You are here

Letteratura

Galleria novecentesca. Incontri da Soffici a Zanzotto

Contenuto dell'annuncio: 

Diciannove ritratti di personalità letterarie e artistiche nati dall’incontro tra personaggi noti e meno noti del secolo scorso e Mario Richter, uno fra i maggiori esperti italiani di poesia moderna, per un trentennio professore di letteratura francese a Padova. Ne viene fuori una vivace...

Immagine dell'annuncio: 
Categoria principale: 
Segnalato da: 
Maria Emanuela Raffi e Anna Bettoni
Email: 
anna.bettoni@unipd.it
ISBN: 
9788893591423
Collezione: 
Letture di Pensiero e d'Arte, 119...
Anonyme
Editore: 
Edizioni di Storia e Letteratura
Luogo della pubblicazione: 
Roma
Data di pubblicazione: 
Friday, December 15, 2017
Data di pubblicazione online: 
Monday, January 15, 2018
URL: 
http://storiaeletteratura.it/galleria-novecentesca/
Lingua: 
italiano
Parole chiave: 
Soffici, Ardengo; Zanzotto, Andrea
Sito web di riferimento: 
http://storiaeletteratura.it/galleria-novecentesca/

Colloque Figures musicales de l'écrivain

Riassunto dell'annuncio: 
Second volet d'un diptyque dont le premier volet, "Figures littéraires du compositeur", a eu lieu l'an dernier en Sorbonne.
FIGURES MUSICALES DE L'ECRIVAIN Colloque international  organisé par Michela Landi (Université de Florence) ; Stéphane Lelièvre (Sorbonne Universités) ; Rosina Neginski (University of Illinois) ; Marthe Segrestin (Sorbonne Universités) 22, 23 et 24 février 2018 Institut français de Florence Piazza Ognissanti, 2 Firenze PROGRAMME :                                  Jeudi 22 février 2018                                                                     09h00-09h10 Accueil et présentation du colloque  Michela Landi, Stéphane Lelièvre, Rosina Neginsky, Marthe Segrestin I.  L’écrivain personnage Yanakieva Miriana : Le livret d’opéra : simplification ou amplification de la source littéraire ? Didier Béatrice : Andrea Chénier d’Umberto Giordano Couderc Gilles : Britten, Death in Venice et le pacte autobiographique Auzolle Cécile : « Que le silence m'écoute! » Hommes et femmes de lettres dans les opéras de Philippe Boesmans  Oberliessen Vanessa : L’écrivain comme figure légendaire dans les œuvres scéniques de Kaija Saariaho Degott Pierre : La figure de l’écrivain dans les Savoy Operas de Gilbert and Sullivan Rémy Matthieu : Vincent Delerm et les écrivains Piffaut Ludovic : Jeux d’écrivains dans Le virtuose ridicole (1752) de Goldoni et Galuppi Teulon-Lardic Sabine : La figure du librettiste des Lumières à l’opéra-comique au XIXe siècle ou « l’amour, le plaisir, la chanson et l’esprit  Lelièvre Stéphane : Hoffmann héros de ses propres contes dans l’opéra fantastique d’Offenbach   II. Présence et influence de l’écrivain dans l’œuvre musicale Dauge Damien : Le Flaubert de la musique ? Quelques paréidolies musico-littéraires Bonnet Antoine : Les écrivains dans la musique de Boulez ; « Regard éloigné » sur quelques « alliés substantiels » Casini Hervé : L’Ode « A GIACOMO LEOPARDI » (1898), un poème musical de Pietro Mascagni. Vivès Vincent : La mus(ic)a critica Coste Marion : « Rien n’est plus