You are here

Culture e scienze umane

Collana Anamorfosi

Barbara Continenza, Valerio Magrelli, Raffaele Manica presentano la collana Anamorfosi diretta da Annamaria Laserra

Riassunto dell'annuncio: 
Il giorno 19 ottobre 2017, presso il Centro di Studi italo-francesi dell'Università di Roma 3, p.za Campitelli 3, Roma, Barbara Continenza, Valerio Magrelli e Raffaele Manica presenteranno la collana Anamorfosi, diretta da Annamaria Laserra per le Edizioni Euno
Università di Roma 3 Centro di Studi italo-francesi Barbara Continenza, Valerio Magrelli e Raffaele Manica presenteranno la collana Anamorfosi diretta da Annamaria Laserra per le Edizioni Euno  
Nome del contatto: 
Annamaria Laserra
Email del contatto: 
anlaserra@gmail.com
Indirizzo postale: 
via Fratelli Ruspoli 2 - 00198 Roma
Segnalato da: 
Annamaria Laserra
Email: 
anlaserra@gmail.com
Data di inizio o data limite dell'evento: 
19/10/2017
Città dell'evento: 
Roma, Centro di Studi italo-francesi, p.za Campitelli 3
Tipo di evento: 
Parutions d'ouvrages
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Letteratura, cultura, scienze umane

