en rapport avec le patrimoine. Les chercheurs intéressés sont invités à envoyer leurs contributions (le résumé de 15 lignes, l'article de 15 pages maximum et 5 mots-clés, en format Word) avant le 25 Août 2017 à l'adresse email de la revue : annales@mail.com Veuillez préciser votre établissement de rattachement et votre titre ou statut professionnel si possible. Les auteurs doivent consulter les normes de publication. http://annales.univ-mosta.dz Responsable : Mohammed Abbassa
Segnalato da: 
Mohammed Abbassa
Email: 
abbassa@mail.com
Data di inizio o data limite dell'evento: 
25/08/2017
Luogo dell'evento: 
Mostaganem
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Annales du patrimoine

Aux frontières de l’essai

Pour un bilan sur les destinées de la forme essayistique

Riassunto dell'annuncio: 
Près de vingt ans après La forma del saggio et plus de cent après L’Âme et les Formes, ce numéro monographique vise à fournir un nouveau bilan des destins multiples de cette fascinante forme littéraire. On souhaiterait encourager les propositions portant sur l’étude du panorama actuel et passé formé autour de l’essai, examiné par une perspective supranationale ou nationale ; les études de grande envergure seront acceptées, tout comme les analyses ponctuelles de textes essayistiques.
À l’aube du siècle dernier, aux débuts du célèbre texte L’Âme et les Formes, György Lukács confie à son ami Leo Popper comment le simple désir de présenter son œuvre s’était rapidement transformé en une interrogation purement théorique : qu’est-ce que l’essai ? En 1911 remontait ainsi à la surface une question vieille de plusieurs siècles, dont Michel de Montaigne et Francis Bacon avaient été les premiers inspirateurs et dont la production littéraire du XVIIIème siècle avait représenté l’ἀκμή. L’âge moderne semble avoir ensuite favorisé le développement de cette vocation antisystématique, qui avait déjà été attribué à l’essai par son étymologie même : sa dérivation du bas latin exagium (la « balance ») a permis d’identifier dans l’attitude de « peser », à savoir de ramener perpétuellement les idées établies à l’épreuve concrète de l’expérience, le caractère fondamental de l’écriture essayistique. Le repérage de ce trait distinctif (son inclination expérimentale) a facilité la reconnaissance de l’essai en tant que forme autonome, et a également permis d’en découvrir les interactions de plus en plus fréquentes avec les autres arts littéraires.   Si, aussi bien que la poésie, l’essai se caractérise par sa propension à la forme brève ainsi que sa tendance à procéder par associations libres, il semble partager avec le roman son ontologie : cette dernière germerait du même regard ironique, que l’essayiste et le romancier emploient dans la critique des vérités présumés, et du choix commun de la prose comme instrument de relation avec le monde. Le débat critique n’a pas manqué de souligner ces ressemblances : des critiques tels que Thomas Pavel ont bien reconnu dans le mélange de narration et de méditation essayistique un aspect décisif du roman moderne et contemporain (on pense à Marcel Proust, Thomas Mann, Robert Musil, Jorge Luis Borges et, parmi les exemples plus récents, à Thomas Bernhard, Milan Kundera ou à Enrique Vila-Matas).Cela a conduit François Ricard – dans le numéro que la revue française L’Atelier du roman a consacré aux rapports entre le roman et l’essai (Roman, essai : affinités électives, 2007) – à considérer le roman comme le chantier par excellence du développement de la pratique essayistique au XXèmesiècle. C’est dans cette période que la critique littéraire signée par les romanciers fut l’un des territoires plus fertiles rattrapés par l’essai : des auteurs comme Hermann Broch, Julien Gracq, Alejo Carpentier, Julio Cortázar, Milan Kundera, Javier Cercas, Ricardo Piglia et Martin Amis, renommés pour leurs œuvres romanesques, se sont révélés également de grands essayistes ; parmi ceux-ci, on peut certainement compter Julio Cortázar pour l’essai Imagen de John Keats. L’intensité de l’échange que l’essai a entretenu avec les autres formes littéraires révèle peut-être le scénario contradictoire dans lequel est contraint d’opérer l’essayiste moderne :  frère du poète et du romancier, contrairement à eux il ne peut toutefois compter sur la reconnaissance d’une tradition suffisamment définie avec laquelle se confronter ; ainsi, à part les cas rares mais lumineux d’essayistes pures, à savoir d’écrivains qui ont embrassé l’art de l’essai avec un certain niveau de conscience (outre Montaigne, probablement Alain, Cioran ou José Ortega y Gasset, notamment pour ses Méditations sur Don Quichotte), tous les autres ne l’ont été qu’incidemment. L’absence d’un nombre suffisant de modèles a rendu difficile pour les chercheurs d’atteindre une analyse, plus ou moins complète, des objectifs esthétiques et cognitives de