You are here

Studi tematici

La philosophie de Marguerite Porete

Appel à propositions en vue d'une publication

Riassunto dell'annuncio: 
Les textes doivent être soumis pour le 31 août 2024 à la fois à Geneviève Barrette (genevieve.barrette@mcgill.ca) et à Marie Laplante-Anfossi (laplante-anfossi.marie@courrier.uqam.ca).
De Marguerite Porete ne nous est parvenu qu’un seul ouvrage, Le miroir des âmes simples et anéanties et qui seulement demeurent en vouloir et désir d’amour. Dans ce traité d’édification spirituelle sont décrites les différentes étapes que l’âme peut parcourir jusqu’à l’état mystique. L’autrice y soutient que l’âme n’est véritablement libre que lorsqu’elle abandonne son agentivité à Dieu et que l’âme qui connaît l’état mystique n’est plus sous le joug des vertus ni d’« Église-la-petite ». Marguerite manifesta elle-même quelque chose de la liberté dépeinte dans son livre alors qu’elle défia l’interdit de diffusion de son ouvrage, refusa de prendre part aux procédures de son procès et émut par son attitude digne la foule qui assista à son exécution. Le Miroir des simples âmes fut en effet condamné et brûlé sur la place publique de Valenciennes autour de 1300 par l’évêque de Cambrai et connut à nouveau l’autodafé à Paris en 1310, en meme temps que son autrice était brulée vive. Bien que plusieurs études récentes aient contribué à mettre au jour la pensée de Marguerite, différents aspects de celle-ci demeurent encore à établir ou à approfondir. Les acceptions de « vertu », la division et le rapport des objets de l’intellect et de la volonté, la conception de la liberté ou encore le rapport entre la volonté et la liberté en sont quelques exemples. La question de l’appartenance de la pensée de Marguerite à la philosophie et celle de son inclusion dans le canon philosophique peuvent également être soulevées. D’une part, le Miroir des simples âmes se présente comme un essai de mystique spéculative, un champ théorique aux confins de la philosophie par son recoupement avec la théologie. D’autre part, le miroir possède des traits qui ont incliné à juger d’une qualité philosophique moindre les textes écrits par des femmes au fil des siècles. En effet, il n’est pas composé sous la forme d’un traité structuré et ne présente pas de pensée systématique. Les développements théoriques sont par ailleurs intimement liés à des considérations relatives à l’action ou à un mode de vie à promouvoir. Mettre au jour les contributions philosophiques de Marguerite Porete et discuter de celles-ci, telle est la visée du dossier « La philosophie de Marguerite Porete ». Celui-ci s’inscrit dans la volonté de développer le canon philosophique en l’étendant aux figures jusqu’à présent en marge de l’histoire de la pensée. Il invite, d’une part, des contributions sur la philosophie de Marguerite Porete et, d’autre part, des réflexions métaphilosophiques sur les apports de l’autrice à l’histoire de la philosophie. En conséquence, sont bienvenues les contributions mettant au jour ou discutant les notions, présupposés, thèses, distinctions et arguments que présente le Miroir des simples âmes (notamment en situant ces éléments par rapport à des positions antérieures, contemporaines ou postérieures à celui-ci) et les propositions discutant des enjeux soulevés par l’inclusion de la pensée de Marguerite dans le canon et la discipline philosophiques. Soumission d’une proposition Le dossier paraîtra dans la revue Philosophiques, revue de philosophie et d'histoire de la philosophie en accès libre sur Érudit, au printemps 2025. Les textes doivent être soumis pour le 31 août 2024 à la fois à Geneviève Barrette (genevieve.barrette@mcgill.ca) et à Marie Laplante-Anfossi (laplante-anfossi.marie@courrier.uqam.ca). Le texte soumis doit être rédigé en français. Il doit compter environ 11 000 mots et être précédé de deux résumés, le premier en français et le second en anglais (maximum 1000 caractères chacun, incluant les espaces). Chaque texte sera évalué anonymement par au moins deux évaluatrices ou évaluateurs externes. Il est ainsi demandé que le fichier soumis soit exempt de toute indication susceptible de révéler l’identité de son autrice ou de son auteur (noms, coordonnées, références dans le corps du texte ou en notes, etc.). Le détail de la politique éditoriale et des directives pour la préparation des manuscrits peut être consulté ici : https://laspq.org/philosophiques/publier.
Nome del contatto: 
Geneviève Barrette
Email del contatto: 
genevieve.barrette@mcgill.ca
Segnalato da: 
Luca Pierdominici
Email: 
luca.pierdominici@unimc.it
genevieve.barrette@mcgill.ca
laplante-anfossi.marie@courrier.uqam.ca
Data di inizio o data limite dell'evento: 
31/08/2024
Data di fine dell'evento: 
31/08/2024
Città dell'evento: 
Montreal
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Marguerite Porete philosophie canon philosophique