Journée d’étude : Quel avenir pour les partis politiques

Riassunto dell'annuncio: 
Quel avenir pour les partis politiques dans les modèles républicains français et italien ? Troisième journée d’étude organisée par la Fondation Charles de Gaulle et la Fondazione Magna Carta Vendredi 22 septembre 2017 Rome, Institut Français - Centre Saint Louis Largo Toniolo 22. Piazza San Luigi dei Francesi Comité scientifique Maria Elena Cavallaro, Frédéric Fogacci, Olivier Jacquot, Christine Vodovar
PROGRAMME 9.00 Enregistrement 9.20 Introduction Philippe ZELLER, Ambassadeur de France près le Saint Siège Arnaud TEYSSIER, Président du Conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle Gaetano QUAGLIARIELLO, ancien ministre, Président de la Fondazione Magna Carta 9.45 Première table ronde Quelles place pour les partis politiques dans les équilibres constitutionnels et institutionnels? Présidence : Eugenio CAPOZZI, Professeur d’histoire contemporaine, Université Suor Orsola, Naples Alain LAQUIEZE, Professeur de droit constitutionnel, Université Paris V-Descartes Francesco BONINI, Professeur d’histoire des institutions politiques, Recteur de la LUMSA Pause 11.15 Deuxième table ronde Une « forme-parti » en crise depuis les années 1970 ? Présidence : Arnaud TEYSSIER, Président du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle Gilles LE BEGUEC, Professeur émérite d’Histoire contemporaine, Université Paris X - Nanterre Paolo POMBENI, Professeur émérite à l’Université de Bologne. Déjeuner 15.00 Troisième table ronde Les Primaires, la concurrence des think-tanks : des partis politiques pris en tenaille ? Présidence : Antonio POLITO, éditorialiste au Corriere della Serra Laurent BIGORGNE, Directeur de l’Institut Montaigne, Paris Hervé GAYMARD, ancien ministre, Président du Conseil départemental de la Savoie Gaetano QUAGLIARIELLO, ancien ministre, Président de la Fondazione Magna Carta Arnaud LEROY, ancien député, membre du conseil d’administration de la République en Marche (LREM) Luciano VIOLANTE, ancien Président de la Chambre des Députés, membre du PD. 18.00 Conclusioni Arnaud TEYSSIER, Président du conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle. Gaetano QUAGLIARIELLO, ancien ministre, Président de la Fondazione Magna Carta PRESENTATION En 1997, Pietro Scoppola, dans son ouvrage classique, définissait la République italienne comme « La République des partis ». Il renvoyait par là à un élément fondateur commun à la France et à l’Italie, le fait que la reconstruction du système politique à la Libération s’est nourrie d’un consensus commun entre partis (de masse), et a correspondu à une ère de socialisation politique massive par leur biais. En témoignent l’exemple des contre-sociétés communistes, analysées par Marc Lazar, ou le modèle de la Démocratie Chrétienne en Italie. Le consensus partisan est donc l’une des clés du modèle républicain, aussi bien constitutionnelle que politique (le célèbre programme du CNR en France), même si la contrepartie réside bien évidemment dans une monopolisation de la vie publique par ces formations, sous tous ses aspects (sélection et formation de la classe dirigeante, animation du débat politique, et même, dans une forme de dérive, prise en main de certains pans du domaine administratif avec des phénomènes de « bastions » et de recrutements partisans). Ce compromis mérite d’être réinterrogé. Il souffre, à l’évidence, de la crise de légitimité des formations politiques classiques, laquelle semble s’enclencher à partir du tournant des années 1970, aussi bien en France qu’en Italie. On peut y voir les effets de l’offensive gaullienne, qui privilégie le modèle du « rassemblement » à celui du parti : si la Ve République reconnaît le rôle et la place des partis politiques dans l’expression démocratique (article 7), son système institutionnel conduit en effet à les marginaliser autant que possible. En Italie, à la même période, les partis s’imposent comme le principal verrou du « bipartisme imparfait », tout en abritant en leur sein des courants et des aspirations de plus en plus contradictoires. La montée progressive des partis « hors système » accélère ce processus de crise, qui se traduit par une baisse drastique des effectifs et de la représentativité, mais aussi par la recherche croissante de formes démocratiques alternatives, et par des moments de reconfiguration douloureux (après 1992 en Italie). Le phénomène Cinque Stelle, avec la mise en avant de procédures de démocratie directe systématiques, mais un fonctionnement interne très hiérarchisé et autoritaire, peut apparaître comme le contre-projet partisan par excellence. Bref, les partis apparaissent de moins en moins « protégés » par le système institutionnel, et peinent à renouveler leurs discours et leurs pratiques : leur crise est aussi une crise de l’appartenance et du militantisme. La période la plus récente semble constituer un aboutissement de ces problématiques, puisque des formes d’expression démocratique nouvelles, alternatives aux partis et visant à se substituer à eux dans certaines de leurs missions essentielles s’imposent peu à peu. La popularisation des primaires, inventées en Italie, et adoptées progressivement en France, renvoie à la difficulté des partis à assurer la sélection de leur personnel politique et à créer un consensus interne produisant l’« obligation politique » chère à Paolo Pombeni. Paradoxalement, les principaux chefs de parti ont moins l’aura de leaders que celle d’hommes d’un consensus minimal, chargés de maintenir, à leur corps défendant, des unités de plus en plus précaires, à coup de synthèses doctrinales complexes et souvent improbables. Or, précisément, l’élaboration doctrinale, tâche par excellence des formations politiques, souffre aussi de cet affaiblissement du sentiment partisan. La multiplication des think tanks et des fondations, l’externalisation de la production doctrinale renvoie soit à l’usure des doctrines politiques classiques qui ont nourri les partis pendant des décennies, soit au contraire au fait que ceux-ci ne constituent plus un cadre de réflexion et de débat adapté, d’où la tentation d’externaliser cette tâche. Mais quelle est alors la légitimité de ces éléments politiques nouveaux, leurs liens avec les formations politiques ? Afin de proposer une réflexion d’ensemble sur ces questionnements, l’approche comparative franco-italienne est apparu une nouvelle fois pertinente et heuristique. La journée d’étude du 28 septembre prochain, troisième d’un cycle de collaboration entre la Fondation Charles de Gaulle et la Fondation Magna Carta, avec le soutien de l’Ambassade de France près le Saint Siège a pour objectif de proposer une réflexion actualisée sur ces enjeux.
Email del contatto: 
segreteria@magna-carta.it
Indirizzo postale: 
FONDAZIONE MAGNA CARTA - Via Simeto 64- 00198 Roma
Segnalato da: 
Marie Gaboriaud
Email: 
marie.gaboriaud@institutfrancais.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
22/09/2017
Data di fine dell'evento: 
22/09/2017
Città dell'evento: 
Rome
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Sito web di riferimento: 
https://www.institutfrancais.it/italia/quel-avenir-pour-les-partis-politiques-dans-les-modeles-republicains-francais-et-italien

