You are here

Letteratura

Proust et les écrans / Proust e gli schermi

Quaderni Proustiani, n. 14, 2019

Riassunto dell'annuncio: 
Pour sa livraison de 2019, la revue Quaderni Proustiani souhaite proposer à ses contributeurs une réflexion centrée sur « Proust et les écrans »
Proust et les écrans Revue Quaderni Proustiani, n. 14, 2019 Colloque de Padoue, 18 et 19 juillet 2019 Université de Padoue (Italie) ♣♣♣ Argumentaire Le 15 février 2017, les internautes du monde entier ont vu apparaître « Marcel Proust » sur leurs écrans. Non plus photographié, portraituré ou assimilé par métonymie à son oeuvre, mais filmé. Une vidéo d’à peine quelques secondes, tournée en 1904 lors du mariage du duc de Guiche, montre une silhouette frêle et moustachue, coiffée d’un chapeau melon, descendant d’un pas rapide les escaliers de l’église de la Madeleine. En cette projection diaphane et tremblotante, Laure Hillerin, auteur de la biographie de la Comtesse Greffulhe, aurait identifié le futur auteur de la Recherche, âgé alors de trente-trois ans. La nouvelle a fini par faire le tour du monde, à tort ou à raison : l’image en mouvement d’un « Marcel Proust » à peine reconnais-sable, qui se faufile discrètement parmi les invités, est reprise par les médias et réseaux sociaux de tous horizons, propulsée aux quatre coins de la planète par des milliers de likes, de retweets et de liens. À l’ère de la communauté numérique, Marcel Proust devient – l’aurait-on jamais cru ? – un phénomène « viral » et peut-être une « Fake News ». Cette résurrection filmique n’est pourtant que la manifestation la plus spectaculaire d’une présence massive de Proust sur nos écrans, diffracté et “étoilé” par cette Toile à laquelle ils donnent accès. Un rapide tour d’horizon suffit pour constater l’hétérogénéité et la pluralité de toutes les « Proust’s audio-visual afterlives » (A. Watt). En procédant de l’oeuvre à l’homme, on rencontre d’abord les différentes versions numérisées étiquetées de la Recherche, de l’Agenda de 1906, la masse des cahiers de brouillons numérisés par la Bibliothèque Nationale, consultables sur la plateforme Gallica, mais aussi, pour le 20 novembre prochain, l’ouverture d’une Correspondance de Marcel Proust en ligne : paradoxe admirable d’une dématérialisation permettant d’accéder mieux que jamais à la matérialité du texte, à la texture charnelle de l’écriture. Viennent ensuite les différentes transpositions transmédiales de la Recherche, adaptée et récréée par des moyens d’expression aussi divers que créatifs : pièces théâtrales (les dernières en date : Un instant de Proust, mise en scène par J. Bellorini ; Les Français. Inspiré de Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, par K. Warlikowski), spectacles de danse (le ballet Proust ou les intermittences du coeur par R. Petit, représenté en 2007 à l’Opéra de Paris), la bande dessinée de Stéphane Heuet et, évidemment, les adaptations cinématographiques. Aussi bien les projets non réalisés (ceux de Luchino Visconti et de Joseph Losey) que les productions de Volker Schlöndorff, de Chantal Akerman, de Raoul Ruiz ou de Nina Companeez, témoignent de la gageure d’une transposition – intégrale ou partielle – pour le grand écran du roman proustien et ont soulevé de vastes débats, tant dans la critique universitaire que parmi les lecteurs non spécialistes. Pour en revenir au petit écran de nos ordinateurs ou tablettes, la révolution d’Internet et la montée en puissance des réseaux sociaux ont vu se multiplier les canaux