Vous êtes ici

Études thématiques

Alliance des langues mondiales

Contenu de l'annonce: 

Ce site contient des informations sur les différentes langues étudiées dans cette associations, dont le français. Afin de développer le français l'alliance des langues mondiales offre aux élèves de français 20 heures de cours niveau base gratuites....

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Le President De L'alliance Des Langues Mondiales...
Courriel: 
_@_._
Stefano Vidili
Mots-clés: 
alliance des langues mondiales, alliance, aosta, français, leçons de français, culture française.
URL du site: 
http://www.alliancedeslangues-mondiales.eu

La Mer et la représentation de l'archipel francophone «…la grande chose mouvante…» (Pierre Loti)

Résumé de l'annonce: 
Convegno internazionale "La Mer et la représentation de l'archipel francophone". Roma, Facoltà di Scienze della Formazione, 26 aprile 2012, piazza della Repubblica 10, aula 3, ore 9,30
Le frontiere marittime della Francia, aprendo, sul territorio di questa nazione e sul suo destino culturale, tre grandi «porte» azzurre in direzione Sud, Nord e Ovest – verso il Mediterraneo, la Manica e l’Oceano Atlantico – hanno svolto un ruolo fondamentale sia nella costituzione di quella realtà che viene chiamata l’«arcipelago» delle francofonie sia nell’elaborazione delle forme e delle modalità della loro rappresentazione del mondo. Nel corso dei secoli, l’elemento marittimo è stato oggetto d’intertestualità multiple e differenti espresse in lingua francese. Esse evocano i viaggi, le conquiste, gli scontri, i sogni, le paure, le ossessioni degli uomini, ma pure i loro incontri e le loro scoperte fino a diventare uno dei luoghi privilegiati della riflessione francofona sulla diversità. «La grande chose mouvante»: è così che Pierre Loti definiva il mare affascinante e terribile dei suoi pescatori di Bretagna, ma anche «i mari sconosciuti» dove, dall’altra parte del globo, andavano a morire i giovani francesi per la follia dell’impresa coloniale. Per un felice cambiamento di segno, la metafora marina della «grande chose mouvante» potrebbe applicarsi, oggi, a questa lingua in cui – tramite flussi e riflussi, ondate e derive – convergono e dialogano gli apporti di civiltà antiche e moderne, vicine e lontane; una lingua mobile e feconda attraverso la quale si tesse intorno alla Terra, come diceva Senghor, «questo umanesimo integrale […], questa simbiosi delle energie dormienti di tutti i continenti, di tutte le razze che si svegliano al loro calore complementare.» Rifletteranno su queste tematiche Beïda Chikhi, (Directeur du CIEF – Centre International d’Etudes Francophones, Paris IV – Sorbonne);  Anne Schneider (Université de Caen);  Seza Yilangioglu (Université Galatasaray, Istanbul);  Marina Geat (Università Roma Tre); Nicolas Hossard (CIEF – Paris IV - Sorbonne); Sara Concato (CIEF – Paris IV-Sorbonne et Università di Salerno). Responsabile scientifico del convegno Marina Geat, Università Roma Tre
Nom du contact: 
Marina Geat
Courriel du contact: 
geat@uniroma3.it
Adresse postale: 
Dipartimento Scienze dell'Educazione, Università Roma Tre, via Daniele Manin 53, 00185 Roma
Suggéré par: 
Marina Geat
Courriel: 
geat@uniroma3.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
26/04/2012
Ville de l'événement: 
Roma
Type d'événement: 
Colloques
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
mer, francophonie, littérature, intertetxualité, éducation