Héroïsme tragique et inclusion des femmes au XVIe siècle

Riassunto dell'annuncio: 
Dans le cadre de l’étude de l’inclusion des femmes dans l’univers des héros tragiques, la conférence de Louise Frappier portera sur l’èthos du personnage de Jeanne d’Arc dans les tragédies de la fin du XVIe siècle, afin de mettre en évidence la liberté avec laquelle les auteurs adaptent les sources historiques pour marquer l’opposition entre la Pucelle d’Orléans et les protagonistes masculins. Ces tragédies représentent une étape importante dans le processus d’élaboration du mythe national de Jeanne d’Arc, qui passe par la sécularisation du personnage (elle est de fait déchue de son statut de prophétesse), ainsi que par son héroïsation liée à la construction d’un èthos viril qui contraste avec celui d’un ennemi anglais féminisé.
Louise Frappier enseigne histoire du théâtre à l’Université d’Ottawa, avec laquelle l’université de Vérone a établi un MOU (Memorandum of Understanding) et un projet de Thèse en cotutelle. Ses intérêts de recherche portent principalement sur le théâtre du XVIe et XVIIe siècles ainsi que sur le théâtre québécois contemporain. Elle a édité de nombreux ouvrages collectifs et des numéros monographiques de revues, telles que “Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme”, “Études françaises” et “Tangences”. Parmi ses nombreuses publications, nous mentionnerons en particulier le volume Les Jeux de l’échange. Entrées solennelles et divertissements du XVe au XVIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2022.
Nome del contatto: 
PROF. ROSANNA GORRIS-CAMOS
Email del contatto: 
rosanna.gorris@univr.it
Indirizzo postale: 
Lungadige Porta Vittoria, 41 - 37129 Verona
Segnalato da: 
Anderson Magalhães
Email: 
anderson.magalhaes@univr.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
15/05/2024
Data di fine dell'evento: 
15/05/2024
Città dell'evento: 
VERONA (VR)
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Teatro

(De)scrivere la vita. Scrittori e scrittici tra spazi letterari, fotografici e cinematografici

Riassunto dell'annuncio: 
Docenti, giovani ricercatori e studenti dell’Università di Padova parleranno del premio Nobel Annie Ernaux. Protagoniste saranno anche altre voci della contemporaneità, come quella di Abdellah Taïa, che interverrà personalmente il 30 maggio. Una mostra bibliografica su Annie Ernaux e una mostra fotografica di Sophie Bassouls (presente il 18 aprile) faranno da cornice all’evento.
Seminario di Terza Missione - Università di Padova - “(De)scrivere la vita, scrittori e scrittici tra spazi letterari, fotografici e cinematografici” Docenti, giovani ricercatori e studenti dell’Università di Padova parleranno del premio Nobel Annie Ernaux. Protagoniste saranno anche altre voci della contemporaneità, come quella di Abdellah Taïa, che interverrà personalmente il 30 maggio. Una mostra bibliografica su Annie Ernaux e una mostra fotografica di Sophie Bassouls (presente il 18 aprile) faranno da cornice all’evento. Il Seminario, aperto a tutta la cittadinanza, è organizzato dal Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari (DiSLL) in collaborazione con la Biblioteca Beato Pellegrino e la Commissione Terza Missione dell'Università di Padova. Per info: francesca.dainese@unipd.it; marika.piva@unipd.it; tommaso.testolini@phd.unipd.it
Nome del contatto: 
Francesca Dainese
Email del contatto: 
francesca.dainese@unipd.it
Segnalato da: 
Francesca Dainese
Email: 
francesca.dainese@unipd.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
03/04/2024
Data di fine dell'evento: 
03/06/2024
Città dell'evento: 
Padova, Via Beato Pellegrino 28
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Annie Ernaux, letteratura, fotografia, cinema