de diffusion, de transmission et de partage offerts aux lecteurs de Proust. Outre les espaces consacrés aux commentaires et aux critiques des internautes sur des plates-formes telles que Babelio ou Senscritique, nombreux sont les sites, les blogs ou les carnets de recherche et de veille entièrement centrés sur l’écrivain et sur son oeuvre. Ils ont été créés tantôt par des amateurs, animés d’une véritable passion proustienne et souhaitant mettre en commun leur expérience de lecture, leurs découvertes, ou bien publiciser toutes sortes de manifestations consacrées à leur écrivain de chevet, tantôt par des universitaires, qui oeuvrent au rayonnement des études proustiennes en relayant les actualités de la recherche, les événements académiques et les nouvelles parutions. C’est donc l’image d’un Proust de plus en plus « mondialisé », « numérisé » et hyper-contemporain que nous renvoient tous ces écrans connectés, autant de projections et de diffractions dont l’inventaire n’a pas encore été entrepris par la critique proustienne. S’il est désormais avéré que l’écran, avatar moderne de la fenêtre de Leon Battista Alberti, est devenu le dispositif optique de référence de notre époque, « élément propulseur – a écrit Mauro Carbone – d’une révolution perceptive » encore largement à appréhender, il convient alors de s’interroger plus systématiquement sur les modalités et les effets de cette surexposition de Proust sur nos écrans. Pour sa livraison de 2019, la revue Quaderni Proustiani souhaite ainsi proposer à ses contributeurs une réflexion centrée sur « Proust et les écrans », qui donnera lieu à une rencontre célébrative autour d’un colloque international en septembre-octobre 2019 à l’Université de Padoue, et qui pourra s’articuler selon les trois axes suivants : 1) Proust sur nos écrans : Il s’agirait d’abord d’entreprendre un tour de reconnaissance systématique des multiples « incarnations numériques » de Proust et de son oeuvre. Par quelles approches et armée de quels outils théoriques et méthodologiques la critique universitaire peut-elle appréhender ces « galaxies Proust » en perpétuelle expansion ? Quelles logiques (appropriation, vulgarisation etc.) et quelles intentions sous-tendent les différentes manifestations proustiennes sur la Toile ? S’agit-il de verres grossissants, susceptibles de ménager des angles de vision inédits, ou bien de lunettes déformantes ? Dans quelle mesure ces hybridations et ces « trafics » de Proust (A. Simon) contribuent-ils à la consolidation de son « mythe » et influencent-elles notre rapport à l’homme et à son oeuvre ? 2) Proust et le grand écran : En dépit du scepticisme, voire de l’aversion de Proust pour le tout nouveau cinématographe, de nombreux passages de la Recherche témoignent de « l’oeil cinématographique » (T. Carrier-Lafleur) de l’écrivain et semblent anticiper sur les découvertes des cinéastes. Toujours est-il que le roman proustien, aussi bien par sa structure narrative que par sa longueur, pose des défis majeurs aux metteurs en scène et scénaristes qui s’essaient à l’exercice périlleux d’une adaptation. Bien que les transpositions filmiques de la Recherche aient déjà fait l’objet d’investigations et de travaux au sein de la critique proustienne (Schmid, Kravanja, Ferré, Carrier-Lafleur), il reste encore beaucoup à dire et à écrire sur ce Proust vu au cinéma et par le cinéma. De quels écueils et de quels enjeux propres au grand écran les adaptations filmiques tentées jusqu’à ce jour font-elles état ? Quels choix et quelles directions laissent-ils entrevoir les projets de scénarios de Suso Cecchi D’Amico pour Luchino Visconti et d’Harold Pinter pour Joseph Losey ? Les transpositions les plus fidèles de l’oeuvre de Proust ne seraient-elles pas finalement à rechercher dans d’autres films ? 