Michel Tournier face à l’altérité. La littérature, le mythe, la photographie

Résumé de l'annonce: 
Comment concevoir l’altérité ? Comment définir notre rapport à autrui ? Plutôt que de nous poser ces questions d’une manière abstraite et générale, nous entendons passer par la médiation de la littérature et prendre en compte les différentes manières dont un écrivain, tel que Michel Tournier, inscrit, réinvente et/ou réorganise la notion d’altérité dans son œuvre, en portant un « regard anthropologique » sur l’autre à travers non seulement la littérature proprement dite, mais aussi par la « pratique de la photographie » et par la « réécriture du mythe ». L’hypothèse de départ est que la littérature, le mythe et la photographie sont, pour Tournier, des moyens pour (re)connaître l'altérité dans son réseau d’identités et de différences et se la réapproprier par une forme différente de narration écrite ou visuelle.
Appel à communications   Michel Tournier face à l’altérité. La littérature, le mythe, la photographie   Colloque international Université de Tallinn (Estonie), les 18 et 19 mai 2012   Date limite d’envoi des propositions : le 20 avril 2012   Comment concevoir l’altérité ? Comment définir notre rapport à autrui ? On pourrait, tout simplement, concevoir l’altérité en tant que notion par laquelle on définit l’autre et le divers de soi à travers sa connotation d’inconnu ou d’étranger. On pourrait, également et symétriquement, la définir grâce à l’opposition qui s’établit entre le soi et l’autre. Dans ce colloque, plutôt que de nous poser ces questions d’une manière abstraite et générale, nous entendons passer par la médiation de la littérature et prendre en compte les différentes manières dont un écrivain inscrit, réinvente et/ou réorganise la notion d’altérité dans son œuvre. Pour cela, nous voulons nous concentrer sur un auteur, tel que Michel Tournier, qui a exploré sans cesse dans son œuvre les dimensions multiples de l’altérité et a porté un « regard anthropologique » sur l’autre à travers non seulement la littérature proprement dite, mais aussi par la « pratique de la photographie » et par la « réécriture du mythe ». Notre hypothèse de départ est que la littérature, le mythe et la photographie sont, pour Tournier, des moyens pour (re)connaître l'altérité dans son réseau d’identités et de différences et se la réapproprier par une forme différente de narration écrite ou visuelle. Si, par conséquent, les questions de l’« altérité » et de la « narration » se reposent ensemble pour se relier intimement (Qu’est-ce que l’altérité pour Tournier ? De quel type d’« altérité narrative » s’agit-il dans son œuvre ? Peut-on penser la notion d’altérité sans un support écrit ou visuel qui la codifie et la narrativise ?), dans notre colloque nous entendons également solliciter les participants sur la technique particulière de Tournier qui consiste à retravailler un mythe ou une légende de départ et à les reconstituer en « narration autre ». D’ailleurs, Tournier lui-même, à plusieurs reprises, a expliqué que sa méthode d’écriture consiste à choisir un sujet (l’exemple le plus connu est le Robinson Crusoë) qui a été utilisé par d’autres auteurs ou par d’autres traditions narratives et à le réécrire à sa manière dans l’idée d’épuiser son potentiel narratif et d’achever sa force mythique. Dans cette optique, plusieurs options se posent. Peut-on dire qu’il y a une quintessence narrative dans l’écriture de Tournier par rapport aux autres versions narratives de référence ? Quel est, plus spécifiquement, le rapport entre l’image photographique et la narration dans l’œuvre de Tournier ? Quels sont les traits différentiels plus particulièrement retravaillés par Tournier qui lui permettent d’achever un tissu narratif de départ ou une narration considérée virtuellement comme mythique ? Si, selon Tournier, la fonction d’un écrivain est d’empêcher la dégénération d’un mythe en allégorie, il faut aussi se poser la question, d’un point de vue métalinguistique et anthropologique, du « comment » cette dégénération (ou même déconstruction) peut-elle avoir lieu concrètement ? Et, dans cela, il faut aussi, parallèlement, questionner la fonction de (l’irruption de) l’altérité dans un texte