dangereux pour un musicien ou un peintre que de s’intéresser à la littérature » : l’ombre de l’écrivain dans Votre Faust d’Henri Pousseur et Michel Butor Ramaut-Chevassus Béatrice : Benjamin dernière nuit (Tabachnik, 2016), présence de l’écrivain au-delà du personnage                                     Vendredi 23 février 2018                                                              Mathon Geneviève : À propos des mises en musique du Schicksalslied (Hölderlin) - Brahms, Maderna et Nono Ouallet Yves : Après une lecture du Dante. Liszt, Tchaïkovski, Rachmaninov Rolland Nina : Baudelaire dans la musique : le cas Gabriel Fauré Sounac Frédéric : Stéphane Mallarmé dans Pli selon Pli de Pierre Boulez : un (auto)portrait spéculatif Piton-Foucault Émilie : « On n’est jamais mieux servi que par soi-même ». L’autoglorification de Zola dans le livret de Sylvanire Kantorikova Jana : Chansons modernes en tant qu’arme polémique ? Victor Dyk et la modernité vers 1900 D’Eredità Raffaele : De Don Quichotte à Panurge, de Rabelais à Cervantes. Deux auteurs au cœur des dernières œuvres de Massenet Pastor ComÍn Juan José : La présence des personnages féminins cervantins dans la musique française : Dulcinée et Preciosa.   III. L’artiste polygraphe Jacob François : Jack Kerouac, le musicien-poète Stepanov Brigitte : Le raï : L’écrivain(e) engagé(e) dans la musique Darbon  Nicolas : Éloge du musicologue-compositeur ; Quelques éléments de transdiction musico-littéraire et de recherche-création Cailliez Matthieu : Carl Maria von Weber, un compositeur, chef d’orchestre et pianiste polygraphe Fabre Florence : Le « credo en sons » de Nietzsche Giroux François : La parole composée dans la musique d’Adorno 20h : CONCERT                                    Samedi 24 février 2018                                                               Faverzani Camillo : Sappho, personnage opératique dans Saffo de Simeone Sografi pour Giovanni Simone Mayr* Samson Sylvain : Luigi Dallapiccola : librettiste et compositeur. L’empreinte cardinale de la littérature dans son œuvre musico-théâtrale Barbier de Reulle Caroline : Alberto Savinio, écrivain et compositeur. Étude du ballet Vita dell’uomo Ramaut Alban : Le compositeur contre l’écrivain : histoire d’un paradoxe. Claude Debussy versus Hector Berlioz Neginsky  Rosina : Romain Rolland et Richard Strauss Velikanov Marie et Volyuzhskiy Serguey : Mikhail Kousmine, un poète compositeur, un compositeur-poète au « siècle d’argent » Table ronde autour de l’opéra Le Premier Meurtre (musique d’Arthur Lavandier, livret de Federico Flamminio) - Marie Gaboriaud. Conclusions Informations:  https://www.facebook.com/events/309394466228382/  https://www.institutfrancais.it/firenze/figures-musicales-de-lecrivain  
Segnalato da: 
Marie Gaboriaud
Email: 
marie.gaboriaud@institufrancais.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
22/02/2018
Data di fine dell'evento: 
24/02/2018
Luogo dell'evento: 
Florence
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Musique, écrivain
Sito web di riferimento: 
https://www.facebook.com/events/309394466228382/