3) Les écrans dans la Recherche : avant de constituer un support numérique pour la lecture, la consultation et la diffusion de l’oeuvre proustienne, les écrans nourrissent de façon consistante la poétique et l’esthétique de la Recherche. Dans ses nombreuses métaphores et déclinaisons (verres, fenêtres, lunettes, lorgnettes, instruments d’optique), l’écran se configure avant tout comme une barrière, perceptive ou spirituelle, dressée entre la conscience du sujet et le monde (G. Henrot). Il se voit par conséquent associé à la notion de croyance et apparaît comme un foyer d’ambiguïtés et de tensions dialectiques : entre la surface et la profondeur, l’opacité et la transparence, l’aplatissement et le relief, la proximité et l’éloignement, l’illusion et la réalité… autant de pistes et de dichotomies qui pourront être examinées d’un point de vue thématique, stylistique, narratologique, philosophique ou psychanalytique. ♣♣♣ Modalité de présentation des contributions Date d’échéance pour l’envoi des articles définitifs : le 30 avril 2019 • Résumé de 500 signes, espaces comprises • Biobibliographie de 300 signes, espaces comprises • Article de maximum 50.000 signes, espaces comprises • Bibliographie en fin d’article • Mise en page selon le modèle Word et les normes de la revue (téléchargeable sur le site de Padova University Press : http://www.padovauniversitypress.it/riviste). Révision en double aveugle Retour des avis : pour le 21 mai 2019. Réponse de la revue : le 30 mai 2019. Les articles parvenus pourront faire l’objet d’une présentation publique et d’un débat lors du Colloque de l’Université de Padoue : Proust et les écrans : 18-19 juillet 2019. Les articles approuvés par la révision en double aveugle et remis dans leur version définitive pour le 20 août seront publiés dans le numéro 2019 des Quaderni proustiani. Correction des épreuves : mi-septembre 2019. Publication : mi-octobre 2019. Comité scientifique Viviana Agostini Ouafi • Université de Caen Normandie (FR) Alberto Beretta Anguissola • Università La Tuscia Viterbo (IT) Stéphane Chaudier • Université de Lille (FR) Luc Fraisse • Université de Strasbourg (FR) Giuseppe Girimonti Greco • PhD, traduttore (IT) Geneviève Henrot Sostero • Università di Padova (IT) Françoise Leriche • Université de Grenoble Alpes (FR) Bruno Moroncini • Università di Salerno (IT) Anne Simon • École des Hautes Études en Sciences Sociales, CRAL (FR) Eleonora Sparvoli • Università Cattolica di Milano (IT) Davide Vago • Università Cattolica di Milano (IT) Marisa Verna • Università Cattolica di Milano (IT) Organisation Geneviève Henrot Sostero (Université de Padoue) genevieve.henrot@unipd.it Denis Brotto (Université de Padoue) denis.brotto@unipd.it Ilaria Vidotto (Université de Grenoble Alpes) ilaria.vidotto2@unibo.it
Nome del contatto: 
Geneviève Henrot
Email del contatto: 
geneviève.henrot@unipd.it
Segnalato da: 
Geneviève Henrot
Email: 
geneviève.henrot@unipd.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
30/04/2019
Luogo dell'evento: 
Padoue
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Proust, Schermi, écrans
Sito web di riferimento: 
http://quaderniproustiani.padovauniversitypress.it/quaderni-proustiani-13-2019