l’essai. Il a donc été plus facile procéder par négation, selon la méthode suivie par Irène Langlet dans sa récente monographie (L’Abeille et la Balance : penser l’essai, 2015). Donc, déterminer ce que l’essai n’est pas: traité académique, article, pamphlet, poème en prose, journal intime, autobiographie, etc. ; tous genres dans lesquels, cependant, des aspects de l’essai subsistent. Malgré la difficulté objective d’encadrer le portrait de l’essayiste (qui est toujours « en apprentissage et en épreuve », comme l’écrit Montaigne), il a quand même été possible de voir que, dans les dernières années, des intellectuels tels que Theodor Adorno, Walter Benjamin et Jean Starobinski avaient réfléchi sur l’essai et donc préparé le terrain pour ce qui va être l’un des débats critiques européens les plus prometteurs.   En Italie, à part dans des études très récentes, où toutefois l’essai n’est traité que partiellement, par exemple en ce qui concerne son rapport avec le roman – voir Il romanzo-saggio de Stefano Ercolino, 2017 – ou avec l’écriture humoristique – L’umorismo letterario. Una lunga storia europea (secoli XIV-XX) de Giancarlo Alfano, (2016) –, le texte de référence à cet égard est encore le bilan qu’Alfonso Berardinelli a tenté avec sa Forma del saggio. Definizione e attualità del genere letterario (2002). Selon le critique italien, l’essayiste serait l’expression de la conscience laïque, de la subjectivité individuelle problématique et divisée, il serait antidogmatique et ironique tout comme un authentique esthète. Toutefois, à part l’exception représentée par quelques proses de Leopardi et par la production de De Sanctis, pour Berardinelli la critique essaystique italienne en XXème siècle paraît épuisée, écartelée entre la tentation de l’évasion et la tentation de l’encadrement historique ; cela attesterait l’impossibilité des essayistes italiens du siècle dernier d’atteindre une médiation entre continuité et rupture, tradition et innovation. Berardinelli se concentre également sur la condition d’exilé de la contemporanéité qui serait le propre de l’essai : exilé alors que l’avènement et le développement du journalisme et des écritures spécialisées semblent menacer, la vocation des vrais essayistes restant rare.   Près de vingt ans après La forma del saggio et plus de cent après L’Âme et les Formes, ce numéro monographique vise à fournir un nouveau bilan des destins multiples de cette fascinante forme littéraire. On souhaiterait encourager les propositions portant sur l’étude du panorama actuel et passé formé autour de l’essai, examiné par une perspective supranationale ou nationale ; les études de grande envergure seront acceptées, tout comme les analyses ponctuelles de textes essayistiques. On prendra notamment en considération les propositions de communication consacrées aux sujets suivants :                                                 Reconstructions et propositions d’interprétation théorique du sujet. Propositions de périodisation et d’historisation de la forme essayistique. Interventions autour d’auteurs uniques, de leur production spécifiquement essayistique ou de leur rapport à l’essai. Reconstructions d’une possible tradition de l’essai en tant que forme d’art. Comparaison entre essayistes. Analyses des rapports entre essai et roman ; essai et poésie, etc. Études de l’évolution de l’essai au cours des dernières décennies. Les articles pourront être écrits en italien, français, espagnol et anglais. Ceux qui sont intéressés pourront envoyer un abstract (300 mots maximum), accompagné d’une notice bio-bibliographique (150 mots maximum) à l’adresse : confinidelsaggio@ticontre.org, avant le 25 juillet. Les auteurs des articles retenus seront contactés avant le31 juillet ; les articles devront parvenir avant le 30 octobre et ils seront soumis à peer review. Pour toute question, veuillez écrire à :confinidelsaggio@ticontre.org. « Ticontre. Teoria Testo Traduzione » n. 9 (mai 2018) Aux frontières de l’essai. Pour un bilan sur les destinées de la forme essayistique Sous la direction de Federico Bertoni, Simona Carretta, Nicolò Rubbi   Pour envoyer des propositions ou demander de renseignements : confinidelsaggio@ticontre.org. Langues : italien, français, espagnol, anglais. Extension des articles : 50 000 signes maximum, espaces inclus. Abstract : 300 mots — Notice biobibliographique : 150 mots Envoi des propositions (abstract et notice biobibliographique) : 25 juillet Notification de l’acceptation des propositions : 31 juillet Envoi des articles définitifs : avant le 30 octobre Publication du numéro de la revue : mai 2018 ; peer review : oui.
Segnalato da: 
Claudia Crocco
Email: 
claudia.crocco@unitn.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
13/07/2017
Data di fine dell'evento: 
25/07/2017
Luogo dell'evento: 
Trento
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 