CFP: Éros et mélancolie dans la poésie moderne et contemporaine

Ticontre. Teoria Testo Traduzione X Novembre 2018

Riassunto dell'annuncio: 
Dans ce nouveau numéro de Ticontre, nous souhaitons nous interroger sur la présence de l’éros et de la mélancolie dans la poésie moderne et contemporaine. 
Ticontre. Teoria Testo Traduzione X Novembre 2018   Éros et mélancolie dans la poésie moderne et contemporaine   sous la direction de Fulvio Ferrari, Lorenzo Mari, Stefano Pradel     Dans ce nouveau numéro de Ticontre, nous souhaitons nous interroger sur la présence de l’éros et de la mélancolie dans la poésie moderne et contemporaine.    Enquêter sur l’existence d’une tradition artistique et intellectuelle où interagissent éros et mélancolie signifie, de fait, proposer une histoire universelle de la pensée et de l’art. Concernant le monde occidental, il faut d’abord renvoyer au De natura hominis de Polybe de Cos (400 avant J-C) ainsi qu’à l’essai sur la mélancolie attribué à Rufus d'Éphèse (1er siècle avant J-C). La théorie préscientifique des humeurs s’avère particulièrement efficace pour rendre compte des phénomènes physiques, animiques et psychologiques reliant éros et mélancolie dans la définition de « maladie d’amour ». Dans les traités médicaux du Moyen-Âge, on élabore la notion d’amor heroes : un érotisme mélancolique naissant de l’interaction d’Éros et de Saturne – idée qui aboutit au De Amore de Marsile Ficin (1469) et, par la suite, à l’approche scientifique de Huarte de San Juan (Examen de ingenios para las ciencias, 1575).      Ce thème est omniprésent : on le retrouve dans la poésie courtoise, à la Renaissance, à l’époque baroque, en plein romantisme (avec la juxtaposition d’Éros et de Thanatos), dans la poésie post-romantique (« la muse malade »). On le retrouve également dans les définitions médicales modernes proposées par la psychopathologie freudienne de l’amour et par le débat psychanalytique qui s’en suivit, alimenté, entre autre, par les rapides changements socio-politiques réalisés au cours du XXe siècle touchant à la sexualité des individus.      L’amour heroes, délivré de sa valeur et de sa signification originelles, demeure dans la littérature de la modernité, nourrissant constamment le débat interdisciplinaire. Pour ne mentionner que quelques exemples, il suffit de renvoyer à Roland Barthes (Fragments d'un discours amoureux, 1977), Octavio Paz (La llama doble. Amor y erotismo 1993), Giorgio Agamben (Stanze. La parola e il fantasma nella cultura occidentale, 1993), Byung Chul-Han (Agonies des Eros, 2012) ou bien à la “sémiotique des passions” (Greimas, Quèrè, Marsciani, Bertrand, Geninasca, Fontanille).     Ce genre de débat s’est souvent concentré sur l’analyse du texte poétique envisagé comme un catalyseur de l’éros et de la mélancolie. À l’inverse, nous souhaitons nous pencher sur la présence de l’éros mélancolique dans la production poétique moderne et contemporaine d’une manière transversale, en mettant en relief les constantes et les caractéristiques des poétiques et des esthétiques individuelles ou collectives qui surgissent d’une réflexion tenant compte de la sensorialité, de la corporéité, de la relation à l’autre, de l’expression du sentiment amoureux et du désir sexuel. Car nous voulons enquêter sur l’expression problématique, marginale ou inhabituelle de l’érotisme, là où le désir et son impossibilité à se réaliser se font poésie.       Nous signalons ici à titre d’exemples et sans ambitionner d’être exhaustifs quelques perspectives d’étude:   - philologie d’auteur, critique génétique : variantes et réécritures explicitant/occultant ce thème ;   - des approches diachroniques concernant l’évolution expressive de la relation éros-mélancolie sur la longue durée dans une culture, dans un mouvement ou dans une période littéraire ;   - construction/représentation du sujet lyrique par rapport à l’autre (formes du désir, de la communication, de la figuration)   - des analyses herméneutiques d’œuvres à partir d’une réflexion sur la structure, le style, les isotopies sémantiques ;     - connexion entre les modes d’expression et la psychopathologie amoureuse, la névrose, la maladie mentale, etc., par rapport à la littérature et à la société.   - persistance/raréfaction des modes d’expression du lien éros-mélancolie dans les écritures avant-gardistes et néo-avant-gardistes (ou, plus récemment, dans les « écritures post-poétiques »).     Ne seront acceptés que les articles portant sur la poésie moderne et contemporaine à partir du premier Romantisme (1798) jusqu’à aujourd’hui. Les articles pourront être écrits en italien, en français, en espagnol ou en anglais. Ceux qui sont intéressés pourront envoyer un abstract (250 mots maximum), accompagné d’une brève notice biobibliographique, à l’adresse eros@ticontre.org avant le 28 février 2018 à midi. Les auteurs des articles retenus seront contactés avant le 15 mars 2018. Les articles devront parvenir avant le 30 Juin 2018 et seront soumis à une double lecture critique (peer review). Pour toute question, veuillez écrire à eros@ticontre.org
Nome del contatto: 
Fulvio Ferrari, Lorenzo Mari, Stefano Pradel
Email del contatto: 
eros@ticontre.org
Indirizzo postale: 
Via Tommaso Gar 14
Segnalato da: 
Claudia Crocco
Email: 
claudia.crocco@unitn.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
10/01/2018
Data di fine dell'evento: 
28/02/2018
Luogo dell'evento: 
TRENTO
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Poesia, Eros e melancolia,
Sito web di riferimento: 
http://www.ticontre.org/ojs/index.php/t3/announcement/view/18