Quaderni Proustiani

Contenuto dell'annuncio: 

Quaderni Proustiani, n. 13, 2018 - "Les Enfers de la Recherche"

Sommaire / Indice

Gennaro Oliviero, Eleonora Sparvoli, Geneviève Henrot Sostero, Presentazione

Sezione Italiana

Alberto Beretta Anguissola, Marcel in Tolomea, ovvero: la "Recherche" secondo Samuel...

Immagine dell'annuncio: 
Parole chiave: 
Proust, Recherche, Enfers
ISSN formato elettronico: 
ISSN 0000-0000
TItolo del numero: 
Les Enfers de la recherche
Categoria principale: 
Email: 
genevieve.henrot@unipd.it
Direttore(i) scentifico(i): 
Geneviève Henrot
Editore: 
Padova University Press
Data di pubblicazione online: 
Monday, November 12, 2018
Data di pubblicazione: 
Monday, November 12, 2018
Luogo della pubblicazione: 
Padova
Segnalato da: 
Geneviève Henrot

"Retour réflexif sur une expérience de recherches en littérature francophone" Michal Obszynski (Univ. de Gdansk)

Riassunto dell'annuncio: 
Séminaire du groupe "Approches sociales des littératures des Suds" portant sur les "Fabriques des littératures des Suds"
Le groupe de recherche « Approches sociales des littératures des Suds » lance la première séance de son séminaire 2018-2019 portant sur les "Fabriques des littératures des Suds", principalement africaines. Cette première rencontre aura lieu le 14 décembre 2018 au Centre d"Histoire sociale du XXe siècle (9 rue Malher - 75004 Paris) avec l'intervention de Michal Obszynski (Univ. de Gdansk) intitulée "Retour réflexif sur une expérience de recherches en littérature francophone". Le groupe « Approches sociales des littératures des Suds » a pour objectif de rassembler les recherches entreprises autour des littératures des Suds, principalement africaines. Le séminaire 2018-2019 vise à appréhender sans exclusive la/les fabrique/s de ces littératures et leurs déploiements historiques et sociaux, à la faveur d’une première série de rencontres mettant l’accent sur la dimension méthodologique et réflexive. Séance n° 1 : 14 décembre 2018 Michal Obszynski (Univ. de Gdansk). Retour réflexif sur une expérience de recherches en littérature francophone. Séance n° 2 : 8 février 2019 Présentation de Algérie, Les écrivains dans la décennie noire (CNRS, 2018) de Tristan Leperlier (CESSP/THALIM), discuté par Kaoutar Harchi (CERLIS). Séance n° 3 : 10 mai 2019 Pierre Halen (Univ. Lorraine) : « Réflexions sur la notion de champ » Approches du canon francophone et de sa constitution (Virginie Brinker, Valentina Tarquini, Erwan Caulet)
Nome del contatto: 
Valentina Tarquini
Email del contatto: 
valentina.tarquini@hotmail.com
Indirizzo postale: 
Centre d’Histoire sociale du XXe siècle, 9 rue Malher - 75004 Paris
Segnalato da: 
Valentina Tarquini
Email: 
valentina.tarquini@hotmail.com
Data di inizio o data limite dell'evento: 
14/12/2018
Luogo dell'evento: 
Paris
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Sociologie de la littérature, littératures africaines et francophones, sociocritique et sociopragmatique, méthodologie, réflexivité

La traduction de la littérature belge francophone

Riassunto dell'annuncio: 
L'Université de Mons et l'Université d'Anvers organisent le Colloque "La littérature belge francophone en traduction".
Les études de traduction qui s’intéressent à la littérature belge francophone sont encore rares. Le chantier est d’autant plus ouvert que le corpus que les participants soumettent à l’analyse est particulièrement propice à la mise en perspective de plusieurs domaines et méthodologies de la traductologie. Le Colloque vise en effet à étudier sous toutes ses facettes – linguistiques, stylistiques, sociologiques, historiques, biographiques, psychologiques, traductologiques... – la diffusion des lettres francophones de Belgique par le biais de la traduction, leur réception dans toutes les cultures d’arrivée. Le Colloque et la rencontre entre spécialistes de différentes approches traductologiques et actifs dans plusieurs aires linguistiques permettront de réunir des études de cas qui contribueront à un meilleur balisage théorique du champ de recherche proposé. Le Colloque se tiendra à Mons (Belgique), Campus de la Plaine, Champ de Mars, du 13 au 14 décembre 2018.
Nome del contatto: 
Catherine Gravet
Email del contatto: 
Catherine.GRAVET@umons.ac.be
Segnalato da: 
Maria Giovanna Petrillo
Email: 
magi.petrillo@uniparthenope.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
13/12/2018
Data di fine dell'evento: 
14/12/2018
Luogo dell'evento: 
Mons
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Parole chiave: 
littérature belge francophone, traduction, traductologie
Sito web di riferimento: 
https://www.uantwerpen.be/en/conferences/litterature-belge-francophone/