Fondali veneti nel Romanticismo europeo: luoghi, immagini, suoni e narrazioni

Riassunto dell'annuncio: 
Il Convegno biennale e internazionale del C.R.I.E.R. (Centro di Ricerca Interdipartimentale sull'Europa Romantica) dell'Università di Verona, a vocazione internazionale ma radicato anche nella realtà regionale, è inteso quest'anno ad approfondire diversi e meno studiati aspetti del territorio veneto, al di là del ‘mito’ romantico di Venezia, da sempre oggetto di amplissima considerazione.
Il Convegno si prefigge di esplorare il ruolo dell’entroterra veneto nella cultura europea, e francese nel caso specifico, del XIX secolo, quando città quali Padova, Vicenza, Verona, così come le Ville Venete, i paesaggi del Brenta e dell’Adige o delle Alpi, non costituiscono unicamente un corollario alla città lagunare, ma luoghi dotati di specifiche caratteristiche culturali, capaci di attrarre l’attenzione di moltitudini di artisti (letterati, musicisti, pittori, scultori, architetti...), che in diversi modi e linguaggi espressivi ne hanno colto, testimoniato e tramandato le peculiarità. Le lingue ufficiali del Convegno, di cui è prevista in seguito la pubblicazione degli Atti, saranno italiano, francese, inglese, tedesco e spagnolo, e maggiori precisazioni si troveranno nell'Appel à communications allegato. Le proposte di comunicazione, corredate da un breve curriculum vitae (entrambi di non più di 300 parole), dovranno essere inviate entro il 30 aprile 2024, congiuntamente agli indirizzi laura.colombo@univr.it, corrado.viola@univr.it e stefano.aloe@univr.it. Le risposte del Comitato scientifico saranno comunicate ai proponenti entro il 10 maggio 2024.
Nome del contatto: 
Laura Maria Colombo
Email del contatto: 
laura.coiombo@univr.it
Indirizzo postale: 
lungadige Porta Vittoria 41 - 37129 Verona
Segnalato da: 
Laura Colombo
Email: 
laura.coiombo@univr.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
06/11/2024
Data di fine dell'evento: 
08/11/2024
Città dell'evento: 
Verona
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Romanticismo francese, immagini del Veneto, letteratura, teatro, arti

Call for papers - Annali - sezione romanza

Contenuto dell'annuncio: 

Call for papers

Definire il moralista è impresa ardua, per non dire impossibile. Secondo la formulazione ben nota di Louis Van Delft, il moralista classico è quell’intellettuale che analizza i costumi («mores») degli esseri umani privilegiando spesso forme di scrittura brevi o discontinue...

Immagine dell'annuncio: 
Parole chiave: 
moralista, figuralità, retorica, forma breve
ISSN formato cartaceo: 
0547-2121
ISSN formato elettronico: 
0547-2121
TItolo del numero: 
La scrittura dei moralisti: strategie argomentative e figuralità nella moralistica europea
Categoria principale: 
Email: 
fcorradi@unior.it
Direttore(i) scentifico(i): 
Augusto Guarino
Editore: 
UniorPress
Lingua: 
Data di pubblicazione online: 
Tuesday, April 2, 2024
Data di pubblicazione: 
Tuesday, April 2, 2024
Luogo della pubblicazione: 
Napoli
Segnalato da: 
Federico Corradi

Colloque "Intersections. Avatars et péripéties d’espaces en interaction"