InterArtes: Ipertestualità mimetica tra riscritture e continuazioni allografe

Riassunto dell'annuncio: 
Call for papers destinata alla pubblicazione di un volume di studi sul fenomeno della riscrittura, all’interno del progetto Dipartimentale dell’Università Iulm intitolato InterArtes: Ipertestualità mimetica tra riscritture e continuazioni allografe. Il progetto, per sua natura interdisciplinare, annovera fra i suoi aderenti i docenti Iulm di 10 gruppi disciplinari diversi, a cui si aggiungono i docenti delle altre università italiane (Milano Statale, Bologna, Macerata, Pisa, Trento, Varese) ed estere (Madrid, Parigi, Clermont-Ferrand).
Osservazione del mondo editoriale Negli ultimi decenni si vanno moltiplicando le pubblicazioni ascrivibili all’ambito della transtestualità, come reimpiego consapevole di tematiche e soggetti. La pratica, del tutto normale tra il Seicento e il Settecento, si era interrotta in epoca romantica, ma ha ripreso in seguito in modo dirompente fino a diventare, oggi, una vera e propria moda che si esprime non solo all’interno della letteratura, ma travalica i generi e le espressioni artistiche. Al fine di esaminarne gli esiti, mettendone in luce i più interessanti, il Dipartimento di Studi Umanistici dell’Università Iulm di Milano ha dato avvio lo scorso giugno a un progetto intitolato «Interartes: ipertestualità mimetica tra riscritture e continuazioni allografe» (breve descrizione sulla pagina Iulm dedicata: http://www.iulm.it/wps/wcm/connect/iulmit/iulm-it/ricerca/progetti-di-ricerca/progetti-di-ateneo/interartes-ipertestualita-mimetica-tra-riscritture-e-continuazioni-allografe). La critica. Stato dell’arte Fra le tendenze critiche che hanno caratterizzato la riflessione letteraria dalla metà degli anni ’80 a oggi, due, antitetiche fra loro, sono da considerare per questo progetto: il postmodernismo, pur in fase di esaurimento, e la formazione del canone. Se da un lato il postmodernismo ha reso evidente che nessuna opera artistica è a sé, ma assume un senso in relazione a una serie di altri testi, da cui trae la linfa vitale per creare la propria unicità, dall’altro le numerose riflessioni intorno al concetto di canone letterario, prodotte dagli anni ’90 a oggi, vanno proprio a valutare, e selezionare, con le inevitabili esclusioni, una serie di opere di cui si mette in evidenza il “valore” (concetto assai discusso, naturalmente) e la singolarità. Lo studio della letteratura, e delle espressioni artistiche in genere, «di secondo grado» non può prescindere da queste due tendenze critiche. Nei suoi fondamenti narratologici esso è stato affrontato da Genette che, con Palimpsestes (1982), fornisce il quadro teorico di partenza. I numerosi esempi su cui Genette si basa per la formulazione delle sue categorie risalgono all’antichità omerica e (relativamente al campo che ci interessa, da lui affrontato nei capp. 27-39), si fermano agli anni ’60 del Novecento, ben prima, dunque, dell’affermarsi di una moda che si esprime in campo letterario certamente, ma anche cinematografico, televisivo, musicale, ludico. Le ricerche successive si sono concentrate soprattutto sull’intertestualità, intesa come tessuto citazionale del testo letterario. La bibliografia critica non è altrettanto ricca sul fronte della riscrittura, anche se è in corso di rapido arricchimento come mostra lo studio di Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges, Seuil, 2011.   Delimitazione del campo d’indagine Se l’ambito della transtestualità è già ampiamente studiato nella sua accezione relativa all’intertestualità tout court, che sarà dunque esclusa, restano ancora ampi margini di indagine per la parte costituita dal reimpiego consapevole di tematiche e soggetti, chiamata da Genette “ipertestualità mimetica”. Richard Saint-Gelais parla di “transfictionnalité” laddove gli elementi di una data fiction vengono ripresi in più di un testo. Per circoscrivere il tema, e declinarlo in un campo che abbia una sua organicità, verranno considerate solo le opere dal 1970 ad oggi, ed esclusi i pastiches e le parodie per privilegiare tre settori ben definiti all’interno della macrocategoria degli ipertesti mimetici allografi:   1. Le riscritture, ossia il reimpiego consapevole di tematiche e soggetti, in una relazione con l’ipotesto che non si limita alla semplice allusione. Alla categoria vanno ascritte anche le letture contrappuntistiche. 