Diderot, la religion, le religieux

Riassunto dell'annuncio: 
Il s'agira de réenvisager la critique que fait Diderot de la religion et ses diverses formes, mais aussi de se demander s'il n'y a pas une religiosité présente dans de nombreux textes de Diderot.
Colloque international « Diderot, la religion, le religieux » Université Paris-Diderot, 3-4 octobre 2019 Colloque organisé par la Société Diderot, l’Université Paris-Diderot (CERILAC-EA4410 et axe THELEME), l’Université de Lorraine (Écritures-EA3943) et l’Université de Picardie Appel à communications Sous cet intitulé volontairement général et résolument monographique, le colloque souhaite éclairer les enjeux d’une question qui n’a jamais donné lieu à une exploration d’ensemble. Si l’on conçoit que son matérialisme athée ait empêché qu’il y ait pour Diderot des études comparables à la célèbre somme offerte par René Pomeau sur La Religion de Voltaire (Nizet, 1956), on peut néanmoins s’étonner que les rapports du philosophe langrois au religieux, à la religion et aux religions, aient suscité relativement peu de travaux. On connaît la célèbre formule de la Promenade du sceptique (1747) : « Imposez-moi le silence sur la religion et le gouvernement et je n’aurai plus rien à dire. » Encore faut-il s’entendre : il ne s’agit pas tant de revenir sur les positions idéologiques de Diderot que de mesurer l’importance de la place de la religion dans sa trajectoire et dans son œuvre, sans minimiser la satire anticléricale, la critique du « code » religieux ni les ruses du discours hétérodoxe, mais sans non plus s’y limiter a priori. On examinera ainsi à nouveaux frais les attitudes diderotiennes à l’égard de la religion, du religieux et des régimes de la croyance. Trois séries de questions pourraient notamment être envisagées : 1/ Quels sont les modes de présence de la religion dans le discours de Diderot, les formes de son hostilité, mais aussi de sa curiosité ? Comment celle-ci se manifeste-t-elle ? Comment prend-elle en compte la diversité et l’historicité des confessions, des rites, des dogmes, de la morale religieuse ? La fiction interroge-t-elle de manière spécifique la croyance et ses mécanismes ? Ces derniers ne sont-ils pas « genrés » ? On pourra également considérer les relations, complexes, de Diderot à la Bible. 2/ Quels sont les rapports de Diderot à la religion en tant qu’institution sociale ? Dans l’esprit du colloque Voltaire et ses combats, organisé et publié par Ulla Kolving et Christiane Mervaud (Voltaire Foundation, 2 vol., 1994), on pourra notamment éclairer ses démêlés avec l’église et la censure ecclésiastique, les antiphilosophes, les jésuites et les jansénistes, son attitude vis-à-vis des convulsionnaires et des miracles et, plus largement, son rapport à la tolérance et au fanatisme. On sait de quel potentiel poétique Diderot a chargé le phénomène religieux en tant que producteur d’états-limites. La « beauté convulsive » de La Religieuse (Jean Sgard) existerait-elle sans la puissante empreinte de la crise convulsionnaire sur les esprits du temps, et sur Diderot en particulier ? On sera ainsi sensible à l’esthétique du corps religieux dans les Salons. 3/ Plus largement, quelle est la sensibilité diderotienne au religieux ? Dans quelle mesure, par exemple, peut-on parler d’un idéal de croyance, investi dans la question de l’immortalité et de la postérité ? « L’amour, l’amitié, la religion, sont à la tête des plus violents enthousiasmes de la vie » (Lettre à S. Volland, 24 juillet 1762). N’y a-t-il pas pour Diderot une religiosité qui s’étend à bien des domaines autres que la religion ? Et quel serait, ici, l’enjeu de stratégies s’attachant précisément, comme dans Le Neveu de Rameau ou Le Rêve de d’Alembert, à absenter la religion et la divinité du discours ? Ces interrogations, qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, n’excluront par ailleurs aucune approche disciplinaire ; on pourra prendre en charge une ou plusieurs œuvres de Diderot, s’y consacrer au commentaire de texte comme à la synthèse transversale, ou prendre appui sur la biographie. On aura toutefois soin de respecter le cadre monographique du colloque, consacré à Diderot et non aux Lumières en général. Les propositions de communication (entre 2000 et 3000 signes) comportant le titre provisoire, la problématique et le corpus envisagé, sont à envoyer au comité d’organisation avant le 15 mars 2019 aux adresses suivantes : Sylviane Albertan (sylviane.albertan-coppola@wanadoo.fr), Marc Buffat (mbuffat@orange.fr), Florence Lotterie (florence.lotterie@univ-paris-diderot.fr).
Nome del contatto: 
Marc Buffat
Email del contatto: 
mbuffat@orange.fr
Segnalato da: 
Marc Buffat
Email: 
mbuffat@orange.fr
Data di inizio o data limite dell'evento: 
15/03/2019
Luogo dell'evento: 
Paris
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Diderot, religion, religieux,religiosité
Sito web di riferimento: 
http://diderot.hypotheses.org