La Fontaine et la culture européenne. Au carrefour des Fables

Riassunto dell'annuncio: 
Appel à contribution pour le colloque international "La Fontaine et la culture européenne. Au carrefour des Fables", qui aura lieu à l'Université Paris-Sorbonne les 4, 5 et 6 octobre 2018.
L’année 2018 offre l’occasion de célébrer le 350e anniversaire des Fables de La Fontaine, dont le premier recueil parut le 31 mars 1668 (à partir d’un privilège pris le 6 juin de l’année précédente). La Société des Amis du fabuliste a décidé de fêter cette période de préparation et d’éclosion d’un coup d’éclat poétique dont la pérennité ne s’est jamais démentie jusqu’aujourd’hui auprès du plus vaste public que puisse espérer un recueil de vers. Outre une journée des « Rencontres de Psyché » de Château-Thierry, qui s'est tenue le 10 juin 2017 sur un thème en écho avec l’esprit des Fables (« La Fontaine et la jeunesse »), une autre journée dans le même cadre, en juin 2018, se penchera sur un sujet en étroit rapport lui aussi avec l’entreprise ésopique du poète français : « La Fontaine et la nature ». Enfin, en octobre 2018, la Société des Amis de La Fontaine, associée au programme de recherche « Jouvences de la fable » du Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises (CELLF 16-21, Unité mixte de recherche Paris-Sorbonne/CNRS 8599) et au programme Fabula numerica de l’Observatoire de la Vie Littéraire (Labex OBVIL Sorbonne-Universités) organisera, avec l’Università degli studi di Napoli L'Orientale (Dipartimento di Studi Letterari, Linguistici e Comparati/ Letteratura francese, prof. Federico Corradi), un colloque international sur le thème : « La Fontaine et la culture européenne. Au carrefour des Fables ». Cette rencontre internationale se donne pour projet de synthétiser, de prolonger et de renouveler les recherches sur les Fables envisagées comme un carrefour entre le temps long et l’espace rayonnant de leur gestation et de leur propagation : depuis l’antiquité immémoriale du genre jusqu’à l’actualité de leur fortune inépuisable, la culture de l’apologue dont a hérité La Fontaine s’étend sur plus de deux millénaires ; et le traitement qu’il lui applique est imprégné d’influences et de connivences qui franchissent les frontières des langues et des sphères culturelles pour s’harmonier dans le creuset qu’offre le fabuliste français à des matériaux dispersés par l’histoire et la géographie. Si la seconde brassée des Fables réunies en 1678-1679 se ressent de la découverte fécondante du filon oriental, celle de 1668 dont on commémore la publication limite au domaine européen la sphère de sa culture antique et moderne. C’est de ce constat qu’est sorti le projet de ce colloque. Analyser ce que La Fontaine fabuliste doit à la culture européenne antérieure à son époque et contemporaine de sa création ; et analyser réciproquement ce que la culture européenne postérieure à leur publication doit aux Fables de La Fontaine, et comment elles furent et sont reçues dans les sphères géographiques et linguistiques diverses qui composent l’Europe d’aujourd’hui, ce double mouvement convie aussi à les rétablir dans leur statut et leur rôle de carrefour et de creuset pour l’œuvre entier du fabuliste lui-même : cette œuvre d’un papillon du Parnasse réverbère sa diversité d’inspiration et d’écriture dans le microcosme esthétique des Fables, tout comme celles-ci n’auront cessé de profiter des expériences de leur auteur dans les genres variés auxquels il s’essaya tout au long de sa carrière. Le colloque pourrait s’articuler en deux parties : l’une consacrée à « Culture et acculturation européennes de La Fontaine : traductions, transferts et translations » ; l’autre à un portrait de « La Fontaine (en) poète européen ». La première partie pourra à son