Riassunto dell'annuncio: 
Le colloque "Intersections. Avatars et péripéties d’espaces en interaction" constitue la troisième manifestation liée à la collection Regards croisés France-Italie. Il entend explorer les interférences réciproques des espaces italophone et francophone du Moyen-Age à nos jours (littérature, politique, arts, philosophie, linguistique, traductologie).
Convegno internazionale Intersections. Avatars et péripéties d’espaces en interaction Un partenariato UNIMC – UCA (Doppio titolo EIFI/LM38) 4-5 aprile 2024 Palazzo Ugolini, C.so Cavour 2 – 62100 Macerata aula Shakespeare Giovedì 4 aprile 9h00 Inaugurazione del Convegno Saluti del Direttore del Dipartimento di Studi Umanistici, prof. Roberto Mancini e della Direttrice del Dipartimento di Scienze della Formazione, dei Beni Culturali e del Turismo, prof.ssa Lorella Giannandrea Apertura dei lavori: Cristina Schiavone (UNIMC) e Donatella Bisconti (UCA – France) Italofonia e francofonia tra diacronia e sincronia Presidente di sessione: Cristina Schiavone 9h30 Giovanni AGRESTI (Université Bordeaux Montaigne et Università Federico II – Napoli), L’Italie dans la (F/f)rancophonie: Utopie ou réalité cachée? 10h00 Paolo NITTI (Università dell’Insubria), “C’est une langue qui me semble rigolote”. I risultati di un’indagine di linguistica popolare sulla percezione del francese da parte di italofoni e dell’italiano da parte di francofoni 11h00 Pausa caffè Letteratura e politica Presidente di sessione: Donatella Bisconti 11h30 Luca PIERDOMINICI (Università di Macerata), Quoy qu’on die des Ictaliennes; stéréotypes en intersection dans le Testament de Villon 12h00 Dominique BERTRAND (Université Clermont-Auvergne), Dassoucy entre France et Italie : péripéties spatiales et interculturelles 12h30 Dibattito e Pausa-pranzo Diritto e diplomazia Presidente di sessione: Luca Pierdominici 14h30 Cai JIN (Université Jean Monnet Saint Etienne), L'impact de Lorenzo Valla sur la pensée juridique française : une intersection au carrefour de la rationalité et du droit 15h00 Nicolas VIOLLE (Université Clermont-Auvergne), Cavour, la France et la guerre de Crimée à travers la presse 15h30 pausa caffè Spazi culturali in interazione Presidente di sessione: Alfredo Luzi 16h00 Loredana TROVATO (Università degli Studi di Messina), Gli anni ’60 al cinema tra Francia e Italia: tradurre un’epoca, tradurre due culture 16h30 Roberta SAPINO (Università di Torino), Intersezioni esoteriche tra Torino e Lione: sviluppo, diffusione e sfruttamento di un patrimonio culturale condiviso 17h00 Jessy SIMONINI (Università di Udine), Scrittori e scrittrici francesi nella collana La ricerca letteraria Einaudi (1965-1973) 17h30 Donatella BISCONTI (Université Clermont-Auvergne), Inférences et interférences dans la série web Ritals 18h00 Dibattito Venerdì 5 aprile Poeti e traduttori Presidente di sessione: Carla Carotenuto 9h30 Alfredo LUZI (Università di Macerata), Vittorio Sereni traduttore di Fogli d’Ipnos di René Char 10h00 Sara BONANNI (Università degli Studi G. D’Annunzio – Chieti-Pescara), Philippe Jaccottet et Mario Luzi: poètes-traducteurs en comparaison 10h30 Dibattito e pausa caffè Romanzieri e traduttori Presidente di sessione: Daniela Fabiani 11h00 Pamela PUNTEL (Università di Trieste), Ouverture d’un chantier sur la poésie de la guerre franco-prussienne en Italie : regards croisés et transferts patriotiques entre les deux Républiques issues des cendres d’une même défaite 11h30 Irene KRISTEVA (Università di Sofia), La traduzione “reinventiva” di Calvino dei Fiori blu di Queneau: uno spazio d’interazione tra la lingua francese e quella italiana 12h00 Falilou NDIAYE (UCAD – SENEGAL) e Cristina SCHIAVONE (Università di Macerata), Les versions italiennes des romans subsahariens: le cas de David Diop et Mohamed Mbougar Sarr 12h30 Dibattito e pausa pranzo Epistolari e corrispondenze tra realtà e finzione Presidente di sessione: Loredana Trovato 14h30 Daniela FABIANI (Università di Macerata), Le Lettres sur l’Italie di Anne-Marie du Bocage 15h00 Sara LORENZETTI (Università di Macerata), Intersezioni Italia-Francia nella prosa odeporica di Matilde Serao 15h30 Elisabeth KERTESZ (Université Paris-Est Créteil - UPEC), Une décennie parisienne entre les deux guerres : Italo Svevo et Luigi Pirandello épistoliers 16h00 Carla CAROTENUTO (Università di Macerata), «Libero carissimo»: Alba de Céspedes e Libero Bigiaretti tra Francia e Italia. Note a margine di un rapporto epistolare 16h30 Dibattito e Conclusioni. 17h30 Pausa caffè Performance 18h00 Bruno LA BRASCA e Elisabetta BARUCCO (acteurs), La folie de thalie polyglotte. Lecture théâtralisée en italo-français à deux voix. Comité d’organisation Donatella Bisconti donatella.bisconti@uca.fr Cristina Schiavone cristina.schiavone@unimc.it
Nome del contatto: 
Luca Pierdominici
Email del contatto: 
lpierdominici@yahoo.fr
Indirizzo postale: 
Università degli Studi di Macerata, Dipartimento di Studi Umanistici, Corso Cavour, 2, 62100 Macerata
Segnalato da: 
Luca Pierdominici
Email: 
luca.pierdominici@unimc.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
04/04/2024
Data di fine dell'evento: 
05/04/2024
Città dell'evento: 
Macerata
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Intersection, langue, littérature, histoire, traduction, regards croisés, France, Italie