Ticontre. Teoria Testo Traduzione

Contenuto dell'annuncio: 

«Ticontre. Teoria Testo Traduzione» X (2018)

http://www.ticontre.org/ojs/index.php/t3/issue/view/12/v0i10

Sezione monografica – Eros e melancolia nella poesia contemporanea

Fulvio Ferrari, Lorenzo...

Immagine dell'annuncio: 
Parole chiave: 
Eros, Melancolia, Poesia, Traduzione
ISSN formato elettronico: 
2284-4473
Categoria principale: 
Email: 
claudia.crocco@unitn.it
Direttore(i) scentifico(i): 
Pietro Taravacci
Editore: 
Università di Trento
Data di pubblicazione online: 
Thursday, November 22, 2018
Data di pubblicazione: 
Thursday, November 22, 2018
Luogo della pubblicazione: 
Trento
Segnalato da: 
Claudia Crocco

E pluribus unum (quand un seul genre ne suffit pas)

Riassunto dell'annuncio: 
Colloque international organisé par le Seminario di Filologia Francese en collaboration avec le Dipartimento di Lingue e Letterature straniere e Culture moderne de l'Université de Turin et avec le soutien de la revue "Studi Francesi".
Le 29 et 30 novembre 2018 aura lieu à Turin le colloque international "E PLURIBUS UNUM (quand un seul genre ne suffit pas)" organisé par le Seminario di Filologia Francese en collaboration avec le Dipartimento di Lingue e Letterature straniere e Culture moderne de l'Université de Turin et avec le soutien de la revue "Studi Francesi". Contamination, incorporation, greffe, rencontre : autant de phénomènes d’hybridation qui, à partir de la naissance des poétiques et des rhétoriques, n’ont cessé de modifier et d’enrichir les genres et les pratiques littéraires. Qu’elles soient admises, acceptées, ou recherchées, ou au contraire interdites et contrastées, ces manifestations se jouent de la notion de genre au fur et à mesure que s’affirme la prise de conscience des procédés de création. Une « crise » exquise, suivant Mallarmé (« …concurremment aux grandes orgues générales et séculaires, où s’exalte, d’après un latent clavier, l’orthodoxie, quiconque avec son jeu et son ouïe individuels se peut composer un instrument, dès qu’il souffle, le frôle ou frappe avec science… »), qui se développe au-delà des frontières de tous ordres : disciplinaires, génériques, géographiques, historiques, linguistiques, mais aussi idéologiques et politiques. Notre colloque se propose de reconsidérer ce conflit entre unicité et différence, en diachronie ou en synchronie, et de comprendre dans quelle mesure la transgression des limites imposées par l’ordre, la règle ou l’usage, peut constituer, par un effet de réaction, une sorte de contre-canon pouvant devenir contraignant à son tour. Les actes du colloque seront publiés en 2019 dans la Revue italienne d’études françaises. Comité scientifique: Gabriella Bosco, Gianni Iotti, Olivier Bivort, Laura Rescia. Monica Pavesio
Nome del contatto: 
Gabriella Bosco
Email del contatto: 
gabriella.bosco@unito.it
Indirizzo postale: 
Palazzo Badini Confalonieri, via Verdi 10, 10123 Torino
Segnalato da: 
Gabriella Bosco
Email: 
gabriella.bosco@unito.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
29/11/2018
Data di fine dell'evento: 
30/11/2018
Luogo dell'evento: 
Torino
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Parole chiave: 
contaminazione, generi, letteratura, arti, contro canone
Sito web di riferimento: 
http://www.filologiafrancese.it/