tour se diviser en deux : une section consacrée à la traduction et aux transmissions de savoir et d’invention jusqu’à La Fontaine et à la manière dont il en « phagocyta » l’héritage divers, tout particulièrement latin et italien ; et une section consacrée à La Fontaine traduit et transmis, aux difficultés et aux malentendus de la traduction, de la transmission et de l’enseignement d’un poète et conteur du Grand Siècle. La deuxième partie pourra porter sur l’insertion de La Fontaine, de ses Fables et plus largement de son œuvre dans la culture européenne de son temps, les influences subies par lui et celle qu’il exerça tout particulièrement à travers ses Fables sur la littérature, l’art et le goût de la fin du XVIIe et de la première moitié du XVIIIe siècle européen. Voici quelques thèmes et pistes, nullement exhaustifs, nullement limitatifs, nullement indispensables, qui pourraient être développés dans chacune de ces trois sections.   Première partie « Culture et acculturation européennes de La Fontaine : traductions, transferts et translations »   Section 1 : « La Fontaine héritier de l’Europe antique, médiévale et humaniste ». Le vivier inépuisable de la fable : un réseau européen de translations. — La Fontaine traducteur — Le génie lafontainien de l’imitation. — Langues et langages de l’Europe antique, ancienne et contemporaine dans l’œuvre de La Fontaine. — L’adaptation et l’appropriation par La Fontaine des genres et des formes hérités. — Influences antiques, anciennes et modernes sur la théorie poétique de la Fontaine. — Les ramifications de l’influence : un travail de marqueterie.   Section 2 : « Diffusion, propagation et appropriation de l’œuvre de La Fontaine en Europe ». La Fontaine traducteur. — Théorie, problématique et problèmes de la traduction des Fables (style, forme, ton). — Comment lisait-on/lit-on La Fontaine ? L’œuvre du fabuliste / du conteur dans l’histoire de la lecture. — La Fontaine devant la critique d’hier et d’aujourd’hui : en France et dans diverses sphères culturelles (réception, assimilation, rôle de modèle). — Histoire de la constitution de l’image de l’homme et de l’œuvre : sédimentations, redécouvertes, réévaluations.   Deuxième partie « La Fontaine, poète européen »   Section 3 : « Portrait à facettes d’un Européen du Grand Siècle français ». La Fontaine et la culture néolatine de l’Europe de la Renaissance et du XVIIe siècle. — La Fontaine et l’Europe savante de son temps (voyageurs, philosophes, physiciens). — La tentation anglaise de La Fontaine. — La culture italienne de La Fontaine. — La Fontaine et la tradition européenne mythologique et mythographique. — La Fontaine et la tradition européenne du conte. — Les Fables de La Fontaine et l’art rocaille en Europe : un inépuisable réservoir de motifs. — La Fontaine et la naissance européenne de l’opéra.   Les propositions de communications, sous la forme d’un titre et de quelques mots d’explication du projet (qui peuvent être très succincts), seront envoyées à l’adresse électronique suivante : colloquefables2018@gmail.com entre la date de réception de cet appel et le 15 septembre 2017. Le colloque se déroulera en Sorbonne les 4, 5 et 6 octobre 2018. Les communications seront publiées dans la revue Le Fablier en 2019 et 2020. La langue du colloque est le français. Comité d’organisation : Julien Bardot, Antoine Biscéré, Céline Bohnert, Federico Corradi, Patrick Dandrey, Damien Fortin, Maxime Jebar, Tiphaine Rolland.
Nome del contatto: 
Damien Fortin
Email del contatto: 
colloquefables2018@gmail.com
Segnalato da: 
Federico Corradi
Email: 
fcorradi@unior.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
15/09/2017
Luogo dell'evento: 
Paris
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
La Fontaine, Fables, Europe