2. Le suites e le continuazioni, cioè la ripresa di tematiche e personaggi che vanno a costituire l’ossatura di una nuova opera. Dalle fanfiction alle serie, spesso lo scopo degli spin off è lo sfruttamento della popolarità dell’ipotesto, anche se alcune pubblicazioni recenti da parte di autori non secondari forse meritano uno sguardo meno superficiale di quello che le liquida come epigoni senza valore. Le continuazioni, che si innestano all’ipotesto come variazioni prolettiche, analettiche, ellittiche e parallettiche possono essere raggruppate in due categorie:    a.   Opere che intendono conferire un finale diverso rispetto all’originale;   b. Opere che portano a compimento un epitesto incompiuto   3. Le trasposizioni in o da altre arti (poesie-quadri, poemi sinfonici-narrazioni, film-opere letterarie, fumetti che ripensano i classici). Si parla in questo caso di ripresa e continuazione intersemiotica o intermediale. 4. Un settore delle trasposizioni intersemiotiche è anche quello dei videogiochi, molti dei quali usano pattern narrativi ricalcati sui grandi classici.   Ciò che deve presiedere alla scelta dell’opera sulla quale indagare è il criterio di riconoscibilità immediata dell’ipotesto nell’ipertesto: grazie alla ripresa del soggetto, dei personaggi o del pattern narrativo oppure perché il debito viene esplicitamente dichiarato nel paratesto.   Ognuna di queste categorie che concernono lo spostamento aprono alla necessità di approfondire livelli diversi: - testuale - socio-culturale - enciclopedico, nella misura in cui questa tipologia di prodotto non solo sfrutta, ma ha bisogno di un’estensione di rimandi continua e costante - editoriale (il canale editoriale attraverso cui viene diffusa l’opera dialoga con un sistema complesso) - economico produttivo   Verranno prese in considerazione le proposte che verteranno su: La configurazione del fenomeno sotto il profilo teorico, sulla linea di continuità delle ricerche di Genette ma al di là della stretta osservanza narratologica, almeno secondo le categorie stabilite da Genette all’inizio degli anni ’80, che non è sufficiente a dar conto di esiti artistici non esclusivamente testuali. La mappatura delle poetiche che hanno affrontato esplicitamente il tema e delle modalità adottate che travalicano la formalizzazione di Genette, ormai insufficiente a saturarne le tipologie. Gli studi applicativi sull’argomento.   Tempistiche: Le proposte (lunghezza max 500 parole) dovranno pervenire entro il 31 marzo 2018 al seguente indirizzo e-mail interartes.iulm@gmail.com complete  di una bibliografia di riferimento e di una breve biografia dell’autore (150 parole). Si accettano proposta in italiano, francese, inglese, spagnolo.   L’accettazione della proposta verrà comunicata entro aprile 2018.   Gli articoli definitivi (lunghezza massima 30.000 battute spazi inclusi) dovranno pervenire alla proponente del progetto entro fine novembre 2018 e saranno sottoposti a peer review.    Il volume verrà pubblicato entro maggio 2019 e sarà oggetto di una presentazione durante una serata musical-letteraria prevista nel mese di maggio 2019.   Il referente del progetto è la prof. Laura Brignoli (laura.brignoli@iulm.it) Organizzatori del Comitato scientifico: Silvia Albertazzi (silvia.albertazzi@unibo.it) Paolo Proietti (paolo.proietti@iulm.it) Rémy Poignault (remy.poignault@uca.fr)
Nome del contatto: 
laura Brignoli
Email del contatto: 
laura.brignoli@iulm.it
Indirizzo postale: 
Università Iulm, via Carlo Bo 1, 20143 Milano
Segnalato da: 
Laura Brignoli
Email: 
laura.brignoli@iulm.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
31/03/2018
Luogo dell'evento: 
Milano
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
transmedialità, transfictionnalité, riscritture
Sito web di riferimento: 
http://www.iulm.it/wps/wcm/connect/iulmit/iulm-it/ricerca/progetti-di-ricerca/progetti-di-ateneo/interartes-ipertestualita-mimetica-tra-riscritture-e-continuazioni-allografe