Brigitte Diaz, « Un beau rêve de république fraternelle… »

- George Sand et la Jeune Italie : du mythe romantique à l’engagement politique.

Riassunto dell'annuncio: 
Seminario dottorale : Coinvolgersi nella Storia dell’altro : forme letterarie e pratiche militanti dell’implicazione (Francia e Italia, XIX-XX sec.)
Brigitte Diaz (Université de Caen Normandie) :« Un beau rêve de république fraternelle… » - George Sand et la Jeune Italie : du mythe romantique à l’engagement politique. Seminario dottorale interdisciplinare (letteratura e storia) Dottorato di studi letterari, linguistici e storici (Dipartimento di Studi Umanistici) dell'Università di Salerno, dedicato a " Coinvolgersi nella Storia dell’altro : forme letterarie e pratiche militanti dell’implicazione (Francia e Italia, XIX-XX sec.)" Le 10 décembre 1842, Mazzini écrit de Londres une lettre à George Sand où il lui adresse cette requête émanant de jeunes compatriotes : «Bien des fois des jeunes Italiens de passage à Londres venant me voir, m’on dit : Êtes-vous en relation avec Madame Sand? Pourquoi n’écrirait-elle pas une Italie souterraine qui serait non l’épitaphe de la vieille et réactionnaire Italie telle que Didier nous l’a faite, mais l’hymne de la nouvelle, l’hymne du rajeunissement?» Il s’agira de revenir sur le débat qui s’instaure dans les années 1840 entre George Sand et Giuseppe Mazzini, en s’interrogeant sur la façon dont la romancière a répondu à cette demande d’engagement pour la cause de la jeune Italie. Università di Salerno - Dipartimento di Studi Umanistici Biblioteca di Studi Linguistici e Letterari - Edificio D3 V. Giovanni Paolo II, 132 - Fisciano (SA)
Nome del contatto: 
Agnese Silvestri
Email del contatto: 
asilvestri@unisa.it
Indirizzo postale: 
V. Giovanni Paolo II, 132 - Fisciano (SA)
Segnalato da: 
Agnese Silvestri
Email: 
asilvestri@unisa.it
agnese_silvestri@yahoo.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
29/11/2018
Luogo dell'evento: 
Fisciano
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Parole chiave: 
George Sand - Giuseppe Mazzini - engagement de l'écrivain
Sito web di riferimento: 
http://www.dipsumdolls.it/fr/

Présentation du volume Simenon e Fellini. Corrispondenza, corrispondenze di Marina Geat.