Empreintes québécoises

8e colloque de l'AJCEEQ

Riassunto dell'annuncio: 
« EMPREINTES QUÉBÉCOISES » - 8ème colloque de l'AJCEEQ, Association des jeunes chercheurs européens en études québécoises Site St Charles de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Place Albert Ier (Tramway Ligne 1) - Salle des Colloques 2
« EMPREINTES QUÉBÉCOISES » - 8ème colloque de l'AJCEEQ, Association des jeunes chercheurs européens en études québécoises Site St Charles de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Place Albert Ier (Tramway Ligne 1) - Salle des Colloques 2 L’Association des Jeunes Chercheurs Européens en Études Québécoises (AJCEEQ) existe depuis 1993 et a déjà organisé 7 colloques internationaux. COLLOQUE EUROPÉEN 8 pays représentés : Allemagne, Autriche, Croatie, France, Grande-Bretagne, Italie, Pologne, Roumanie COLLOQUE INTERDISCIPLINAIRE 7 disciplines présentes : histoire, littérature, théâtre, sciences du langage, cinéma, communication, muséologie   Les organisatrices Hélène Amrit – AJCEEQ – Université de Limoges Anna Giaufret – AJCEEQ – Université de Gênes Elsa Guyot – AJCEEQ – Université Paul-Valéry Montpellier 3
Nome del contatto: 
Anna Giaufret
Email del contatto: 
anna.giaufret.unige@gmail.com
Indirizzo postale: 
Site Saint-Charles, Place Albert 1er, Salle des colloques 2
Segnalato da: 
Anna Giaufret
Email: 
anna.giaufret.unige@gmail.com
Data di inizio o data limite dell'evento: 
05/10/2017
Data di fine dell'evento: 
06/10/2017
Città dell'evento: 
Université Paul Valéry - Montpellier
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
Québec, jeunes chercheurs

Prix Marc de Montalembert

Riassunto dell'annuncio: 
Pour la neuvième année, la Fondation Marc de Montalembert et l’Institut national d’histoire de l’art se sont associés pour l’attribution du *Prix Marc de Montalembert d’un montant de 9000 euros*. Ce prix soutient l’achèvement d’un travail de recherche qui promet un apport original à la connaissance des arts et de la culture du monde méditerranéen. La Fondation Marc de Montalembert offre en outre au lauréat la possibilité de séjourner à son siège à Rhodes, en Grèce. *Le prix est ouvert à toute personne de nationalité d'un pays riverain de la Méditerranée, âgée de moins de 35 ans au 30 novembre 2017 et titulaire d'un doctorat.*
Les candidats doivent *déposer leur dossier complet* - comprenant un curriculum vitae, une lettre de motivation manuscrite en français, le projet rédigé en français ou en anglais, l’identification du lien avec un domaine de recherche de l’INHA <https://www.inha.fr/fr/ressources/actualites/en-2017/nouveaux-domaines-der.html>, le calendrier de travail et le budget prévisionnel, le résultat attendu, et au moins deux lettres de recommandation -*entre le 2 octobre 2017 et le 30 novembre 2017*. En savoir plus sur le Prix Marc de Montalembert 2018 <https://www.inha.fr/fr/recherche/appels-a-candidatures/prix-montalembert-2018.html> Téléchargerl'appel à candidatures <https://www.inha.fr/fr/recherche/appels-a-candidatures/prix-montalembert-2018/_attachments/Montalembert_2018_AppelCandAffiche_WEB.pdf?download=true> En savoir plus sur la Fondation Marc de Montalembert <https://www.fondationmdm.com/>
Segnalato da: 
Nancy Murzilli
Email: 
nancy.murzilli@unige.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
02/10/2017
Data di fine dell'evento: 
30/11/2017
Città dell'evento: 
Paris
Tipo di evento: 
Bourses, prix, emplois
Categoria principale: 
Sottocategoria: 

Pages

Subscribe to RSS - Culture e scienze umane