Corps et perception de l'être

Riassunto dell'annuncio: 
Appel à contribution pour la première mise en ligne d'un nouveau site internet de critique et littérature française, prévue pour février 2015.
« La première chose qui s’offre à l’homme, quand il regarde, c’est son corps, c’est-à-dire une certaine portion de matière qui lui est propre. Mais pour comprendre ce qu’elle est, il faut qu’il la compare avec tout ce qui est au-dessus de lui, et tout ce qui est au-dessous, afin de reconnaître ses justes bornes. » Blaise Pascal, Pensées (1669)   « Qu’est-ce qu’un corps ? », titre de l’exposition d’ouverture du Musée du Quai Branly de Paris (2007), pose à nouveau la question centrale amenée par la modernité poétique : mis en cause par les changements sociaux et historiques produits au cours du XXe  siècle, le statut du corps se situe en effet au cœur des préoccupations, aussi bien esthétiques qu’ontologiques, de tous les arts qui en ont fait un objet soigné et torturé, idéalisé et manipulé, géométrisé et sectionné, multiplié jusqu’à l’effacement. Le corps est devenu ainsi le siège même de l’expérimentation artistique. Ce bouleversement relève d’ailleurs de l’irruption de la pensée phénoménologique en philosophie qui, en brisant le dualisme entre l’âme et le corps, a placé ce dernier au centre du rapport de l’individu au monde : « Mon corps, écrit Maurice Merleau-Ponty, est à la fois voyant et visible (...). Visible et mobile, mon corps est au nombre des choses, il est l’une d’elles, il est pris dans le tissu du monde». Ainsi, le corps devient l’instrument d’un voyage kinesthésique dans l’espace du monde, de même que dans l’ « espace du dedans », pour le dire avec Henri Michaux. De plus, en tant que visible et voyant à la fois, il assume la charge d’être simultanément le sujet et l’objet d’une exploration de l’extérieur et de l’intérieur, la forme et l’outil pour être perçus et pour se concevoir ; il devient le lieu propice à un processus inépuisable de tensions dialectiques entre affirmation et rectification, entre identité et altérité, fabriqué tant par soi-même que par les autres. Comme le soutient Alain Corbin, « le corps est une fiction, un ensemble de représentations mentales, une image inconsciente qui s’élabore, se dissout, se reconstruit au fil de l’hist oire du sujet », sous la médiation de l’expérience et du discours autour d’elle. Or est-ce qu’on peut accepter la définition proposée par Umberto Eco, qui conçoit le corps comme une « œuvre ouverte » ? Certes, le corps est une œuvre : une œuvre d’art en soi. Mais à quoi fait-il allusion l’adjectif “ouvert” ? La littérature et les arts figuratifs du XXe siècle nous offrent une image du corps sous le double signe de l’ouverture et de la finitude : ils nous ont montré qu’il s’agit d’un infini de pluralités. Le corps se définit en particulier comme : Hybride : à côté de la connotation symbolique d’hybridation, le corps se révèle effectivement hétérogène et, en tant que tel, en mesure de créer de nouvelles catégories à appliquer à la lecture d’un monde où elles se projettent ; Fragmenté : le moi, dont le corps est signe, n’est pas que variable mais aussi fondamentalement pluriel, ce qui n’implique pas seulement une fluctuation dans la succession chronologique, mais aussi dans la synchronie de chaque instant ; on passe de la continuité dans le temps à la pluralité dans le présent ; Défiguré : le corps perd son visage individuel en refusant toute imposition identitaire aprioristique ; néanmoins, le mouvement de déconstruction prélude à la tentative d’une