Riassunto dell'annuncio: 
Présentation du livre par M. Gilberto Scaramuzzo à la librairie de l’Auditorium Parco della Musica, Roma, 20 novembre 2018, 18 h
Le volume de Marina Geat Simenon e Fellini. Corrispondenza, corrispondenze (Anicia editore, Roma 2018) sera présenté à la librairie de l’Auditorium Parco della Musica, Rome, par M. Gilberto Scaramuzzo, professeur de Pédagogie d’Expression à l’Université Roma Tre. Il y aura des lectures des textes et un entretien avec l’auteur du livre. Le volume de Marina Geat Simenon e Fellini. Corrispondenza, corrispondenze, Anicia editore, Roma, 2018 approfondit des aspects de la personnalité humaine et artistique de Georges Simenon et de Federico Fellini à travers la perspective particulière que suscitent leur rencontre et le rapport essentiellement épistolaire qui les a liés pendant trente ans. Cette correspondance, témoignage de l’élaboration d’une pensé qui se dit, ou qui se dévoile, grâce aux sollicitations, à la compréhension, à la complicité de l’autre, jette des lumières nouvelles sur le substrat humain qui est à la base de deux des œuvres majeures du XXe siècle. Des constantes (parfois des obsessions) se révèlent, qui relient la dimension biographique à l’urgence expressive d’un drame humain universel par l’intermédiaire du langage de l’art : la confrontation/conflit avec le “ frère ”, c’est-à-dire avec l’ “Autre ” par excellence ; la fascination et les inquiétudes suscitées par la Femme et son mystère ; l’appropriation douloureuse des parties obscures de soi-même, grâce aux sollicitations aussi qui viennent de la psychanalyse jungienne. Dans des formes différentes, autant d’aspects de l’altérité que justement le dialogue avec un “ autre ” d’élection ¬ Fellini pour Simenon, Simenon pour Fellini – permet de révéler. À partir de la lecture de cette longue confrontation épistolaire entre deux des plus grands artistes du XXe siècle, l’entretien de M. Gilberto Scaramuzzo avec l’auteur du livre portera sur les mystères de la création artistique et des relations humaines.
Nome del contatto: 
Marina Geat
Email del contatto: 
marina.geat@uniroma3.it
Indirizzo postale: 
Libreria Notebook, Auditorium Parco della Musica, via Pietro de Coubertin 20, Roma
Segnalato da: 
Marina Geat
Email: 
marina.geat@uniroma3.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
20/11/2018
Data di fine dell'evento: 
20/11/2018
Luogo dell'evento: 
Roma
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Georges Simenon; Federico Fellini; Carl Gustav Jung; correspondance épistolaire

Seminario dottorale "Editoria ed eresia"

Anna Maria Raugei, "Gian Vincenzo Pinelli e la sua biblioteca"

Riassunto dell'annuncio: 
Conferenza di Anna Maria Raugei su "Gian Vincenzo Pinelli e la sua biblioteca".
Nell'ambito del Seminario dottorale "Editoria ed eresia" si terrà la conferenza di Anna Maria Raugei su "Gian Vincenzo Pinelli e la sua biblioteca". La fama di Gian Vincenzo Pinelli (1535-1601) è soprattutto legata alla sua biblioteca: circa 9.500 stampati e oltre 1.000 manoscritti, che egli riunisce e mette a disposizione degli studiosi. Alle conoscenze consegnate nei libri si affiancano le informazioni raccolte attraverso la corrispondenza con gli eruditi di tutta Europa e attraverso le conversazioni intrecciate con amici e visitatori. La casa di Pinelli diventa così un importante crocevia culturale, in cui il sapere non solo è conservato, ma si arricchisce e permette la produzione di nuovo sapere. In questo libro si delineano la vita e la personalità di Pinelli, si mettono in luce i percorsi tramite cui si è costituita la collezione e i mezzi messi a punto per gestirla in maniera funzionale, se ne segue la storia fino alla sua parziale distruzione, si descrivono i testimoni manoscritti che ne permettono la ricostruzione e si analizza la composizione del fondo degli stampati in base alla distribuzione dei volumi per lingua, luogo di provenienza, datazione, formato, argomento. Università di Verona, «Palazzo di lingue e lettere», aula I.6, ore 17.00
Nome del contatto: 
Rosanna Gorris ; Riccardo Benedettini
Email del contatto: 
rosanna.gorris@univr.it
Segnalato da: 
Riccardo Benedettini
Email: 
riccardo.benedettini@univr.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
21/11/2018
Data di fine dell'evento: 
21/11/2018
Luogo dell'evento: 
Verona
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Gian Vincenzo Pinelli ; biblioteca ; rapporti Italia-Francia
Sito web di riferimento: 
http://www.cinquecentofrancese.it

Pages

Subscribe to RSS - Letteratura