Luoghi e destini dell'immagine. Un corso di poetica al Collège de France 1981-1993

Contenuto dell'annuncio: 

Yves Bonnefoy propone in questo libro i riassunti
delle lezioni tenute dal 1981 al 1993 presso la cattedra
di “Études comparées de la Fonction poétique”
al prestigioso Collège de France. Già dalla lezione
inaugurale La presenza e l’immagine si delinea il vasto
e...

Immagine dell'annuncio: 
Categoria principale: 
Sottocategorie: 
Segnalato da: 
Segreteria di redazione Studi Francesi
Email: 
studi.francesi@rosenbergesellier.it
ISBN: 
9788878855380
Collezione: 
Biblioteca di Studi Francesi
Anonyme
Editore: 
Rosenberg & Sellier
Luogo della pubblicazione: 
Torino
Data di pubblicazione: 
Tuesday, December 19, 2017
Data di pubblicazione online: 
Tuesday, December 19, 2017
URL: 
http://www.rosenbergesellier.it/scheda-libro?aaref=1185
Lingua: 
italiano
Sito web di riferimento: 
http://www.rosenbergesellier.it/scheda-libro?aaref=1185

Ticontre. Teoria Testo Traduzione

Contenuto dell'annuncio: 

«Ticontre. Teoria Testo Traduzione» VIII (2017)

http://www.ticontre.org/ojs/index.php/t3/issue/view/10

 

Sezione monografica - La poesia italiana...

Immagine dell'annuncio: 
Parole chiave: 
Poesia contemporanea, Primo Levi, Letteratura spagnola, Letteratura italiana
TItolo del numero: 
Ticontre. Teoria Testo Traduzione, VIII (2017)
Categoria principale: 
Email: 
claudia.crocco@unitn.it
Direttore(i) scentifico(i): 
Pietro Taravacci
Lingua: 
Data di pubblicazione online: 
Thursday, December 14, 2017
Data di pubblicazione: 
Thursday, November 30, 2017
Luogo della pubblicazione: 
Università degli Studi di Trento
Segnalato da: 
Claudia Crocco

Dictionnaire Yourcenar

Contenuto dell'annuncio: 

Dictionnaire Marguerite Yourcenar
Dirigé et préfacé par Bruno Blanckeman

Paris, Champion, 2017, 660 p.

 

"Ouvrage collectif à dimension internationale" , al quale hanno contribuito 5 colleghi italiani  

 

Bruno Blanckeman, maître d’...

Immagine dell'annuncio: 
Categoria principale: 
Segnalato da: 
Marie Gaboriaud
Email: 
marie.gaboriaud@institutfrancais.it
ISBN: 
9782745346469
Collezione: 
Dictionnaires et références
Marie
Editore: 
Honoré Champion
Luogo della pubblicazione: 
Paris
Data di pubblicazione: 
Thursday, September 28, 2017
Data di pubblicazione online: 
Tuesday, December 12, 2017
URL: 
https://www.honorechampion.com/fr/10698-book-08534646-9782745346469.html
Lingua: 
Français
Parole chiave: 
Yourcenar

Microtextualidades. Revista Internacional de microrrelato y minificción

Contenuto dell'annuncio: 

Le deuxième numéro de la revue espagnole Microtextualidades vient de paraitre. Il y sont contenus les articles présentés lors de la journée internationale sur le Micro-récit ayant eu lieu à la LUMSA de Rome les 9 et 10 mai 2017.

Parmi les articles, en français:

  • ...
Immagine dell'annuncio: 
Parole chiave: 
minifiction, texte bref, Réjis Jauffret, Christian Garcin, Camille de Toledo
Sottocategorie: 
ISSN formato elettronico: 
2530-8297
TItolo del numero: 
Cartografía de un género literario en expansión
Categoria principale: 
Email: 
elisa.bricco@unige.it
Direttore(i) scentifico(i): 
Coordinadores: Aviva Garribba – Cristiana Pugliese – Anna Isabella Squarzina
Segnalato da: 
Elisa Bricco