Richesses de la francophonie

Textes et patrimoines culturels des littératures francophones

Riassunto dell'annuncio: 
Cette année 2024, le Séminaire “Richesses de la Francophonie : textes et patrimoines culturels des littératures francophones” de l’Università di Padova est consacré à la transmédialité.
Il aura lieu le jeudi (mars-mai) à 16h30 dans la Meeting room de la Biblioteca Beato Pellegrino (Via Beato Pellegrino 28, Padova). Le séminaire est organisé par Anna Bettoni, Francesca Dainese, Marika Piva et Tommaso Testolin du Dipartimento di Studi Linguistici e Letterari, en collaboration avec la Biblioteca Beato Pellegrino, qui enrichira chaque séance avec des collections bibliographiques consacrées aux sujets étudiés. Pour plus d’informations : https://richessesfrancophonie.disll.unipd.it francesca.dainese@unipd.it marika.piva@unipd.it tommaso.testolin@phd.unipd.it
Nome del contatto: 
Francesca Dainese
Email del contatto: 
francesca.dainese@unipd.it
Indirizzo postale: 
Via Beato Pellegrino 28, 37135 Padova
Segnalato da: 
Francesca Dainese
Email: 
francesca.dainese@unipd.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
28/03/2024
Data di fine dell'evento: 
30/05/2024
Città dell'evento: 
Padova
Tipo di evento: 
Séminaires et conférences
Categoria principale: 
Parole chiave: 
Francophonie, transmedialité

Revue Flaubert

Contenuto dell'annuncio: 

Revue Flaubert, n°20, 2024
«Nouvelles lectures de La Tentation de saint Antoine. Pour le cent-cinquantenaire de sa publication», numéro dirigé par Atsuko Ogane et Éric Le Calvez
Revue en ligne sur le site Flaubert

Sommaire
Éric Le Calvez, Éditions et sigles utilisés...

Immagine dell'annuncio: 
Parole chiave: 
Flaubert, Tentation de Saint Antoine, Génèse, Thématiques, Héritages
ISSN formato elettronico: 
2402-6514
TItolo del numero: 
Nouvelles lectures de la Tentation de Saint Antoine. Pour le cent-cinquantenaire de sa publication
Categoria principale: 
Email: 
bruna.donatelli@uniroma3.it
Direttore(i) scentifico(i): 
Astuto Ogane et Éric Le Calvez
Editore: 
Centre Flaubert
Lingua: 
Data di pubblicazione online: 
Monday, March 18, 2024
Luogo della pubblicazione: 
Rouen
Segnalato da: 
Bruna Donatelli

Comment lire aujourd’hui ?

Mutations des pratiques académiques en critique et théorie littéraires, 2000-2020 (Saint-Étienne)