et le procédé plus précis de déconstruction mis en œuvre par l’auteur. Dans ce sens, on peut citer, pour ne donner que quelques exemples, des œuvres qui mettent spécialement en relief ce travail d’écriture et de reconfiguration de l’altérité : Le Roi des Aulnes (qui a été inspiré par Goethe et par Günter Grass, et dont le personnage principal est obsédé par la croyance selon laquelle tout dans le monde n’est que signe) ou Les Météores (un remaniement baroque du mythe de Castor et Pollux) ou, encore, Gaspard, Melchior et Balthazar (une retraduction de la légende chrétienne concernant les Rois Mages venus célébrer la naissance de Jésus à Bethléem). Plus généralement, de toute manière, dans l’œuvre tout entière de Tournier la question de la réécriture et de l’altérite se posent avec force, qu’il s’agisse d’un livre de voyage (Le Vagabond immobile), d’un roman sur les péripéties d’un étranger en France (La Goutte d'or) ou d’un livre de photographies avec Boubat (Vues de dos). Ce qu’il faut souligner en outre est que, chez Tournier, le travail de réécriture de l’altérité conduit vers une autre question aussi importante qui est celle de la traduction. Pour Tournier, reconfigurer une altérité stéréotypée est-ce un véritable processus de recodification, comparable au travail de traducteur qui, en traduisant, reçoit des traits et en refuse d’autres du texte de départ ? Ou bien, semblablement, peut-on affirmer que la déconstruction d’un texte de départ et le « passage » à la réécriture accomplie par Tournier est un véritable travail de traduction ? En définitive, ce colloque sur Michel Tournier se veut aussi un moment de réflexion sur les différentes perspectives théoriques et méthodologiques concernant l’étude des textes littéraires, des mythes et des cultures. Dans cette optique, d’autres questions-clés peuvent se poser : que se passe-t-il quand le « même » texte littéraire est retraduit par des traits sémantiques différents ? Et quels rapports s'établissent entre les textes et la culture véhiculée, entre un mythe et sa réécriture ? Le regard croisé sur des perspectives théoriques différentes sera utile pour discuter les préalables méthodologiques de ces perspectives et leurs fondements épistémologiques.   Comité scientifique : Larbi Djeradi, Stefano Montes, Ülar Ploom, Licia Taverna   Organisation : L’Institut des Langues et Cultures Germaniques et Romanes de l’Université de Tallinn en collaboration avec l’Université de Palerme.   Informations pratiques : Date limite de soumission des propositions : 20 avril2012. Résumé de la proposition : 250-300 mots. Langues de travail : français et anglais. Durée des communications : 30 minutes. Les actes du colloque seront publiés   Envoi des propositions et autres renseignements : Licia Taverna (licia.taverna@tiscalinet.it) et Stefano Montes (montes.stefano@tiscalinet.it)
Nom du contact: 
Licia Taverna
Courriel du contact: 
licia.taverna@tiscalinet.it
Adresse postale: 
Université de Tallinn - Narva mnt 29 - 10120 Tallinn (Estonie)
Suggéré par: 
Licia Taverna
Courriel: 
licia.taverna@tiscalinet.it
Date de début ou date limite de l'événement: 
20/04/2012
Ville de l'événement: 
Tallinn (10120 - Estonie)
Type d'événement: 
Appels à contribution
Catégorie principale: 
Sous-catégorie: 
Mots-clés: 
Tournier, altérité, photographie, mythe, réécriture
Site web de référence: 
http://www.tlu.ee/?LangID=1&CatID=2182&ArtID=12923&action=article

In forma di lettere. La finzione epistolare in Francia dal Rinascimento al Classicismo

Contenu de l'annonce: 

Scrivere lettere, scrivere in lettere: tra questi due poli si sviluppa il percorso di questo libro che indaga la finzio- ne epistolare tra Cinquecento e Seicento e, in particola- re, il rapporto di permeabilità tra una scrittura che dà voce al reale o costruisce modelli e una scrittura che crea...

Image de l'annonce: 
Catégorie principale: 
Suggéré par: 
Nancy Murzilli
Courriel: 
nancy.murzilli@unige.it
ISBN: 
ISBN: 978-88-96220-49-8
Collection: 
Venezia
Stefano Vidili
Éditeur: 
Supernova
Lieu de parution: 
Venezia
Date de parution: 
Jeudi, Septembre 1, 2011
Langue: 
Italiano
Mots-clés: 
finzione epistolare, Francia, Rinascimento, Classicismo

Pages

S'abonner à RSS - Études thématiques