recomposition plus vraie qui passe à travers une expérience de déséquilibre, de vertige, de vide. En suivant ces trois substantifs clés de la réflexion littéraire et artistique – hybridation, fragmentation et défiguration – nous demandons ici de “travailler” sur le corps, sur ses images et ses représentations, et de le concevoir comme “l’objet d’un travail”, d’une “fabrication”. Le corps, matière et pensée, serait ainsi envisagé comme un champ d’investigation et d’expériences, comme le relais entre le geste et le mot, la vie et l’écriture. Quels liens s’établissent alors entre le corps et l’expression dans le processus créateur ? De quelle manière le corps est-il mis en jeu dans la production artistique du XXe siècle ? Notre défi est aussi celui de mettre en relation arts figuratifs et littérature, étant donné la réflexion commune à ces deux domaines qui a caractérisé tout le XXe siècle. En fait, peintres et sculpteurs ébranlent les codes figuratifs de la tradition pour donner à leur tour cette image hybridée, fragmentée et défigurée du corps, et donc du moi, de l’homme moderne. Nous proposons des pistes d’analyse : -       Corps hybrides et hybridation de la forme : emprunts, combinatoire et mélanges vont redéfinir les relations entre composition, formes et figures. -       Le corps entre représentation et défiguration. -       Visages fragmentés et pluralité d’énonciation. -       Le corps entre mouvement kinesthésique et immobilité physique. -       Recherche d’une identité fixe ou acceptation et valorisation de la pluralité ?  -       Mesurer, penser, maîtriser le temps et l’espace à travers le corps. -       La perception : perçu et percepteur à la fois, le corps comme plaque sensible qui produit et reçoit des sensations.  Calendrier : Date limite pour la remise des propositions : 15 octobre 2014 Date limite pour la remise des contributions : 15 décembre 2014 Vous pouvez envoyer vos propositions de titre accompagnées de 10 lignes de projet et votre profil à l’adresse info@nouvellefribourg.com, avant le 15 mars 2014. Le comité scientifique décidera dans les mois qui suivent et nous communiquerons ensuite les consignes éditoriales aux auteurs sélectionnés.
Nome del contatto: 
F. Locatelli (università Cattolica Milano) et C. Nifosi (university Of Chicago)
Segnalato da: 
F. Locatelli (università Cattolica Milano) et C. Nifosi (university Of Chicago)
Email: 
-
Data di inizio o data limite dell'evento: 
15/10/2014
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 

George Sand et ses consoeurs. La femme artiste et intellectuelle au XIXe siècle

Riassunto dell'annuncio: 
Appel à contribution pour le Colloque international "George Sand et ses consoeurs. La femme artiste et intellectuelle au XIXe siècle" qui se déroulera à Vérone du 29 juin au 1er juillet 2015.
XXe Colloque international George Sand, avec le soutien de la George Sand Association. Verona, 29 juin-1er juillet 2015. Les propositions de communication seront à adresser à laura.colombo@univr.it et à cmasson@wellesley.edu avant le 20 septembre 2014. Voir l'appel à contribution ci-dessous.
Nome del contatto: 
Laura Colombo
Email del contatto: 
laura[point]colombo[at]univr[point]it
Indirizzo postale: 
Università degli Studi di Verona - Dipartimento di Lingue e Letterature straniere - Lungadige Porta Vittoria 41 - 37129 Verona
Segnalato da: 
Laura Colombo
Email: 
-
Data di inizio o data limite dell'evento: 
20/09/2014
Luogo dell'evento: 
Verona
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Sottocategoria: 

Pages

Subscribe to RSS - Letteratura