Riassunto dell'annuncio: 
Dans un contexte de crise des études littéraires, renforcée par des facteurs externes (crises économiques, climatique, sanitaire, géopolitiques), les vingt dernières années ont contraint la discipline à un effort de réflexivité et d'autocritique. Quelle place pour ces pratiques dans un monde en crise que d'autres disciplines semblent plus aptes à accompagner, quelle pertinence pour les méthodes académiques ?
« Comment lire aujourd’hui ? Mutations des pratiques académiques en critique et théorie littéraires (2000-2020) » Dans un contexte de crise des études littéraires, renforcée par des facteurs externes (crises économiques, climatique, sanitaire, géopolitiques), les vingt dernières années ont contraint la discipline à un effort de réflexivité et d'autocritique. Quelle place pour ces pratiques dans un monde en crise que d'autres disciplines semblent plus aptes à accompagner, quelle pertinence pour les méthodes académiques ? Une pression certaine s'exerce en effet sur la discipline littéraire universitaire, dont rend compte la parution lors des deux dernières décennies d'un grand nombre d'ouvrages et de collectifs critiques et théoriques consacrés aux études littéraires, et proposant diagnostics et remèdes variés (Schaeffer 2011, Jouve 2010, Citton 2007, Macé 2011, Merlin-Kajman 2016, Ruffel 2019, Bertrand, Claisse et Huppe 2022). Se dessine dès lors un large corpus critique, orienté par une préoccupation commune : promouvoir un profond renouvellement des modes d’appréhension des textes littéraires, contemporains ou non, et plus largement du fait littéraire, des usages et des imaginaires de la littérature. Renouvellements critiques et usages de la littérature Depuis le début du XXIe siècle, une attention particulière se trouve portée aux mécanismes d’empathie (Gefen et Vouilloux 2013), parfois jusqu'à envisager la littérature selon une conception « thérapeutique » (Gefen 2017). Ce tournant affectif est aussi un tournant éthique, sous-tendu par la notion de care. Mais s’intéresser aux émotions aujourd’hui, c’est aussi se placer d’un point de vue disciplinaire, sous l’égide des neurosciences et de la psychologie cognitive. Étroitement liée à ceux-ci, la prise en compte des effets de la littérature a suscité plusieurs approches. Ainsi, Macé (2017) déploie une stylistique de l'existence qui cherche dans la littérature le modèle d'une attention aiguisée aux formes de vie les plus fragiles. Citton (2010) appelle quant à lui de ses vœux des contre-narrations émancipatrices et fait appel au pouvoir d’« encapacitation » des structures narratives et littéraires. Plus largement, l’immersion fictionnelle (Schaeffer 1999), l’identification à des personnages de fiction (Jouve 1992), l’adhésion au monde représenté (David 2012) ou encore la « tension narrative » (Baroni 2007) invitent à considérer le fait littéraire comme partageable – à l’instar des propositions d’Hélène Merlin-Kajman (2016) qui fait du texte littéraire un espace « transitionnel ». Des approches pragmatistes de l’expérience littéraire, quoiqu’issues de généalogies distinctes, ont ainsi émergé. Résolument tournées vers les usages de la littérature, elles promeuvent la littérature non plus comme un objet autonome, mais comme une série d’expériences, des usages, une praxis. Représentatifs de ce paradigme, l'essai de Christophe Hanna (2011) entend réinscrire la poésie dans l’espace public par le biais de dispositifs poétiques, quand celui de Florent Coste (2017) appelle à sortir de l’herméneutique au profit d’une conception de l’expérience littéraire apte à en questionner l’agentivité, comme le propose aussi Nancy Murzilli (2023) en articulant fiction et expériences quotidiennes. Si la théorie, se défaisant d’une conception séparatiste de la littérature ou de toute visée autotélique, revient au monde social, elle le fait aussi par le biais du territoire, du lieu. L’intégration de la dimension spatiale dans les études littéraires se joue à trois niveaux selon Collot (2014) : le contexte spatial dans lequel les œuvres sont produites (la « géographie littéraire ») ; les représentations de l’espace dans les textes eux-mêmes (la « géocritique », Westphal 2000 et 2007) ; les rapports entre l’espace et les formes et genres littéraires (la « géopoétique »). Le tournant spatial se décline ainsi en plusieurs disciplines, auxquelles s’ajoutent l’écopoétique (Schoentjes 2015 et 2020, Termite 2014), qui étudie les liens entre la littérature et l'environnement naturel, et la zoopoétique (Simon 2021), qui associe les études animales à celles des formes et écritures littéraires. S’affirme dès lors, sur la période, une revalorisation de la prise en compte des enjeux politiques des pratiques littéraires, dans un contexte critique qui en permet la ré-émergence (Huppe, 2023). La question du genre, et des savoirs situés (Zenetti, Bujor, Coste, Paulian, Rundgren et Turbiau, 2021), permet, dans cette perspective politique, une ressaisie réflexive des gestes critiques qui président à la constitution et à l’étude des corpus. Plus largement s’est amorcé un dialogue critique interdisciplinaire, nourri également par les méthodes des études culturelles. Un impératif de “sortie” (enjeux méthodologiques et disciplinaires) Du côté de l’étude du récit, on note une tendance à l’ouverture interdisciplinaire vers de multiples formes et supports narratifs jusqu’aux médias non linguistiques ou « mimétiques », ou à la sortie du seul texte littéraire avec le développement de la narratologie transmédiale (Baroni 2017, Goudmand 2018, Ryan 2018). Du côté de la stylistique, les travaux amorcés par Bordas (2022) autour de l’expressivité peuvent également s’entendre comme ouverture et sortie : sortie des méthodes du commentaire stylistique grammatical et ouverture à des corpus linguistiques non littéraires. De façon corollaire, la recherche académique se tourne vers les manifestations du fait littéraire hors du livre, prenant en considération sa fragmentation en une pluralité de pratiques — performances, lectures publiques, créations numériques, sonores, etc. (Rosenthal & Ruffel 2010 et 2018). La littérature se rapprocherait alors de nos vies ordinaires pour tout un pan de la critique qui interroge la « littérature sauvage » (Saint-Amand 2016 et 2023). Au sein des pratiques pédagogiques et académiques, l'essor des cursus en création littéraire et l'institutionnalisation de la recherche-création (Petitjean 2023) gagnent à être interrogés par ce prisme. Parallèlement, des approches en partie délaissées par la critique longtemps dominée par un paradigme formaliste connaissent un nouvel élan, comme les propositions matérialistes de Berthelier, Goudmand, Roussigné & Véron (2021). Les approches sociologiques du fait littéraire trouvent également un écho renouvelé, considérant le créateur comme un travailleur parmi d’autres dont les conditions de travail participent à façonner la création (Huppe 2023), ou analysant sa « posture littéraire » (Meizoz 2007, 2001 et 2016) comme un objet d'étude au même titre que le texte lui-même. Ces perspectives interdisciplinaires ont également favorisé l’émergence d’objets de recherche à la croisée de la littérature et de la sociologie, de l’ethnographie ou de l’anthropologie, comme l’enquête, ou le terrain (Zenetti, 2014, Demanze, 2019, James et Viart, 2019, Roussigné 2019), dont on pourrait interroger la portée et l’applicabilité, y compris hors des corpus contemporains. À l’issue de ces deux décennies vivifiantes, il importe d’interroger la façon dont ces reconfigurations critiques déplacent les pratiques d’analyse et d’interprétation littéraires, voire les mettent en question : Quelles catégories critiques demeurent pertinentes et, inversement, quelles catégories critiques semblent avoir fait long feu, comment se sont-elles transformées, en dialogue avec les propositions théoriques de la période ? Quelle place occupe encore l’herméneutique dans les manières de lire académiques, et dans l’enseignement de la littérature ? À partir de quels corpus, et selon quelles périodisations, se sont constituées ces différentes approches théoriques ? Contribuent-elles, malgré leur hétérogénéité, à construire une forme d’uniformisation critique au risque peut-être d'un figement des pratiques de lecture et d’analyse ? Pour le dire autrement, comment évaluer leur part de prescription ou de normativité et de quelles mises en débat font-elles l’objet ? Peut-on interroger les modalités pratiques, voire sociologiques, du développement et de l'affirmation de ces tendances théoriques (constitution de collectifs, voire d'écoles théoriques, autour de séminaires par exemple ou de réseaux formalisés ; filiations critiques et figures tutélaires en partage, etc.) ? Comment appréhender aujourd'hui les tentatives d'innutrition de la théorie littéraire face à certaines disciplines extérieures, par exemple les sciences cognitives, les neurosciences, aux côtés des sciences humaines et sociales ? quel regard peut-on poser aujourd'hui sur les produits de telles propositions (outils critiques, courants théoriques, fertilité des approches pour l'analyse de corpus, etc.) ? Ce sont ces questions que nous souhaitons mettre en discussion lors de ce colloque, voué à faire la lumière sur la fabrique des discours critiques pour en interroger les soubassements théoriques, les orientations idéologiques, les enjeux sur le plan de la sociologie de l'institution littéraire et les implications au niveau de la production littéraire, de la constitution des corpus et de la patrimonialisation des œuvres. Les communications pourront aborder tant des corpus classiques que modernes ou contemporains, afin de mettre en lumière les mutations des pratiques critiques actuelles. Une bibliographie indicative ainsi qu’une version plus développée de cet appel seront proposées sur le site du colloque. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 mai 2024 à l’adresse commentlire@gmail.com. Les réponses seront transmises dans le courant du mois de juin. Le colloque se tiendra à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne les 11, 12 et 13 décembre 2024. Comité d’organisation : Elisa Bricco (Université de Gênes), Morgane Kieffer (Université Jean Monnet Saint-Étienne), Frédéric Martin-Achard (Université Jean Monnet Saint-Étienne) et Estelle Mouton-Rovira (Université Bordeaux Montaigne). Comité scientifique : Margareth Amatulli (Université d’Urbino Carlo Bo), Jean-François Hamel (UQAM), Nancy Murzilli (Université Paris 8), Nathalie Piégay (Université de Genève), Denis Saint-Amand (Université de Namur), Dominique Viart (IUF – Université Paris Ouest Nanterre).
Nome del contatto: 
Elisa Bricco (Université de Gênes), Morgane Kieffer (Université Jean Monnet Saint-Étienne), Frédéric Martin-Achard (Université Jean Monnet Saint-Étienne) et Estelle Mouton-Rovira (Université Bordeaux Montaigne)
Email del contatto: 
commentlire@gmail.com
Segnalato da: 
Elisa Bricco
Email: 
elisa.bricco@unige.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
11/12/2024
Data di fine dell'evento: 
13/12/2024
Città dell'evento: 
Saint-Etienne
Tipo di evento: 
Colloques
Categoria principale: 
Sottocategoria: 
Parole chiave: 
critique littéraire, mutations, théorie, lecture, méthodes