"A tant m'en vois" - Figures du départ au Moyen Âge

Riassunto dell'annuncio: 
Appel à contributions "A tant m'en vois" - Figures du départ au Moyen Âge Partir, c’est toujours se séparer de quelqu’un ou de quelque chose. C’est créer un avant et un après par une action que l’on sait irréversible (car elle entérine la coupure) – même s’il est toujours possible de revenir (vers un arrière, mais par un pas en avant). Que l’on parte volontairement ou poussé par le sort / Fortune / la destinée / les astres contraires, le départ est toujours ce moment inchoatif qui suspend la durée en même temps qu’il la provoque, comme un défi à un enchaînement qui aurait dû être.
A tant est l’adverbe de temps qui accompagne, le plus souvent, cette coupure : coupure spatiale, coupure temporelle, coupure émotionnelle et signifiante. Guillaume de Machaut, Christine de Pizan, Alain Chartier, les Cent Nouvelles Nouvelles, George Chastelain, Olivier de la Marche, etc., en font un adverbe prisé en moyen français pour signifier tous les possibles ouverts par cette section dans la narration. L’adverbe exprime également les différentes nuances de la causalité (on pourrait le traduire par « et sur ce… ») – des nuances peut-être moins relevées dans les dictionnaires, mais qui disent une prise de conscience justifiant le départ, déterminant les modalités qui le caractérisent. Que l’on ait honoré un devoir, accompli une tâche, satisfait aux attentes d’autrui, changé d’avis, enduré une déception, souffert d’une forme d’ingratitude, sans nécessairement fuir des situations, on peut se résoudre à « partir ». Ce départ, choisi et en même temps obligé, signifiant une « mutacion », voire une rupture, n’est pas déterminé par un projet à réaliser et, même s’il conduit toujours à regarder vers d’autres horizons et à aller de l’avant, il traduit d’abord une prise de position à l’égard de ce qui a été. Il est le produit du passé et appelle un à-venir. Le moment où l’on « met un terme » à quelque chose, restant d’abord inaperçu ou étant, à l’inverse, grandement remarqué, peut donner lieu à des interprétations, des conjectures, amenant à formuler des hypothèses quant aux raisons sur lesquelles repose le fait de s’en aller. Occasion dynamique d’un renversement, où la personnalité s’affirme, où la présence se définit et impose encore plus in absentia, elle laisse derrière soi la surprise, le regret, la joie ou l’hypocrisie des félicitations, le silence des larmes, le bruit des portes claquées. A tant m’en vois : le je est au centre d’une dynamique grandement ‘textogénétique’ ; vécue à la première personne, elle peut être narrée dans ses causes et ses effets, par le « sujet partant » ou par ceux qui assistent aux salutations (lorsqu’il y en a). Cette dynamique, profondément  émotionnelle, parfois pulsionnelle, est génératrice de narration, de débat, et suscite le questionnement. Aucune limite aux changements qu’elle produit, aux confins qu’elle conduit à franchir, que ce soit de manière réfléchie ou de façon abrupte : le huis d’un couvent, les frontières d’un pays, les règles de la bienséance, le terme naturel de sa propre vie, recherché dans les cas les plus extrêmes de… « départ ». Partir signifie peut-être quitter, lâcher, encore plus que changer. Partir signifie séparer, mais aussi partager, se départir, départager… Il ne s’agit pas ici d’étudier, en contexte, l’expression même qui donnera le titre au volume, mais de proposer des départs dont on constituera un riche et savoureux florilège ; il ne s’agit pas non plus d’envisager une réflexion sur le voyage, le pèlerinage, le passage, l’itinéraire, le cheminement (effet duratif) mais d’envisager avec « A tant m’en vois » le moment de bascule, de rupture, qui sous-tend chaque départ (effet sécant). Dynamique, dynamisante (« m’en voys »), productrice de mouvement et de narration, la formule actantielle qui nous a inspiré(e)s appelle le changement – tout au moins narratif : on part pour questionner autrement ce(ux) qui reste(nt). Qu’il s’agisse d’interroger les effets de régie et de suture (comme chez Chrétien de Troyes et, à sa suite, chez les continuateurs), qui créent dans la narration des seuils auteur / lecteur et qui, par le changement formel, dynamisent le récit et se font performatifs. Qu’il s’agisse de questionner sur ce que l’on quitte (ou refuse de quitter !) comme dans le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle où le départ, toujours différé, crée une « fin de partie » qui se rejoue à chaque scène ? Partir comme se séparer, quitter, abandonner, mais aussi renouveler ou fonder, comme les Congés de Jean Bodel. Qu’il s’agisse de thématiser les modalités de ce départ (chansons de toile, reverdies, mais aussi textes historiques, chroniques ou mémoires narrant un changement de camp, etc.) qui propose une césure entre un avant et un après : quel est cet « aller vers » ? Une croisade ? Un pèlerinage ? Un amant ? Un ami ? Dieu ? Un temps nouveau ? La mort ? Qu’il s’agisse de dramatiser le départ : bruit de portes claquées, froideur des salutations, larmes versées, rires (narrés à la première personne, mais aussi par d’autres, en position d’observateurs). Dans le cas des départs préparés ou des départs abrupts, ce qui est en jeu face à la rupture, c’est le commentaire, la relecture, la réinterprétation pour réintégrer le sécant dans le duratif, l’incompréhension dans l’explicatif. La dynamique situationnelle, si elle constitue une relance du récit, va aussi de pair avec une pause. Qu’il s’agisse de rendre compte, par les outils linguistiques, de la rupture : temps verbaux, adverbes, constructions de phrase, formules conduisant à la formation de patrons syntaxiques « moment + cause > rupture » qui rendent compte du changement, de la mutation (et, réflexivement, d’une écriture ou d’une langue en pleine mutation qui dit le changement). Dans cette dynamique du partement, il s’agit de s’interroger, comme le dit la chanson, sur ce « comment te dire adieu ». CALENDRIER Soumission du résumé (250 mots) : fin février 2018 Décision du comité scientifique : fin avril 2018. Soumission de la version finale de l’article : fin décembre 2018 Publication de « A tant m’en vois ». Figures du départ au Moyen Âge, études recueillies par N. Labère et L. Pierdominici, Fano, Aras Edizioni, 2019 (P.B.S.M.R., III) : premier semestre 2019. Les propositions de sujets sont à envoyer avant fin février 2018 à Nelly Labère (Université Bordeaux III) et Luca Pierdominici (Università di Macerata), éditeurs scientifiques : labere@free.fr, luca.pierdominici@unimc.it et lpierdominici@yahoo.fr. Chaque soumission est évaluée par au moins deux relecteurs appartenant au comité scientifique international de la collection. Indexation : Fabula, Calenda, RMBLF, SUSLLF, DoRiF, etc.   ------------------------------------------------------------------------------------- Piccola Biblioteca di Studi Medievali e Rinascimentali Collana fondata e diretta da Luca Pierdominici Aras Edizioni, Fano Italia Comitato d‘Onore : Gabriella Almanza Ciotti (Università di Macerata), Jean Dufournet † (Université Paris III), Michèle Perret (Université Paris X), Danielle Quéruel (Université de Reims). Comitato scientifico : Donatella Bisconti (Université de Clermont-Ferrand), Massimo Bonafin (Università di Macerata), Jean Devaux (Université du Littoral-Côte d'Opale), Estelle Doudet (Université Grenoble-Alpes), Elisabeth Gaucher-Rémond (Université de Nantes), Nelly Labère (Université Bordeaux III), Bruno Méniel (Université de Nantes), Amalia Rodriguez Somolinos (Universitad Complutense de Madrid), Fleur Vigneron (Université Grenoble-Alpes). ISSN de la collection: 2039-1412
Nome del contatto: 
Nelly Labère, Luca Pierdominici (éds.)
Segnalato da: 
Luca Pierdominici
Email: 
luca.pierdominici@unimc.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
28/02/2018
Luogo dell'evento: 
Bordeaux / Macerata
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Parole chiave: 
départ, partir, partement, séparation, partenza, partire, separazione, letteratura, francese, littérature française, medioevo, moyen âge, critique, interprétation

L’utopie sociale dans la littérature française du XIXe siècle

Riassunto dell'annuncio: 
Colloque international organisé par Agnese Silvestri et Brigitte Diaz
Dans ce colloque international, plusieurs spécialistes examinent les emplois littéraires de l'utopie de l'époque napoléonienne à la fin du siècle avec une attention particulière pour sa dimension sociale et politique.
Segnalato da: 
Vincenzo De Santis
Email: 
zadig_85@hotmail.com
Data di inizio o data limite dell'evento: 
05/12/2017
Data di fine dell'evento: 
06/12/2017
Luogo dell'evento: 
Salerne
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
utopie, société, politique, XIXe siècle

Pages

Subscribe to RSS - Letteratura