Enseigner la langue à travers la traduction

Perspectives franco-italiennes comparées entre Renaissance et Ère numérique

Riassunto dell'annuncio: 
L’enseignement des langues à travers la traduction demeure un domaine riche en potentialités didactiques et culturelles. Ce colloque international qui se déroulera les 21 et 22 novembre 2024 dans le cadre du projet PRIN PNRR “Revisiting and E-Mapping Theatre Translations of Ancient and Modern Classics in 16th-century France” vise à explorer cette thématique dans deux perspectives historiquement et culturellement significatives : la Renaissance francophone et la didactique des langues dans l’ère numérique.
ENSEIGNER LA LANGUE À TRAVERS LA TRADUCTION Perspectives franco-italiennes comparées entre Renaissance et Ère numérique   Ferrare, 21-22 novembre 2024 Responsables scientifiques Daniele Speziari (Université de Ferrare, PI PRIN) Riccardo Raimondo (Université de Catane, Co-PI PRIN) Zuzana Toth (Université de Bâle / Université de Modène) Anna Raimo (Université de Bologne) Comité d’organisation Vera Gajiu, Francesco Laurenti, Anna Raimo, Riccardo Raimondo, Daniele Speziari, Zuzana Toth L’enseignement des langues à travers la traduction demeure un domaine riche en potentialités didactiques et culturelles. Ce colloque international qui se déroulera les 21 et 22 novembre 2024 dans le cadre du projet PRIN PNRR “Revisiting and E-Mapping Theatre Translations of Ancient and Modern Classics in 16th-century France” vise à explorer cette thématique dans deux perspectives historiquement et culturellement significatives : la Renaissance francophone et la didactique des langues dans l’ère numérique. L’articulation du colloque en deux volets distincts permet une exploration comparative et diachronique, facilitant une compréhension approfondie de l’évolution des pratiques d’enseignement des langues à travers la traduction. Cette structure bi-focale, avec son approche transhistorique et comparative, encourage les participants (chercheurs mais aussi enseignants et futurs enseignants du secondaire) à établir des connexions entre les époques, tout en offrant un cadre analytique pour évaluer l’impact historique et contemporain des technologies et des théories de la traduction sur l’enseignement linguistique. Le colloque vise ainsi à créer un espace d’échange multidisciplinaire, invitant les chercheurs à enrichir la discussion sur l’enseignement des langues à travers la traduction. Il promet d’apporter des éclairages nouveaux sur les pratiques d’enseignement, les technologies éducatives, et les approches culturelles et linguistiques, de la Renaissance à l’ère numérique. Universités partenaires Université de Bâle Université de Bologne Université de Catane Université de Ferrare Université de Modène Réseaux universitaires et groupes de recherche DO.Ri.F. (Centro di documentazione e di Ricerca per la didattica della lingua francese nell’Università italiana) SUSLLF (Società Universitaria per gli Studi di Lingua e Letteratura Francese) Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese CSML (Centro Studi sul Multilinguismo, Università Ca’ Foscari di Venezia) International Center for Research on Collaborative Translation (IULM, Milano) Reseau ImagoTrad (imagotrad.hypotheses.org | Academic Gazette ISSN 2558-4847) Dates à retenir Ouverture de l’appel à communications : mars 2024. Date limite pour l’envoi des propositions : 31 mai 2024. Notification aux intervenants: le 30 juin 2024 au plus tard. Le colloque aura lieu les 21 et 22 novembre 2024.    Contacts daniele.speziari@unife.it riccardo.raimondo@unict.it zuzana.toth@unibas.ch  anna.raimo2@unibo.it
Nome del contatto: 
Daniele Speziari
Email del contatto: 
daniele.speziari@unife.it
Segnalato da: 
Vera Gajiu
Email: 
vera.gajiu@unito.it
Data di inizio o data limite dell'evento: 
31/05/2024
Città dell'evento: 
Ferrara
Tipo di evento: 
Appels à contribution
Categoria principale: 
Parole chiave: 
didactique, langue française, traduction, Renaissance, numérique, Italie, France
Sito web di riferimento: 

Pages

Subscribe to RSS - Studi tematici